Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Tangerine Dream, Brian Eno , Klaus Schulze , Harold Budd & Brian Eno

Steve ROACH - Streams And Currents (2002)
Par AIGLE BLANC le 1er Décembre 2014          Consultée 790 fois

Quand paraît Streams and Currents en 2002, la discographie de STEVE ROACH affiche déjà 62 albums au compteur. Et depuis cette année jusqu'à aujourd'hui, il en a produit environ 64 de plus. Le musicien américain n'a rien à envier à ses confrères allemands de TANGERINE DREAM et KLAUS SCHULZE du point de vue de sa productivité. Il fait partie de ces artistes totalement immergés dans leurs créations qui ne pensent jamais en terme de qualité mais de quantité.

Les fans originels de TANGERINE DREAM forcément déçus par la production actuelle du groupe seraient en droit de douter de la qualité actuelle des oeuvres de ROACH. En effet, l'histoire de la musique contemporaine nous a trop souvent prouvé qu'un groupe ne pouvait pas franchir les décennies sans que le temps ne dépose sa flétrissure sur nos idoles décaties comme leur musique. Or, STEVE ROACH semble échapper aux ravages du temps et, loin d'être devenue stérile, sa musique a constamment gardé sa qualité intrinsèque. Pour cette raison, cet artiste appartient à la trempe des génies comme Vangelis.
Sa production pléthorique peut être classée selon plusieurs courants thématiques correspondant chacun aux préoccupations essentielles du musicien dans la vie. Ses premières oeuvres des années 80-90 exploraient sa fascination pour les paysages de l'Arizona, Etat où il réside toujours aujourd'hui, autant d'albums contemplatifs empreints d'un soupçon de mysticisme. Naturellement, l'amour de l'artiste pour sa région natale l'a conduit rapidement sur les traces de ses ancêtres, les amérindiens auréolés à ses yeux du prestige de toutes les valeurs animistes que l'homme moderne a perdues. De nombreuses productions de ROACH ont donc élargi sa palette sonore (exclusivement électronique auparavant) à la magie des rythmes tribaux. Au cours de nombreux voyages en Australie, STEVE ROACH est entré en contact avec des chamanes aborigènes qui lui ont enseigné l'art du Didgeridoo. C'est dans cette veine de l'Ethno-Ambient que l'artiste excelle le plus selon moi.
Une autre source d'inspiration inépuisable pour ROACH demeure le silence. Cela peut paraître paradoxal pour un musicien produisant du son, mais les amateurs éclairés d'Ambient à la Eno savent que la musique de ce courant ne s'impose jamais à l'auditeur. La carrière du compositeur américain a même débuté en 1984 par une oeuvre considérée aujourd'hui comme majeure du versant New Age, intitulée justement Structures From Silence, dont votre chroniqueur vous parlera prochainement.

C'est à cette veine qu'appartient plus ou moins l'album qui nous intéresse ici. Dans le livret, ROACH précise : "Ces pièces ont été créées et enregistrées en direct simultanément durant les heures profondes de la nuit." Dans son propre studio qu'il a appelé Timeroom, le musicien aime à passer des heures au fond de la nuit dont la texture et le silence si particuliers le fascinent. Streams and Currents s'affirme comme un sommet de l'oeuvre roachienne et offre une expérience immersive absolument grandiose. Mais ce n'est pas forcément une musique facile à appréhender. Sans être aussi froide et rugueuse que celle des premiers Cluster, elle flotte dans une apesanteur irréelle qui peut échapper aux oreilles les moins exercées à ce style de musique. C'est bien simple : à côté de ce disque, le double album Zeit de TANGERINE DREAM pourrait presque paraître un modèle de musique concrète. ROACH y déploie un espace sonore d'une richesse inouïe qui n'est pas produit pour une fois par des nappes éthérées de claviers. L'environnement sonore ici créé semble bien vide au contraire, mais ce vide est rempli d'une présence sonore d'une grande subtilité qui donne à l'auditeur l'impression d'être immergé au milieu de courants d'air (c'est d'ailleurs la traduction du titre : Vents et Courants d'Air) dans un espace indéterminé. Le compositeur joue de deux guitares électriques (alors qu'il n'est pas du tout guitariste), expérience qu'il ne renouvellera plus vraiment par la suite. Cependant, les fans de guitare électrique risquent de vite se sentir désappointés tant le traitement infligé par ROACH à cet instrument métamorphose totalement sa réception auditive. Autrement dit, de guitare électrique, vous n'en entendrez pas une miette, même si l'instrument est au coeur de l'ouvrage.
Il est difficile de décrire une musique au degré d'abstraction aussi poussé. Les 6 pistes de l'album s'enchaînent dans un flux continu sans rupture de tons. Au dos du cd, il est écrit que cette musique a été : "créée pour être écoutée en mode Lecture continue à un faible volume". Ce mode d'écoute s'avère parfaitement préconisé. En effet, la musique de ROACH gagne à être écoutée à un volume sonore réduit, le seul susceptible de rendre l'expérience auditive recherchée par le compositeur. De plus, le mode Lecture continu qui permet au cd de repartir à son point de départ une fois terminé révèle la vraie dimension de Streams and Currents, flux musical constant sans début ni fin, un avant-goût d'éternité en somme. Vous pouvez choisir ce disque comme fond sonore accompagnant votre travail, dans ce cas ayez la certitude qu'il ne vous perturbera pas. Et si vous préférez l'écouter attentivement, vous découvrirez une profondeur des timbres sonores dont je n'ai jamais réussi à explorer les limites.

Cette oeuvre est à conseiller toutefois aux amateurs éclairés pour qui les Music For Airports et Thursday Afternoon de notre père Brian Eno ne sont plus lettres mortes. Ils y goûteront j'espère une expérience d'une subtilité inégalée, assez voisine du magnifique On Land d'Eno paru dans la collection Ambient.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par AIGLE BLANC :


Steve ROACH
Well Of Souls (1995)
Vivez le voyage du chamane et percevez l'indicible




Steve ROACH
Midnight Moon (2000)
Steve Roach ou l'art de rendre audible l'indicible


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Steve Roach (2 guitares électriques, ebow, batterie mantra)


1. Present Moment
2. Spirit Moves
3. Slow Rising
4. Almost Touching
5. Ebb
6. Flow



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod