Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Cali
- Membre : Manu Katché

Stephan EICHER - Spielt Noise Boys (1980)
Par GEGERS le 31 Décembre 2012          Consultée 1051 fois

On pourrait en faire des tonnes sur cet EP Spielt Noise Boys, premier témoignage de Stephan EICHER en solo. On pourrait le couvrir d'éloges comme le font certains de nos confrères, saluer la "ferveur que le jeune Suisse met dans la destrouctouration de ces pièces audacieuse de par leur nihilisme assoumé" (à prononcer avec la voix de Karl Lagerfeld). Ce serait donner à cette première réalisation des vertus qu'elle n'a pas. Car, si l'on veut être franc, cet EP enregistré en septembre 1980 avec l'aide d'un dictaphone (!) est tout sauf une réussite. Un claviers, une boîte à rythme et la voix hésitante de Stephan EICHER en sont les seuls composants. Le contenu, loin d'être roboratif, consiste en une interprétation toute personnelle de morceaux originellement écrits par le groupe Noise Boys, dans lequel le chanteur suisse fera ses premières armes, entre 1977 et 1979. C'est crade, c'est mauvais, mais effectivement, c'est historique.

Punk dans l'âme, electro dans la forme (qui a dit coldwave ?), Spielt Noise Boys est constitué de cinq titres (sept dans la version sortie par Born Bad Records en 2010) tous plus imbitables les uns que les autres, constitués principalement de loops de claviers répétés à l'envi, sur lesquels s'évertue la voix tout juste sortie de l'adolescence de Stephan EICHER. "Noise Boys Song" se fait le parangon de cette vacuité musicale, qui permettra tout de même à l'artiste de se faire repérer par le patron du label Off Course Records, qui sortira l'album en format 45 tours. A "Miniminiminijupe", abrutissant et pataud, succède le cradingue "Ping Pong Lied", hommage assumé au jeu "Pong", dont il reprend l'identité sonore. Passons sur cette ignoble reprise de "Sweet Jane", qui détruit Lou Reed en bonne et due forme, ainsi que sur "Disco mania", trip sous acide non dénué de douloureux pains.

Reconnaissons à Spielt Noise Boys d'avoir eu le mérite de lancer la carrière de Stephan EICHER, qui connaîtra par la suite le succès que l'on sait. Au niveau musical, en revanche, il n'y a aucun plaisir à retirer de l'écoute de ce premier témoignage non seulement fébrile, mais délibérément je-m-en-foutiste. Les collectionneurs se pencheront sur la version de 2010, agrémentée de deux morceaux tout aussi indigents, les autres passeront, à raison, leur chemin.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE :


ENO MOEBIUS ROEDELIUS
After The Heat (1978)
Superbe musique électronique, sobre et inventive




CEEPHAX
Exidy Tours (2003)
Album majeur du délirant ceephax


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Stephan Eicher (tout)


1. Miniminiminijupe
2. Ping Pong Lied
3. Noise Boys Song
4. Sweet Jane
5. Discomania



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod