Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Brenda LEE - This Is Brenda (1960)
Par LE KINGBEE le 14 Août 2019          Consultée 202 fois

L’année 1960 n’est pas terminée que Decca décide de presser le troisième album de la petite et jeune chanteuse. C’est bien connu, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, sous entendu se remplir les fouilles à moindre frais ou amortir les séances studios de la chanteuse. Decca a toujours su faire preuve d’originalité et d’innovation pour agrémenter ses disques de titres accrocheurs, jugez plutôt, après « Brenda Lee » voici « This Is Brenda », troisième opus de la native d’Atlanta.
Cet album parait dans les bacs des disquaires américains à la fin de l’année. Il faut attendre décembre pour que le disque sorte en Europe via un pressage allemand édité par Coral, sous-marque de Decca, avec une autre pochette, suivi d’un pressage anglais réalisé par Brunswick avec un troisième visuel. En fait, il semble bien que la firme Decca ait décidé d’amortir les séances studio de Brenda en regroupant douze faces issues de six sessions studio s’étant déroulées entre mars et le 1er septembre. Pourquoi pas après tout, alors que le label avait auparavant publié un single et un EP 4 titres qui ne s’étaient pas très bien vendus ?

Au niveau de la pochette, Decca n’a pas oublié d’habiller sa chanteuse d’un super pull polaire d’un blanc immaculé, histoire de faire acheter le disque en cette périodes de Noël à ceux qui n’aiment ni les rennes ni le gros bonhomme en rouge, tout en prenant soin de faire figurer les titres déjà sortis en single, histoire de faire coup double.

Enregistré à Nashville dans le Bradley Film And Recordings Studio sur la 16ème avenue, Brenda est ici comme un poisson dans l’eau. Il faut dire qu’il s’agit là de son studio habituel, celui où elle a enregistré jusqu’alors pas moins de 72 titres. Mais si Brenda s’était fait remarquer dans des pièces énergiques et de vrais Rock' n' Roll, Decca la cantonne maintenant à des pièces beaucoup plus lisses et bien proprettes.
Sans le vouloir, Decca offre ici une palette de la Nouvelle Orleans assez imposante avec de nombreux titres. « When My Dreamboat Comes Home », titre interprété dans les années 30 par Guy Lombardo et ses Royal Canadians mais repris avec succès au milieu des fifties par Fats Domino, alors grosse vedette (n’y voyez pas de jeu de mots). L’image des sternwheelers (bateaux à roues à aubes) remontant le Mississippi plane sur ce premier morceau dans une interprétation plus vitaminée que celles de Jaye Morgan ou Frances Fayes. Composé par le trident Bobby Charles, Dave Bartholomew et Fats Domino, elle reprend avec douceur l’un des hymnes de la Louisiane et plus spécialement de la Crescent City avec « Walking To New Orleans ». On note au passage que si le titre est tombé dans la besace de nombreuses formations Zydeco, George BENSON le reprend dans son dernier disque. Sans doute ce qu’on appelle faire du neuf avec du vieux. Si « Blueberry Hills » a longtemps fait la joie des chanteurs old time de Country et des cowboys chantants, le standard est tombé dans les mailles de Fats Domino (encore lui) puis d’Elvis. Bien qu’échappant à la Crescent City et au Mardi Gras, « Hallelujah, I Love Him So », hit de Ray CHARLES, s’inscrit par son tempo et son peps dans cette plongée au cœur de la Louisiane.
Au rayon des douceurs, Brenda transforme « Per Tutta La Vida », chanson italienne popularisée par Wilma De Angelis en « I Want To Be Wanted », une pièce cotonnée dans laquelle le timbre de sa voix se révèle éclatant. « Pretend » est le parfait prototype de la variétoche à l’américaine aussi plate qu’une limande. Popularisée par les De Castro Sisters, « Teach Me Tonight » connaitra son lot de reprises tendance smooth et Brenda s’en tire ici à bon compte en évitant de patauger dans la guimauve. Au chapitre de la ballade, Brenda se fait hyper moelleuse sur « We Three (My Echo, My Shadow And Me)», un vieux titre des Ink Spots repris plus récemment par Sir McCartney. Ultime petit moment de tendresse avec « If I Didn’t Care », second emprunt aux Ink Spots, dans une version pleine de velouté, peut être la meilleure version avec celle de Timi Yuro. A noter que Bryan Ferry (ex ROXY MUSIC) reprenait le titre en single sans doute avec un regain de nostalgie.
Dans le tiroir des titres voguant entre Rock et Pop, « Just A Little » devrait évoquer des souvenirs aux amateurs de yéyé, le morceau ayant été adapté par Sylvie VARTAN sous le titre de « Je Suis Libre ». FP n’étant pas cocardier, nous préférons largement l’original avec un bon passage de sax. On ignore si l’actuel président des USA s’est inspiré de « Build A Big Fence » pour son programme électoral, mais Brenda monte sa voix sur ce Teen Rock bien plus captivant que les idées du blondinet.

Ce troisième disque de la chanteuse qui n’avait pas encore 16 ans reste aujourd’hui encore agréable d’écoute. Mais on se demande pourquoi le label a cantonné un tel timbre dans des titres parfois proches de la mièvrerie, pas loin de figurer sur l’étagère des chansons cucul-la-praline ? A noter que sur les douze pistes du disque, Decca en profite pour refourguer quatre titres de son catalogue, une manière de faire du fric sans se casser le bonichon. Intrinsèquement, ce disque vaut ses deux prédécesseurs malgré un quart de galette plus faiblard.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE :


Joan OSBORNE
Righteous Love (2000)
Le diamant noir de joan




Bruce SPRINGSTEEN
Live In New York City (2000)
Y a-t-il quelqu'un de vivant par ici... après ça ?


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Brenda Lee (chant)
- Hank Garland (guitare)
- Grady Martin (guitare)
- Harold Bradley (guitare, basse)
- Bob Moore (basse)
- Buddy Harman (batterie)
- Floyd Cramer (piano)
- Boots Randolph (saxophone 1-3-4-5-6-9-11-12)
- Anita Kerr Singers (chœurs 3-4-6-9-11-12)


1. When My Dreamboat Comes Home
2. I Want To Be Wanted
3. Just A Little
4. Pretend
5. Love And Learn
6. Teach Me Tonight
7. Hallelujah I Love Him So
8. Walkin' To New Orleans
9. Blueberry Hill
10. We Three (my Echo, My Shadow, And Me)
11. Build A Big Fence
12. If I Didn't Care



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod