Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Kingdom Of Madness
1979 Ii
2007 Princess Alice And Th...
2009 Into The Valley Of Th...
2011 The Visitation
2012 On The Thirteenth Day
2014 Escape From The Shado...
2016 Sacred Blood "divine"...
2018 Lost On The Road To E...
2020 The Serpent Rings
 

- Style : Uriah Heep
- Membre : Tommy Heart
 

 Site Officiel (782)

MAGNUM - Dance Of The Black Tattoo (2021)
Par GEGERS le 25 Janvier 2021          Consultée 477 fois

Tout autant que MAGNUM est un groupe dont la constance force le respect (près de 50 ans de carrière et très peu de faux-pas artistiques), le dernier GRAND album du groupe reste à mon sens The Visitation, publié il y a 10 ans, véritable chef-d'œuvre témoignant d'une inspiration sans faille. Si les albums suivants n'ont pas à rougir et regorgent de qualités intrinsèques, ils s'inscrivent néanmoins dans une tradition plus balisée, plus prévisible également, tandis que cet opus majeur daté de 2001 sortait des sentiers battus, tant au niveau graphique que musical, pour s'imposer comme une perle, seule sur son socle.

Pourquoi évoquer cet album ? Simplement parce que c'est avec deux extraits issus de The Visitation que débute cette nouvelle compilation "made in Covid" assemblée par Tony Clarkin et ses amis. Après The Valley Of Tears il y a trois ans, voici que MAGNUM nous revient en effet avec un nouvel assemblage de titres passés. Mais loin des inutiles best-of, il s'agit là de mettre en valeur le passé récent du groupe, par des inédits, des versions live (on en compte sept) ou des version remixés de titres issus d'albums qui n'ont rien d'antédiluvien. Honneur est rendu à The Visitation, dont le mordant Black Skies frappe fort d'entrée. Le mordant des guitares, couplé à la rugosité de la voix de Bob Catley (qui va croissant avec l'âge), rend ce titre particulièrement direct et agressif. Voici qui jure avec les sonorités bien plus prog et traditionnelles de "Freedom Day", issu de même album et également présenté dans une version captée en public.

Ce Dance of The Black Tattoo, qui tire son nom d'un chouette morceau de l'album On The 13th Day, également présenté dans une version live, est un peu fait de bric et de broc, mais son rendu sonore est homogène, et cet album a le mérite de remettre en lumière une poignée de morceaux à côté desquels il aurait été facile de passer. Bien sûr, je n'évoque pas ici le classique "On a Storyteller's Night", enregistré en public, mais plutôt le refrain de Your Dreams Won't Die (issu de l'album Sacred Blood Divine Lies), qui méritait bien une nouvelle écoute.

D'autres titres, présentés dans une version radio-edit, n'apportent pas beaucoup d'eau au moulin, à l'image de "On Christmas Day", titre issu de Rock Art qui a été trop mis en avant par le groupe ses dernière années, si on rapporte son exposition à ses réelles qualités artistiques. Phantom of Paradise Circus et No God or Saviour, titres bonus sur l'album Sacred Blood Divine Lies, peinent également à nous faire dresser plus qu'une oreille curieuse. Il y a ici tout le savoir-faire et le talent de MAGNUM mis au service de morceaux bien construits, mais dont le plaisir d'écoute est éphémère. Il n'y a rien ici de marquant.

C'est un peu le problème de cet album et, plus globalement, de la carrière de MAGNUM depuis une poignée d'années. Autant qu'on aime prendre le temps d'écouter attentivement les nouvelles réalisations du groupe, d'y chercher les pépites qui ne se révèlent parfois qu'après quelques écoutes (et on en trouve, re-écoutez Lost On the Road to Eternity ou "Putting Things in Places"), autant, cette timide tentative de "forcer la main" et mettre en avant des titres finalement pas si emballants donne un résultat un peu creux. Ce qu'on en retient surtout, ce sont ces sept titres live qui, finalement, nous laissent penser que le groupe aurait mieux fait de publier un enregistrement de sa dernière tournée. Voici qui nous aurait, en plus, permis de mieux vivre cette longue période de jachère.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


Uli Jon ROTH
Tokyo Tapes Revisited (2016)
Autopsie d'un chef-d'œuvre.




FIREWIND
Firewind (2020)
Tout le spectre du heavy metal


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Bob Catley (chant)
- Dennis Ward (basse)
- Lee Morris (batterie)
- Rick Benton (claviers)
- Tony Clarkin (guitares)


1. Black Skies (live)
2. Freedom Day (live)
3. All My Bridges (live)
4. On A Storyteller S Night (live)
5. Dance Of The Black Tattoo (live)
6. On Christmas Day (radio Edit)
7. Born To Be King
8. Phantom Of Paradise Circus
9. No God Or Saviour
10. Your Dreams Won't Die (live)
11. Twelve Men Wise And Just (live)
12. Show Me Your Hands (radio Edit)
13. Not Forgiven (radio Edit)
14. Madman Or Messiah (radio Edit)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod