Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 Ritchie Blackmore's R...
1976 Rising
1977 On Stage
1978 Long Live Rock'n Roll
1979 Down To Earth
1980 Difficult To Cure
1982 Straight Between The ...
1983 Bent Out Of Shape
1995 Stranger In Us All
2006 Live In Munich 1977
2013 Black Masquerade
2016 Memories In Rock - Live ...
 

- Membre : Deep Purple, Blackmore's Night, Msg, Dio, Black Sabbath, Ozzy Osbourne , Ian Gillan , Candice Night
- Style + Membre : Joe Lynn Turner
 

 The Deep Purple Appreciation Society (350)

RAINBOW - Monsters Of Rock : Live At Donington 1980 (2016)
Par LONG JOHN SILVER le 4 Juin 2016          Consultée 1753 fois

Comment évaluer le pic de la carrière d’une formation ? Les honneurs, répondront les sportifs, en prenant quelque chose de mesurable. Notion hautement contestable s’il en est. Et, contrairement à ce qu’en pense une certaine doxa, parfaitement subjective. Down To Earth est l’album le plus vendu de RAINBOW, donc c’est le meilleur. Live At Donington est le concert qui a rassemblé le plus grand nombre de spectateurs, donc c’est le plus beau. En tête d’affiche du tout premier Monsters Of Rock de l’histoire. Devant 35 000 personnes qui ont vu passer JUDAS PRIEST, SCORPIONS ou encore SAXON, un représentant de la NWBHM*.

Parce qu’après cela la lutte pour lesdits honneurs se fera plus âpre pour la bande l’homme en noir. Oui mais en 2016, Ritchie Blackmore’s RAINBOW (and Guests) revient en tête d’affiche du Monsters Of Rock, devenu international**. Normal que ça intrigue, ça fait tellement longtemps que Ritchie n’a pas fait plein de boucan. Mais revenons en 1980, à l’époque où dans le hard, surtout quand on passe derrière une bande de jeunes loups qui ne rêvent que de prendre ta place pour pécho, il s’agissait de démontrer qui déployait la plus grosse. Normal me direz vous mais on n'est pas dans le X, moi je parle d’intensité car on est face à une foule conséquente. Il faut marquer les esprits, qu’est-ce que vous croyez ! De même la longueur (du show donc) n’entrera pas en ligne de compte, nous sommes en festival.

Down To Earth amorçait un net virage en direction de l’AOR, notamment du fait de la production aseptisée de Roger Glover malgré de beaux restes proto Metal épiques. Don Airey, aux claviers, y ajoute une ligne à un CV déjà redoutable. Le choix d’un chanteur pop, Graham Bonnet, comme vocaliste, pour aventureux qu’il pût paraître, s’est avéré être tout sauf incongru. Sa voix râpeuse et puissante lui permet d’en imposer autant que les hurleurs qui sortent leurs griffes de toutes part. Et il n’est pas ridicule sur le répertoire de Dio, ce qui est le plus important finalement. Il est d’ailleurs plus limite sur "Since You Been Gone" que sur chacun des titres du lutin. Deux plages ont disparu de la liste, "Love’s No Friend" et "Man On The Silver Mountain", c’est donc un concert amputé de vingt minutes qui est proposé dans les bacs. Alors on peut supputer sur ce choix, des raisons techniques, artistiques ou qualitatives voire contractuelles. On ne déplorera pas particulièrement l’absence de "Love’s No Friend" qui est tout sauf une bonne chanson, en revanche on regrettera le majestueux "Man On The Silver Mountain". Bonnet a l’air bien goguenard ce soir là, on le surprend à se marrer, il n’est pas toujours au poil sur certaines reprises et se présente au public, le cheveu court, dans une tenue orangeâtre qui inspirera beaucoup George Michael***. Comme quoi le clouté Rob Halford – présent ce soir là, rappelons le - peut toujours aller se rhabiller. Et les Scorps parfaire leurs permanentes. Ses prestations sur "Eyes Of The World", "Lost In Hollywood", "Stargazer" et "Long Live Rock’n’Roll" sont excellentes, il tient le public en haleine pendant "All Night Long", en gros il fait mieux que le job car ce chanteur possède un grain unique. Une personnalité.

Ce qui en vient à parler de Ritchie, le seul musicien à être vraiment dépositaire de tout cela. Dire qu’il joue merveilleusement bien n’est pas une révélation, par contre il fait aussi beaucoup de boucan. Il aime les tunnels où on alterne medleys et solos, "Lost In Hollywood" entame une période de 25 minutes où on empile les démonstrations de guitare larsen, de claviers et de batterie tout en faisant découvrir au public hébété une nouvelle lubie : "Difficult To Cure". "L’Hymne à la Joie" de BEETHOVEN éparpillé dans un puzzle. Et puis un fragment de "Lazy" traine juste avant "All Night Long". Posé sur album cela ressemble à de l'empilage. De même on reconnaît ce fameux "Blues", autre lubie Blackmorienne, disposé juste avant le calamiteux "Will You Love Me Tomorrow", reprise de Carole KING totalement bâclée, l’ami Bonnet est totalement à côté de la plaque en beuglant aussi faux qu’il le peut. Alors on repense au choix de la set-list du soir quand on sait que lors de la tournée furent interprétées "A Light In The Black", "Kill The King" et même "Sixteen Century Greensleeves"…. C’est une courte mais très pêchue version de "Long Live Rock’n’Roll"**** qui délivre le public, à l’issue d’un live qui donne un peu le sentiment d'être parti en sucette passé son mitan.

L’intérêt de la chose est principalement de faire connaître un RAINBOW en pleine phase de transition, celle où on commence à renoncer au Metal pour se diriger sur l’AOR, l’élément qui le raccroche le plus au passé étant la batterie de Cozy Powell. On comprend pourquoi le gaillard s’est barré juste après ce concert. Cette musique n’est pas son truc, sa frappe est trop personnalisée. Bonnet quant à lui préférera retourner vers une carrière solo***** qui prendra des allures un peu plus musclées (mais pas trop) que celle à quoi il était habitué avant cela. Bien sûr, ensuite, il y’aura MSG et ALCATRAZZ. Avec Schencker, Malmsteen puis Vaï, Ritchie lui avait donné de mauvaises habitudes

Monsters Of Rock Live At Donington 1980 s’adresse aux fans, le concert est globalement bon, il témoigne d’un moment historique dans le parcours du groupe, pas forcément d’un instant phare, on l’aura compris. Pour ce faire, il eût alors fallu que la prestation fut exceptionnelle, ce qui est loin d’être le cas ici. Aux amoureux en mal de sensations du jeu de l’homme en noir, de son style, à ceux qui aiment sortir des sentiers battus, je recommande de fouiller parmi les nombreuses parutions Live du Pourpre publiées plus ou moins récemment. Pour ceux qui vénèrent RAINBOW, on préférera recommander Live In Munich 1977. Avec Dio – encore ! - me rétorquera-t-on. C’est un fait, il existe peu de témoignages Live de RAINBOW en dehors cette période qui soient aussi probants que ceux enregistrés par l’emblématique Ronnie, or à l’impossible nul n’est tenu.

NB : l’album est proposé avec un DVD qui propose un résumé très parcellaire du concert, à l’agencement abracadabrantesque. Cette partie de l’objet n’offrant qu’un intérêt très limité, voire discutable.

*New Wave of British Heavy Metal
** Créé dans la ville de Donington (UK), le festival a rapidement programmé des évènements loin de sa base
*** Et là j’invite le lecteur à découvrir la chronique explosive d’Erwin à ce sujet
**** Du moins sur le CD, puisque le groupe a conclu le set par une version instrumentale de « Kill The King » (visible sur DVD)
***** Line – Up paru en 1981 sur lequel jouent Micky Moody, John Lord, Francis Rossi, John Lord et… Cozy Powell !

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


MÖTLEY CRÜE
Too Fast For Love (1982)
Un pavé dans la mare




BLUE ÖYSTER CULT
Extraterrestrial Live (1982)
Sombres nouvelles des étoiles


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Ritchie Blackmore (guitare)
- Roger Glover (basse)
- Don Airey (claviers)
- Cozy Powell (batterie)
- Graham Bonnet (chant)


- dvd

1. Lazy
2. All Night Long
3. Catch The Rainbow
4. Eyes Of The World
5. Ritchie Blackmore Guitar Solo
6. Difficult To Cure
7. Will You Love Me Tomorrow
8. Long Live Rock'n'roll

- Cd

1. Intro/eyes Of The World
2. Since You Been Gone
3. Stargazer
4. Catch The Rainbow
5. Lost In Hollywood/guitar Solo
6. Difficult To Cure/keyboard Solo
7. Drum Solo/lost In Hollywood (reprise)
8. Lazy
9. All Night Long
10. Blues
11. Will You Love Me Tomorrow
12. Long Live Rock'n'roll



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod