Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 ...>...>>... 703
Comment poster un commentaire ?


ELOY
FLOATING


Le 12 Décembre 2019 par ALEX F

D'accord avec LEO, Eloy ne trouve la recette qu'à partir de Silent Cries And Mighty Echoes. Avant ça c'est assez poussif, pour ne pas dire soporifique. Ma période préférée est 1979-1984.





ELOY
DAWN


Le 12 Décembre 2019 par ALEX F


Quelques bons passages, mais pas exceptionnels non plus, et surtout de nombreux moments pendant lesquels on peut piquer un bon petit roupillon ! Bref, si vous êtes du genre insomniaque, privilégiez cet album au lieu de vous ruer sur les somnifères !

Heureusement, ELOY fera bien mieux par la suite ! Mais ils en ont mis du temps à trouver leur voie. 2 étoiles, 2,5 si je suis gentil.





JOURNEY
LIVE 1981 ESCAPE TOUR (DVD)


Le 12 Décembre 2019 par THORPEDO

@Merci Dan!
Perf mémorable de la part d'un groupe que je ne connais pas tellement, c'était superbe!
Concernant Afric Simone, son roulement de "R" m'impressionne plus que ses performances athlétiques! ^^






DEEP PURPLE
MACHINE HEAD


Le 12 Décembre 2019 par ADXBBR


2 étoiles pour Highway Star (ces 2 soli de Blackmore !)
1 étoile pour Lazy (cette intro de Lord !)
1 étoile pour Space Truckin' (ce solo de Paice !)
1 étoile pour Smoke one the water (ce riff ultime du Hard Rock !)
1 étoile pour "When a blind man cries" (ce chant de Gillan !)
Total 6 étoiles, le compte est bon. Ha bah non on ne peut en mettre que 5

Désolé





U2
ALL THAT YOU CAN'T LEAVE BEHIND


Le 12 Décembre 2019 par METALPROG84


Pas le meilleur du groupe c'est clair. De toute façon, depuis "Zooropa", pas un seul album ne mérite la note maximale. "Pop" est assez inégal avec des bons titres ("Discothèque", "Do you feel love", "If God will...", "Staring at the sun", ou "Wake up dead man") mais aussi des morceaux très moyens ("Mofo", "Last night on earth" ou "The playboy mansion") voir mauvais (l'affreux "Miami"). "If you wear that..." et "Please" sont pas mal mais un peu soporifiques, surtout qu'elles suivent la déjà bien molle "The playboy mansion". Personnellement, je trouve "Pop" légèrement " en-dessous de "Zooropa".
Bref, depuis 1993, U2 est rentré dans le rang (malgré quelques albums sympas).
Note réelle: 2.5/5.





JEFFERSON AIRPLANE
SURREALISTIC PILLOW


Le 12 Décembre 2019 par APSA

En fait, "Pillow" n'a pas grand chose de psychédélique.
Il n'y a qu'une petite référence au LSD-25 dans le titre "DCBA-25", et un son de guitare (ainsi qu'un rythme de batterie lourd et quelques effets sonores) dans le tout dernier morceau du disque, "Plastic fantastic lover".
Bien sûr, "White rabbit" parle de LSD en sous-entendus, mais musicalement il n'y a rien de psychédélique.

Même dans l'album suivant, "After bathing at Baxter's" (qui pour moi et beaucoup d'autres est THE album de Jefferson Airplane), musicalement on ne peut pas dire qu'il y ait des effets particulièrement psyché.

Grace Slick, bien que n'étant pas une fanatique du champignon, écrivait les morceaux les plus bizarres, tant au niveau des textes que musicalement. Dans le privé, elle écoutait de la musique électronique bizarre (genre Stockhausen), et c'était une intellectuelle et une authentique artiste (elle est aujourd'hui peintre, depuis 30 ans).

C'est surtout en 1970-71 qu'on a eu droit à des albums réellement psychédéliques :
- "Blows against the empire" de Paul Kantner (avec Grace Slick au piano), album-concept parlant du détournement d'une fusée par les "beautiful people"
- "Bark" de l'Airplane (à l'ambiance un peu glauque par rapport aux autres opus du groupe)
- "Sunfighter" de Paul Kantner et Grace Slick.





The BYRDS
MR. TAMBOURINE MAN


Le 12 Décembre 2019 par APSA

J'aime bien "Don't doubt yourself, babe", très entraînante et résolument positive.
Sans parler des rimes ("Don't doubt yourself 'cause / at the end of your words, no one applaused", ou encore "Don't doubt yourself when / daylight fades and darkness begins").





The BYRDS
TURN! TURN! TURN!


Le 12 Décembre 2019 par APSA

Chronique très juste.
Clark est grand sur "Set you free this time".





The BYRDS
FIFTH DIMENSION


Le 12 Décembre 2019 par APSA

Un album bien sympathique, notamment avec les 2 premières pistes, la première étant carrément une ballade irlandaise. A la place de l'orgue, on imagine facilement une cornemuse.

Preuve que tous les goûts sont dans la nature, je trouve que "I see you" est une chanson plus que correcte, notamment le changement de rythme dans le pont.

"I come and stand at every door", bien que musicalement répétitive, a des paroles poignantes.
"Lost John Riley" est un petit bijou, l'ajout de cordes à la fin, là encore, rend la chose poignante. "... and kisses gave her / one, two, and three ..." (soupirs)

Que dire des solos de guitare de Mc Guinn sur "I see you" et surtout "8 miles high", sinon qu'il était réellement dangereux avec un instrument à cordes pincées entre les mains ?
Il faut dire qu'il a été banjoïste solo dans un groupe de folk avant de fonder les Byrds, et sur un banjo les notes ne résonnent pas longtemps, alors on n'a pas d'autre choix que de jouer vite.

Bref, un album qui a sa place sur le podium de l'oeuvre musicale des Byrds, avec les 2 suivants.





The BYRDS
YOUNGER THAN YESTERDAY


Le 12 Décembre 2019 par APSA

Très bon album, peut-être même qu'il mérite une aussi bonne note que "Notorious".
Mentions particulières à "Renaissance fair" (avec la superbe partie de basse de Hillman, et les cuivres), "Everybody's been burned" et "Thoughts and words".

Quand on écoute les paroles de "Renaissance fair", on pourrait croire qu'elles dépeignent l'ambiance au festival de Monterey. Mais Crosby les a écrites bien avant la tenue du festival.





The BYRDS
THE NOTORIOUS BYRD BROTHERS


Le 12 Décembre 2019 par APSA

Résolument l'album le plus psychédélique, musicalement parlant. Car même sur des chansons à paroles fadasses comme "Wasn't born to follow", ils arrivent à caler quelques mesures typiquement "acid rock".
Mention spéciale à Hillman pour son jeu de basse dans "Draft morning" et "Change is now".

"Change is now" n'est pas spécialement "country", seul le refrain comporte de la pédale steel, mais le reste est une sorte de raga typiquement psyché californien, comme pouvait le faire le Grateful Dead par exemple.

En plus de "Triad", il y a une autre composition de Crosby, exclue de l'album, mais qui figure en bonus track dans l'album précédent ("Younger than yesterday") : "Lady friend" est une jolie chanson très entraînante avec des cuivres, typique du psychédélisme à la Beatles façon "Sgt Pepper", et qui gagne à être connue.





The BYRDS
SWEETHEART OF THE RODEO


Le 12 Décembre 2019 par APSA

Personnellement, j'aime beaucoup "You ain't going nowhere", "Pretty boy Floyd", "Nothing was delivered" et "Pretty polly" qui figure en bonus sur la réédition CD de l'album.

Je rejoins le commentaire de ZVLORG, il existe plusieurs types de musique "country", et certains sont très proches de la musique folk irlandaise d'antan. Je pense d'ailleurs que la meilleure illustration de cette ressemblance est "Pretty boy Floyd".
Une musique mélodieuse, passant allègrement du grave à l'aigu, pour se donner du courage dans le pénible travail des champs, et rythmée pour qu'on puisse danser dessus lors des fêtes, endiablée au possible.

Mc Guinn est d'ailleurs certainement d'ascendance irlandaise ou écossaise, et son chant, qui passe rapidement du grave à l'aigu, rappelle justement les mélodies irlandaises de l'époque.
Après "Notorious", il avait le projet de mettre en valeur le patrimoine musical américain, on peut donc penser qu'il était enthousiaste quand Gram Parsons a proposé le virage country. Hillman, depuis longtemps, était plongé dans le Bluegrass, ça se sentait dès ses 1ères compositions avec les Byrds.
Après s'être quelque peu égaré pendant quelques albums, Mc Guinn a pu concrétiser ce projet musical avec l'album "Byrdmaniax", qui essaie de restaurer l'ambiance musicale d'époques du passé américain.

Mc Guinn n'a rien à regretter, grâce à lui de nombreuses personnes ont pu découvrir certaines formes de musique "country", et se découvrir des passions nouvelles.
Pour ma part, j'ai découvert le banjo, j'en ai acquis un et je ne le regrette absolument pas (à la base, je ne pratiquais que la guitare, et un peu de mandoline).
Comme je l'ai dit, il y a plusieurs formes de "country", on peut très bien ne pas aimer une de ces formes mais en apprécier une autre.





The BYRDS
DR. BYRDS & MR. HYDE


Le 12 Décembre 2019 par APSA

"Wheels on fire" et "Bad night at the Whiskey" : à connaître.





The BYRDS
BALLAD OF EASY RIDER


Le 11 Décembre 2019 par APSA

"Tulsa county" est une très jolie ballade.

Je trouve également la version de "It's all over now baby Blue" ici présente bien plus intéressante que celle de l'album "Turn turn turn".

Mais ce que je préfère dans cet album, c'est "Deportee". J'ai écouté la version de Woody Guthrie, qui est pas mal du tout, mais il y a bien plus de compassion dans le chant de Mc Guinn que dans celui de Guthrie.

Avec "Ballad of easy rider", on peut dire que l'intérêt de cet album, à mon avis, réside donc dans la douceur de ses ballades.

Entièrement d'accord avec vous sur le fait que la version des Doobie Brothers de "Jesus is just alright" est largement meilleure que celle des Byrds ici présente.





The BYRDS
(UNTITLED)


Le 11 Décembre 2019 par APSA

"Chesnut mare" et surtout "Just a season" sont de vraiment belles chansons. Mc Guinn n'était peut-être pas un songwriter très prolifique, mais il est indéniable qu'il possédait une très jolie voix, capable de passer très vite de l'aigu au grave.
J'adore le refrain "If all my days was hills to climb and circles without a reason / If all I was was passing time, my life was just a season".





The BYRDS
BYRDMANIAX


Le 11 Décembre 2019 par APSA

"I wanna grow up to be a politician" est intéressante. On pourrait presque penser que c'est une composition de Dylan, dans sa période électrique (genre "Most likely you go your way and I'll go mine").
Je ne sais si les arrangements sur cette chanson étaient prévus par Mc Guinn, ou ajoutés par le producteur à sa propre initiative, mais ils collent très bien.
Ce n'est pas le chef d'oeuvre du siècle, mais cette chanson mérite d'être écoutée régulièrement.





The BYRDS
FARTHER ALONG


Le 11 Décembre 2019 par APSA

Il y a selon moi 2 petites merveilles sur cet album :

- "Bugler" : chanson qui relate la profonde relation d'amitié entre un gamin paysan et son chien. La voix de Clarence White, juvénile, colle mieux au chant que celle du chanteur original (qui lui a une voix d'adulte). J'ai écouté la version originale (puisqu'il s'agit d'une reprise), et vraiment il n'y a pas photo, celle de Clarence White est à la hauteur du sujet.
Ironie de l'histoire, Bugler, le chien de la chanson, meurt écrasé sur une route, comme plus tard Clarence White lui-même.
A noter que Clarence White est descendant de colons français (bretons certainement) installés au Québec, puis plus récemment aux USA dans l'Etat du Maine. Avant d'être américanisé, le nom de la famille était "Le Blanc".

- "Lazy waters" : pour moi, c'est un petit bijou de nostalgie centré là aussi sur les souvenirs d'enfance. Cette fois c'est Skip Battin qui se colle au chant, avec une voix qui sort de l'ordinaire, mais surtout avec des harmonies vocales. Point de solo de guitare, ça sera un solo d'harmonica.
Vraiment, une très belle chanson, à découvrir.





Johnny HALLYDAY
JOHNNY


Le 11 Décembre 2019 par INCONITO P.


Jean philipe smet est mort ........ Johnny HALLYDAY est vivant .





CREAM
WHEELS OF FIRE


Le 11 Décembre 2019 par LE MERLE MOQUEUR


Tout ou presque a été dit sur ce disque mythique, alors je vais faire court et rester sur Ginger Baker. Un très grand batteur de jazz (dont j'ai oublié le nom) lui avait glissé à l'oreille que dans le monde de la "Pop" c'était le seul batteur qui était des leurs. Cela avait particulièrement touché le vieux Baker qui avait fui l'ancien continent. Je tairais la qualité des musiciens qui jouèrent des instruments dits "exotiques" dans WHEELS OF FIRE, on reconnait bien là la patte du producteur Féix Papparlardi qui n'hésita pas aussi en tant que musicien (bassiste) à mettre son grain de (violent) sel.
Cream a influencé des groupes à la même époque mais aucun n'égala le niveau musical de nos trois larrons. Il est bon d'ajouter que ce disque pressé en 1968 est d'une grande qualité, pas toujours évident pour l'époque. Ayons une pensée pour Peter Edward Baker à la main leste qui n'est plus aux abonnés Présents depuis le 6 octobre de cette année 2019.





ROXETTE
TOURISM


Le 11 Décembre 2019 par MR TINKERTRAIN

La chanteuse de ce groupe est décédée hier à 61 ans. RIP







Commentaires :  1 ...<<...<... 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 ...>...>>... 703






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod