Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1990 Backstreet Symphony
1992 Laughing On Judgement...
1995 Behind Closed Doors
1998 Live
2005 The Magnificent Seven...
2006 Robert Johnson's Tomb...
2021 All The Right Noises
2022 Dopamine
 

- Style : Ufo
- Style + Membre : The Union

THUNDER - Live At Islington Academy (2024)
Par GEGERS le 25 Mars 2024          Consultée 525 fois

Au Royaume-Uni, Planet Rock Radio est une institution. Le genre de station qui diffuse à longueur de journée le genre de musique qu'on aime, qui définit une grille de programmes alléchantes et met derrière le micro des présentateurs-musiciens au pedigree prestigieux : Joe Elliott de DEF LEPPARD, Duff McKagan de GUNS'N'ROSES, Toby Jepson des excellents WAYWARD SONS, ou encore le truculent chanteur de THUNDER, Danny Bowes. La relation entre le charismatique vocaliste du groupe britannique et la station ne date pas d'hier. En effet, en 2006, le groupe qui achève alors une tournée anglaise pour effectuer la promotion de son huitième album Robert Johnson's Tombstone est invité par Planet Rock à donner un concert-surprise dans le cadre de son premier "Christmas Bash", organisé le 19 décembre. Ce sont donc ainsi 800 spectateurs chanceux qui se retrouvent à applaudir les vétérans du hard anglais à l'occasion de ce show événement d'un peu plus d'une heure.

C'est ce concert qui se voit aujourd'hui diffusé, avec un son incroyablement clair et de qualité, par le biais de cet album live intitulé Live at Islington Academy, du nom de la salle londonienne qui accueille alors l'événement. La setlist est courte, 10 titres seulement (il s'agit néanmoins de l'intégralité du concert), et le prix un peu élevé, d'autant plus que si vous aimez THUNDER, vous savez que le groupe est peu avare en sortie d'albums live de qualité, faire l'impasse sur cet album diffusé au format vinyle et CD digipack ne sera pas forcément un manque important dans votre discothèque. Néanmoins, tant par la qualité sonore que celle de la prestation du groupe, il permet de bénéficier d'un instantané de qualité d'une époque particulièrement faste pour Luke Morley et ses copains. Porté par le succès de son formidable Robert Johnson's Tombstone, le groupe revigoré propose ici une prestation sans faille, et transforme la courte durée de son show en un atout lui permettant d'offrir un show définitif.

Le concert débute avec le mid-tempo "Loser", un choix audacieux puisqu'il ne s'agit pas du titre le plus entraînant de la formation, malgré une puissance évidente et un refrain particulièrement efficace. Néanmoins, l'omniprésence des guitares, ce break fameux à l'orgue façon Jon Lord et la truculence de Danny Bowes brisent toute résistance. Le groupe joue la sécurité, déployant les trois tubes de l'album Backstreet Symphony, notamment un "Dirty Love" qui, joué en guise de seul rappel, s'étale sur près de 13 minutes, et se transforme en véritable coït débridé, une orgie en l'honneur du rock immédiat et irrésistible qui constitue la marque de fabrique de la formation depuis alors 17 ans. Deux titres de Robert Johnson's Tombstone, le furieux "The Devil Made Me Do It" et le blues du Delta morceau éponyme sont visiblement très appréciés par le public, le deuxième s'achevant sur de bien belles lignes d'harmonica qui apportent une variété d'ambiances appréciable. Tirés de The Magnificent Seventh !, le définitif "I Love You More Than Rock'n'Roll" démontre qu'il n'a pas usurpé son statut de nouveau classique, tandis que "You Can't Keep a Good Man Down", plus rare à partir de 2009, est un bon moyen de faire participer une foule conquise. Le rock mélodique de "River of Pain" (Bhind Closed Doors) et la ballade "Low Life in High Places" (Laughing on Judgement Day) complètent un bien appréciable tableau. En 10 titres est ici résumé l'essentiel de la carrière de THUNDER, qui mêle ici classiques et nouveautés avec une décontraction et un plaisir évidents.

A l'heure où le futur de THUNDER est incertain, la survie du groupe étant liée à l'amélioration de la santé du chanteur Danny Bowes, il fait bon se rappeler la flamboyance discrète de ces vieux briscards qui ont participé à donner au hard rock britanniques une stature et une noblesse british, agrémentées d'une classe rare. Un album live superflu pour les mordus, mais essentiel pour les autres.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


DEEP PURPLE
Rapture Of The Deep (2005)
Pot de fer




UFO
No Heavy Petting (1976)
Le quintet des caractériels


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Danny Bowes (chant)
- Luke Morley (guitare)
- Ben Matthews (guitare, claviers)
- Chris Childs (basse)
- Gary 'harry' James (batterie, percussions)


1. Loser
2. River Of Pain
3. The Devil Made Me Do It
4. Low Life In High Places
5. Robert Johnson's Tombstone
6. You Can't Keep A Good Man Down
7. Love Walked In
8. Backstreet Symphony
9. I Love You More Than Rock & Roll
10. Dirty Love



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod