Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 499
Comment poster un commentaire ?


Johnny HALLYDAY
LES BRAS EN CROIX


Le 23 Mars 2017 par UNCLE SAM

C'est terrible !
Dans le mauvais sens du terme.





Johnny HALLYDAY
LES BRAS EN CROIX


Le 22 Mars 2017 par DARK SCHNEIDER


"Les Bras En Croix", le titre, est superbe. Ca, c'est du grand Jojo, qui nous rappelle à quel point les Etats-Unis ont fasciné cette génération. On ne s'étonnera pas que Johnny ait ensuite joué dans un Western de Corbucci quelques années plus tard, il y croyait à fond et ce titre en est un des plus beaux témoignages. Tout est réussi là-dedans : au-delà du rythme saisissant de la chanson, des instrumentistes au poil et du son vraiment excellent, c'est la performance même de Johnny au chant qu'il faut souligner, le mec fait vraiment vivre son texte et fait preuve d'une maturité impressionnante au vu de son âge.

Bon, comme d'hab, le reste de l'album ne suit pas en qualité, mais c'est un peu tout le problème de la pléthorique discographie de Johnny à cette époque. Les LP sont encore essentiellement des compilations de chansons et de singles, c'est particulièrement le cas ici.

Mais ce titre, "Les Bras en Croix"... Ca sent la poudre et la poussière, la vallée de l'Oklahoma m'attend !





TWELFTH NIGHT
LIVE AT THE TARGET


Le 21 Mars 2017 par MODRIGUE


Merci de chroniquer ce groupe inconnu mais tellement culte et original.

Un petit bijou instrumental, magique et perdu entre deux époques.

La version remasterisée 2CD contient plein d'inédits et vaut également le coup.





TEDESCHI TRUCKS BAND
LIVE FROM THE FOX OAKLAND


Le 20 Mars 2017 par JERRY


En ce 9 Septembre 2016, le TEDESCHI TRUCKS Band investit la scène du Fox Theater à Oakland (Californie) et, dès les premières notes jouées, nous avons l'assurance que ce concert va être de haute tenue, tant chaque membre du groupe apporte une pièce essentielle à l'édifice. Les parties vocales de Susan (à mi-chemin entre Bonnie RAITT et Janis JOPLIN) confinent parfois au sublime ("I Pity The Fool" où elles atteignent leur paroxysme), les improvisations de Derek à la slide sont à tomber (sa complicité avec Alam KHAN au sitar sur "These Walls" est un moment intemporel qui invite au voyage) tout autant que ses solos (sur Gibson, of course !) qui brillent par leur intensité permanente. La cohésion entre les deux batteurs qui se complètent magnifiquement et propulsent une section rythmique jamais prise en défaut est aussi à souligner.
Derek TRUCKS, du haut de ses 37 printemps, nous propose ici un panorama de ses capacités guitaristiques, où sa virtuosité technique laisse toujours une place à l'émotion, et ce, sans jamais lasser (prenez-en de la graine, Mr BONAMASSA, même si vous officiez dans un registre différent). Sa complémentarité avec Susan est un bonheur de tous les instants !
La version avec DVD joint de ce "Live from the Fox Oakland" est à privilégier (vous pourrez ainsi, dans le générique de fin, y apercevoir l'ami Chris ROBINSON y pousser la chansonnette sur une version "cosy" de "You Ain't Going Nowhere").





DIRE STRAITS
MAKING MOVIES


Le 20 Mars 2017 par NONO


Rarement j'ai vu des avis aussi tranchés sur ce skeud. C'est soit on l'adore soit on le déteste ! Beaucoup citent le style très "Springsteen" qui ne convient pas à Dire Straits, avec en prime le titre "Les Boys"...
Moi je suis un peu d'accord sur le changement de son global, qui en fait un disque moins "typique" que les 2 précédents. Mais ça se laisse écouter avec grand plaisir.
Et si "Tunnel of love" et "Romeo & Juliet" sont les deux grands morceaux de bravoure, le reste est souvent de bon niveau.
J'aime beaucoup "Skateaway", "Expresso love" (bien que tombant quelque peu dans la facilité), et "Hand in hand".
Par contre je suis d'accord pour dire que Solid rock est assez moyenne et "Les Boys" pas terrible, mais pas honteuse non plus. Disons que c'est juste trop différent du reste.
Note réelle : 3.5/5.





DIRE STRAITS
ON EVERY STREET


Le 20 Mars 2017 par NONO


Assez satisfait de l'album, sans en être conquis pour autant. Un coté plus "roots" (plus country et bluesy que l'album précédent, qui était trop "pop"), donc c'est sympa car on revient un peu au Dire Straits d'origine. Mais c'est quand même souvent assez générique, et il y a parfois de sérieuses baisses de régime dans ce disque, c'est dommage.
Mes titres préférés sont : Calling Elvis, When it comes to you, You & your friend, Iron hand, How long, et la chanson-titre.
Les titres que j'aime bien, sans plus, sont : Fade to black, The bug et Planet of New-Orleans.
Enfin, j'ai une sainte horreur de : Heavy fuel (une sorte de pastiche de "Money for nothing" en beaucoup moins bien), Ticket to heaven (quelle guimauve ! Tout juste bon pour animer les croisières pour le 3ème âge), et enfin, l'atroce "My parties" (véritable variétoche de supermarché, qui tient le rôle de 3ème chanson totalement ratée des Straits, cote-à-cote avec "Les Boys" et "One world"....)
Donc pour moi, ce disque est globalement bon, en tout cas meilleur que le précédent (B.I.A.) mais loin d'être parfait pour autant.





CELKILT
STAND


Le 20 Mars 2017 par ALINE


J'adoooore !
Vive CELKIT ! Longue vie à ce groupe formidable et bien sympathique.





CELKILT
STAND


Le 20 Mars 2017 par STEPH.


Cet album est selon moi le meilleur d'entre tous (nul besoin de préciser que les précédents sont aussi de pures merveilles ! ), très rythmé, musiques entraînantes, un vrai bonheur !
Un must have pour les amoureux de rock celtique !





CELKILT
STAND


Le 20 Mars 2017 par LIONEL MOREL

J'ai vu Celkilt pour la troisième fois au Festival Celtica de la Vallée d'Aosta en Italie au pied du Mont Blanc en juillet 2016 et ils ont mis le feu au Bois du Peuterey !! Excellent concert.





CELKILT
STAND


Le 20 Mars 2017 par RIROUXE


Un album génial et plein de vie. Du rythme comme on aime et comme on attend. Plutôt rare d'avoir du bon son celtique français. Un album complet même si on en redemande.





DIRE STRAITS
ON EVERY STREET


Le 19 Mars 2017 par POPOL PAS VUH


A sa sortie je n'etais pas fan de cet album, que je trouvais un peu décousu, manquant de l'unité qui caractérise tous les autres albums du groupe.
Le réecoutant récemment je dois réevaluer mon avis. Ce n'est pas le meilleur Dire straits, mais cela reste un très bon disque, sur toutes ses plages (et oui!) à l'exception de My parties (une scie au refrain insupportablement dénuée de toute imagination) et de Planet of new orleans, insipide et inutile.
Une fois supprimé ces 2 titres on se retrouve avec un album sympa, bien rythmé, bien structuré, porté par des titres accrocheurs comme On every street, when it comes to you (excellent, mon préféré avec You & your friend), the bug; titres où l'on retrouve (un peu...) le Dire straits des débuts. Calling elvis, titre moyen, lance bien l'album et How long le clos en douceur.
Pas le meilleur Dire straits, mais pas mal quand même. Agréable à écouter.





Chuck BERRY
AFTER SCHOOL SESSION


Le 19 Mars 2017 par YAN LE COADOU


Une excellente publication est sortie en 2002 "let it rock" Sous label Chess qui propose une compilation de 24 titres avec un très bel emballage.
Chuck Berry a influencé tous les grands guitaristes des années 60 de Beck à Page ,en passant par alvin lee qui a repris plusieurs titres du maître et dont l'un des albums solo porte le titre de ce morceau de chuck.Un hommage sans doute!





Chuck BERRY
AFTER SCHOOL SESSION


Le 19 Mars 2017 par IRONGE_MAIDENT


Salut a un des grands qui aura laissé sa marque.
Je n'ai qu'écouté quelque piste par ci par là au fil du temps.
Les grand disparaissent leur musique elle reste intacte.





MUMFORD & SONS
SIGH NO MORE


Le 17 Mars 2017 par BORAHKRETH

Bonjour ! Pas de note pour l'instant, il est encore trop tôt. C'est la chronique de l'EP qui m'a rappelé l'existence de ce groupe, que j'avais découvert via une reprise à la batterie de "Lover of the light" par un handicapé ayant perdu un bras, et la musique tout autant que la performance m'avaient marqués (au point que 5 ans plus tard, je me rappelle de l'anecdote).

Du coup, j'ai voulu me remettre dans Mumford & Sons, et effectivement, j'aurais un ressenti globalement proche du tien concernant Sigh No More, qui est une pépite à laquelle j'accorderais presque un 5/5 direct tant il est arrivé à un moment de ma vie qui avait besoin de ce genre de musique, et tant sa musique se connecte parfaitement à mes émotions. Babel par contre, est un peu plus redondant en dehors de certains morceaux, là où celui n'a quasiment rien à ajouter (je trouve les deux derniers morceaux un peu moins bons, mais pa de quoi crier au scandale).

Je pense donc prochainement me lancer sur Wilder Mind, et reviendrai plus tard pour donner un avis définitif (si j'y pense...)

Simple question : que peut-on trouver de proche d'un point de vue émotionnel/musical ? Je connais assez mal Chuck Ragan mais le peu que je connais m'a soufflé (OST de Flame in the Flood + un ou deux autres albums), et je suis preneur de groupes s'en rapprochant.





Sylvie VARTAN
SYLVIE


Le 17 Mars 2017 par YM

Les "adaptations" des succès US sont catastrophiques, en particulier celle de Ray Charles.
Les Johnny et Sylvie et autres Yéyés, c'est le versant culturel du plan Marshall : on vous a donné des sous, maintenant 'faudra bouffer nos produits.
Bon, on est en France ! Exception culturelle ! Alors on va adapter le truc, faire une version "langue de Molière", et vous allez voir ce que vous allez voir ! Résultat : catastrophe !
Préférez les originaux !





Dimitri CHOSTAKOVITCH
SYMPHONIE N°10 (KARAJAN)


Le 16 Mars 2017 par CLANSMAN57


Je m'attendais à quelque chose de plus lumineux de la part de cette dixième symphonie.
Le long Moderato ouvre l'oeuvre d'une manière bien lugubre...
Le tyran est mort, mais la mémoire est bien affectée et très marquée.

L'Allegro est explosif, c'est un peu comme si un malade mental emmenait une fille danser, la malheureuse partenaire est bousculée dans tous les sens et à la fin du mouvement, il ne reste plus grand chose de cette pauvre fille.

L'Allegretto offre le contraste entre ombre et lumière, cependant cette dernière n'est pas tellement vive.
La partie plus dansante semble normale jusqu'à ce que la folie l'emporte à nouveau.
Un peu comme si la partition avait absorbé les larmes empoisonnées du compositeur.

Le dernier mouvement offre à nouveau cette joie emprunte de folie.
A croire que cette émotion était depuis trop longtemps enfermée dans le coeur de ce peuple meurtri et qu'au moment de sa libération, elle devient démesurée dans son explosion, totalement incontrôlable.
Une joie qui fait peur, en somme.

J'ai parfois l'impression de perdre les pédales quand j'écoute cette symphonie et les deux autres que je connais.
C'est génial, mais il ne faut pas en abuser, sous peine de finir en camisole de force avec un entonnoir sur la tête.

Une symphonie qui semble vouloir démontrer qu'on n'arrivera pas à retrouver la joie telle qu'on l'avait connue, après avoir vécu des évènements tragiques.





The PIROUETTES
CARRéMENT CARRéMENT


Le 15 Mars 2017 par BAAZBAAZ


Très jolie électro-pop néo-80s, bien composée, dansante et mélodique. Le cœur de l'album, de "L'escalier" à "2016" est de haute volée, avec un sens de l'écriture particulièrement aiguisé. La fin, plus mélancolique (notamment "Grand Bassin"), donne à tout cela une ampleur et une gravité inespérées. Ces jeunes-là sont très talentueux.

J'ai passé une partie de l'année 2016 à écouter ELEPHANT et LA FEMME, et je trouve cette nouvelle scène (si c'en est bien une) absolument délicieuse, pleine de surprises et de bonnes chansons.





GENESIS
WIND AND WUTHERING


Le 15 Mars 2017 par REALMEAN


Je vais plussoyer cette chronique déjà largement plébiscitée par les autres commentaires, mais aujourd'hui encore, il me semble salutaire de rappeler la clairvoyance et la pureté de "Wind & Wuthering", une perle exceptionnelle parmi les exceptionnelles, et pas seulement dans la discographie de Genesis. Une perle, et un ovni: car tout cela pourrait bien tenir d'une étrange allégation, tant il est vrai que nombre de fans n'ont jamais décelé sa véritable substance - dans cette phase transitoire, d'ailleurs, beaucoup lui préfèrent "A Trick of the Tail".
Alors oui, au sens démocratique, "Wind and Wuthering" n'est sans doute pas le meilleur album de Genesis. Et j'admets sans peine qu'il n'a pas la puissance cérébrale de la période Gabriel. Ni encore l'accessibilité du néo-prog moderne que Genesis va déployer à partir de "Duke". Mais pour moi, c'est justement là que se trouve sa valeur: "W&W", c'est le meilleur des deux mondes. C'est un pont magnifique entre l'ésotérisme des "Trespass", "Foxtrot", "Nursery Cryme" et autre "The Lamb lies down...", et le ton direct, incisif, s'appuyant sur des mélodies fortes et des arrangements somptueux, que le trio restant va encore dispenser au travers des "Duke", "And then...", "Mama", "Invisible Touch"... "Wind and Wuthering", c'est un album où Phil Collins démontre qu'il peut être un chanteur fantastique (davantage avec Genesis que jamais en solo), capable de véhiculer une foultitude d'émotions, un album où Tony Banks se révèle en compositeur génial (haaa, 'One for the Vine'... le chef-d'oeuvre oublié, délaissé en concert !...), où Steve Hackett met en lumière toute la valeur ajoutée de son inspiration éclectique et de son jeu d'interprète. Tout le monde est à sa place. Tout est juste. Et personne n'en fait trop. Une oeuvre peut-elle être géniale, sans en avoir l'air ? Lorsque l’ami Phil nous décoche son ultime « I miss you more ! » en conclusion de la prestation scénique d’ 'Afterglow', sur l’enregistrement de 1982, c’est fini, on n’en guérit plus, l’émotion est fossilisée à jamais. Que dire de plus, si ce n’est « The meaning of all that I believed before, Escapes me in this world of none … »





JETHRO TULL
MINSTREL IN THE GALLERY


Le 14 Mars 2017 par DARKPOET


Je n'ai pas mis 5/5 à cause de la production, du son. qui manque d'amplitude, de pêche ; trop étriqué à mon oreille.
Par contre les compos sont sompteuses. Un bémol pour le titre éponyme que je trouve inabouti et répétitif. Le reste est juste subtil et génial.
J'adore notamment "Baker St Muse" L'artwork est top à l'instar d'Aqualung.





JETHRO TULL
THE CHRISTMAS ALBUM


Le 14 Mars 2017 par DARKPOET


Un album que je mets le 24 décembre au soir entre le fois gras et la dinde
Et puis mon petit neveu adore ! C'est joli et ça cadre bien avec une ambiance feu de cheminée et flocons de neige.
J'ai hésité au début… Tino Rossi ou Christmas Album
Non, sérieusement les adaptations sont plutôt réussies.







Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 499






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod