Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-POP-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Dire Straits, Bap Kennedy

Mark KNOPFLER - Golden Heart (1996)
Par MARCO STIVELL le 16 Mai 2010          Consultée 2873 fois

Ce n'est plus un secret pour personne, Mark est plus que fatigué de DIRE STRAITS au début des années 90 et claque la porte à la fin de leur dernière tournée en disant qu'il ne veut plus entendre parler du groupe avant au moins dix ans. On est presque vingt ans après, il est bien resté sur ses positions.

Golden Heart aura nécessité quatre années pour être finalisé. Un détail qui saute aux yeux à l'écoute des premières mesures de "Darling Pretty", c'est la présence d'instruments comme le violon, la harpe celtique (Sean KEANE et Derek BELL, tous deux du groupe THE CHIEFTAINS), le bouzouki (Donal LUNNY de PLANXTY)... Que d'instruments que l'on aurait cru ne jamais voir chez DIRE STRAITS ! Pourtant, ce n'est pas la première fois que l'on rencontre leur présence dans la musique de Mark, grâce à ses deux premières bandes originales de film, Local Hero en 1983 et Cal en 1984. Mais comme ces musiques quasi-complètement instrumentales n'ont jamais été aussi attendues que des albums chantés, on peut dire que la surprise est d'autant plus grande ici. On se dit aussi (une bonne partie du public ne sera pas d'accord avec cela) que Mark voulait vraiment se démarquer de DIRE STRAITS et revenir à un registre plus folk, ainsi que nous le confirmeront beaucoup de titres sur ce Golden Heart.

Mark arrive à retrouver un certain équilibre en proposant la musique qu'il aime et qui est d'une grande qualité. Peu de singles se sont détachés de l'album, n'ont pas non plus apporté grand-chose au palmarès de Mark. Les fans sont comme troublés : certains s'en vont, certains (parfois ayant quitté la route après le deuxième album de DIRE STRAITS !) reviennent, d'autres attendront encore avant de se prononcer. La première idée qui ressort éventuellement est "Ca sonne trop DIRE STRAITS". Bon évidemment, à moins de vouloir à tout prix que Mark fasse du free-jazz (même sur "Badges, Posters, Stickers & T-Shirts" il n'avait pas osé), de l'électro (ne parlons pas de l'intro démentielle de "Money For Nothing"), du punk ou de la world music, il ne pouvait pas continuer son bonhomme de chemin sans faire ressortir les influences qui lui sont chères et qu'il a parsemé sur toutes les compositions qu'il a aimé écrire, au moins jusqu'à Brothers in Arms inclus, ceci dit sans de nouveau vouloir être sévère à l'encontre du très bon On Every Street. Pas étonnant de retrouver certaines influences pop-rock, blues ou même rock sudiste (même si on est loin de la fraîcheur ainsi que de l'entrain de "Sultans of Swing" et "Down to the Waterline") ; pas étonnant d'entendre ce son de guitare si caractéristique ; pas étonnant de voir que Mark a voulu garder un lien fort avec le passé en conviant le temps de quelques choeurs et parties instrumentales ses anciens acolytes Danny CUMMINGS, Paul FRANKLIN et Guy FLETCHER (ce dernier ne le quittera plus par la suite) ; pas étonnant que certains titres donnent une impression de "retour en arrière", le premier étant "Cannibals", qui sonne comme une tentative de "Walk of Life" en solo (avec le phrasé d'orgue et tout), en plus country que twist cependant... et plein d'autres détails comme ça qui apparaîtront de manière plus subtile.

Mais malgré tout, Mark a tenu avant tout de faire de cet album solo un véritable album solo. La deuxième idée qui ressortira d'ailleurs c'est, à part pour deux trois morceaux, une certaine volonté de ralentir le tempo, et encore on n'en est qu'à Golden Heart, album où l'on trouve presque autant de titres enlevés que de calmes (sept ans après, ce sera une autre histoire), la preuve avec le "Cannibals" cité plus haut, mais aussi quelques titres plus folk comme les réjouissants "Done With Bonaparte", "Je Suis Désolé"... Les gens peuvent donc difficilement dire qu'ils s'endorment, même avec des magnifiques ballades comme "Are we in Trouble Now", "I'm the Fool", "Vic And Ray" (qui est plus une chanson à ambiances), ou "A Night in Summer Long Ago" (magnifique avec la cornemuse de Liam O'Flynn) qui sont en mode "vitesse lente". D'autres titres à la métrique binaire avec un rythme plus pop retiendront plus ("Darling Pretty", "Don't You Get it", "Imelda" et bien sûr la magnifique chanson-titre) ou moins ("Rüdiger", "No Can Do") facilement l'attention. La principale difficulté réside en la longueur de l'album, même si l'organisation "chanson calme - chanson plus rapide - chanson calme - chanson plus rapide..." permettra de mieux l'apprécier au fur et à mesure des écoutes, tout comme les chansons qui paraîtront au début les moins évidentes.

En ce qui concerne les musiciens, outre les anciens de DIRE STRAITS et les Irlandais déjà cités, on peut remarquer que la liste est plutôt celle de sessionmen que de membres d'un vrai groupe. Golden Heart sera le seul disque dans ce style là parmi les albums solos chantés de Mark. Pour conclure, on peut dire qu'il n'est pas le plus réussi, et en même temps loin d'être le moins bon. Tout à fait convaincant, il prouve que notre guitariste-chanteur de Glasgow est tout à fait capable de réaliser de très bons disques en faisant à la fois ce qu'il aime et en arrivant à s'éloigner des projecteurs, tout en conservant une certaine notoriété.

A lire aussi en BLUES par MARCO STIVELL :


TAJ MAHAL
Taj Mahal (1968)
Blues vigoureux et mythique

(+ 1 kro-express)



TAJ MAHAL
Giant Step / De Ole Folks At Home (1969)
Blues-folk, moitié en groupe, moitié solo


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Mark Knopfler (chant, guitares)
- Richard Bennett (guitares, tiplé)
- Paul Franklin (pedal-steel guitare)
- Matt Rollings (piano)
- Steve Nathan (orgue hammon, claviers)
- Michael Rhodes (basse)
- Eddie Bayers (batterie)
- Danny Cummings (choeurs, percussions)
- Guy Fletcher (choeurs, claviers)
- Glenn Worf (basse, contrebasse)
- Chad Cromwell (batterie)
- Brendan Croker (choeurs)
- Terry Mcmillan (djembé)
- Bill Cuomo (orgue hammond)
- Paul Moore (contrebasse)
- Jo-el Sonnier (accordéon)
- Barry Beckett (piano)
- Sonny Landreth (steel guitare national, choeurs)
- Steve Conn (accordéon)
- Michael Doucet (violon irlandais)
- Billy Ware (triangle)
- Heike Barthe (choeurs)
- Vince Gill (choeurs)
- Robby Casserley (batterie)
- Don Potter (guitare acoustique)
- Hargus 'pig' Robbins (piano)
- Paul Brady (flûte irlandaise)
- Derek Bell (harpe celtique)
- Mairtin O'connor (accordéon)
- Donal Lunny (bouzouki)
- Sean Keane (violon)
- Liam O'flynn (cornemuse irlandaise)


1. Darling Pretty
2. Imelda
3. Golden Heart
4. No Can Do
5. Vic And Ray
6. Don't You Get It
7. A Night In Summer Long Ago
8. Cannibals
9. I'm The Fool
10. Je Suis Désolé
11. Rüdiger
12. Nobody's Got The Gun
13. Done With Bonaparte
14. Are We In Trouble Now



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod