Recherche avancée       Liste groupes



      
MEMPHIS SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sharon & The Dap Kings Jones, Barbara & The Browns

Ann PEEBLES - Straight From The Heart (1971)
Par LE KINGBEE le 24 Février 2017          Consultée 799 fois

Seconde galette pour Ann PEEBLES deux ans à peine après avoir mis en boîte le classieux « This Is Ann Peebles ». Arrangeur et producteur de génie, Willie Mitchell sait qu’il ne faut pas perdre de temps. En musique, c’est un peu comme à table, il vaut mieux manger sa soupe pendant qu’elle est chaude. Le côté perfectionniste de Mitchell aura toutefois retardé la sortie du disque de sa nouvelle pouliche. Si Hi Records dispose de beaucoup moins de moyens que certains de ses gros concurrents, Mitchell tient à apporter un soin à ses productions, le label de Memphis n’est guère adepte de l’adage « Vite fait, bien fait ».

Alors, que s’est-il passé chez Hi Records en l’espace de deux ans ? Pas grand-chose si ce n’est que les différents musiciens attitrés du studio se sont encore bonifiés tel un grand crû. Mitchell, arrangeur hors pair doublé d’un ingénieur du son de génie, connaît son studio sur le bout des doigts, il utilise un huit pistes Ampex qui sera pour beaucoup dans la réussite de nombreux disques. Hi s’appuie également sur de jeunes auteurs compositeurs qui ont eux aussi pris de la graine en deux ans. Mitchell couve tout son petit monde comme une poule ses poussins.

Si le premier jet de la chanteuse contenait presque une moitié de reprises, ce nouvel album se révèle plus personnel. Si Ann n’a coécrit que trois titres, dont deux avec Don Bryant, qu’elle épousera trois ans plus tard, le répertoire s’oriente sur de nouvelles chansons créées et imaginées par l’équipe de songwriters œuvrant dans le giron du label pour celle qui allait devenir la vedette féminine de la petite firme.
Si Clarence Carter a enregistré l’époustouflant « Slipped, Tripped And Fell In Love » quelques semaines avant pour Atlantic, Mitchell a l’idée de faire reprendre la compo de George Jackson à sa chanteuse. Il arrive parfois que de grands morceaux chantés au départ par une voix masculine soient totalement transformés par le biais d’un timbre féminin. Si on devait faire un parallèle entre les deux versions, celle d’Ann remporterait la course d’un cheveu, les cuivres, la guitare de Teenie Hodges et la rythmique beaucoup plus Deep Soul n’étant pas étrangers à cette réussite. Ce titre sera repris plus tard par Foghat dans une version Southern Rock et Janiva Magness. Rien de mieux qu’une petite ballade pour faire reposer les soupapes, « Trouble, Heartaches & Sadness » un titre coécrit par Don Bryant et Ann Peebles, indique clairement où la chanteuse a fait ses gammes : les bancs d’une chorale paroissiale. Si vous cherchez un titre capable de représenter au mieux le Memphis Sound early 70’s, « What You Laid On Me » serait un excellent candidat. Le vocal rehaussé par une guitare intransigeante et des cuivres qui viennent épicer l’ensemble offre un pur moment d’émotion. Si Bettye Crutcher n’a enregistré qu’un seul disque (quelle honte !), n’oublions pas qu’elle figure parmi les meilleures compositrices de l’époque en signant un nombre incalculable de titres qui feront date. Elle offre à la jeune chanteuse « How Strong Is A Woman » dans lequel la frêle chanteuse place sa voix avec autorité.
Petite touche de modernisme avec la guitare funky de Teenie Hodges qui ne lâche pas le groove durant une seule seconde sur « Somebody’s On Your Case », compo d’Earl Randle. Ann PEEBLES démontre qu’elle est à l’aise dans plusieurs registres. A noter que le titre connaîtra une seconde jeunesse avec une version des Black Crowes.
PEEBLES enchaîne avec deux petites pépites de ballades : « I Feel Like Breaking Up Somebody’s Home Tonight » titre d’Al Jackson où les accords de guitare et la voix finissent par faire tomber l’auditeur dans une lancinante torpeur. Ce titre qui atteint la 13ème place des charts R&B, connaîtra plus tard quelques reprises qui méritent le détour (en Blues avec Albert King, Magic Slim, le Jimmy Johnson Blues Band Jo Ann Kelly et la récente de Joey Gilmore et en Soul avec Denise LaSalle pour une version proche de la transe. Le titre est également tombé dans l’escarcelle de nombreux rockers Bob Seger, Gov’t Mule ou Joe Bonamassa). Seconde délicieuse ballade avec « I’ve Been There Before ». Les harmonies éthérées du trio Charlie Chalmers et des sœurs Rhodes (trois choristes blancs) renforcent l’émotion dégagée par le vocal de PEEBLES. Un titre dans la droite ligne de Doris Troy, Bettye LaVette ou Barbara Lynn.
Seule grosse reprise de l’album « I Pity The Fool », une composition de Don Robey chantée par Bobby Blue Bland dix ans plus tôt. Là, la chanteuse prend soin d’effacer toutes les grosses traces trop sucrées de la version originale en boostant le tempo juste ce qu’il faut. Curieusement, ce morceau est celui qui connaîtra les plus gros succès auprès du public américain (18ème dans les classements R&B et 85ème dans le Hot 100 Pop). L’album se clôture avec « I Take What I Want », petit succès de Sam & Dave pour une version moins festive mais plus aboutie que l’originale. On préfère cette version à celle d’Aretha Franklin trop ampoulée ou celle des Hollies ou des Artwoods qui frisaient toutes deux le mauvais goût. A noter que Rory Gallagher délivrera plus tard une version qui mérite d’être entendue.
Terminons ce tour d’horizon avec « 99 Pounds », non pas que le morceau soit exceptionnel, mais c’est la chanson qu’offrira Don Bryant à la chanteuse pour lui déclarer sa flamme. Ce titre (homonyme d’une chanson des Monkees) connaîtra elle aussi quelques reprises (Humble Pie dans une version Rock et Eddie King et Billy Boy Arnold dans des versions Chicago Blues).

Si « Straight From The Heart », un album au titre explicite, n’a pas cassé la baraque lors de sa sortie (42ème dans les charts R&B), ce recueil mérite néanmoins une attention soutenue. Le vocal, l’accompagnement, l’orchestration et les arrangements en font un must de la Deep Soul du début des années 70. Une note de 3,5 semble parfaitement justifiée ramenée à 3 pour cause d’absence de tube.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


IRMA THOMAS
Straight From The Soul (2004)
La voix d'or de la Soul Nola




Candi STATON
Candi Staton (2004)
Un trésor de deep soul sudiste


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Ann Peebles (chant)
- Howard Hodges (batterie)
- Leroy Hodges (basse)
- Teenie Hodges (guitare)
- Charles Hodges (orgue, piano)
- Wayne Jackson (trompette)
- Andrew Love (saxophone)
- Ed Logan (saxophone)
- James Mitchell (saxophone)
- Jack Hale (trombone)
- Donna Rhodes (chœurs)
- Sandra Rhodes (chœurs)
- Charlie Chalmers (chœurs)


1. Slipped, Tripped And Fell In Love.
2. Trouble, Heartaches & Sadness.
3. What You Laid On Me.
4. How Strong Is A Woman.
5. Somebody's On Your Case.
6. I Feel Like Breaking Up Somebody's Home Tonight.
7. I've Been There Before.
8. I Pity The Fool.
9. 99 Pounds.
10. I Take What I Want.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod