Recherche avancée       Liste groupes



      
CONTE CELTIQUE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : An Triskell , Glenmor
- Membre : Pat O'may , René Werneer , Michel Santangeli , Gabriel Yacoub , Mor, Ys, Keris, Pierre De Grenoble, Malicorne, Dan Ar Braz
- Style + Membre : Angelo Branduardi , Nuit Celtique
 

 Site Officiel (470)
 Musique Progressive Bretonne (347)

Alan STIVELL - L'enchanteur Merlin (1973)
Par MARCO STIVELL le 16 Juillet 2017          Consultée 188 fois

L'enchanteur Merlin est un titre évocateur, non seulement par sa simplicité, mais aussi parce qu'il fait référence à l'un des mythes les plus célèbres au monde, lié de près à l'univers celtique et européen. Dans le courant de l'année 1973, alors que le renouveau de la musique bretonne bat son plein, la maison de disques Philips édite un 33 tours 25 cm dans sa série livre-disque dédiée aux enfants et adolescents (avec aussi Pierre et le Loup, le Lac des Cygnes, les contes de Perrault...).

C'est naturellement Alan STIVELL que l'on choisit pour la musique. Généreux en termes de création, il aurait pu fournir un effort original et exclusivement réservé à l'album. Ce qui est fort, c'est que ce n'est pas le cas : la bande sonore est constituée de fragments de ses deux premiers 33 tours chantés, Reflets (1970) ainsi que Renaissance de la Harpe Celtique (1971), eux-mêmes déjà adaptés d'airs traditionnels en grande majorité.

Sur des textes de Charles Charras, la narration d'André Gille nous raconte la vie de Merlin, fils du Diable et d'une simple mortelle. La flûte irlandaise et la harpe du morceau "Airde Cuan" introduisent le récit, une petite fille pose parfois des questions au conteur. Cela crée une belle dynamique pour un ensemble de 20 minutes à peine dépassées, donc court. Elles prennent fin avec l'emprisonnement de Merlin par la fée Viviane, et la visite de Gauvain en Brocéliande, à qui l'enchanteur fait un très beau discours qui lui donne une aura intemporelle.

Lors de l'introduction du morceau "Ys", Merlin enfant se trouve au large du Pays de Galles, il passe la nuit sur une pierre magique qui lui donne ses pouvoirs. Puis les épisodes se succèdent, Vortigern vaincu par son propre frère Uter Pendragon, Arthur qui sort Excalibor de l'enclume, et, le plus important, la rencontre de l'enchanteur avec Viviane ainsi que le temps passé avec elle. La transition entre les deux faces du vinyle se fait d'ailleurs dans un moment d'intimité et de poésie, rythmé par la harpe seule à la toute fin de l'album Renaissance de la Harpe Celtique.

Les voix des narrateurs, André Gille principalement, Jean Topart, Linette Lemercier, Monique Brienne et Charles Charras pour les rôles différents et plus ou moins spécialisées dans cette expérience de livres-audio, sont toutes appréciables, de même que la présence modérée des enfants. Dans le texte, quelques formules sont joliment tournées : condamnée à un bûcher au début, la mère de Merlin a "eu commerce avec le Malin", et comme le dit si bien Viviane malgré ses intentions déguisées, "coeur émerveillé n'a point de fenêtres fermées". C'est un moment très agréable et joli qui nous est offert, avec des extraits choisis judicieusement (toujours instrumentaux, hormis quelques vocalises).choisis

Pour faire un aparté personnel, souvent je reconnais que je n'ai pas un point de vue terre-à-terre de STIVELL et de sa musique, bien au contraire. L'artiste est pourtant très réaliste, militant en faveur de la Bretagne et grand défenseur d'idées qui n'ont rien à voir avec la moindre légende. Cependant, il a dû user de ces artifices imaginaires, disent certains, pour mieux vendre. Alors que ce sont ceux-là même, ces enchantements qui parlent d'abord, en matière d'histoire et d'affinités, à quelqu'un qui échappe à cette réalité, naturellement et, il faut le reconnaître, volontairement.

Voilà pourquoi, au-delà du conte et du disque, la passion est ravivée devant ce qui est la facette la plus "fantastique" de l'univers de STIVELL, l'expression de son talent à travers une dimension étrangère aux considérations terrestres et qui, cependant, s'en inspire. "Ys" au moment où Stonehenge est édifié par Merlin, son chant qui est le début du morceau "Reflets", "Eliz Iza" lors de son emprisonnement, la fête entre chevaliers illustrée par la fin de la "Suite des Montagnes", tous ces arrangements côtoient le merveilleux et si on y est sensible, si on a des étoiles dans les yeux - allumées par les fées qu'on a cru voir approcher -, alors autant en profiter.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


GWENDAL
En Concert (1981)
Folk-jazz fusion à la bretonne




Cécile CORBEL
Arrietty, Le Petit Monde Des Chapardeurs (2011)
Cécile se met à la BO


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


- morceaux Choisis
1. Airde Cuan
2. Ys
3. Suite Irlandaise (port Ui Mhuirgheasa)
4. Son Ar Chistr
5. Suite Des Montagnes
6. Port An Deorai
7. Reflets
8. Eliz Iza



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod