Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



BARBARA - Lily Passion (avec Gerard Depardieu) (1986)
Par MARCO STIVELL le 11 Septembre 2021          Consultée 140 fois

Lily Passion constitue une parenthèse complexe dans l'œuvre de BARBARA. Depuis longtemps, la Dame en noir voulait sa comédie musicale autobiographique, et, sans surprise, tout se fait avec fluidité à partir du moment où elle rencontre Luc Plamondon, parolier québécois qui a connu la consécration avec Starmania en 1979. Dès 82, tout se met en place mais il faut attendre 86 pour que les enregistrements aient lieu. Coup de théâtre dès les premiers jours en studio : BARBARA se sépare définitivement de Roland Romanelli, son plus fidèle accompagnateur depuis vingt ans et ancien amant. Ce musicien formidable a, au cours des années, développé ses compétences en synthétiseurs, il a fait partie de SPACE, groupe synthpop à succès, puis depuis le début des années 80, assiste régulièrement Jean-Jacques GOLDMAN, Johnny HALLYDAY etc. La séparation n'est pas haineuse toutefois, et l'esprit de Roland Romanelli cessera jamais d'être 'évoqué' par BARBARA dans toutes ces futures conceptions de spectacles comme de chansons.

Lily Passion, moitié chanson, moitié mise en scène, est interprété environ quatre-vingt fois sur scène dans le courant de l'année 1986. Par rapport à Madame, l'effort de spectacle maudit tenté à la toute fin des années 60, BARBARA a permis à quelque chose du genre d'aboutir cette fois au moins. La durée globale avoisine les une heure vingt, et la valeur particulière de ce spectacle, c'est que la Dame en noir partage l'affiche avec un acteur très en vogue depuis une dizaine d'années : Gérard Depardieu.

Un album double reprend l'intégralité du spectacle, en revanche les enregistrements studio sont gardés inédits pendant longtemps. J'avoue d'ailleurs ne pas les avoir écoutés, mis à part un ou deux extraits, mais le live semble 'sonner' mieux. L'intégralité du spectacle figure sur le live déjà, et permet d'avoir donc le suivi de l'histoire du début à la fin. BARBARA revient sur des moments de sa jeunesse et transpose le tout à un personnage de femme qui tombe amoureuse d'un voyou, appelé David et incarné par Depardieu. Elle réussit à l'adoucir, le rendre passionné même, avant de le laisser tomber car elle n'assume pas d'être 'de nouveau' amoureuse. Cependant, la fin est plus douce qu'amère. La notion de comédie musicale permet des digressions sur les périodes d'enfance des personnages, les rêves avec une touche de fantastique…

Sans rentrer trop dans les détails et sans surprise, Lily Passion est à écouter surtout pour la musique. Le côté théâtral devait avoir son charme visuellement parlant pour les spectateurs, mais il fallait néanmoins, au-delà du fait de voir deux grands noms associés, arriver à apprécier les monologues ou dialogues parlés. Et puis il y a l'interprétation de Gérard Depardieu qui a tendance à en faire beaucoup et beugler pendant la première partie surtout ; c'est d'abord un homme violent et criminel, pour rappel ! Présent sur la moitié des titres, il ne chante réellement que sur deux morceaux, dont "David's Song", et plutôt pas mal du tout ! C'est bien évidemment BARBARA qui mène la danse presque d'un bout à l'autre, chantant avec le piano seule ("Ô mes théâtres", l'intro de "L'île aux mimosas"), interrompant d'un seul coup les entrées musicales ou les développements de certaines chansons (Depardieu le fait aussi).

Loin de ternir sa réputation, BARBARA propose quelques grandes chansons "Lily Passion" et "L'île aux mimosas" en premier, tout en étant bien accompagnée par le percussionniste Marc Chantereau, le pianiste Gérard Daguerre (qui remplace Romanelli en termes durables) et l'accordéoniste Richard Galliano toujours exceptionnel de maîtrise. L'histoire est tourné de sorte que la protagoniste s'en remette au final à son public, son plus grand amour, comme le révèle Depardieu avant d'enchaîner sur une reprise courte mais jolie du morceau-phare de BARBARA en 1967. En dehors de cela toutefois, certains titres paraissent bien longs, tortueux (le public s'y perd tant qu'il n'applaudit guère pendant un bon moment), tout comme certains développements musicaux, avec les synthétiseurs pour tout orchestre. Ce disque est une curiosité à écouter au moins une fois, mais en dehors de l'aspect personnel pour BARBARA, éventuellement si l'on prend en compte la présence de Depardieu, le travail de Plamondon ainsi que des musiciens, il n'est pas si attachant.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


MUSIQUE MILLET
2011-12 (2012)
Ange, Adele, Bennet et Pokémon




Coralie CLEMENT
Salle Des Pas Perdus (2001)
Un premier album prometteur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Barbara (chant, piano)
- Gérard Depardieu (voix, chant)
- Gerard Daguerre (piano, synthétiseurs)
- Marc Peyreras (synthétiseurs)
- Richard Galliano (accordéon)
- Marc Chantereau (percussions)


1. Berlin
2. Il Tue
3. Cet Assassin
4. Ô Mes Théâtres
5. Lily Passion
6. Bizarre
7. Tire Pas
8. Je Viens (thème Du Héron)
9. Tango Indigo
10. David Song
11. Emmène-moi
12. L'île Aux Mimosas

1. Campadile
2. Mémoire, Mémoire
3. Qui Est Qui
4. Qui Sait
5. Ma Plus Belle Histoire D'amour
6. L'île Aux Mimosas (reprise)
7. Lily Passion (reprise)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod