Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Cali
- Membre : Manu Katché

Stephan EICHER - Le Plus Léger Du Monde (2022)
Par GEGERS le 24 Juin 2022          Consultée 1571 fois

L'été n'est pas encore arrivé, et voici que Stephan EICHER nous revient avec un nouvel EP, le second de quatre prévus sur l'année. Si l'idée est de marquer le changement des saisons, le chanteur suisse est juste à temps pour nous permettre de célébrer le solstice en musique. Mais, en y regardant de plus près, Le Plus Léger du Monde n'a rien d'un EP. Non, écoutez bien, c'est une révolution.

Après quelques années à soigner particulièrement les mélodies et les arrangements, Stephan EICHER semble désireux de retrouver des ambiances que l'on croyait révolues, oubliées, remisées au placard. D'ailleurs, "Le Plus Léger au Monde", premier des quatre morceaux de l'EP, est une chanson sur la résurrection, la renaissance. Composé certainement dans le courant des années 2000, car créé en partie avec l'aide du musicien Nils Koppruch, disparu en 2012), ce morceau introduit par un piano énergique se transforme assez rapidement en un souvenir de l'époque Taxi Europa, à savoir un rock riche en arrangements, construit autour d'une section rythmique dominante, sur laquelle se déploient quelques nappes de claviers qui construisent un ambiance céleste. L'intensité monte et accompagne le narrateur dans sa quête : s'extirper de l'ombre pour rejoindre la lumière. Stephan EICHER, qui chante ici en Français un rare texte non écrit par Philippe Djian, met dans sa bouche des mots inhabituels, qui le montrent à la fois sous un jour optimiste et espiègle.

Succède à ce très bon morceau le tout autant surprenant "Intercity". Un rock graisseux, dont l'intention blues, résolument américaine, est renforcée par le chant en bernois. Harmonica, guitare électrique, voici qui change des plus intimistes saveurs proposées par le chanteur sur ses précédentes réalisations, et qui rappelle, à défaut de l'époque GRAUZONE plus électronique, certaines intentions des premiers albums de l'artiste.

"Doux Dos" nous renvoie à nous habitudes, puisque, rock accessible écrit par Philippe Djian, le morceau mêle sonorités organiques et plus électroniques, rappelant en ce sens l'époque Carcassonne / Engelberg. Il y a ce refrain brut, concis, aux phrases courtes, qui se fait synthétique là où les couplets prennent plus le temps de déployer leurs atours. Un morceau dans la droite lignée des grandes heures des années 90.

Plus contemporain, "Liblingslaebe" marque un au-revoir. Folk plus classique, à la mélodie douce très appréciable, ce morceau chanté en Bernois joue sur la chaleur de la voix à la sensibilité épidermique de Stephan EICHER qui semble ici apaisé et porteur d'une tranquillité qui exhausse le goût des instruments acoustiques et de la section à vent qui intervient sur la deuxième moitié du morceau.

Moins marquant que son prédécesseur printanier, ce nouvel EP venu de Suisse mise moins sur la force des mélodies que sur l'effet de surprise lié à cette ostensible évocation d'un passé que l'on croyait révolu. Un joli clin d'oeil, un sympathique coup d'oeil dans le rétroviseur, qui participe à montrer l'étendue de la palette de compositeur et d'interprète de Stephan EICHER.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


RUNRIG
Once In A Lifetime (1988)
Un bien court premier live




RUNRIG
There Must Be A Place (2021)
Déclarer perpétuellement son amour à l'Ecosse


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Le Plus Léger Au Monde
2. Intercity
3. Doux Dos
4. Liblingslaebe



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod