Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIéTé ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Nino FERRER - Métronomie (1972)
Par ERWIN le 29 Juin 2019          Consultée 622 fois

Nino s'est donc exilé en Italie pendant 3 ans. Fuyant le star system français et travaillant avec moult musiciens de renom outre alpes. Et il devient une star la bas aussi, à la télé, mais aussi sur vinyle, car il sort une œuvre toute d'italien vêtu, vous me direz, avec un patronyme comme Ferrari la bas... Nous la laissons de coté pour le moment, car une bonne partie des titres sont sur l'opus traité ici, sous les jolis atours de la langue de Molière. ON n'est pas sans remarquer la pochette, cette peinture surréaliste acquis par l'artiste est très évocatrice. On va vite comprendre que Mr FERRER souhaite en finir avec sa carrière de chanteur "rigolo". Maintenant, c'est sérieux, on n'est pas là pour amuser la galerie.

On s'attend à tout avec ce diable d'homme qui nous a déjà habitué à toutes les formes de grands écarts. Certes, mais aux premières écoutes du titre fleuve "Métronomie", on arrête le disque, on le retourne, on vérifie le nom, les musicos et tout le toutim, c'est VAN DER GRAAF ça nan ? Bah nan, ya marqué Nino un peu partout... Le titre est prog qu'il en peut plus, absolument ! Ceci n'est pas une blague ! Waltersmoke, Arp2600, Marco Stivell, Tarte, Baker et compagnie, écoutez, c'est prog à donf, et c'est bon mais oui, avec juste les quelques petits éléments psychédéliques qui rendent la compo vibrante ! L'évolution est tout simplement dantesque ! Une seule explication : l'Italie du début des 70's terre d'élection du prog ! Incroyable ! C'est instrumental tout du long, et ça déchire ! "Métronomie II" est dans le même esprit en plus court.

Le seul single de l'album est "Les enfants de la patrie", une chanson très variété plutôt sympa mais pas transcendante, on signale les choeurs élégants qui donnent envie de pousser la chansonnette. Dieu merci, ce single a une face B, qui va être matraqué par les radios, il s'agit du classique indémodable "La maison près de la fontaine", une petite merveille de velouté et de tendresse qui va s'écouler à 500 000 exemplaires, la subtile mélodie est en accord avec les paroles prophétiques de la disparition de la société ancienne au profit de la moderne. C'est très beau et sans équivalent dans le style. Il y a aussi la nouvelle version de "Pour oublier qu'on s'est aimé", qui en remontre pas mal à ces aînées de quelques années.

Et Nino se lâche, voyez donc ce titre sans équivoque "Cannabis" ! Il faut des roustons pour ainsi prénommer une chanson en 72 au sein de la variété française, m'est avis que Joe DASSIN aurait eu moins de succès en proposant un hommage à la cocaïne dont il était si friand. Il faut aussi dire que ce n'est plus de la variété, mais à nouveau un titre oscillant entre psychédélique et délires prog ... pendant 2 minutes, puis Nino se pointe avec une mélodie très dans les moeurs de ces débuts seventies, on pense à "Hair" alors que le thème écolo est carrément flower power. D'ailleurs, avec "Freak" c'est une nouvelle porte qui s'ouvre, celle du funk qu'il mettra bientôt à l'honneur. Un brin répétitif, on sent que l'artiste a écoute tout azimut, entre RUSH, YES ou à l'opposé la bande à CLINTON. Puis la guitare soul et les percussions de "Isabelle" nous plonge dans une transe peu orthodoxe. Le chant est revendicateur, l'ensemble sonne shooté aux amphets ! Un éloge de la vie nocturne, qui hélas finit en crash de bagnole.

Un album très ambitieux, qui sera boudé par les fans et glorifié par la critique ! De quoi en faire une légende bien sur, et c'est bien le cas, puisque tous les spécialistes en font un de leurs favoris dans le paysage de la musique française. Nino FERRER réussit son pari en s'extirpant de la variété, pas le moindre doute, le succès de "La maison près de la fontaine" le classe hors des amuseurs, et il acquiert une image écolo qui ne va plus le quitter. On part un peu dans tous les sens bien sur, et l'ensemble n'est guère structuré ni même ordonné, mais je ne peux me résoudre à mettre moins de 3.5 arrondi à 4 pour ce classique de la chanson française.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par ERWIN :


Yves DUTEIL
J'ai La Guitare Qui Me Démange (1979)
Ouais, elle démange




Liane FOLY
Reve Orange (1992)
Au fur et à mesure


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Metronomie
2. Les Enfants De La Patrie
3. Metronomie Ii
4. Cannabis
5. La Maison Près De La Fontaine
6. Isabelle
7. Freak
8. Pour Oublier Qu'on S'est Aimé



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod