Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 538
Comment poster un commentaire ?


The ART OF NOISE
WHO'S AFRAID OF THE ART OF NOISE


Le 23 Février 2018 par VIV


"Beat box" et "close (to the edit)" sont de grands moments.
Cet album est à connaître pour tout amateur de musique électronique, avec samples ou non..., et tout amateur des sonorités synthétiques des années 80, tout simplement.
Ici on ne cotoie pas le kitch mais le bon goût du point de vue écriture, avec des sonorités certes pouvant être qualifiées de "dépassées", vu du XXIe siècle.
Si vous vous souvenez des vieux jingles de canal + par exemple... ca vous plaira !
Un must have, tout comme les opus suivants.
Enjoy ;-)





GOBLIN
SUSPIRIA


Le 23 Février 2018 par CLANSMAN57

Merci beaucoup à toi pour cette réponse très claire et rapide!
Je vais donc m'abstenir de regarder le dernier volet, je pensais qu'il avait été tourné dans les années 70 également.

Concernant "Inferno", je l'ai vu il y a très longtemps, enregistré sur une k7 vidéo pendant un "Jeudi de l'angoisse", il me semble...
J'étais encore au collège à l'époque.
Je me souviens avoir bien aimé et si mes souvenirs sont bons, l'histoire se déroule dans un hôtel.
Je vérifierai peut-être plus tard sur le web.
Une scène avec des rats m'est restée en tête, à moins que je me trompe de film.
"Suspiria" m'a davantage marqué, la scène finale tout particulièrement...
J'en eu beaucoup de mal à dormir les nuits suivantes!

Fantasme perso: j'aurais bien aimé que cette BO soit entièrement tournée sur les atmosphères horrifiques, car celles disponibles ici sont vraiment excellentes.





GOBLIN
SUSPIRIA


Le 22 Février 2018 par AIGLE BLANC


Cher Clansman 57,

Effectivement, Suspiria a été conçu comme le premier volet d'une trilogie mettant en scène les trois Mères sorcières : Mater suspiriarum (La Mère des Soupirs), Mater tenebrarum (la Mère des Ténèbres) et Mater lacrimarum (la Mère des Larmes).
Excellente sur le papier, cette trilogie a longtemps été incomplète puisque Suspiria date de 1977, Inferno de 1979 (je crois) alors que La Mère des Larmes n'a été réalisé qu'en 2007, soit trop tardivement et alors que Dario Argento a perdu depuis belle lurette tout son talent au demeurant limité. De sorte, chaque film de la trilogie est moins bon que le précédent, le dernier étant totalement raté.

La musique du second volet (Inferno, Mater tenebrarum) a été composée par Keith Emerson, très différente du score horrifiant des Goblin, tandis que celle du troisième volet est signée Claudio Simonetti (le clavier des Goblin).

Si la musique de Suspiria contient des éléments rock, c'est tout à fait naturel. Dario Argento désirait un score rock progressif, Goblin en étant l'un de ses représentants italiens.





GOBLIN
SUSPIRIA


Le 22 Février 2018 par CLANSMAN57


Le film est très flippant et effectivement, sa BO y est pour beaucoup.
Impossible de trouver une telle BO accompagnant les films d'épouvante plus récents.
Comme le dit Cédric, il vaut mieux avoir vu le film auparavant je pense, ces sons deviennent plus "accessibles", son atmosphère très glauque se fera plus compréhensible.

Je ne savais pas qu'il s'agissait de la première partie d'une trilogie.
La seconde serait donc l'excellent "Inferno", que j'ai également vu... quelle est la troisième?

Ceci étant, je préfère tout de même regarder le film plutôt que d'écouter le disque seul, bien qu'il se passe quelque chose dans cette musique.
Les passages plus foncièrement Rock ne me conviennent pas tellement, ils dénotent un peu avec ceux qui se font plus horrifiques.

Film à voir impérativement pour les amateurs d'ambiances démoniaques réussies.









NIRVANA
IN UTERO


Le 22 Février 2018 par VIV


j'aime bien ce son - crade, mais bien produit. Je le trouve plus agréable à écouter que nevermind de ce point de vue là. Mais niveau composition, euuhhh comment dirais-je.. le bon (la face A) côtoie le mauvais (la fin du disque), pour rester poli.
Toutefois, agréablement surpris avec "milk it", pour son originalité.
Ça doit bien faire 10, 15 ans que je ne l'avais pas écouté celui là. Eh ben c'est amusant comme les goûts peuvent changer.
Note réelle : 2,496666667





SIMON & GARFUNKEL
WEDNESDAY MORNING, 3 A.M.


Le 21 Février 2018 par MR LARSEN


SIMON & GARFUNKEL conquièrent la scène folk américaine en cette année 1964 avec un album honnête d'inspiration dylanienne. Les mélodies de guitare sont déjà d'une poésie incroyable et le jeu de voix entre les deux amis du plus bel effet, bien que perfectible. Pour un premier essai, c'est quand même très satisfaisant, surtout grâce à l'incontournable "The Sound Of Silence", assurément l'une de leur plus grandes compositions. J'aime aussi beaucoup le charme suranné de "Bleecker Street", "Sparrow" et bien sûr l'éponyme, certes moins tubesques que les standards des albums suivants, mais qui dégagent une simplicité presque joviale. Réminiscence, sans doute, de ma jeunesse passée à écouter ce groupe en famille sur la route des vacances. Un bon souvenir pour un bel album. 3,5/5





QUEEN
SHEER HEART ATTACK


Le 20 Février 2018 par VIV


Tout est bon là dedans ! Tres heavy et fou fou, mention spéciale aux petits bijoux "Bring Back That Leroy Brown" et "stone cold crazy". A des années lumières des (excellents) tubes interplanétaires que l'on connaîtra par la suite.





The CLASH
COMBAT ROCK


Le 20 Février 2018 par LEO


S'il fallait faire le tri dans le mastodonte et très inégal Sandinista! pour en retirer la Substantifique moelle, avec Combat Rock pas de problème de choix, tout est quasiment médiocre du début à la fin.
Le titre le plus rock du lot, "Know Your Rights" est tout juste sympathique et pas mal raide sur les bords. le groupe a largement fait mieux par le passé.
"Car Jamming" est immonde et inintéréssant durant 4 minutes.
"Should I Stay Or Should I Go" est poussif, de plus le chant de Mick Jones est atroce (il a rarement chanté aussi faux par le passé).
Le poppy et dansant "Rock The Casbah" tire son épingle du jeu. c'est de loin le morceau que je préfère de tout l'album. bon, le chant de Joe Strummer n'est pas plus engageant que celui de Jones sur le morceau précédent, mais sa voix a toujours été très limitée de toute façon et quoiqu'il en soit, le morceau tient la route (merci Topper Headon !).
Le reggae "Red Angel Dragnet" déclamé par Paul Simonon m'ennuie autant que les divers dub qui innondaient le triple album Sandinista!
Idem avec "Straight To Hell" qui ne me fait ni chaud ni froid.
Le très synthétique et robotique "Overpowered By Funk" n'a de funk que le nom. pour le groove on pourra repasser ! déjà que je trouvais le single "This Is Radio Clash" un peu forcé, mais là c'est le pompon ! Dans ce style, "The Magnificent Seven" et "Lightning Strikes" étaient réussis et ressentis au moins.
"Atom Tan" ne va nulle part. la compo est pourrie et le chant aussi. l'avantage c'est qu'elle ne dure que 2mn30 (c'est déjà ça de gagné !).
"Sean Flynn" est soporifique et gonflant. je zappe direct.
"Ghetto Defendant" n'a déjà pas une musique géniale mais en plus il faut se farcir la voix lymphatique d'Allen Ginsberg par dessus. c'est trop pour moi.
Je trouve "Inoculated City" plutôt sympa. pas un grand morceau c'est certain,
mais pour moi il fait office de pause raffraîchissante au milieu de toutes ces compos horribles.
"Death Is A Star" est un gag involontaire où Strummer et Jones se prennent pour Frank Sinatra et Dean Martin (version punk) sur une musique de cabaret minable. c'est avec cette abomination que se referme le 5ème album de THE CLASH. triste constat !
Ce disque (qui aura mis au moins 6 mois pour sa réalisation) pue la fin du groupe, d'ailleurs juste après sa sortie Topper Headon se fera virer sans ménagement puis ce sera au tour de Mick Jones de subir le même sort 1 an et demi plus tard.
Celà n'empêchera pas Joe Strummer et Paul Simonon (plus le machiavélique manager Bernie Rhodes) de continuer pour un temps l'aventure avec un semblant de groupe à l'agonie et de faire paraître l'insignifiant Cut The Crap en 85 (album qui n'a de THE CLASH que le nom).





MARILLION
F.E.A.R. (FUCK EVERYONE AND RUN)


Le 19 Février 2018 par TOTO


globalement daccord avec le chroniqueur , album superbe.....neanmoins un point de desaccord sur " the leavers " qui est , pour moi LE chef d oeuvre de l album





CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL
BAYOU COUNTRY


Le 18 Février 2018 par PILGRIMWEN

Le tableau prend enfin forme ! CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL a affiné les contours, ravivé les couleurs... L'éponyme, sorti un an auparavant, est terne en comparaison. L'exigence paie.

"Born On The Bayou" ou "Proud Mary", par exemple, s'inscrivent déjà comme des hits. D'ailleurs par la suite, le groupe prouvera sa capacité à pondre des tubes de la trempe des deux morceaux précédemment cités !





Mike OLDFIELD
EARTH MOVING


Le 18 Février 2018 par MANHUNTER

Earth Moving... Le plus mauvais album de Mike Oldfield?
Je peux l'écouter une fois tous les deux mois environ!
C'est de la pure pop on est d'accord, mais je trouve la prod excellente!
Un bon ampli, un bon casque et c'est parti...
"Holy", "Far Country" et "See The Light" sont franchement très bon.
Je mets Earth Moving largement au dessus de Light + Shade qui est pour moi son plus mauvais album! Je l'utilise pour caler un meuble...je blague mais c'est limite!





Eddy MITCHELL
SEUL


Le 18 Février 2018 par BAKER

J'avoue à mon corps défendant que j'ai beaucoup de mal avec le son global des années 60. Pour le jazz, le blues la soul "pure" ou la bossa pas de soucis, mais pour le rock, la pop ou la variété, je n'arrive pas à apprécier les divers progrès réalisés dans ce domaine. Pour moi, le son pop / prog / rock / hard / whatever est né en 1969 avec le premier album de King Crimson :)





MORBID ANGEL
KINGDOMS DISDAINED


Le 18 Février 2018 par DINICED


Un petit pas pour le Death Metal mais un grand pour Morbid Angel, il revient de loin. Faut espérer que cet album est comme un récapitulatif de l'époque glorieuse de l'Ange Morbide, un souvenir nostalgique de leur talent, et j'espère que "Kingdoms Disdained" est un nouveau point de départ.
C'est justement "Declaring New Law (Secret Hell)" que j'aime le moins ^^ comme quoi...

Tous nos groupes de Death d'époque deviennent hélas "vieux" et le Metal à mon sens est une musique qui demande beaucoup d'énergie (Thrash et Death en tête de liste). Ainsi que ma présence dans les concerts du genre est de plus en plus éloignée de la Mosh Pit, ces groupes ont hélas de plus en plus de mal à garder leur place de mâle dominant.

J'encourage Morbid Angel, il peut encore montrer les dents !





Loreena MCKENNITT
LIVE IN PARIS AND TORONTO


Le 18 Février 2018 par MR TINKERTRAIN


Loreena montre qu'elle est la reine de la musique celte aussi bien sur scène que sur album. Plus qu'un live, une oeuvre foncièrement belle et magique.





Loreena MCKENNITT
THE VISIT


Le 18 Février 2018 par MR TINKERTRAIN


En 1991, de grosses sorties dans le Metal. Mais aussi cet album, référence dans le style.





Loreena MCKENNITT
THE MASK AND MIRROR


Le 18 Février 2018 par MR TINKERTRAIN


Une oeuvre tout simplement magique. Celtie oû es tu?





The CLASH
COMBAT ROCK


Le 17 Février 2018 par ARTHOFZAFT


"Combat Rock" déjà ça sonne super bien.
Même si la guerre est perdue. Du coup ça sonne Résistance.
Et quand ça commence par "Know your Rights", on se dit qu'on va reprendre les armes, hisser le drapeau noir, tout ça. Un putain de bonheur, cette chanson ! Je sais pas ce qui a poussé les Clash à revenir au punk comme ça, j'aime me dire que c'est parce que Crass se foutait de leur gueule. Laissez-moi rêver de luttes qui n'ont jamais eu lieu, et je redeviens le gosse qui écoute les histoires avant de dormir. Merci. (laisse encore un peu la lumière allumée maman, ste plait...) Putain de chanson à l'ironie qui fait rire jaune et donne envie de retrouver les huit trous avec les lacets rouges... qui sont où déjà???
Mais déjà, c'est fini et on se trouve dans un Car Jamming qui fait penser qu'ils nous refont le coup de Sandinista. Un truc bizarre que même en 2018 je ne peux pas qualifier... pas du funk, pas de la fusion, du rock London banlieue sud? Y'a comme une essence de BAD mais prématurée... Je sais pas mais c'est bon!!! Merde! C'est quand même avoir une haute estime de son public que de vouloir lui faire découvrir des musiques tellement éloignées de ses habitudes. Des fois c'est un peu compliqué, comme dans Sandinista, mais parfois c'est une vraie vision, et Car Jamming pour moi est une vision. "Should I Stay..." faisait bien danser dans les soirées. On croirait une reprise, tellement c'est clairement du rock. Sur London Calling ils reprenaient Brand New Cadillac, là ils composent leur propre titre rock'n roll à reprendre si le coeur vous en dit.
Ah... déjà c'est Rock the Casbah...wooouuuhaaaa... je comprends toujours pas pourquoi, mais j'avais treize ans en 1982, et j'y connaissais rien en rock, mais dès que j'ai entendu cette chanson, j'ai écrit "Clash" sur mon sac US. Je l'ai entendue une fois à la radio, et puis plus jamais... pourtant je la cherchais partout... frustration!!! Bonheur quand j'ai enfin trouvé le 45 tours.
Red Angel Dragnet, c'est encore un clou enfoncé dans le cercueil du conformisme. Encore un trait de génie qui ne laissera pas de descendants. Un pur chef d'oeuvre, comme Car Jamming. C'est le Reggae passé au crible de la vie de la ville. Ils inventent, les Clash. Si on ne les suit pas, c'est parce qu'il n'y a rien à ajouter.
"Straight to Hell" pour finir la face A, c'est du caviar. Le genre de chanson qui te laisse comme un con dans ton pieu, avec pas envie de te lever pour mettre la face B tellement t'as fermé les yeux et visité tous les continents que t'as la tête qui tourne un moment juste devant la porte des enfers. Que tu n'ouvres pas du coup.
Face B. La tête de lecture crépite un peu, et "Overpowered By Funk"!!! Dissipe les effets du marocco cette chanson. Tout d'un coup, t'as envie de bouger les bras, et les jambes, et la tête... Les Clash te disent à toi, petit con, que le Funk c'est pas Imagination, mais une vraie musique et que tu aurais bien tort de t'enfermer dans ton corps au pretexte que c'est juste la révolution qui importe... Non petit, la danse, la séduction, les plaisirs du corps, penses-y...
"Atom Man", c'est la chanson pour prendre le temps, penser à rien si tu comprends pas les paroles, ça laisse du temps pour toi.
Et comme le calme appelle le calme, voilà "Sean Flynn" qui te fait penser que peut-être un jour tu t'intéresseras au jazz, ou à l'idée que tu t'en fais. Bon, t'as eu huit minutes pour te rouler un bon spliff et tu l'allumes quand "Ghetto Defendant" démarre... Bon timing mon frère... Décollage précis et bonne planante synusoïdale au rhytme d'une promenade dans la nuit de n'importe quelle ville du monde. Pas forcément un bon trip, mais l'essoreuse de ta conscience te laisse des impressions en vibrations.
Si tu as touché du bon matos, tu continues le voyage avec "Inoculated City"... sinon tu te lèves pour passer ce morceau incompréhensible... bah, la flemme... laisse couler... l'était pas mal le matos...
"Death is a Star" t'emmène doucement au lit. Tu ne le sais pas encore, mais the Clash c'est terminé. Tu ne pensais même pas que ça pouvait arriver. La vie sans les Clash.





Mike OLDFIELD
EXPOSED


Le 17 Février 2018 par MANHUNTER

Hello, c'est mon premier message!!!
Exposed est pour moi une petite merveille.
Même si Mike Oldfield y a laissé quelques plumes, j'adore le son de ce live!
Ça ma permis de le découvrir avec la compilation"The Complete".
Tous ces albums ont quelque chose de magique.
Je développerai mon avis si c'est possible...





Richie KOTZEN
LIVE


Le 17 Février 2018 par MICKMP


Merci de militer pour la reconnaissance de Kotzen comme un des chanteurs / guitariste les plus complets de sa génération. Qu'il soit rock, soul, funk, shreder etc. C'est juste parfait. Ca en deviendrait presque énervant!





MASSIVE ATTACK
MEZZANINE


Le 17 Février 2018 par ERONE


Massive Attack prend un virage nettement plus sombre dans cet album. Le côté soul se dissipe totalement, ce qui créera des tensions au sein du groupe.

On se retrouve donc avec un album bipolaire, entre des atmosphères noires et étouffantes comme celles de Risingson, où le flow désabusé de 3D prend tout son sens (qui m'a fait beaucoup penser à celui de Damon Albarn sur le 1er album de Gorillaz ?) et des moments de pure grâce, comme le magnifique Teardrop. La chanson Black Milk arrive à faire le juste milieu, entre voix aérienne et quelques bips menaçants nous rappelant le décor global.

Beaucoup de spleen en général dans l'album, renforcé par le sampling de plus en plus relégué en fond, au profit des claviers et autres instruments (on sent que Archive et Portishead sont passés par là).

Même si la Face A est excellente, l'attaque massive perd en force vers la fin. Dommage.







Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 538






1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod