Recherche avancée       Liste groupes



      
SMOOTH JAZZ / R\'N\'B  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : George Benson & Al Jarreau

Al JARREAU - All I Got (2002)
Par BAKER le 21 Avril 2019          Consultée 137 fois

Les limites de la modernité. Quand il a voulu fricoter d'un peu trop près avec la musique du TOP 40 (on est en Amérique, dix de moins et pas de points pour les secondes places), Al JARREAU a fini par se brûler les ailes. Si Tomorrow Today ne possédait que peu d'éléments r'n'b typiques des années 2000, All I Got pousse un peu plus loin le bouchon et montre, plus que jamais, un chanteur tiraillé entre sa volonté de parler à la nouvelle génération et ses racines où il reste le maître incontesté.

Ce n'est pas qu'All I Got soit un mauvais disque, mais il n'est pas évident d'accès. Et pour un album se voulant, en partie du moins, commercial et adapté aux desideratas jeunistes, c'est assez pénalisant. L'album tente souvent, pas toujours, un délicat équilibre entre le chant de JARREAU, toujours bon, peut-être un peu moins expressif (peu de scat, parties sauvages un peu éparpillées), des harmonies jazzy voire carrément difficiles, et quelques choeurs, boites à rythmes et surtout basses totalement r'n'b, notamment dans leur mixage très agressif : les basses fréquences sont omniprésentes et lourdingues. Les plus fragiles d'entre vous devront faire avec.

C'est dans une relative variété de styles que l'album se dévoile, bien que l'ambiance générale reste entre sensualité et romantisme dans sa majorité. Du refrain qui peu à peu fait son trou de "Random Act" (avec Robbie NEVIL aux claviers !) au duo avec Joe COCKER (tout orgue dehors, et permettant à JARREAU de renouer un peu avec le blues), la première partie intrigue, mélangeant le classique excellent ("Never Too Late", une très bonne ballade suave où le génial solo de synthé à la George DUKE est la première fois depuis 70 minutes de musique qu'on comprend qu'il soit signé chez GRP) et deux tentatives de pure musique urbaine avec chant à la scansion traînante, des choeurs très en avant, un traitement vraiment dans le girond de ce qui se faisait en 2002 quoi. Ce n'est pas mauvais du tout d'ailleurs ! Mais un peu factice. Le plus triste est que les pistes 2 et 4 semblent interchangeables.

La seconde partie n'est pas moins déséquilibrée, mais ce sont les styles qui diffèrent. Sur les titres rythmés, c'est curieux, mais Al ne déparerait pas chez TOTO ! "Secrets of Love" et "Jacaranda" auraient pu toutes deux figurer sur Fahrenheit. On oubliera assez vite la première pour nous délecter des choeurs africains et de l'optimisme brillant de la seconde. La présence de deux ballades côte à côte n'aide pas l'album à faciliter le transit. mais encore une fois, c'est là qu'Al cale l'appétit des fans : "Until" est extrêmement jolie, avec un riff de hautbois à en crever de tendresse, pendant qu' "Oasis" revient au niveau de subtilité, voire d'économie, qui caractérisait l'album All Fly Home : superbe ambiance et musiciens concernés, notamment le batteur qui sur la fin s'amuse avec sa ride cymbal (un batteur c'est comme un chien, quand il s'ennuie, vous leur donnez un long bâton et il jouera avec tout l'après-midi en remuant la queue).

Soigné mais aussi déstabilisant, All I Got relance régulièrement (cf le morceau-titre) une machine qui n'est pas encrassée, mais juste mal réglée. Le dernier titre résume à lui seul le malaise : Al nous refait un morceau a cappella (overdubbé mais peu importe !) intitulé "Route 66" et qui est... de loin un de ses moins bons depuis ses débuts. Technique oui, malicieux oui (poin poinnnn !), mais totalement creux et oubliable. Il manque du fun à ce morceau, et pour tout dire, à l'album. Ce qui n'empêche pas le Maître de rester plusieurs coudées au-dessus de la mêlée !

A lire aussi en JAZZ par BAKER :


Peter ERSKINE & THE DR.UM BAND
On Call (2018)
Mi-studio sympathique, mi-live transcendant




Al JARREAU
Moonlighting (1987)
La classe américaine


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Al Jarreau (chant)
- Joe Cocker (chant)
- Dave Torkanowsky (claviers)
- Freddie Ravel (claviers)
- Jeff Lorber (claviers)
- Larry Williams (claviers)
- Manuel Seal (claviers)
- Nelson Jackson (claviers)
- Randy Kerber (claviers)
- Rex Rideout (claviers)
- Ricky Peterson (claviers)
- Robbie Nevil (claviers)
- Tom Canning (claviers)
- Paul Brown (prog)
- Darrell Crooks (guitare)
- Paul Jackson Jr (guitare)
- Ross Bolton (guitare)
- Tony Maiden (guitare)
- Chris Walker (basse)
- Larry Kimpel (basse)
- Roberto Wally (basse)
- Jota Morelli (batterie)
- Steve Dubin (batterie)
- Teddy Campbell (batterie)
- Dan Higgins (saxophone)
- Joe Turano (saxophone)
- Kirk Whalum (saxophone)
- Bill Reichenbach (trombone)
- Jerry Hey (trompette)
- Brad Warnaar (cor)
- Nathan Campbell (cor)
- Richard Todd (cor)
- Jon Clarke (hautbois)
- Arno Lucas (percussions)
- Paulinho Da Costa (percussions)
- Bridgette Bryant (choeurs)
- Caleb Simms (choeurs)
- David Khalid Woods (choeurs)
- John Stoddart (choeurs)
- Kurt Lykes (choeurs)
- Ryan Jarreau (choeurs)
- Sherree Ford Payne (choeurs)
- Siedah Garrett (choeurs)
- Susan Jarreau (choeurs)
- Trina Broussard (choeurs)
- Wendy Moten (choeurs)


1. Random Act Of Love
2. Life Is
3. Never Too Late
4. Feels Like Heaven
5. Lost And Found
6. Secrets Of Love
7. All I Got
8. Until You Love Me
9. Oasis
10. Jacaranda Bougainvilla
11. Route 66



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod