Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  COMPILATION

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 Ritchie Blackmore's R...
1976 Rising
  Live In Germany
1977 On Stage
1978 Long Live Rock'n Roll
1979 Down To Earth
1980 Difficult To Cure
1982 Straight Between The ...
1983 Bent Out Of Shape
1986 Finyl Vinyl
1995 Stranger In Us All
2006 Live In Munich 1977
2013 Black Masquerade
2016 Memories In Rock - Live ...
 

- Membre : Deep Purple, Blackmore's Night, Msg, Dio, Black Sabbath, Ozzy Osbourne , Ian Gillan , Candice Night
- Style + Membre : Joe Lynn Turner
 

 The Deep Purple Appreciation Society (334)

RAINBOW - The Best Of Rainbow (1981)
Par LONG JOHN SILVER le 2 Avril 2018          Consultée 491 fois

Surprise en cette fin 1981, alors que Difficult To Cure était encore tout chaud sur les platines, voilà que Polydor publiait The Best Of Rainbow, une compilation – donc – au titre « plus/bateau/tu/meurs ». On a évité Greatest Hits, il est vrai que le hard-rock n’a jamais été trop diffusé sur les ondes, donc c’eût été un poil too much et puis on ne peut dire que RAINBOW ait beaucoup cherché (au moins le temps de trois disques) à donner dans le consensuel à la FLEETWOOD MAC et autre EAGLES. J’écris ceci car la pochette gatefold de ce double vinyle ne laisse présager en rien qu’on a affaire à un groupe de Heavy Rock. Elle est fort belle d’ailleurs, bucolique : un homme court sur un lac gelé dans le couchant, muni d’un cerf-volant en aluminium en forme d’avion en papier. Le béotien pourrait s’y laisser prendre, pensant tenir là un opus de Pop, de New Age, d'Electro soft, voire de New Wave. Il faut ouvrir l’objet pour mirer les photos des musiciens, découvrir leur look et attitudes déjà – un tantinet - plus agressifs.

Évidemment, on se doute que la maison de disque profite de la soudaine accessibilité de ses poulains au rayon charts pour en remettre une (double) couche. La sélection proposée recouvre bien les cinq albums déjà publiés en y ajoutant un titre paru en face B de « Can’t Happen Here » ou sur un EP éponyme, estampillé comme étant la première chanson coécrite par Blackmore et Turner : « Jealous Lover ». Cela pour inciter les aficionados qui possèdent déjà l’intégrale du groupe en 33t, à finalement se fendre de l’achat dudit objet. Et voui, les maisons de disques ne rechignent devant aucune "vilenie". D'ailleurs, on se demande pourquoi « Jealous Lover » ne figurait pas sur Difficult To Cure, ce titre n’est pas ici dans une pure fonction de remplissage, il est bien gaulé. Doté d’un riff Purpleien, il surpasse sans forcer les deux tiers du dernier opus, pour preuve : ce mid-tempo ne fait aucunement tâche, entouré d’authentiques classiques.

Sans quoi le compilateur a choisi d’éviter l’ordre chronologique, mélangeant les époques, c’est « All Night Long » qui ouvre le feu tandis que « Starstruck » ferme le banc. Entre temps se déclinent les riffs de l’homme en noir avec leur récurrence, on reconnaît les modèles établis depuis DEEP PURPLE, les mètres étalons les plus courus sont compris dans « Speed King », « Highway Star » ou « Smoke On The Water », mais on peut revenir au Mark I et se souvenir des « Why Didn’t Rosemary ? » ou « Mandrake Root  » et repérer leurs variations au travers des « Man On The Silver Mountain », « 16th Century Greensleeves », "Starstruck" ou autre « Can’t Happen Here ». En revanche, c’est bien avec RAINBOW que Blackmore explore le plus ouvertement les modes orientaux : « Stargazer » et « Gates Of Babylon » figurent en bonne place ici, alors que courant 70’s, LED ZEPPELIN s’en donnait à cœur joie sur ce registre d’abord mis en exergue par les BEATLES puis repris par nombre d’artistes des 60’s. Plus après Ritchie Blackmore signerait « Perfect Strangers » lors du grand retour de DEEP PURPLE, soit un des rares classiques à émerger après le come back de ce pilier du Heavy Rock.

De fait, cette compilation, uniquement publiée dans le but de faire des sous pour un investissement moindre, fait sens. Elle est même fort agréable. Le mélange des époques, des productions et des voix ne pose pas de souci, bien au contraire car les variations permettent d’éviter de trouver le temps d’écoute trop longuet comme cela peut arriver avec un double album. Autre point positif, elle permet au néophyte d’éviter l’achat de Down To Earth, car y figurent les quatre morceaux – tous fantastiques – dignes d’intérêt, issus de l’opus de 1979. Seule ombre au tableau : l’absence (car il faut bien une) de « Spotlight Kid », qui aurait permis d’éviter de se procurer le médiocre Difficult To Cure. Ici c’est Rising qui se tape la part du lion, deux tiers de l’album* sont dans la sélection, on ne s’en plaindra pas. Ronnie DIO étale sa classe sur neuf titres issus des trois disques qu’il a enregistrés. Quatre sont réservés à Graham Bonnet pour trois à Joe Lynn Turner, chacun n’ayant contribué qu’à un album, mais pour ce dernier l’aventure continue. C’est même lui qui contribuera le mieux à maintenir la flamme car RAINBOW se la joue désormais « à donf dans la drepou » du Hard FM. Ce Best Of peut donc prétendre au titre de "compile idéale pour pénétrer dans l'univers du groupe et blablabla", même si un poil précoce, l'aventure RAINBOW prenant fin relativement peu de temps après sa publication.**

* En temps minuté, sinon en nombre de titres cette compile regroupe trois morceaux de Rising sur les six qu'il contient
** Soit deux albums en deux ans (1982, 1983), même si un retour aurait lieu courant 90's quand Blackmore partira de DEEP PURPLE avec perte et fracas, mais pour le coup c'est bien d'une autre histoire qu'il s'agira

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


RAINBOW
Live In Munich 1977 (2006)
Blackmore mord




ALICE COOPER
Billion Dollar Babies (1973)
Alice is all we need


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Ritchie Blackmore (guitare, basse)
- Ronnie James Dio (chant)
- Greg Gruber (basse)
- Mickey Lee Soule (claviers)
- Gary Driscoll (batterie)
- Jimmy Bain (basse)
- Tony Carey (claviers)
- Cozy Powell (batterie)
- Bob Daisley (basse)
- David Stone (claviers)
- Graham Bonnet (chant)
- Roger Glover (basse)
- Don Airey (claviers)
- Joe Lynn Turner (chant)
- Bony Rondinelli (batterie)


- Disque 1

1. All Night Long
2. Man On The Silver Mountain
3. Lost In Hollywood
4. Jealous Lover
5. Long Live Rock'n'roll
6. Stargazer
7. Kill The King
8. A Light In The Black

- Disque 2

1. Since You Been Gone
2. 16th Century Greensleeves
3. Catch The Rainbow
4. The Eyes Of The World
5. I Surrender
6. Gates Of Babylon
7. Can't Happen Here
8. Starstruck



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod