Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK FM  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 5)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1978 Toto
1979 Hydra
1981 Turn Back
1982 Toto Iv
1984 Isolation
1986 Fahrenheit
1988 The Seventh One
1990 Past To Present 1977-199...
1992 Kingdom Of Desire
  Greatest Hits Live... An...
1993 Absolutely Live
2015 Xiv
 

- Style : Journey
- Membre : Vertigo, Steely Dan, Hiromi, David Gilmour , Judas Priest, Frederiksen-denander, Steve Lukather , 801
- Style + Membre : Yoso
 

 Hydrasolation - Le Siteweb Des Fans De Toto (1471)

TOTO - Toto Xiv (2015)
Par RED ONE le 4 Mai 2015          Consultée 5067 fois

À la suite de la tournée Falling In Between, TOTO était rentré dans une certaine léthargie. Soyons même plus clairs : le groupe avait officiellement splitté en 2008. Steve Lukather, considérant que TOTO ne pouvait continuer à exister sans aucun membre de la famille Porcaro en son sein, préféra mettre un terme aux activités du groupe. Mais la triste maladie de Mike Porcaro pousse rapidement le groupe à se reformer en 2010 pour récolter des fonds en sa faveur. Toutefois les Américains décident pour l'occasion de revoir leur voilure. Ainsi exit Bobby Kimball, et bonjour à l'éternel remplaçant Joseph Williams. Pour donner une certaine légitimité à ce nouveau line-up, Lukather réussit à convaincre Steve Porcaro et David Paich de réintégrer la formation. Le poste de bassiste est pendant quelques temps dévolu à l'immense Nathan East, mais ce dernier finit par quitter le navire à l'aube de la mise en chantier d'un nouvel opus studio qui aura mis 10 longues années à voir le jour. Nathan East sera finalement remplacé par... David Hungate, premier bassiste de TOTO, qui effectue ici son grand retour au sein du groupe après plus de trente années d'absence.
Malgré le retour permanent de Hungate, plusieurs bassistes se partageront l'enregistrement du nouvel album. On retrouve ainsi Tal Wilkenfeld, Tim Lefevbre et même ce bon vieux Leland Sklar, qui remplaçait déjà Mike Porcaro sur Falling In Between Live en 2006. Simon Phillips, remplaçant de Jeff Porcaro depuis son décès en 1991, quittera également le groupe en 2014. C'est le batteur de session Keith Carlock (batteur de STEELY DAN) qui le remplace officiellement. Le décor est posé, les acteurs sont en place, la pièce peut commencer...

Après toutes ces années d'attente interminable, le voilà donc enfin ce nouveau TOTO tant attendu (ça fait beaucoup de T dans la même phrase) : Toto XIV. Pourquoi XIV, alors que l'album sort en 2015 ? Tout simplement parce que cet album est considéré par le groupe comme son quatorzième album studio. Dans ce décompte, le groupe inclue apparemment l'album Toto XX, compilation d'inédits constituée à 90 % de matériel studio original. C'est aussi une référence à Toto IV, l'album de 1982 où figurait le tube "Africa", considéré par beaucoup comme l'album le plus célèbre de la formation.
À un âge désormais canonique, TOTO ne cherche plus à convaincre qui que ce soit, encore moins à pondre du tube radio. Cet album ne fleure donc aucunement l'opportunisme, mais témoigne d'une véritable envie de proposer ce qu'il sait faire de mieux pour se faire plaisir. Le meilleur titre de l'opus est indéniablement "Holy War", puissant titre catchy et endiablé, qui donne envie de furieusement remuer son popotin. Ah ces claviers ! Aaah cette guitare rugissante ! Pas de doute, TOTO est de retour, en très grande forme ! Le single "Orphan" se veut dans la veine de ses classiques, avec un son très pop et des refrains qui font mouche immédiatement. Toujours ce sens du tube imparable plus de 35 ans après ses débuts. À l'instar d'une pochette plutôt sombre, les compositions de Toto XIV révèlent une touche relativement claire-obscure, comme on peut le constater sur la brillante "Fortune".

Le blues élégant de "21st Century Blues", où Lukather s'empare du micro, est une belle réussite, et évoque les meilleurs moments de Kingdom Of Desire (1992). Le morceau est toutefois un peu longuet, mais s'écoute avec délectation. Le groupe dédicace "Unknown Soldier" au regretté Jeff Porcaro : un titre ouvertement influencé par le rock progressif et dont certains passages évoquent les meilleurs moments d'ASIA. Encore une brillante réussite. Steve Porcaro donne de la voix sur la très sensuelle "The Little Things", aux couplets sucrés qui évoqueraient presque le hit "Africa". David Paich est pour sa part à l'oeuvre sur "Chinatown", autre superbe moment progressif aux refrains puissants. On le retrouve sur l'émouvante "All The Tears That Shine". "Burn", épique au possible, nous arracherait presque des larmes de bonheur devant une telle explosion de sentiments. Les claviers magiques de "Great Expectations", le titre final, sont pour leur part une sublime conclusion comme on en a rarement vu ces dernières années. Ah lala, ces claviers, nom de nom !
La guitare de Lukather est plus que jamais à l'honneur sur cet album très rock, certes pas aussi agressif et progressif que ne pouvait l'être l'excellent Falling In Between, mais indéniablement grandiose. Les claviers des deux membres historiques David Paich et Steve Porcaro sont également fortement mis en valeur, conférant à l'ensemble une unité et une solidité à toute épreuve. Joseph Williams, souvent vu comme un simple remplaçant du grand Bobby Kimball, livre ici une performance remarquable. Le rouquin n'a jamais aussi bien chanté que sur cet album.

C'est frais, ça fait du bien, ça envoie du bois et les mélodies restent dans l'oreille : TOTO a bien fait son travail, la copie est exemplaire. Le groupe américain livre ici l'une de ses oeuvres les plus abouties. Du TOTO de premier choix, comportant tous les ingrédients traditionnels du savant mélange des Américains, à savoir un cocktail sucré et savoureux de pop, de rock, de soul et de r'n'b, à grands renforts de guitares épiques et de claviers grandiloquents. Ca marche, c'est efficace et ça fait mouche. Toto XIV, l'album de TOTO ultime ? On en est pas loin, oui !

Un must.

Post-scriptum : peu de temps après la sortie de cet album en mars 2015, Mike Porcaro décédait des suites de sa longue maladie. La même qui avait conduit TOTO à se reformer en 2010. Un des plus grands bassistes du monde du rock nous quittait. Il va beaucoup nous manquer.

R.I.P. Mike Porcaro (1955-2015).

A lire aussi en ROCK par RED ONE :


Joe MATERA
Fallen Angel (2013)
Et Joe Matera se mit enfin au chant...




Joe MATERA
Creature Of Habit (2012)
La suite logique de Slave To The Fingers


Marquez et partagez







 
   RED ONE

 
   MASTCARD

 
   (2 chroniques)



- Joseph Williams (chant)
- Steve Lukather (guitares, basse, chant)
- David Paich (claviers, chant)
- Steve Porcaro (claviers, chant)
- David Hungate (basse)
- Keith Carlock (batterie)
- +
- Tal Wilkenfeld (basse)
- Leland Sklar (basse)
- Tim Lefebvre (basse)
- Lenny Castro (percussions)
- Martin Tillman (violoncelle)
- Cj Vanston (claviers)
- Michael Mcdonald (chœurs)
- Amy Keys (chœurs)
- Mabvuto Carpenter (chœurs)
- Jamie Savko (chœurs)
- Amy Wlliams (chœurs)
- Tom Scott (saxophone)


1. Running Out Of Time
2. Burn
3. Holy War
4. 21st Century Blues
5. Orphan
6. Unknown Soldier (for Jeffrey)
7. The Little Things
8. Chinatown
9. All The Tears That Shine
10. Fortune
11. Great Expectations



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod