Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bo Diddley
- Style + Membre : Berry & Diddley

Chuck BERRY - Golden Hits (1967)
Par ERWIN le 9 Mars 2020          Consultée 223 fois

Qu'est-ce à dire ? Chuck nous sort un greatest hits ? Ah mais que ce n'est pas tout à fait ça, voyez plutôt : Chuck a changé de crémerie, il a quitté Chess dites donc… Et s'est engagé avec la boîte Mercury. Voilà qui n'est pas banal ; à plus de 40 piges, notre star du rock'n'roll commence une seconde carrière. Alors on n'y va pas avec le dos de la cuillère, tous les hits de Chuck sont de la partie, tous ! Regardez la liste, il n'en manque pas un ! Ne commencez pas à maugréer, il s'agit de réenregistrements, Chuck a décidé d'exhumer tous ces vieux titres et de leur donner une seconde jeunesse, ça risque d'être marrant à analyser ! La pochette très kitsch est abominable mais dans l'air du temps !

Attaquons les choses de manière chronologique si vous voulez bien : tout débute donc avec « Maybellene » qui a déjà douze ans, mais oui, qui pourrait croire que les fans des sixties peuvent s'intéresser à du vieux rock'n'roll tout bouseux ? Et donc cette version... Le son est un plus gras et le chorus se déroule dans un joyeux boxon, sinon on n'est guère surpris du look de la bête, on entend certes plus la basse et l'orgue n'est pas désagréable, un essai sympathique avec un son modernisé. Nous avons ensuite la chouette « Thirty Days », qui date aussi de 1955. Chuck y déploie moins d'énergie mais le résultat final reste positif. Oui c'est moins fendard, mais le son est plus propre, moins approximatif, plus sixties oui. Et elle ressemble toujours autant à son aînée.

On attaque le lourd avec « Roll Over Beethoven », bon la guitare sonne mieux mais est plus noyée sous la basse. J'aurais préféré « No particular Place to Go » en lieu et place de « School Days », ce d'autant que la première version l'enterre. C'est encore plus flagrant sur « Rock And Roll Music », où nombre d'intervenants noient la mélodie. C'est propre oui mais manque de couilles alors que ce classique ne vaut que pour ses roustons ! Et on en arrive déjà à l'année 1958.

C'est marrant mais cette fois, on a l'impression que c'est « Sweet Little Sixteen » qui a singé « Surfin USA », un invraisemblable retournement de situation qui laisse carrément incrédule... Et pourtant si, la version des BEACH BOYS semble avoir pris le pas sur l'originale ici. « Johnny B Goode » est bien plus proprette aussi... Mais si je voulais une version propre, je n'aimerais pas vraiment le rock'n'roll, ses grésillements et autres inconsistances soniques. Alors oui, c'est sympa d'avoir cette actualisation, mais je pense que l'originale vaut mille fois mieux... parfois le moderne ne passe pas. On peut faire la même analyse pour « Back In The USA », qui a belle allure mais a un peu perdu de sa superbe au profit d'une orchestration plus lambda. Pas sûr que Chuck s'éclate autant d'ailleurs !

Je préfère en revanche cette version de « Carol » à la première. Vous allez me dire que les arrangements sont les mêmes, que les lignes de basse sont toutes semblables, la batterie métronomique et sans imagination, etc, et oui ! Vous avez raison, c'est la raison d'être de ce disque, faire du blé sur de l'ancien en l'arrangeant quelque peu... Enfin, « Memphis » reste assez conforme à l'originale. Une vraie indigestion de classique ! Si on me demande mon avis, je trouve qu'on aurait pu rajouter « You Never Can Tell », « Nadine » ou « No particular Place To Go » qui ont toutes une belle tronche de vainqueur, mais peu importe, allez !

En revanche, il y a un titre bonus, eh oui messieurs dames, il fallait donner aux fans l'impression de ne pas se faire enfler jusqu'à la garde tout de même hein ! « Club Nitty gritty » est donc là pour ça ! Et là pour le coup, c'est différent, le rythme est inhabituel et l'ambiance carrément aux sixties, Chuck est capable de composer autre chose que du rock'n'roll bien speed, la preuve !

Il y a deux manières de voir ce Golden Hits : faire le vieux con et dire « c'était mieux avant », ce qui est un peu vrai, ou se laisser couler dans l'esprit des sixties, et profiter de ce bel aréopage de songs classiques sans se poser de questions particulières. En ce qui me concerne, il y autant de pour que de contre, mais j'imagine que pour des non ayatollahs du rock'n'roll, on passe un excellent moment à l'écoute de ce skeud, dont acte. Ce Golden hits n'a donc pas à mon sens démérité, il est juste un peu déplacé car inutile face aux autres best of de Chuck BERRY.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


STRAY CATS
40 (2019)
Dieu, que c'est jouissif !




Elvis PRESLEY
Elvis' Golden Records Volume 3 (1963)
Supra classique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Chuck Berry (chant-guitare)
- Ebby Hardy (batterie)
- Johnnie Johnson (piano, electric piano)
- Quincy Macon (guitare)
- Eugene Washington (batterie)


1. Sweet Little Sixteen
2. Memphis
3. School Days
4. Maybellene
5. Back In The Usa
6. Johnny B Goode
7. Rock And Roll Music
8. Roll Over Beethoven
9. Thirty Days
10. Carol
11. Club Nitty Gritty



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod