Recherche avancée       Liste groupes



      
CELTIQUE/AMBIANT/WORLD  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : An Triskell , Glenmor
- Membre : Pat O'may , René Werneer , Michel Santangeli , Gabriel Yacoub , Mor, Ys, Keris, Pierre De Grenoble, Malicorne, Dan Ar Braz
- Style + Membre : Angelo Branduardi , Nuit Celtique
 

 Site Officiel (478)
 Musique Progressive Bretonne (360)

Alan STIVELL - Amzer (2015)
Par MARCO STIVELL le 1er Octobre 2015          Consultée 1474 fois

Alan STIVELL peut-il réellement décevoir ? Certains répondront tout de go "ben oui, il est artiste mais avant tout humain !". Parfois, on éprouve de la difficulté à trancher, non par crainte de paraître méchant et injuste, mais tout simplement parce qu'on a envie de raisonner autrement, sans être moins sincère.

STIVELL ne peut décevoir, si l'on se met à la place de l'artiste et si l'on considère une nouvelle fois sa carrière, sachant que la sienne est sur le point de fêter ses 50 ans (en milieu professionnel, sans compter les années préparatoires). Son nom demeure parmi les plus connus dans un style qu'il a (re)popularisé mieux que quiconque, et luttant pour son indépendance artistique, il va où bon lui semble en termes de création. AMzer n'est certes pas l'exception à la règle.

Il fallait s'en douter au moment de la sortie d'Emerald puis du concert anniversaire à l'Olympia en 2012 : Alan nous offrait de beaux regards en arrière, mais c'était un choix éphémère. Il préfère aller de l'avant, quoiqu'il se base sur ce qu'il voit et entend à travers une époque présente, particulièrement difficile et un climat oppressant, afin de mieux en sortir. Un disque qui prend le "temps" (équivalent français de "amzer"), après s'en être libéré. Donc, pour apprécier AMzer, il vaut mieux ne pas être nostalgique, ni exigeant.

Ramenons à présent ce discours à une forme toute subjective, et disons-le en toute honnêteté : cette fois-ci, ça ne marche pas. Ce serait mentir que de dire "pas du tout", car encore une fois la liberté de l'artiste représente une démarche admirable et rare. On peut également recommander ce disque à toutes les personnes qui n'éprouvent aucune gêne à préférer un fond sonore. L'enregistrement est clair, les sons demeurent jolis, celui de la harpe en particulier (Marvus, le modèle solid-body qu'Alan nous a présenté en concert et dont il est le plus fier).

AMzer est une œuvre calme et onirique, très inspirée par le printemps et la poésie japonaise, avec quelques titres sous-nommés haïkus de manière explicite. Le tout s'enchaîne, avec une impression de contemplation et de zenitude constante. C'est là que le bât blesse, et ce n'est pas à cause de l'ambiance choisie ; nombre de ses anciens disques ne comportent aucune once de nervosité et se sont révélés réussis. On pense d'ailleurs à Harpes du Nouvel-Âge, aux morceaux calmes de Brian Boru et d'Emerald, au miraculeux Au-Delà des Mots paru il y a treize ans...

D'une teneur expérimentale, AMzer semble perpétuellement en roue libre et si les titres des plages changent sur la pochette, on a facilement le sentiment d'écouter la même tout le long. STIVELL joue sur la retenue, en effleurant les cordes de sa harpe, en mêlant rythmiques binaire et ternaire sur fond de percussions discrètes, en mêlant les gammes traditionnelles à des effets new-age et une forme personnelle de musique concrète. Il chantonne des mélodies et phrases abstraites sur de petites valses bluesy, notamment "NEw' AMzer", dont le texte est emprunté à Kentin Bleuzen, un élève Diwan.

Cependant, malgré la profusion de timbres et de résonances "méditatives" (voix, percussions, l'alto de Loumi Séveno sur un titre, les flûtes et même le shakuhachi puisqu'on parlait du Japon), de récitations multilingues y compris en français, ça ne prend pas. Les références à la Celtie (Alan reprend "Postscript" de Séamus Heaney) ainsi qu'à Samuel Beckett (la suite "As a Tribute", obscure et surréaliste) forment des tentatives de variations mais se fondent dans un ensemble très homogène, trop si l'on peine à s'y retrouver dès le départ. Un peu comme au moment de la découverte d'Explore (2006), mais de manière encore plus marquée, et sans la passion que peut susciter une œuvre récente de l'autre grand barde breton, MYRDHIN.

Les écoutes répétées n'apportent pas beaucoup de changements, même si on peut apprécier quelques bonnes idées comme "Au Plus Près des Limites – Je Marcherai" et son chœur final. "Purple Moon" (co-écrit avec Laurent Bourdelas, auteur de la biographie Alan Stivell, Le Télégramme, 2012) renvoie à l'intimité de la fin des années 70. En outre, Alan collabore avec une artiste celte féminine (l'irlandaise Gráinne O’Malley), pour le meilleur, comme toujours. C'est un ensemble lisse à défaut d'être optimiste, mais on aurait tort de se montrer sévère.

Tant qu'il est en vie, Alan STIVELL, désormais septuagénaire, à la capacité d'émouvoir et d'étonner. Espérons juste ne pas devoir attendre six longues années avant que ce soit de nouveau le cas, et pour de vrai cette fois...

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par MARCO STIVELL :


GANDALF
Tale From A Long Forgotten Kingdom (1984)
Un joli conte.




ENYA
Shepherd Moons (1991)
Le meilleur d'Enya


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Alan Stivell (voix, harpes, flûtes irlandaises, programmations)
- David Millemann (guitares, sound design, programmations)
- Nicolas Pougnand (sound design)
- Nicolas Hild (percussions, machines)
- Maliko Oka (voix japonaise)
- Toshiko Dhotel (voix japonaise)
- Gráinne O’malley (voix irlandaise)
- Cédric Alexandre (contrebasse)
- Gaëtan Grandjean (guitare acoustique)
- Loumi Seveno (alto)
- Véronique Piron (shakuhachi, percussions)
- Anne Gwen Brodu (flûte traversière)


1. New’ Amzer (spring)
2. Other Times – Amzeriou All (haïku De Printemps)
3. Matin De Printemps – Kesa No Haru (haïku De Printe
4. Mintin New 'hañv (haïku De Printemps 3)
5. Au Plus Près Des Limites – Je Marcherai (an Tostañ
6. Postscript
7. Kala Goañv / Calendes D'hiver (as A Tribute 1)
8. What Could I Do (as A Tribute 2)
9. Kerzu – December (as A Tribute 3)
10. Purple Moon
11. Halage
12. Echu Ar Goañv ? / Till Spring?



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod