Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-JAZZ-AMBIENT  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Dire Straits, Bap Kennedy

Mark KNOPFLER - Local Hero (1983)
Par MARCO STIVELL le 24 Janvier 2016          Consultée 1125 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le virage des années 80 est décisif pour Mark KNOPFLER. C'est la période la plus intéressante de sa carrière, avec ou sans DIRE STRAITS. Son talent à créer de la musique qui plaît aux gens rejoint un désir de s'ouvrir à des expériences différentes. C'est ainsi qu'après ce qui aurait dû être un album double de pop progressive (Love Over Gold, 1982) et une parenthèse rétro (Extended Dance Play, 1983), Marko travaille pour la première fois sur une bande originale de film.

Qui se souvient de Local Hero par Bill Forsyth, dont c'est le quatrième long-métrage, plein d'acteurs excellents ? Burt Lancaster, Peter Riegert, Denis Lawson (capitaine rebelle dans Star Wars, c'est d'actualité alors !)... Le synopsis part d'une décision d'achat par une grosse compagnie américaine d'une plage du nord-ouest de l'Ecosse, afin d'y implanter un pipe-line et une raffinerie. Sur le site se dresse une petite bourgade de pêcheurs. Deux agents de la compagnie sont envoyés pour négocier, mais la chose n'est pas aisée et ils se prennent d'affection pour le lieu et ses habitants...

Forsyth est recommandé à Knopfler qui cherche des réalisateurs avec qui travailler. Ce sont, comme par hasard, deux natifs de Glasgow et pendant cette expérience, Marko "redécouvre" les influences folkloriques qu'il perçoit depuis l'enfance. Jusque là, elles étaient absentes du son DIRE STRAITS et elles le resteront, pour mieux nourrir ses BOs et ses futurs albums solo.

La musique du groupe s'est enrichie considérablement depuis deux albums, et le claviériste Alan Clark y a beaucoup contribué. Il est l'architecte de cette bande originale, sachant qu'ensuite Marko travaillera plus volontiers avec Guy Fletcher... Clark fournit pourtant un effort complet, retransmet l'esprit celte à sa façon, dirige même au piano l'ensemble folklorique The Acetones, qui jouent dans le film lors de la séquence du "ceilidh", le bal du village.

Ce qui frappe tout le long du film, c'est la beauté naturelle des images d'Ecosse littéralement embrassée par la musique ample et profonde. À noter que l'enregistrement sonne légèrement différent par rapport au disque. Les deux parties "The Rocks and the Thunder", entièrement au synthétiseur, planent sur le littoral ainsi que les collines désertes et embrumées ("mist covered mountains"...) traversées en voiture par les agents américains.

De même, lorsqu'ils marchent sur le sable et les rochers de la crique quand le soir tombe, le thème mystérieux et ambiancé de "The Rocks and the Water" fonctionne à merveille. Les claviers dominent et KNOPFLER ne joue pas une seule note - ce sera souvent le cas sur ses BOs. Il réserve néanmoins quelques surprises, comme la jolie ballade country "The Way It Always Starts", à l'origine destinée pour l'album Love Over Gold, chantée par Gerry RAFFERTY. Le maître y officie exclusivement et brillamment à la guitare 12 cordes, chose très rare dans sa carrière.

On le retrouve aussi sur les thèmes jazzys, en particulier "Smooching" porté par une boîte à rythme Linn et qui illustre un moment romantique tout simple, un couple écossais qui danse dans son salon. Celui de "Boomtown", avec la présence du saxophone de Michael Brecker, n'est pas utilisé pour le film. Egalement, le très court "Freeway Flyer", utilisé pendant le début très américain du film, révèle l'aisance de KNOPFLER sur un tempo bluegrass.

On apprécie donc le choix de la diversité, le travail sur les ambiances, la beauté de certaines mélodies. Cela va de pair avec le caractère posé du film, le temps comme mis en suspension. Le fameux thème principal "Wild Theme", véritable air gaélique instrumental, est repris ensuite de manière plus rock pour le générique "Going Home", juste après une conclusion cinématographique poignante.

Faussement naïf, avec un dynamisme ralenti pour mieux s'accorder au décor, le film déborde de poésie et d'élégance dans les dialogues, les scènes proposées. Il conserve le mérite d'aborder le thème de l'écologie sans le ton forcené et religieux que beaucoup de personnes emploient aujourd'hui. Certains peuvent dire que tout cela a mal vieilli, je pense qu'une oeuvre est faite pour être replacée dans son époque, et que ce charme propre aux années début 80 n'a d'égal que le plaisir à revoir cette oeuvre sans prétention.

Certains éléments peuvent rendre nostalgique et attendrir, comme les scènes avec la cabine téléphonique et les appels pour les USA (Internet n'a pas toujours existé !)... Forsyth nous émerveille quand il filme la nature et les aurores boréales. Et puis il y a ce moment-clé et mystique, vers la fin, sur la plage de nuit, lorsque la foule regarde le ciel et qu'on entend le thème de "Stargazer", hymne puissant aux synthés que DIRE STRAITS réemploira pour l'ouverture de ces concerts pendant la tournée 1983 (c'est celui qu'on entend au début d'Alchemy).

Globalement, les idées de Mark KNOPFLER, la partition d'Alan Clark, le concours ponctuel d'autres musiciens de DIRE STRAITS ou extérieurs (Steve Jordan, Michael Brecker, Tony Levin, Gerry Rafferty...), et bien sûr le film qui est une petite perle, rien de tout cela ne mérite point de tomber dans l'oubli. Bien au contraire !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


MACHIN
Moi, Je Suis Un Folkeux... (1976)
Mise en route de la machine




Richard THOMPSON
Mock Tudor (1999)
La fin d'une ère


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Mark Knopfler (guitares, synthétiseurs, percussions, linn drum)
- Alan Clark (synthétiseurs, piano, orgue hammond)
- Hal Lindes (guitare rythmique sur 3)
- Mike Brecker (saxophone ténor sur 4, 11, 14)
- Mike Mainieri (vibraphone sur 4, 11)
- Gerry Rafferty (chant sur 5)
- Neil Jason (basse sur 4, 5)
- Tony Levin (basse sur 11, 14)
- John Illsley (basse sur 3)
- Eddie Gomez (basse sur 8)
- Steve Jordan (batterie sur 4, 5)
- Terry Williams (batterie sur 3, 11, 14)
- The Acetones (ensemble folklorique sur 7, 8, 9)


1. The Rocks And The Water
2. Wild Theme
3. Freeway Flyer
4. Boomtown (variation Louis' Favourite)
5. The Way It Always Starts
6. The Rocks And The Thunder
7. The Ceilidh And The Northern Lights
8. The Mist Covered Mountains
9. The Ceilidh: Louis' Favourite, Billy's Tune
10. Whistle Theme
11. Smooching
12. Stargazer
13. The Rocks And The Thunder
14. Going Home: Theme Of The Local Hero



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod