Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK CELTIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : An Triskell , Glenmor
- Membre : Pat O'may , René Werneer , Michel Santangeli , Gabriel Yacoub , Mor, Ys, Keris, Pierre De Grenoble, Malicorne, Dan Ar Braz
- Style + Membre : Angelo Branduardi , Nuit Celtique
 

 Site Officiel (435)
 Musique Progressive Bretonne (309)

Alan STIVELL - Ar Pep Gwellañ (2012)
Par MARCO STIVELL le 5 Mars 2012          Consultée 1917 fois

A l'occasion du quarantième anniversaire de son concert mythique à l'Olympia, Alan STIVELL publie un best-of, juste avant cette grande messe qu'il a eu l'occasion de reproduire (nous aurons largement l'occasion d'en reparler plus en profondeur).

Ar Pep Gwellañ, « le best-of » en breton, est donc une nouvelle collection de titres, plus personnelle que les différents Réimpression et Master Série qui se sont étalés sur des décennies. Mais cela reste un best-of et il y en a déjà eu beaucoup... Personnellement, je pense que l'intérêt de cette démarche à ce moment-là est de proposer des titres rarement entendus à l'occasion, à défaut de vrais inédits. Retrouver la « Suite Sudarmoricaine » et « Tri Martolod », c'est comme un automatisme, tout à fait normal. En revanche pour cette dernière, on aurait davantage apprécié d'avoir la version studio de 1972, plus rare que celle d'Again. « Pop-Plinn » lui en revanche est présent sous cette forme-là. Quant à la « Suite Irlandaise », c'est justement celle d'Again qui est peu choisie pour les best-of d'ordinaire, l'idée était donc plaisante.

Si l'artiste a principalement choisi de se concentrer sur les années 1971-72-73, 95 (Brian Boru) et 97 (1 Douar), il a réussi à placer des morceaux nettement moins tubesques ou électro tel ce « Ys » qui restera une pièce d'orfèvre, pleinement appréciable sur un disque comme celui-là. Le final de « Gouel Hollvedel » introduit par la batterie, sans ce qui a précédé reste assez étonnant, on n'imaginerait pas qu'il est extrait d'une symphonie celtique ! On remarque aussi quelques surprises en fin d'album comme « La Celtie et l'Infini » -troisième partie, déjà présente sur Parcours ceci dit- ou plus surprenant, « La Dame du Lac » ! Ce n'est que justice pour cette perle d'un album moins connu. Par contre, avoir placé « Miz Tu » tout à la fin n'était pas un choix des plus évidents, et de la même galette, j'aurais trouvé « Tè (Beyond Words) » plus judicieux. Enfin ce n'est que pour faire ressortir la force de l'oeuvre du Barde, tellement diverse...

Mais à ce moment-là, sans forcément parler du meilleur, un condensé du coffret Routes, qui lui balayait équitablement l'ensemble de la carrière, aurait sûrement été une initiative au moins aussi riche. Ne boudons pas notre plaisir, ce disque simple remplit sa fonction en proposant réellement quelques-uns des meilleurs titres d'Alan et deux ou trois choix plus aventureux. Comme souvent avec les best-of, difficile de le considérer parfait, mais celui-ci est plus généreux que les autres avec notamment un visuel superbe et des photos inédites de la grande époque...

La transition est toute trouvée pour parler du deuxième CD de ce best-of, qui n'est autre que la version remasterisée du fameux Olympia Concert, le disque le plus important de l'histoire du renouveau celtique. Déjà il est vrai que si pas mal d'anciens disques d'Alan étaient devenus indisponibles en attendant leur remasterisation, l'Olympia avait curieusement (!) continué de connaître une certaine faveur, mais une réédition était pour lui aussi indispensable.

Pour cela, nul besoin de préciser que comme les précédentes remasterisations, c'est un régal absolu. Le son est plus fourni, les interventions d'instruments sont mieux mises en valeur, les différenciations aussi. Par exemple sur « Pop-Plinn » le dialogue entre les bombardes est plus perceptible. Dans un autre genre, écoutez ne serait-ce que l'intro vocale a-cappella de « Telenn Gwad », vous mesurerez à quel point ce remaniement est lumineux et luxueux. Les harpes et guitares acoustiques sont plus clairs ; la basse de Gérard Levavasseur, la batterie de Michel Santangeli comme la guitare de Dan Ar Braz sonnent de façon plus percutante. Le public a aussi eu son traitement, il fait moins de « vagues » bien que l'enthousiasme demeure intact.

En bref une réussite, mais comment pouvait-il en être autrement ? Difficile de savoir si ce disque fera l'objet d'une édition isolée, quand on voit le soin qui a été mis dans l'agencement des photos du livret. Quoiqu'il en soit, cela prépare joliment le terrain pour le second grand boum à l'Olympia !

3 pour le best-of, 5 pour l'Olympia Concert

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


Richard THOMPSON
Strict Tempo! (1981)
Thompson instrumental et airs traditionnels




MYRDHIN
A Cordes Et à Cris (la Harpe De Merlin) (1995)
L'album pop de Myrdhin


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


- ar Pep Gwellañ
1. Tri Martolod
2. Pop-plinn
3. Suite Sudarmoricaine
4. Ys
5. La Mémoire De L'humain
6. Mnà Na-heireann
7. Brian Boru
8. Suzy Mcguire
9. A United Earth I
10. Ian Morrisson Reel
11. Gouel Hollvedel
12. La Celtie & L'infini
13. La Dame Du Lac
14. Let The Plinn
15. Suite Irlandaise
16. Miz Tu

- olympia Concert Remasterisé



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod