Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ghost, Who Cares, Blue Öyster Cult, Scorpions, Judas Priest, Orchid
- Membre : Tommy Heart , Brian May , Rainbow, California Breed, Whitesnake, The Dead Daisies , Bill Ward , Emerson, Lake & Palmer, Uriah Heep, Ian Gillan , Glenn Hughes , Deep Purple, Electric Light Orchestra, Jethro Tull, The Move
- Style + Membre : Kiss, Dio, Ozzy Osbourne , Msg, Tony Iommi
 

 Le Fan-site Le Plus Complet Du Monde (962)
 Site Officiel (510)
 Heaven & Hell (black Sabbath Feat. Dio) (492)

BLACK SABBATH - Black Sabbath (1970)
Par PINHEAD le 14 Février 2011          Consultée 5232 fois

Une pluie battante, quelques coups de cloche, un accord de guitare mortuaire et une voix d'outre tombe. Le premier morceau de Metal est né, et la messe noire est dite. Empreint de terreur et d'occultisme, le titre "Black Sabbath" est en fait la genèse du Metal, puisqu'il regroupe tous les attributs qu'on prête à ce premier genre dérivé du Hard Rock. Date de naissance officielle: 13 février 1970.
Chronologiquement et musicalement, l'album en lui même est au Metal ce que le nouveau testament est au christianisme... Voyez un peu l'importance de l'objet... Quand on connait les proportions et le développement qu'ont connu cette musique, on réalise mieux la dimension sacrée du skeud.
Lâchée telle une bombe dans un monde hippie ravagé par la catastrophe du festival d'Altamont (assassinat d'un spectateur par un Hell's Angels pendant la performance live des ROLLING STONES), la galette détruit les restes d'un rêve utopique désormais brisé à coups de décibels. La paix, l'amour, et la spiritualité idéaliste ont fait place à la violence et à la désillusion. La musique de BLACK SABBATH, elle, s'apparente à un film d'horreur musical où les ambiances inquiétantes et lourdes sont omniprésentes, à l'image du premier titre.

Ce fameux premier morceau, au tempo si ralenti, aux guitares si saturées et aux paroles si maléfiques pose directement les bases de cette nouvelle musique. Tous les éléments sont réunis pour créer une atmosphère pesante et terrifiante. Contrairement à LED ZEP, les riffs du Sab sont lents, très lents... Les vocaux ne sont plus aussi démonstratifs et enragés, mais traînants et langoureux... Ozzy Osbourne, sans posséder les capacités impressionnantes d'un Ian Gillan ou d'un Robert Plant, est cependant doté d'un timbre qui convient parfaitement à ces ambiances démoniaques, comme possédé par Lucifer en personne.
D'ailleurs, l'ouverture de "Sleeping Village" chantée par le futur "madman" sur un très sombre arpège acoustique est à glacer le sang.

Tony Iommi, le guitariste moustachu, se montre d'une inventivité brutale dans la composition de ses riffs, mais terriblement efficace, à l'opposé des groupes de Prog qui continuent leur branlette expérimentale avec le même succès depuis l'émergence de YES, KING CRIMSON (qui explore cependant une veine hard sur le premier album) et GENESIS. On peut néanmoins noter la présence paradoxale du guitariste dans le groupe JETHRO TULL peu avant la formation de Black Sabbath, le temps de quelques mois (un passé qui ressurgira sur les albums suivants du groupe).
La basse de Geezer Butler, dans un grondement menaçant, soutient les riffs de son compère Iommi. C'est en partie grâce à cette association guitare/basse ténébreuse que s'organise le son si particulier du groupe, comme sur l'excellent "N.I.B." qui alterne solo de basse Wah-Wah et riff tranchant de Gibson SG. Ce son si obscur et caractéristique du groupe vient aussi en partie de la guitare de Tony Iommi accordée un demi ton en dessous de la normale, pour faciliter le jeu du guitariste aux deux doigts coupés. En effet, ouvrier métallurgiste pendant sa jeunesse, le musicien avait (mal)heureusement perdu deux de ses chers doigts sous une presse... De quoi démotiver le plus déterminé des guitaristes... C'est alors la découverte de Django Reinhardt, virtuose du jazz manouche ayant souffert de la même infirmité que notre Iommi, qui le remet sur les rails de la musique. L'homme a en effet l'ingénieuse idée de remplacer ses doigts par des prothèses en cire et d'abaisser le tonalité de ses cordes pour lui permettre un jeu plus aisé...
Bien entendu, les influences Blues sont toujours là, comme le montre l'introduction de "The Wizzard" à l'harmonica. D'ailleurs, le disque contient pas moins de deux reprises de Blues Rock: "The Warning" et leur premier single: le dansant "Evil Woman".

Bon... Avec un peu plus d'objectivité, on peut bien lui reprocher quelques défauts à ce premier BLACK SABBATH, à commencer par ces manques d'inspiration sur certaines compositions qui poussent les membres à improviser pendant de longues minutes, à l'image de "The Warning", où Iommi entend démontrer ses inspirations blues et jazzy sur un interminable et très ennuyeux solo.

Mais aujourd'hui encore, l'influence de cet éponyme de BLACK SABBATH est immense. On retrouve des touches de Stoner (le riff un brin psychédélique de "Evil Woman"), Doom, Goth... et j'en passe tant la liste est longue. La pierre angulaire du metal, la source même dans laquelle ont puisé des milliers de groupes qui s'étendent des 70's à aujourd'hui. Par exemple, quinze ans avant METALLICA, BLACK SABBATH s'inspire de l'écrivain d'horreur H.P. Lovecraft dans "Behind the Wall of Sleep"... Petit détail qui peut paraître anodin, certes, mais qui prouve une fois de plus l'avance du combo sur son temps.
Nombres légendes ont découlé de cette première livraison et toujours entretenues par la maison de disque, à commencer par l'anecdote de la pochette. Selon le photographe, la façade de la ferme était déserte pendant la photographie de l'artwork... Mais une fois le développement du cliché achevé, une femme aux allures de sorcière serait apparue sur l'illustration finale, comme un fantôme venu de l'autre monde pour hanter le disque le plus sombre que les bacs avaient connu jusque là...

Son côté novateur et iconoclaste explique sûrement le succès commercial de ce premier album lors de sa sortie... La naissance du Metal avec un grand M. Mais c'est seulement avec le recul qu'on peut comprendre le génie du groupe: quatre jeunes adultes sans avenir apparent qui parviennent à conceptualiser et mettre en forme l'un des genre musicaux les plus prolifiques du XXème siècle... Peu importent les KINKS, IRON BUTTERFLY et autres STEPPENWOLF... Le Metal, c'est bien BLACK SABBATH qui l'a créé.

4/5

Coup(s) de cœur: "Black Sabbath"

A lire aussi en HARD ROCK par PINHEAD :


BLUE ÖYSTER CULT
Blue Öyster Cult (1972)
Entre hard et psyché

(+ 1 kro-express)



AEROSMITH
Toys In The Attic (1975)
Souvenir des 70's...


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
   ERWIN
   GEGERS
   MARCO STIVELL
   RED ONE

 
   (5 chroniques)



- Ozzy Osbourne (chant, harmonica)
- Tony Iommi (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Bill Ward (batterie)


1. Black Sabbath
2. The Wizard
3. Behind The Wall Of Sleep
4. N.i.b
5. Evil Woman
6. Sleeping Village
7. The Warning
8. Wicked World



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod