Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Deep Purple, Blackmore's Night, Msg, Dio, Black Sabbath, Ozzy Osbourne , Ian Gillan , Candice Night
- Style + Membre : Joe Lynn Turner
 

 The Deep Purple Appreciation Society (230)

RAINBOW - Black Masquerade (2013)
Par MASTCARD le 2 Septembre 2013          Consultée 3242 fois

Qu’il est étrange de voir ainsi un produit estampillé Rainbow être commercialisé en cette année 2013. BLACKMORE est en effet censé avoir troqué sa guitare contre une mandoline depuis maintenant près de vingt ans (les collants, il les a toujours eus et ce depuis les années 80).
Après avoir distrait les amoureux du monde médiéval, Ritchinounet (comme l’appelle Candice) préparerait-il un retour de son petit bébé ? J’en frémis d’impatience comme un con, alors que rien n’est sûr. Voilà, je refais une crise de fanatilique avancée. Dans vingt minutes je me frotte à tout ce qui porte du noir et une moustache. Faudra que je dise de mettre le chat dehors.

Remarquez la pertinence du propos, déjà un paragraphe et s’il n’y avait pas eu l’image de la pochette, vous ne sauriez toujours pas de quoi je parle. Ici même messieurs-dames, nous parlons de la version officielle du concert de RAINBOW qui a eu lieu très exactement le 9 octobre 1995, au Rockpalast, et diffusée à l’époque sur les chaînes germaniques. L’album Sranger In Us All est encore tout frais et il faut en assurer la promotion.
Plusieurs bootlegs ont été tirés du concert depuis, et l’on pouvait même carrément revoir le spectacle sur la toile car des gens intelligents (je ne suis du coup pas sûr qu’il s’agisse d’allemands...) ont enregistré le tout et mis ça sur ton tube. Si si, regarde.
Donc je résume : Eagle Rock sort officiellement, vingt ans après le show, un concert que tous les intéressés connaissent, possèdent, et ont déjà vu/entendu plusieurs fois... ‘Sont réactifs, les gars. Mais mieux vaut tard que jamais, de toutes façons ça n’empêche pas les cons de se ruer dessus pour en faire la chronique.

Alors justement, que vaut cet unique témoignage officiel du line-up de 1995 sur scène ?

Regardons d’abord la track-list, qui est alléchante. Une majorité des morceaux sont tirés du réjouissant Stranger In Us All. On a droit aux passages rituels chez RAINBOW avec la traditionnelle intro « Over The Rainbow », suivi par « Spotlight Kid » qui, on se doute, va se charger de lancer le concert à 650km/h tel le nouveau train nippon. Autre passage obligé avec BLACKMORE, la reprise de la neuvième symphonie de Beethoven, suivie du solo de claviers ; peu de surprise à prévoir ici donc, il n’y a que les seize mesures du solo de guitare qui changent, le reste on le connait depuis trente ans. Quoi, quarante ?! Putain, ça file... Ajoutez quelques tubes (« Long Live Rock’n’Roll », « Man On The Silver Mountain », « Temple Of The King »), des morceaux de DEEP PURPLE qui se sont glissé dans le programme, comme « Perfect Strangers » et très brièvement « Black Night ». Ne restent plus que « Burn » et « Smoke... » pour finir en beauté un spectacle qui s’annonce vraiment sympa.

Et le constat est inéluctable, pas uniquement parce que c’est moi qui le prononce, mais parce qu’il faut se rendre à l’évidence : BLACKMORE est notre maître à tous en matière de gratte. Chaque final de morceau est parfait, chaque solo frappe juste (« Temple Of The King », « Burn ») ; et puis les intros d’« Ariel » et de « Smoke On The Water »... Qui d’autre peut tirer autant d’émotions d’une Stratocaster ? Personne. Non non.
Les larbins qui, accessoirement, l’accompagnent, sont tout aussi efficaces sur scène que sur Stranger In Us All. Doogie WHITE assure du feu de Dio (ouh que je suis content de celui-là) et réussit l’exploit de convaincre autant sur les titres de Ronnie, que sur ceux de TURNER ou de GILLAN. Il communique volontiers avec le public et se révèle immensément sympathique. On regrettera juste un petit oubli de paroles sur « Still I’m Sad ». Paul MORRIS fait son Paul le poulpe derrière ses claviers, mais comme d’hab avec RAINBOW, vous ne l’entendrez que quand l’homme en noir vous le permettra. Quant à la section rythmique, rien à dire, c’est carré, ça tourne, et ça fonce. Tous les morceaux se voient joués dans un tempo plus rapide pour un résultat détonnant. On reprochera parfois, du coup, un petit manque de frappe et de feeling chez le batteur, mais à des vitesses pareilles (et pendant plus d’une heure trente), on lui pardonnera.

Puisqu’on parle des mauvais aspects, pointons aussi du doigt la séparation en deux parties (malheureusement obligatoire vu le support) de la version CD. Outre l’immersion qui en prend un sacré coup, comme à chaque fois, on se retrouve surtout avec un premier CD à la deuxième partie un petit peu en dessous du reste, car elle concentre les solos de claviers (« Keyboard Solo », je précise au cas où) et de batterie (« Still I’m Sad »), qui sont intéressants (surtout le premier) mais restent des solos. Heureusement, une superbe performance de « Man On The Silver Mountain » s’occupe de conclure ce premier CD sur une bonne note.
Et ce sont bien les seuls défauts que l’on peut trouver à ce Black Masquerade. Les morceaux sont interprétés à la perfection, avec une énergie nouvelle, un Doogie WHITE désireux de bien faire et de faire passer un bon moment à son public, ainsi qu’à son bienfaiteur, Ritchie BLACKMORE, irréprochable, qui maîtrise son sujet à la perfection, et nous sert pendant ce concert son jeu de guitare le plus mature, avec quelques-uns de ses meilleurs solos.
Un maître de cérémonie à la rigueur et à la musicalité rare, pour un concert presque parfait.

«[...] a must-have addition to any RAINBOW fan’s collection.»

A lire aussi en HARD ROCK par MASTCARD :


DEEP PURPLE
In Rock (1970)
Impact dans 5.....4.....3.....2.....1.....

(+ 2 kros-express)



DEEP PURPLE
Come Taste The Band (1975)
Millésime 1975

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez







 
   MASTCARD

 
  N/A



- Ritchie Blackmore (guitare)
- Doogie White (chant)
- Candice Night (choeurs)
- Paul Morris (claviers)
- Greg Smith (basse, choeurs)
- Chuck Burgi (batterie)


- Cd 1
1. Introduction
2. Spotlight Kid
3. Too Late For Tears
4. Long Live Rock'n'roll/black Night
5. Hunting Humans (insatiable)
6. Wolf To The Moon/difficult To Cure
7. Keyboard Solo
8. Still I'm Sad
9. Man On The Silver Mountain

- Cd 2
1. Temple Of The King
2. Black Masquerade
3. Ariel
4. Since You Been Gone
5. Perfect Strangers
6. Greensleeves
7. Hall Of The Mountain King
8. Burn
9. Smoke On The Water



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod