Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Michel SARDOU - La Maladie D'amour (1973)
Par ERWIN le 20 Décembre 2018          Consultée 475 fois

Danton avait provoqué beaucoup de remous avec sa pochette et ses aspects un peu intellos. La rencontre avec Pierre Delanoë va s'avérer gagnante à tous les niveaux. Ils vont ensemble écrire des titres qui vont coller à l'esprit le plus franchouillard qui soit, et c'est à partir de là que SARDOU va gagner ses premières vraies lettres de noblesse. Ces textes pragmatiques et directs associés aux musiques de Revaux vont créer une légende ! En attendant on passe des réflexions historiques au sentimentalisme le plus torride, mais ce n'est pas le premier grand écart opéré par Michel.

Il est rare que chacun connaisse une chanson, qu'elle soit tellement inscrite dans nos gênes que la décrire provoque plus sourire que réflexion... C'est le cas de "La maladie d'amour" qui restera à jamais comme le plus grand succès de Michel SARDOU. Avec son thème mélodique légèrement emprunté au Canon de Johan PACHELBEL, elle ne peut que plaire à la plupart des gens, il faudrait faire preuve de beaucoup de mauvais goût pour assumer le contraire. La voix de Michel tonne puis se fait douce, les paroles de Pierre Delanoë foudroient tant elle colle à la composition "elle court, la maladie d'Amour". Je me suis toujours demandé en revanche d'ou sortaient ces enfants amoureux de 7 ans... Classique indémodable, la chanson sera numéro un des tops français pendant 9 semaines !

On renoue avec le thème liturgique sur "Tu es Pierre". Toujours cette forme d'assimilation de Michel avec le messie. Quelque part, c'est troublant, mais on perçoit tout de même l'aspect moqueur que trimbale l'artiste. Il n'empêche, cette configuration est étrange. On reste dans l'église avec "Le curé", le couplet plombe l'ambiance mais le refrain renoue avec la gaieté dans ce morceau assez sympa. On se demande ce qu'adviendrait d'un titre pareil de nos jours. Il y évoque clairement le mariage des prêtres, sacré Michel, toujours prêt à foutre le boxon ! Puis on s'élève contre l'armée sur la guère mémorable "Zombie Dupont" et le système en entier en prend plein la tête dans "La marche en avant", la composition est belle et racée, avec une voix féminine qui rappelle le "Concerto pour une voix" de SAINT PREUX.

Quelques morceaux sont moins variétés : "Je deviens fou" est dans la continuité de la pop culture de ces années seventies. Une orchestration qui fait la part belle aux instruments classiques. Une jolie gratte folky se greffe dessus, alors que pour une fois, la voix est légèrement mixée en deçà, voilà un titre ambitieux qui s'éloigne du concept de variété. "Les villes de solitude" me fait penser à certaines compo de CABREL quelques années plus tard... Comme quoi SARDOU a du influencer encore plus de monde que ce qui semble à la base ! La wah wah et la rythmique cinglante créent à nouveau une atmosphère assez rock, à laquelle le Michel s'attache à donner une traitement plus variété tu meurs. Mais au final, le morceau est très sympa à entendre, même si certaines paroles vont provoquer l'ire des auditeurs "j'ai envie de violer des femmes" qu'il dit... Non, ce n'est pas bien de boire Michel !

Sur une mélodie qui doit pas mal au "Pénitencier", SARDOU déclame toute son admiration à son pote Johnny sur "Hallyday". Il attaque la chanson ainsi que le ferait Johnny - cette manière de scander les phrases - mais il manque toujours l'agressivité même s'il y a la puissance. On ne peut se tromper sur l'identité de la personne dont on parle tant cette composition personnifie l'icone du rock français – z'avez vu si j'ai été cool, j'ai dit "rock". Très réussie ! Plus loin, le piano véloce de "Tuez-moi" crée une ambiance dramatique de belle allure. Comme si Plamondon avait écrit ses comédies musicales quelques années plus tôt. Cette manière qu'à SARDOU de hurler "Tuez-moi" donne des frissons. La mélodie est belle et très originale, merci Monsieur Revaux !

Le thème du temps qui passe est là avec "Les vieux mariés", un éternel classique des tours de chant de SARDOU? Cette belle mélodie est tellement représentative de ses chansons qu'on ne peut qu'en parler avec à nouveau un sourire franc et massif. L'orchestration créée par Revaux est superbe, mais qu'il est surprenant d'entendre des paroles pareilles dans la bouche d'un jeune homme de 25 ans ! Tout ceci débouchant sur le thème du voyage, comme il se doit ! Le thème de l'enfance est toujours là, comme à l'accoutumée : ici il s'agit du titre un peu rock "Interdit aux bébés". Mais si le titre est très cool, le rythme trépidant, en revanche, Michel le chante en mode "variété. "Pourtant sa voix est sans conteste l'égale de celle de Johnny, il pourrait chanter plus Rock, moins velouté...

Il est incontestable que La maladie d'amour est le meilleur album de Michel SARDOU jusqu'à présent. Il va apporter à l'artiste un statut de star de la variété française, est plébiscité par tous puisque plus d'un million d'albums vont s'écouler en France, près de trois si on compte les 45 tours "Les vieux mariés" et "La maladie d'amour", sacré performance. Dorénavant il va falloir compter avec SARDOU au sommet des charts français. Cet album est une porte d'entrée superbe à l'univers de l'artiste, on y croise tous ses thèmes habituels et les textes toujours incisifs qui font réagir. C'est un 4 évident sur l'échelle de notation.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Julien CLERC
Aime Moi (1984)
On t'aime !




Véronique SANSON
Sans Regrets (1992)
Véro à son meilleur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. La Marche En Avant
2. Zombie Dupont
3. Les Villes De Solitude
4. Le Curé
5. Hallyday
6. Les Vieux Mariés
7. Tu Es Pierre
8. Tuez Moi
9. Je Deviens Fou
10. Interdit Aux Bébés
11. La Maladie D'amour



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod