Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Kill'em All
1984 Ride The Lightning
  Live In Toulouse
1986 Master Of Puppets
1987 The $5.98 Garage Days Re...
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc
  Cunning Stunts
  Bay Area Thrashers
1999 S&m
  Whiskey In The Jar
  Cliff'em All
2000 S&m
  I Disappear
2001 A Punk Tribute
2003 St Anger
  St Anger (tribute To The...
2004 The Unnamed Feeling
  Some Kind Of Monster
  Some Kind Of Monster Ep
  Un An Et Demi De La Vie ...
  Metallic Attack: The Ult...
2006 The Videos - 1989-2004
  The Scorched Earth Orche...
  Master Of Puppets Revisi...
2008 The Day That Never Comes
  Death Magnetic
2009 Français Pour Une Nuit
  Orgullo, Pasión Y Gloria
2010 Six Feet Down Under
  Six Feet Down Under 2
  Live At Grimey's
2011 Gothenburg Ullevi, Gothe...
  Lulu
  Black Album 20th Anniver...
2012 Beyond Magnetic
  Quebec Magnetic
2013 Through The Never Soundt...
2016 A Tribute To Master Of P...
  Hardwired
  Hardwired... To Self-...
2019 Helping Hands…live & Aco...
 

- Style : Annihilator, Slayer, Anthrax
- Membre : Suicidal Tendencies, Lou Reed
- Style + Membre : Megadeth
 

 Site Officiel (349)

METALLICA - ...and Justice For All (1988)
Par JASPER LEE POP le 13 Novembre 2018          Consultée 487 fois

Ça fait cinq ans que je suis un fan inconditionnel de METALLICA quand sort cet album. Depuis la mandale Kill’em All. Dans ma chambre, on ne voit plus le papier peint sous les posters des Four Horsemen. À la faveur d’une virée en Angleterre pour le festival de Donington 88, je chope tel un trophée le maxi 45 tours Harvester of Sorrow qui sort quelques semaines en avance et c’est une première déception. C’est terne et le morceau lesté de plomb ne décolle jamais alors qu’il avoisine les six minutes. Je me console avec les deux reprises de la face B (dont une deuxième de DIAMOND HEAD pour rembourser à nouveau au premier sens du terme leurs emprunts au groupe de Brian Tatler) et je me dis que c’est juste un mauvais choix de single. Mais l’album sort et le malaise s’installe au fil de l’écoute. Bien sûr, il y a cette production à la sécheresse éthiopienne qui a fait couler des rivières d’encre et cette absence totale de basse dans le mix (déjà que Cliff Burton n’était pas des plus audibles hormis sur Anesthesia) mais ce n’est pas ça qui me pose problème. Le souci, c’est que le groupe qui s’impose de la tête et des épaules sur tout le mouvement hard/metal de l’époque entend conserver sa couronne et résister aux assauts de la concurrence qui tente de lui tailler des croupières. Ce petit jeu sera funeste. À vouloir trop mettre en avant la virtuosité, à vouloir trop complexifier la structure de leurs compositions, les Mets vont droit dans le mur et s’enferment dans la chapelle du Thrash en adoptant tous ses tics. Peut-être sont-ils les meilleurs de ce genre ultra-codifié avec cet album mais pour moi, ils étaient plus que cela auparavant. Les morceaux défilent, interminables, ou comment faire rentrer de force dix riffs par compo, Ulrich s’enferme dans un jeu technique dénué de tout groove (peut-être déjà intégralement monté comme par la suite). Seul « One » s’impose, épique, glaçant et désespéré avec son texte inspiré du Johnny Got His Gun de Trumbo, de la belle ouvrage assurément.

À l’époque comme aujourd’hui, j’ai bien conscience que mon ressenti est minoritaire mais alors que ressort l’album sous forme de coffret prestigieux trente ans plus tard et que les langues se délient, le groupe qui n’en pouvait plus de jouer ces compos alambiquées à la fin du Justice Tour ne semble pas dire autre chose. C’était l’impasse, il fallait changer de direction. Alors tant qu’à faire, pourquoi ne pas tenter la conquête grand public ? On connaît la suite. Le carton commercial du black album les enhardit au point de tenter l’émancipation totale du metal, look compris. Au-delà du résultat pas totalement convaincant que furent Load+Reload, c’était sans compter le conservatisme pour ne pas dire plus de sa fanbase. Depuis, le groupe numéro un du metal a fait machine arrière en nous servant une musique dénuée de sincérité qu’ils n’ont plus l’âge de jouer. Ils ont même exhumé sur scène des morceaux d’...and Justice for All. Pas facile de se maintenir au top.

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


The SCREAM
Let It Scream (1991)
La fin d'une hair.




Ted NUGENT
Cat Scratch Fever (1977)
En plein dans la cible.


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   JASPER LEE POP
   KORAMA
   RED ONE

 
   (4 chroniques)



- Lars Ulrich (batterie)
- Jason Newsted (basse)
- Kirk Hammett (guitare)
- James Hetfield (chant, guitare)


1. Blackened
2. ...and Justice For All
3. Eye Of The Beholder
4. One
5. The Shortest Straw
6. Harvester Of Sorrow
7. The Frayed Ends Of Sanity
8. To Live Is To Die
9. Dyers Eve



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod