Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON FRANçAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Francis Cabrel , Maxime Le Forestier

Georges BRASSENS - Le Vent (1953)
Par GEGERS le 16 Septembre 2011          Consultée 2348 fois

« Des jean-foutre et des gens probes,
Le vent, je vous en réponds,
S'en soucie, et c'est justice, comme de colin-tampon »

Le vent n'est qu'un polisson impudique qui, tranquille, vole au dessus de la bienséance et des conventions. Le vent, se faisant brise apaisante, escorte Georges BRASSENS sur le chemin de la renommée, qui s'avèrera court et direct. Le vent, voilà le plus fidèle allié du natif de Sète. Il lui retrousse la moustache et l'inspire, faisant virevolter les jupes des filles qui osent s'aventurer sur le Pont des Arts par jour de brise. Mais le vent, c'est BRASSENS ! Tempête ou tendre bise, le vent, tout comme le poète, n'en fait qu'à sa tête, et n'a cure du jugement d'autrui. Le vent, voilà un modèle enviable.

Cheveux en bataille, pipe à la bouche, BRASSENS se fait mistral sur son deuxième album, parcourt les villes et les champs à la recherche de ces petits moments d'existence à croquer, avec acide ou tendresse. L'artiste s'élève, fait bruisser les branches de la société, l'effleure sans jamais réellement tenter de la faire plier, simplement de la caresser de son souffle à l'haleine chargée mais au jugement affûté. Le vent aide et accompagne ces jeunes amoureux, qui pour la première fois vont concrétiser leur passion par le biais d'une crapuleuse copulation (« Il suffit de passer le pont »). Décidément, le vent apprécie les amoureux, puisqu'il vient escorter le prétendant aveuglé par la robe à frou-frou de sa partenaire (« J'ai rendez-vous avec vous »). Se faisant alizé, il ne rougit pas à la vue de ces « amoureux des bancs publics » qui se galochent à pleine bouche, réfléchissant déjà à leur avenir et n'ayant cure de cette société conservatrice, intolérante, qui les rabroue tout en nourrissant une grande frustration de ne pouvoir se conduire comme eux.

Le vent charrie des vers, des quatrains et des alexandrins, il inspire la tendre mesure qui rythme cette « Ballade des dames du temps jadis », poème de François Villon. Il souffle sur la légère « Comme hier », chronique d'un désamour champêtre signé Paul Fort, ou il se fait bourrasque sombre et solennelle sur « Il n'y a pas d'amour heureux », adaptée d'un poème de Louis Aragon. Le vent se change en tempête, portant une mélodie sombre qui sera réutilisée à plusieurs reprises, et notamment sur « La prière », enregistrée sur le 33 tour suivant.

Et puis le vent se fait mélancolique, saluant une dernière fois cette « Cane de Jeanne », animal charismatique appartenant à Jeanne Planche, logeuse de BRASSENS lorsque celui-ci se fut évadé du camp de travail de Basdorf en mars 1944. Signe que le vent, s'il fonce tête baissé, n'en oublie pas pour autant ces moments qui ont marqué sa jeunesse. Le blizzard sait aussi poser ses valises pour se faire portraitiste conscientisé, compatissant et solidaire du sacerdoce vécu par ce « Pauvre Martin », forcé de manier sa pelle bêche du soir au matin. Ce pauvre Martin, c'est bien entendu le Français moyen, qui œuvre en silence et meurt comme il a œuvré. Galopin, le vent se fait enfin zéphyr coquin, admirant le décolleté plongeant et les mamelles abondantes de cette « Brave Margot », dont la bonté ne fut guère récompensée...

Le vent, s'il souffle souvent sans discontinuer, sait aussi parfois laisser la place à une accalmie, à un instant de silence régénérateur. Mais bien vite, il souffle de nouveau, et revigore les passants, tout comme ce deuxième 33 tours de Georges BRASSENS, qui, tout comme sur sa première réalisation, se fait délectable et grinçant, riche d'un sens de l'analyse et d'une grivoiserie pince-sans-rire résolument imparable. Que souffle le vent !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Georges BRASSENS
Les Sabots D'helène (1954)
Portraits à la rose et au vitriol

(+ 1 kro-express)



Maxime LE FORESTIER
Passer Ma Route (1994)
Du monde au balcon.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   SASKATCHEWAN

 
   (2 chroniques)



- Georges Brassens (chant, guitare)
- Pierre Nicolas (contrebasse)
- Lucien Bellevallée (seconde guitare)


1. Le Vent
2. J'ai Rendez-vous Avec Vous
3. Les Amoureux Des Bancs Publics
4. Ballade Des Dames Du Temps Jadis
5. Comme Hier
6. Pauvre Martin
7. Brave Margot
8. Il Suffit De Passer Le Pont
9. La Cane De Jeanne
10. La Marine
11. Il N'y A Pas D'amour Heureux



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod