Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bo Diddley
- Style + Membre : Berry & Diddley

Chuck BERRY - New Juke Box Hits (1961)
Par ERWIN le 21 Février 2020          Consultée 196 fois

Il n'y a rien de bien rose pour Chuck BERRY en ce début d'année 61. Alors que le rock'n'roll vit ses derniers instants de gloire, notre artiste, le nez dans le guidon, n'a pas d'autre choix que de continuer une carrière désormais bien précarisée par sa situation d'inculpé devant les tribunaux. Le procès en appel se profile pour l'été de cette année et Chuck n'a plus la tête à écrire ni même à tourner. Tout devient difficile tant il lui semble impossible d'échapper à la prison. Il reste donc à survivre en attendant que passe l'orage, c'est la raison d'être de ce nouveau long player qui pour la première fois ne se présente pas comme une compilation améliorée de double 45-tours. On est toujours dans les locaux de Chess à Chicago pour ses sessions et c'est un Chuck bien modéré qu'on retrouve sur cette pochette assez inodore.

Un seul double single sort le mois précédent l'album. Il s'agit de "Little Star" doublé par "I'm talking About you". La première se présente comme un doowop plu proche des thèmes des PLATTERS que du sauvage compositeur que nous avions connu jusqu'à présent d'autant que les choeurs sont on ne peut plus mainstream. Mais c'est beau, bien fichu, et le solo est fort original. Le suivant se démarque par sa modernité et évoque les vagues à venir du british boom, nul doute que Chuck soit un immense créateur.

La musique se fait donc plus moderne : "Diploma For Two" semble confirmer la tentative du chanteur d'investir d'autres horizons musicaux, très doowop. Bien sûr, c'est moins rock'n'roll et bien plus sage, mais le résultat est tout à fait à la hauteur, d'autant que la guitare est à chaque fois de très bonne qualité, et plus sensible qu'auparavant. Nous avons même un slow avec "The Way It Was Before", les choeurs féminins posent bien la compo, on n'est pas si loin de certains titres d'Eddie COCHRAN, c'est remarquable de douceur en tout cas.

Slow bluesy aux consonnances doowop, "Away From You" s'avère des plus agréables alors que "Stop And Listen" nous plonge dans une ambiance carrément Tarantinienne, avec une gratte volubile et plus posée qu'à l'accoutumée. Un blues crépusculaire peut-être révélateur de l'état d'esprit de l'artiste, triste et peu optimiste. Mais comment faire autrement ? C'est superbe ! On pense à un instrumental avec "Run Around", mais la voix de Chuck envahit ce blues basique avec un bel aplomb. Il a tort de continuer de faire l'apologie des seize ans avec les mésaventures de sa vie actuelle sur "Sweet Sixteen". La leçon ne semble pas retenue, mais ce blues lent fait en revanche bien l'affaire. Tous ces blues sont vraiment réussis.

Les rock le sont un peu moins : "Don't You Lie To Me", appuyé par des cuivres atones, se défend pas trop mal, mais reste loin des standards. "Thirteen Question method" est peu remarquable, tant ses paroles que son riff, le Chuck ne s'est pas foulé. "Route 66" le super classique crée par Bobby TROUP trouve en BERRY un interprète plus fidèle que réellement novateur, ce qu'on se prend à regretter. On sent Chuck sur la réserve. Et donc, ça va intéresser le monde du rock'n'roll de voir ce que Chuck peut faire d'un classique de LITTLE RICHARD. A votre avis ? Pas le centième de la puissance du fou furieux de son collègue, et donc une petite version honnête, mais inexistante face aux autres "Rip It Up", celle d'ELVIS, lumineuse, reste intouchable.

Les critiques sont souvent sévères avec cet opus qui se positionne bien mal pour notre Chuck. Mais je lui trouve quant à moi de nombreuses qualités. Alors certes, l'homme à la crème glacée ne propose plus les chevauchées rock'n'roll auxquelles il nous avait habitués, mais on sait pertinemment que cette forme de musique vit ses derniers instants. Peut-être l'homme était-il un visionnaire ? En tout cas, cette avalanche de morceaux tantôt bluesy, tantôt doowop me convient parfaitement. L'évolution à laquelle on assiste ici est presque salutaire à mon sens et s'inscrit dans le sens de l'histoire de la musique.

Et pour tout arranger, l'appel du procès ne se passe guère mieux que la première instance, Chuck BERRY est condamné à trois ans de prison ferme. Il sera débouté de l'appel suivant et devra purger un an et demi loin des projecteurs et de la renommée. Il en sort en Octobre 63, la vie continue, et sa carrière va devoir repartir...

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


SHADOWS
The Shadows (1961)
Les ombres attaquent




Eddie COCHRAN
Cherished Memories (1962)
Magnifique deuxième album posthume


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Chuck Berry (chant-guitare)
- Johnnie Johnson (piano)
- Reggie Boyd (basse)
- Fred Below (batterie)
- Leroy C Davis (saxophone)


1. I'm Talking About You
2. Diploma For Two
3. Thirteen Question Method
4. Away From You
5. Don't You Lie To Me
6. The Way It Was Before
7. Little Star
8. Route 66
9. Sweet Sixteen
10. Run Around
11. Stop And Listen
12. Rip It Up



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod