Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK / HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1990 Backstreet Symphony
1992 Laughing On Judgement...
1995 Behind Closed Doors
1998 Live
2005 The Magnificent Seven...
2006 Robert Johnson's Tomb...
2021 All The Right Noises
2022 Dopamine
 

- Style : Ufo
- Style + Membre : The Union

THUNDER - Giving The Game Away (1999)
Par GEGERS le 2 Septembre 2023          Consultée 443 fois

La première mise en sommeil de THUNDER s'est déroulée de manière plutôt évanescente, très discrète. Pas de coups d'éclats ni de coups de colère, pas de ressentiment ni de brouille irréparable. Seulement, déçu par les chiffres de ventes de son dernier album Giving The Game Away, qui se hissa péniblement, et pendant une semaine seulement, à la 49è place des charts britanniques, peu galvanisé par quelques concerts donnés au Japon, en festival et en première partie de STATUS QUO, Luke Morley et ses camarades décidèrent tout simplement de s'éclipser, sans tambour ni trompettes. Il faut dire que ce cinquième album, s'éloignant du Hard Rock séculaire habituellement pratiqué par la formation anglaise, en témoigne : quelque chose ne tourne pas rond au pays du crumble.

Plus aventureux que son prédécesseur, le sympathique mais sans surprises The Thrill of It All, Giving The Game Away, expression signifiant "révéler un secret", avec le sens de gâcher une surprise, est un album aux contours flous, à l'image de sa pochette. Premier album enregistré en compagnie du bassiste Chris Childs, il voit le guitariste Luke Morley faire main basse encore un peu plus sur l'écriture et la composition. Il y a de la part du musicien une volonté d'aller vers des sonorités plus sophistiquées, moins binaires, souhait qu'il mettra en pratique en 2001 avec son premier album solo El Gringo Loco ainsi qu'en 2003 avec l'album Moving Swiftly Along, enregistré en compagnie de son camarade chanteur Danny Bowes. Un peu le cul entre deux chaises, ce cinquième album ne se détourne pas complètement du hard rock qui a fait le succès de la formation, mais introduit de nombreux éléments qui l'en éloignent : guitares acoustiques largement mises en avant, plus de retenue dans l'énergie, ballades en grand nombre… A l'image de l'album Pure Instinct de SCORPIONS publié 3 ans plus tôt, THUNDER s'assagit et décide de lever le pied.

Alors bien sûr, il y a le morceau d'ouverture "Just Another Suicide" (repabtisé "You Wanna Know" lors de sa sortie en single afin de ne pas effrayer les diffuseurs radio avec le mot "suicide"), introduit par une guitare acoustique épaisse, qui déploie bien vite tout ce qui donne de la saveur à la musique de THUNDER : ce mariage divin entre guitare et piano, ce foisonnement mélodique intense, dont la beauté est décuplée par la prestation vocale flamboyante de Danny Bowes. Un introduction surprenante mais d'une qualité bluffante, qui met en avant le savoir-faire en matière d'écriture et de production de Luke Morley, qui jusqu'ici a tout bon.

THUNDER nous prend de court néanmoins en proposant, dès le deuxième morceau, une ballade. Non pas que "All I Ever Wanted" soit mauvaise, avec ses nappes de claviers qui peuvent rappeler The VERVE, mais cette volonté de mettre complètement de côté la facette énergique et hédoniste du groupe surprend, s'agissant d'une composante essentielle de l'identité artistique du groupe. Quelques incursions en territoire Hard Rock font leur apparition bien sûr, à l'image de "Rolling the Dice", rock'n'roll pur jus, "Time to Get Tough", dont le refrain frise l'excellence, ou encore "It's Another Day", qui adopte le motif couplets mélodiques / refrains musclés que le groupe mettra en avant sur ses albums des années 2000.

Ainsi, l'essence de THUNDER semble toujours présente, en filigrane. Elle est en réalité masquée derrière des morceaux faussement aventureux, à l'image du morceau titre, un peu poussif, qui peine à nous embarquer. Si les ballades soufflent le chaud ("You'll Still Need a Friend") et le froid ("Numb"), le moment le plus difficile de l'album reste sans aucun doute cette reprise du morceau "Play That Funky Music" de WILD CHERRY, du funk au forceps sans groove ni saveur. Tout semble ici forcé et factice.

Giving The Game Away est sans doute l'album le plus "anglais" de THUNDER, certains titres évoquant un mélange heureux entre Elton JOHN et QUEEN ("All I Ever Wanted"), d'autres réaffirmant l'amour de Luke Morley pour les BEATLES, à l'image du morceau-titre. Cela, de même que les efforts du groupe en matière de recherche mélodique, ne suffit pas néanmoins pour permettre à cinquième album de passer l'épreuve du temps, lui qui sera, pendant quelques temps, le symbole de la perte de confiance du groupe en sa musique. En attendant que se présentent des jours meilleurs…

2,5/5

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


Stephan EICHER
Carcassonne (1993)
L'album indispensable d'Eicher




GREAT BIG SEA
Safe Upon The Shore (2010)
Retour gagnant


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Danny Bowes (chant)
- Luke Morley (guitare)
- Ben Matthews (guitare, claviers)
- Chris Childs (basse)
- Gary 'harry' James (batterie, percussions)


1. Just Another Suicide (you Wanna Know)
2. All I Ever Wanted
3. Giving The Game Away
4. You'll Still Need A Friend
5. Rolling The Dice
6. Numb
7. Play That Funky Music
8. 'til It Shines
9. Time To Get Tough
10. It's Another Day
11. It Could Be Tonight



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod