Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-FOLK éCOSSAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Karen Matheson

CAPERCAILLIE - Beautiful Wasteland (1997)
Par MARCO STIVELL le 7 Juin 2015          Consultée 391 fois

Avec le départ de Marc Duff -remplacé par Michael McGoldrick-, CAPERCAILLIE subit son premier changement important depuis une dizaine d'années. Le nouveau venu n'est sans doute pas étranger dans la dimension moderne que prend le son du groupe avec Beautiful Wasteland, comme en témoigneront ses travaux solo.

Après une série d'albums plus ou moins fidèlement enracinés dans la tradition pop-folk écossaise et un succès largement mérité, la seconde moitié des années 90 marque un tournant pour le coq de bruyère. La vague electronica/chill-out, alors en vogue, inspire largement le groupe au moment de réaliser son septième album, qui se distingue des précédents avec une préférence pour des couleurs "world-music".

Ce qui caractérise la production de Beautiful Wasteland, c'est un effacement marqué de la rythmique, même des guitares (Manus Lunny ne joue presque pas une seule note d'électrique), au profit des claviers et des programmations, point trop lourdes celles-ci. Les compositions s'engouffrent dans une atmosphère planante, vaporeuse, dont la texture chaude propose une ouverture aux percussions et aux voix africaines, en particulier sur le second morceau, "Inexile".

Ce disque donne l'impression d'être d'abord un travail de Donald Shaw en collaboration avec Karen Matheson, dont le chant est ici posé, suave, en accord avec la texture plus douce de la musique, lancinante par moments. C'est sans doute elle qui se sort le mieux de cette expérience, car même imbibée de nappes de claviers new-age sur les deux tiers d'une heure de musique, elle sonne toujours autant pleine d'émotion, de quoi en distribuer généreusement. C'est particulièrement remarquable sur les morceaux les plus Ambient, "Shelter" ou "M'Ionam", ainsi que la superbe ballade folk "Thiocfadh Leat Fanacht".

Les autres membres du groupe interviennent de manière ponctuelle et écrivent peu. Si l'on peut apprécier les influences jazz de Michael McGoldrick à travers quelques interventions de flûte, la cornemuse n'est pas tant mise en avant, mis à part sur une poignée de titres comme "Sardinia" et le joli "Beautiful Wasteland", où la cohésion de groupe se ressent davantage, chose rare ici. Karen Matheson chante l'enracinement au pays, Charlie McKerron et Manus Lunny se répondent et dynamisent un bon vieux rythme hornpipe, de quoi capturer à nouveau et aisément l'attention d'un auditeur quelque peu égaré depuis le début du voyage.

Dans cet ensemble, le plus surprenant reste la discrétion de John Saich. Le bassiste semble se sentir à l'étroit dans la nouvelle direction sonore prise par le groupe, sans doute le cœur n'y est plus. Malgré quelques lignes inspirées, il fournit le minimum syndical, y compris sur un tempo groovy à la "The Tree", où l'on s'attend pourtant à l'entendre slapper tous azimuts... Pour preuve, après une dernière participation au concept Glenfinnan (Songs of the '45) paru l'année suivante, il faudra compter un nouveau changement d'effectif pour CAPERCAILLIE.

Beautiful Wasteland est une œuvre exigeante, facilement ennuyeuse au premier abord et pour qui s'attend à retrouver le son pop d'un Secret People, d'un To the Moon, ou même d'un Delirium, même si ce dernier sonnait déjà très "aéré" ! Ne parlons pas du versant le plus traditionnellement gaélique de la musique de CAPERCAILLIE, les medleys dansants ne semblent plus au goût du jour. L'arrangement de violon repose sur des effets avant toute chose, l'accordéon est quasi-inexistant.

Néanmoins, on note la présence d'un ou deux instrumentaux originaux plutôt bien ficelés dans leur emballage fin 90's ("Kepplehall/25 Kts", composition de McKerron et McGoldrick). Parmi les chansons, il y a une petite merveille appelée "Co Ni Mire Rium" ("Who Will Flirt With Me?"), menée par un arpège de bouzouki lumineux, saupoudrée de chœurs africains et réellement envoûtants, splendide.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Anthony PHILLIPS
The Geese And The Ghost (1977)
Le magnifique premier album d'Anthony Phillips




STEELEYE SPAN
Below The Salt (1972)
Un chef-d'oeuvre du folk-rock britannique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Karen Matheson (chant)
- Charlie Mckerron (fiddle)
- Manus Lunny (bouzouki, guitare acoustique, choeurs)
- Michael Mcgoldrick (uilleann pipes, whistles, flûte traversière)
- John Saich (basse, guitare acoustique, choeurs)
- Donald Shaw (claviers, accordéon)
- + Wilf Taylor (batterie)
- James Mackintosh (batterie)
- Chimp (percussions, berimbau)
- Piruchi Apo, Paloma Loribo (voix)


1. M'ionam
2. Inexile
3. The Tree
4. Am Mur Gorm (the Blue Rampart)
5. Beautiful Wasteland
6. Co Ni Mire Rium (who Will Flirt With Me?)
7. Shelter
8. Hebridean Hale-bopp
9. Kepplehall / 25 Kts
10. Thiocfadh Leat Fanacht
11. Finlay's
12. Sardinia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod