Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ariana Grande

Mariah CAREY - Butterfly (1997)
Par JEREM le 2 Mars 2017          Consultée 1199 fois

Virage sans équivoque pour le cinquième album de la diva aux cinq octaves, dont le titre évoque nul autre que son indépendance musicale mais aussi - et surtout - personnelle. Ces dernières années n’ont pas été simples pour Mariah Carey. Des succès dans les charts certes, mais en interne, de grosses déconvenues. Des problèmes avec sa maison de disques - qui ne s’arrêteront pas là, bien au contraire - et surtout un divorce très médiatisé avec son producteur Tommy Mottola. C’est lui qui a façonné sa carrière, mais qui a, plus d’une fois, calmé les ardeurs de sa femme pour en faire l’artiste pop parfaite, suffisamment lisse pour plaire au grand public et ainsi, vendre des millions de disques. Désormais libre, Mariah fait ses propres choix, et ce qui aurait pu être un magnifique plantage devient finalement l'un des plus grands disque de sa carrière. Un album quasiment parfait de la première à la dernière piste, où l’artiste se livre comme jamais.

Dès le premier titre, on perçoit le changement musical. Le single « Honey » amorce cette nouvelle voie, un univers beaucoup plus adulte et affirmé avec une production flirtant avec le hip-hop, chose qu’elle avait déjà légèrement exploré sur son précédent opus, mais dans une bien moindre mesure. C’est aussi à partir de ce morceau que la chanteuse change d’image, pour un visuel beaucoup plus sexy. C'est la nouvelle Mariah, même si à cette époque ça restait encore assez classe et pas (encore) vulgaire. Le titre éponyme, beaucoup plus évident, peut permettre de raccrocher les wagons avec les fans de la première heure. Une grande ballade pop sans prise de risque, mais un joli single qui bénéficie d'une interprétation puissante et sensible de Carey. Autre classique avec « My All », à ranger parmi ses plus grandes chansons. Ambiance latine pour un slow très sensuel et de pur r’n’b. L’une des plus belles performances vocale de la chanteuse, encore à ce jour.

On pourrait aussi parler du virevoltant « The roof », et sa production clinquante et mature. La chanteuse affirme son style à travers cette chanson urbaine, et en même temps c’est tout à faire le style Carey. Une pure bombe. Ambiance jazzy et lumières tamisés pour « Fourth of July » qui transpire la sensualité, l’une des pistes essentielles de cet opus qui n’en manque déjà pas. Il faut souligner l’interprétation subtile de la chanteuse qui n’a jamais été aussi convaincante dans son chant. Le single « Breakdown », lui, représente beaucoup pour la chanteuse qui se livre totalement et ouvre un nouveau chapitre de sa vie. Et en matière de r’n’b, c’est la crème de la crème des années 90, avec un featuring très bien dosé et qui s'intègre à la perfection à la voix de Carey. Tout aussi magistral, le très sucré « Babydoll » se déguste comme un mojito en bord de piscine, délicieux à tous les niveaux.

Si la ballade "Whenever you call" est un poil en-dessous du reste, en raison de son caractère trop basique, les dernières chansons de l'opus flirte de nouveau avec le haut niveau. "Close my Eyes" est un slow classieux, toujours avec une touche urbaine particulièrement sympathique. Tout ça pour mieux casser l'ordre établi avec "Fly Away", qui est une reprise du titre éponyme mais en version house. Assez surprenant, mais loin d'être déplaisant. Seule reprise du disque "The beautiful ones" aux côtés de Dru Hill, magistrale ballade qui referme le disque à la perfection avec "Outside" toute aussi bonne.

Bref, Mariah Carey offre son plus grand disque qui annonce le virage de sa carrière. Un opus définitivement urbain, classieux et mature. A souligner, le très bon niveau d'écriture de la chanteuse, car c'est un fait souvent passé sous silence, alors que les textes de cet album - et pas seulement - sont très bons et émouvants. Un cinquième opus très important dans la carrière de Mariah Carey, qui s'émancipe pour de bon des premières années de sa carrière.

A lire aussi en POP par JEREM :


Whitney HOUSTON
Whitney Houston (1985)
The voice




MADONNA
Confessions On A Dance Floor (2005)
Retour aux sources


Marquez et partagez





 
   JEREM

 
  N/A



- Mariah Carey (chant, choeurs, production, composition)
- Walter Afanasieff (clavier, synthétiseurs)
- David Cole (clavier)
- Cory Rooney (batterie, clavier)
- Q-tip (programmation, batterie)
- Cindy Mizelle (choeurs)
- Kelly Price (choeurs)
- Dave Hall (arrangement)


1. Honey
2. Butterfly
3. My All
4. The Roof
5. Fourth Of July
6. Breakdown (feat. Krayzie Bone & Wish Bone)
7. Babydoll
8. Close My Eyes
9. Whenever You Call
10. Fly Away (butterfly Reprise)
11. The Beautiful Ones (feat. Dru Hill)
12. Outside



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod