Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK EXPéRIMENTAL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2000 Metalliska - A Ska Tr...
2009 The Wrestler

VARIOUS ARTISTS - Deutsche Elektronische Musik (volume 1) (2010)
Par AIGLE BLANC le 21 Avril 2016          Consultée 837 fois

Au cours des six dernières années, nous avons été gavés par la presse rock et par un certain nombre d'artistes actuels qui n'avaient qu'une seule référence aux lèvres : le krautrock par ci, le krautrock par là.
Le krautrock ?!! Traduction : le "rock choucroute". C'est une blague ou quoi? Qu'est-ce qu'ils ont tous à se réclamer du krautrock alors que la plupart d'entre nous n'en avons jamais entendu parler? Et quand nous apprenons après investigation sur la toile qu'il s'agit du nom donné par un critique rock britannique à tout un courant musical exclusivement allemand, qui plus est renvoyant à l'époque de Croc-magnon quand sévissait encore en Europe le rock progressif (les années 70 pour faire simple), alors il y a de quoi se montrer dubitatif.
Pourquoi clamer en 2016 ses influences krautrock alors que ce courant musical non seulement est mort depuis au moins 25 ans, mais de plus n'a jamais appartenu à la culture officielle au point que nous sommes nombreux à être passés à côté ou à en ignorer ne serait-ce que le patronyme?

Une précision importante pour commencer : le krautrock, aussi bien le terme que le genre musical qu'il est censé désigner, n'a jamais été revendiqué par ceux qui pourtant en ont été catalogués à leur insu comme ses plus illustres représentants, c'est-à-dire les musiciens eux-mêmes. De plus, ce patronyme pour le moins humiliant ou péjoratif (parle-t-on de "rock camember" ou de "rock spaghetti" -pardon, les Italiens ont subi "le western spaghetti" il est vrai indéniablement à leur avantage-) ne fut de la part du journaliste anglais qu'une boutade au départ. Mais si le terme a fini par être adopté de façon officielle par la presse pop rock internationale, c'est que la réalité qu'il recouvre, ce rock expérimental pratiqué dans l'Allemagne des années 70 par la génération issue des lendemains de la seconde guerre mondiale, comporte une identité suffisamment forte pour faire taire les réfractaires de l'étiquetage tous azimuts. Certes, les étiquettes peuvent tuer le rock, mais il en est qui paradoxalement s'imposent avec évidence dès qu'on y jette deux oreilles pour juger sur place.

Et c'est sans doute ce qui anima l'excellent label anglais Soul Jazz Records quand il édita en 2010 la remarquable et passionnante anthologie dont vous lisez en ce moment la chronique du volume 1. Une anthologie a une vocation la plus exhaustive possible et le moins qu'on puisse dire sur ce point c'est que Soul Jazz Records ne se moque pas le moins du monde de ses auditeurs. Jugez-en par vous-même : 2 volumes pour répertorier une large palette de groupes étiquetés krautrock, et pas n'importe quels volumes : au total, 286 minutes de musique, soit 4h45 d'écoute globale, pour une quarantaine de groupes représentés. Il n'en fallait pas moins pour rendre compte de l'effervescence qui régnait en Allemagne de 1972 à 1983, seule période couverte ici, son âge d'or pour ainsi dire, le krautrock ayant bien entendu perduré après 1983.

Chaque volume se présente sous la forme d'un petit coffret de deux CD, (ou de 4 vinyles si vous préférez ce format), ce qui fait en tout 4 galettes bien remplies (ou 8 vinyles !!). Tous les grands groupes ont l'honneur d'y être représentés à raison de 2 ou 3 titres la plupart du temps. C'est le cas de CAN, FAUST, NEU, AMON DÜÜL II, POPOL VUH. Notons au passage les deux grands absents de la sélection, à commencer par KRAFTWERK (dont le concert à Marseille en novembre 2015 a laissé de fort beaux souvenirs à ceux qui ont eu la chance de s'y rendre) et enfin KLAUS SCHULZE. Il eût été facile de chosir un titre ou deux de KRAFTWERK, notamment le célèbre "The Robots". Concernant K. Schulze, le magnifique "Georg Trakl" eût fait une splendide sélection parmi ses rares titres courts (seulement sa version abrégée de 1978 bien sûr). On regrette aussi l'absence de GURU GURU dont le rock acide eût parfaitement complété ladite anthologie.
TANGERINE DREAM échappe de justesse à la purge grâce à un unique titre daté de 1983, "No Man's Land", oui mais quel titre ! Le meilleur probablement du DREAM des années 80.

La présente chronique n'a pas pour ambition de livrer un avis sur chaque titre de ce volume 1. Je vous renvoie pour les groupes cités plus haut aux chroniques correspondantes présentes dans Forces Parallèles.
La palette musicale du krautrock est si vaste qu'un simple classement, aussi peu exhaustif soit-il, sera le bienvenu. En effet, Soul Jazz Records a choisi de livrer cette anthologie pèle-mêle, sans souci de la chronologie et en sautant sans préavis d'un groupe à l'autre quitte à provoquer de méchantes ruptures de ton et de style. Ce désordre apparent ne pénalise en aucun cas les deux volumes de Deutsche Electronische Musik dont on peut s'étonner du titre dans la mesure où le krautrock ne se réduit pas à la musique électronique qui n'en est qu'un élément parmi d'autres voire une sous-branche.

Ce premier volume permet de jauger la diversité des styles pratiqués dans le rock allemand. On y trouve le versant disons punk-rock : dans "A Spectacle", CAN nous livre un titre chanté fortement marqué par un rythme funk et motorik à la fois, pas forcément le meilleur de son cru mais suffisamment riche en groove pour capter l'attention. Le titre de NEU sélectionné ici, "Hallo Gallo" est un must de sa discographie puisqu'il anticipe avec près de dix ans d'avance la cold wave mais dans un esprit punk particulièrement marquant. "It's a Rainy Day Sunshine Girl" quant à lui présente une facette relativement accessible de FAUST (groupe connu pour ses collages audacieux) dans la mesure où il s'agit d'une chanson simple d'apparence, chantée en Anglais mais dont la rythmique perforeuse rappelle surtout la manière de CAN. Il est dommage que "Fly United" ne rende pas justice à la suprême originalité d'AMON DÜÜL II, même si cette chanson aux accents hippiesques n'est pas désagréable pour autant.
D'autres artistes dirigent leurs efforts vers une musique plus alambiquée voire hybride, peut-être plus originale encore : c'est ainsi que KOLLEKTIV offre avec "Rambo Zambo" un titre surprenant qui mêle free-jazz, rock et funk et où brille une flûte acide obsédante. Avec "Rheinita", LA DÜSSELDORF (groupe fondé par Klaus Dinger -ex NEU) amalgame plusieurs styles musicaux pour créer une musique hybride à la très forte rythmique robotique. Et la greffe contre toute attente s'avère réussie. Le groupe IBLISS demeure ici une des meilleures découvertes avec son très funk et psychédélique "High Life".
Large part est laissée aussi à un versant plus onirique du krautrock, plus communément désigné sous l'étiquette "cosmic music". C'est le cas de POPOL VUH (le mystique "Aguirre 1" extrait de la BO du film éponyme de Werner Herzog), de TANGERINE DREAM (le merveilleux "No Man's Land", sorte de mantra aux fort belles sonorités indiennes) et de DEUTER (le mystérieux et envoûtant "Soham" qui anticipe la musique new-age avec ses bruitages naturels). Toujours dans ce registre où l'électronique est reine, MICHAEL BUNDT fait ici une entrée fracassante (enfin, façon de parler pour un titre datant de 1977) avec le très efficace "La Chasse Aux Microbes" à mi chemin de KRAFTWERK et de TANGERINE DREAM : une révélation.

Comme il se doit dans toute anthologie, le livret qui accompagne les deux galettes de ce volume apporte toutes les informations nécessaires sur les artistes et sur le contexte historique pour nous aider à mieux appréhender cette musique si singulière.

A lire aussi en ROCK par AIGLE BLANC :


THIS MORTAL COIL
Filigree & Shadow (1986)
La quintessence du projet d'ivo watts-russel




Etienne DAHO
Blitz (2017)
11°opus de e. daho : poétique, sombre, ensorcelant


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



Non disponible


1. Cd1
2. A Spectacle (can)
3. Devotion (between)
4. Dino (harmonia)
5. This Morning (gila)
6. Rambo Zambo (kollektiv)
7. La Chasse Aux Microbes (michael Bundt)
8. Filmmusik (e.m.a.k.)
9. Morgengrüss (popol Vuh)
10. Auf Dem Scwarzen Canal( Conrad Schnitzler)
11. Rheinita (la Düsseldorf)
12. Veterano (harmonia)
13. It's A Rainy Day Sunshine Girl (faust)
14. Hallo Gallo (neu)

1. Cd2
2. Heisse Lippen (cluster)
3. High Life (ibliss)
4. Hassenheide (dieter Moebius)
5. Fly United (amon Düül Ii)
6. Aguirre 1 (popol Vuh)
7. Daydream (ash Ra Tempel)
8. No Man's Land (tangerine Dream)
9. Wie Der Wind Am Ende Einer Strasse (amon Düül Ii)
10. Geradwohl (roedelius)
11. I Want More (can)
12. Soham (deuter)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod