Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bo Diddley
- Style + Membre : Berry & Diddley

Chuck BERRY - From Saint Louis To Liverpool (1964)
Par ERWIN le 27 Février 2020          Consultée 446 fois

Après un intermède instrumental avec son collègue Bo DIDLEY, il est plus que temps pour Chuck BERRY de reprendre le cours de sa vie de rock star. Notre artiste n'a pourtant plus rien d'un jeune premier : il a 38 ans et déjà une expérience de taulard qui l'a marqué à vie. Mais Chuck constate que son influence est number one dans tous ces nouveaux groupes qui sortent de la perfide Albion. Alors finalement quoi de plus naturel que de prénommer son album de Saint Louis – chez Chuck – à Liverpool – chez les BEATLES qui lui vouent un culte ? Voilà de quoi interpeller les jeunes de 64, non ? En tout cas, Chuck ne semble pas vouloir trahir ses élans rock'n'roll, c'est courageux ! D'ailleurs, voyez cette photo géniale qui le voit sauter comme à ses vingts ans guitare en main, le showman est bien de retour, pas de doutes !

Pas moins de quatre singles ornent ce nouvel opus ! Et au moins trois classiques qui ont percuté les esprits jusqu'à aujourd'hui. "Promised land" tout d'abord, qui sera ensuite popularisée par ELVIS, nonobstant la damnée intro, est un rock rapide vraiment cool. Puis "You Never Can Tell" bien sûr, qui vivra une seconde jeunesse en 94 grâce en soient rendues à Tarantino, qui l'impose dans son pulp fiction pour la session twist entre John Travolta et Uma Thurmann – voir ma kro de la BO – sans doute le classique de Chuck qui a le mieux vieilli sur cet opus, une petite gemme qui ne sera jamais kitsch, un petit rock tout simple... simplement proche de la perfection. Enfin, "No particular Place To Go" est une vraie petite merveille de mélodie, ce que les années cinquante – je sais on est dans les sixties, me gonflez pas ! - nous auront donné de mieux. J'adore ce shuffle, cette manière toute personnelle qu'à Chuck de déclamer son texte humoristique avec un talent consommé. Carrément jouissive !

Le dernier single est "Little Marie", une resucée assumée de "Memphis Tennessee", légèrement plus smoothy que le grand classique, donnez-lui une chance elle est peut-être mieux que l'originale. Chuck est propre à la guitare et cela fait une sacrée différence. "Go Bobby Soxer" reprend l'habituelle intro, on est très proche de "Johnny B Goode" sur le refrain tout de même, une vraie redite, mais cette fois le solo est assez réussi. "Brenda Lee" porte le patronyme d'une de ses collègues chanteuse de rock, universellement connue pour son "I'm Sorry". On reconnaît les rythmes tressautants comme les aime Chuck, avec de jolies parties de guitare, un titre assez original pour être remarqué. Le très véloce "Our Little Rendez-vous" qui sonne presque rockabilly n'a certainement pas eu la postérité qu'il mérite, Chuck est un immense chanteur, la preuve ! On retrouve le "Liverpool drive" de l'album précédent, dans une version identique tout aussi speedée.

Mais dans cette superbe collecte de rock songs, Chuck s'adonne aussi à d'autres musiques ! "Things I Used To do" nous renvoie à sa cité d'adoption de Chicago, dans un blues lent agrémenté d'un piano fiévreux. Chuck s'y sent visiblement à l'aise, même si le solo n'est pas des plus inspirés. Autre blues lent mais instrumental cette fois, "Night Beat" nous garde dans une boite de jazz enfumée, le piano fait tout dans cette mélodie. On exhume aussi une vieille bande de 1958 avec "Merry Christmas Baby", où Chuck cabotine sur un blues de fin d'année de plutôt belle allure. Son chant smooth colle magnifiquement à la lenteur du titre, jusqu'au solo très sympa. Enfin, "You Two" est une superbe incursion dans le doowop jazzy cher à Frankie AVALON. La basse véloce seconde très bien notre Chuck dans ce titre particulièrement réussi.

On peut dire que Chuck a le moral : réussir ainsi à proposer une telle collection de classiques après être sorti de prison semblait une gageure et un pari insensé. Il est pourtant tenu et totalement réussi puisque ce Saint Louis To Liverpool est sans conteste le meilleur album de Chuck depuis ses débuts. Certes, il y a bien quelques redites, comme l'artiste en sera à jamais l'auteur, et on peut avoir du mal avec toutes ces intros semblables, mais au final, quand vient l'heure de l'addition, on ne peut qu'être séduit par l'incroyable facilité qui émane de cet opus. La note exacte est de 4.5 mais je l'arrondis à la supérieure car du point de vue historique, Chuck BERRY est le seul des grands pionniers à survivre en cette année de british boom, il fallait lui rendre justice, c'est chose faite !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Billy Lee RILEY
The Legendary Sun Classics (2010)
Le killer oublié




Elvis PRESLEY
Elvis' Golden Records Volume 3 (1963)
Supra classique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Chuck Berry (chant-guitare)
- Willie Dixon (basse)
- Johnnie Johnson (piano)
- Odie Payne (batterie)


1. Little Marie
2. Our Little Rendez-vous
3. No Particular Place To Go
4. You Two
5. Promised Land
6. You Never Can Tell
7. Go Bobby Soxer
8. Things I Used To Do
9. Liverpool Drive
10. Night Beat
11. Merry Christmas Baby
12. Brenda Lee



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod