Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Françoise HARDY - Comment Te Dire Adieu (1968)
Par WALTERSMOKE le 26 Mai 2014          Consultée 2710 fois

Comment te dire adieu est le premier album quasi-parfait de Françoise HARDY. Le premier disque ne présentant aucun défaut ou presque de bout en bout, et dont la présence en discothèque est fortement recommandable (je n'oserais dire obligatoire). Mais plus qu'un opus majeur de la discographie de la chanteuse, c'est également une valeur sûre de la chanson française, rien de plus, rien de moins.

La genèse de Comment te dire adieu ne fut pas facile, toutefois. En cet an de grâce 1968, HARDY est épuisée par les nombreux concerts de gala qu'elle ne cesse de donner. Les tensions avec la maison de disques Vogue croissent de jour en jour, sans compter qu'elle est sommée de se retirer de Paris durant le mois de mai – inutile de préciser pourquoi. Finalement, tandis que l'astrologie capte l'attention de HARDY, la machine s'emballe : la chanteuse menace de ne plus jamais faire de concert, et son septième album studio sera le dernier pour Vogue (qui ne le savait pas encore). C'est donc une poule aux oeufs d'or qui s'en va, ce qui peut tout à fait faire rager.

C'est alors qu'entre en jeu cette fameuse règle musicale qui veut qu'en cas de fortes tensions, un artiste a de fortes chances de sortir un excellent album. Comme dit plus haut, Comment te dire adieu est un album remarquable, non seulement dans la discographie de Françoise HARDY, mais aussi dans la chanson française.
Si Comment te dire adieu se limitait à la face A, alors la perfection serait vraiment approchée de près. L'enchaînement des six chansons est idéal, sans compter leurs qualités individuelles. Entre autres, la chanson-titre et "L'Anamour" se font remarquer par la présence de GAINSBOURG aux paroles (et à la musique sur "L'Anamour"). Doit-on encore préciser que "Comment te dire adieu" est devenu un classique définitif ? La mélodie originale d'Arnold Goland est d'une finesse exquise, mais la vraie star reste de loin Françoise HARDY, qui chante un tex-te digne du grand Serge, et de la voix de la chanteuse. De nos jours, "Comment te dire adieu" reste une chanson éternelle, qui n'a pas pris de ride ou si peu. La suite est clairement issue du même tonneau : "L'Anamour", dopé aux jeux de sonorités gainsbourgiennes, s'impose sans difficultés majeures comme la meilleure chanson du lot, tandis que "Suzanne" (reprise du fameux tube de Leonard COHEN) et "La Mésange", agréables à écouter, dégagent une beauté à couper le souffle. Ensuite, on peut toujours se poser la question de l'intérêt de "Il n'y a pas d'amour heureux", déjà présent sur le L;P précédent. D'un autre côté, non seulement les arrangements sont différents, mais de plus cela fait toujours une grande chanson supplémentaire au compteur.

Un constat s'impose pour la face B : elle est plus faible que la face A. Ce constat doit quand même être nuancé, car si elles sont moins mémorables, les chansons n'en restent pas moins bonnes (au moins). Certaines se font bien remarquer quand même : "Parlez-moi de lui" est une antithèse de "Comment te dire adieu", dans le sens où elle a mal vieilli et est plus dispensable, alors que "Etonnez-moi Benoit" surprend par sa musique qui sent bien la variété bourrée à la naphtaline. En passant, cette dernière est l'oeuvre de Hugues de Courson, nouvel aide de camp régulier de HARDY et surtout futur membre de MALICORNE. Certains arrangements risquent également de déplaire, sur "Il vaut mieux une petite maison dans la main qu'un château dans les nuages" (ça c'est du titre) et "La rue des coeurs perdus". Mais on touche là aux question de subjectivité, ces arrangements étant tout aussi réussis que l'interprétation de HARDY.

Qualifier l'album Comment te dire adieu de classique n'est pas un contresens. Si certains albums comme L'amitié ou Tous les garçons et les filles pouvaient être considérés de solides opus, c'est avec celui-ci que Françoise HARDY s'ancre de manière sûre et définitive dans la chanson française. Belle fin de carrière chez Vogue, pour une ancienne enfant du yéyé.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Michel BERGER
Mon Piano Danse (1976)
Tristement oublié, et pourtant...




Michel BERGER
Pour Me Comprendre (2002)
Une bonne compile pour un triste anniversaire


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Comment Te Dire Adieu
2. Où Va La Chance
3. L'anamour
4. Suzanne
5. Il N'y A Pas D'amour Heureux
6. La Mésange
7. Parlez-moi De Lui
8. A Quoi ça Sert
9. Il Vaut Mieux Une Petite Maison...
10. La Rue Des Coeurs Perdus
11. Etonnez-moi Benoit !
12. La Mer, Les étoiles Et Le Vent



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod