Recherche avancée       Liste groupes



      
BANDE ORIGINALE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Dire Straits, Bap Kennedy

Mark KNOPFLER - The Princess Bride (1987)
Par GEGERS le 29 Juillet 2011          Consultée 1594 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Princess Bride est un film qui, lorsqu'on le mentionne, réveille généralement et machinalement de doux souvenirs chez les trentenaires d'aujourd'hui. Sorti en 1987, ce film du réalisateur Rob Reiner (adapté d'un livre de William Goodman), se veut encore de nos jours une petite perle cinématographique. Conte médiéval riche d'un humour tirant vers la parodie de films de cape et d'épée, narré par un Peter Falk en grand-père roublard, Princess Bride prévaut par sa galerie de personnages illustres, tous plus farfelus les uns que les autres : Le jeune Westley, timide valet amoureux de Bouton d'Or, qu'il viendra sauver des bras de l'ignoble Prince Humperdink. Inigo Montoya, brigand au grand cœur, bien décidé à venger la mort de son père, tué par un étrange noble doté de six doigts à la main droite (ah, la célèbre réplique « Yé m'appelle Inigo Montoya, tou as toué mon père, prépare toi à mourir ! »). Fezzik, géant pataud, dont la force physique n'a d'égale que son esprit poète... Il règne dans ce film une ambiance délectable, portée à bout de bras par ces personnages attachants, mais également par la musique, signée Mark KNOPFLER.

Il faut dire que l'artiste n'est pas étranger à l'exercice, ayant déjà signé les BO de quelques films, dont les excellents Local Hero (1983) et Cal (1984). L'exercice est néanmoins cette fois légèrement différent, puisqu'il exige que la musique colle à espièglerie ainsi qu'aux clichés volontairement pompeux distillés à travers le film. Riche de son talent et de son savoir-faire, l'artiste parvient à retranscrire parfaitement l'aspect épique, poétique et romantique de l'ensemble. En résulte une bande-son simple mais parfaitement dosée, riche en ambiances et surtout, apportant une plus-value incroyable à l'ensemble.

Le modus operandi est souvent le même d'une composition à une autre : quelques couches de synthétiseurs, sur lesquelles viennent se glisser à l'occasion, et en fonction de l'ambiance souhaitée, quelques arpèges de guitare acoustique ou des cuivres grandiloquents. Mais, en plus de soutenir parfaitement le propos du film, la musique épouse pleinement le caractère des personnages. « The friend's song », qui illustre le départ de Vizzini et sa bande pour les Falaises de la Démence après qu'ils eurent capturé la Princesse Bouton d'Or dans les bois, joue sur les caractères des trois brigands, prisonniers d'un passé encombrant ou d'un corps inadapté, mais forts d'une richesse d'esprit délicieuse. La guitare acoustique se fait ainsi pataude, lente et peu assurée, alors qu'une flûte voltige pour illustrer les jeux de mots irritants du géant Fezzik. « The swordfight », qui illustre le combat à l'épée entre Inigo Montoya et le surprenant pirate Roberts (dont on découvrira plus tard qu'il s'agit en fait de Westley), retranscrit parfaitement la hardiesse et le talent des deux fines lames, et se cale naturellement sur chacun des actes de la scène, montant en intensité alors que le dénouement du combat approche.

Tout en subtilité, Mark KNOPFLER apporte sa touche discrète et remarquable entre mille, à l'occasion des nombreux passages faisant la part belle à la guitare acoustique (« Once upon a time », le célèbre thème récurrent du film, « A happy ending ») et n'hésite pas à user de ficelles pour servir l'histoire (après tout, le scénariste y va lui aussi avec ses gros sabots). On se remémore donc avec plaisir ces passages héroïques, inquiétants, romantiques, qui parsèment le film. Et l'on se pâme, finalement, à l'écoute du titre final, « Story book love », composé et interprété pour l'occasion par le regretté Willy DeVille, qui apporte une dernière touche de délicatesse à l'ensemble.

Nommé en 1988 pour le Grammy de la meilleure bande originale, Mark KNOPFLER n'obtiendra aucun prix avec ce film. Reste une bande-son parfaitement exécutée, et offrant un intérêt supplémentaire à un film incontournable. A (re)découvrir.

A lire aussi en DIVERS par GEGERS :


Les FATALS PICARDS
Pamplemousse Mécanique (2007)
Fourre-tout parodique made in picardie




Les FATALS PICARDS
Le Sens De La Gravité (2009)
En apesanteur...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Mark Knopfler (guitare, instrumentation)
- Willy Deville (chant, guitare)


1. Once Upon A Time...
2. I Will Never Love Again
3. Florin Dance
4. Morning Ride
5. The Friends' Song
6. The Cliffs Of Insanity
7. The Swordfight
8. Guide My Sword
9. The Fireswamp And The Rodents Of Unusual Size
10. Revenge
11. A Happy Ending
12. Storybook Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod