Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 ...>...>>... 665
Comment poster un commentaire ?


Les RITA MITSOUKO
COOL FRéNéSIE


Le 09 Septembre 2019 par FRANçOIS

Je ne dirais pas que c'est mauvais mais juste que ça ne me plaît pas : y'a plus de "tube" ! Ce sont loin d'être les seuls dans ce cas.





FLEETWOOD MAC
MYSTERY TO ME


Le 09 Septembre 2019 par SGT JAKKU


Mystery To Me contient beaucoup de riffs de guitares très rock et groovy. A ce propos, 'Somebody" est valable surtout pour la performance pêchue et énergique du groupe car il est vrai que le titre est le plus simple du disque.
Globalement, "Mystery..." assure mais retombe un peu sur le dernier tiers qui tire en longueur. Un disque un peu bancal en somme mais avec des perles comme "Hypnotized" (le meilleur numéro), "Emerald Eyes", "Miles Away" pour Welch et "Believe Me", "Just Crazy Love" pour Christine Mcvie.
Note : 3,5.





DEEP PURPLE
SHADES OF DEEP PURPLE


Le 09 Septembre 2019 par LEO


Les premières répétitions de DEEP PURPLE eurent lieu en Mars 1968 et en Mai de la même année, ils enregistrent déjà leur tout premier album !
Pour le premier 33t d'un groupe à peine créé deux mois auparavant, ce Shades Of Deep Purple est franchement un bon disque ! certes, il est empreint d'un charme suranné marqué par les Swinging Sixties mais cela lui donne un certain cachet.
Evidemment, la sonorité très pop-rock-psychédélique de l'ensemble n'est déjà plus très originale en cette année 68 et le groupe chasse sur les terres de Vanilla Fudge mais le groupe n'en est qu'à ses débuts et n'a pas encore forgé son style, bien que les musiciens ne manquent pas de personnalité ! en premier lieu Ritchie Blackmore avec son jeu fougueux marqué par Jeff Beck et Jimi Hendrix, ainsi que Ian Paice et sa frappe agile et jazzy. le jeu de Jon Lord n'est pas encore empreint de classicisme mais il possède un esprit baroque que l'on retrouvera bien plus dans les deux albums à venir. le jeu de basse de Nick Simper est mélodique et plus classique. quand au chant de Rod Evans, il révèle quelques intonations proches d'Elvis Presley. dans ce contexte pop-rock-psychédélique, ce mélange donne une couleur toute particulière à la musique du groupe.
Sur huit titres, on retrouve une moitié de compos originales pour une autre de reprises (chose assez courante à l'époque, il n'y a qu'à voir Truth le premier album de Jeff Beck !).
Parmi les titres marquants, il y a l'instrumental psychédélique en ouverture intitulé "And The Address", "Hush" la reprise de Joe South chantée à l'origine par Billy Joe Royal en 1967 (et dont cette cover n'est pas si éloignée), le joli et poppy "One More Rainy Day", le puissant "Mandrake Root" qui sera l'un des rares morceaux de cette époque à être repris par Ian Gillan aux débuts du PURPLE Mk 2 et enfin l'énergique "Love Help Me" qui me fait un peu penser aux Who de cette époque (avec quelques choeurs Beatlesiens en plus).
Pour être franc, les trois autres morceaux ne sont pas mauvais mais ils font un peu pâle figure par rapport au reste.
"Prelude: Happiness/I'm So Glad" est un assemblage un peu incongru d'un instrumental baroque composé par le groupe et d'une cover du Bluesman Skip James (dont Cream avait déjà fait une reprise en 66).
"Help!" des Beatles est interprété comme une ballade mélancolique en contraste total avec la version originale des Fab-Four, cependant il paraitrait que John Lennon ait grandement apprécié la version donnée par DEEP PURPLE et que c'était l'intention première de son auteur de donner une telle couleur à sa compo à l'origine (et depuis, beaucoup d'artistes dont Tina Turner et Roy Orbison l'ont interprété de cette manière).
La cover de "Hey Joe" est un peu particulière avec son introduction grandiloquente et je trouve qu'elle a tendance à traîner la patte tout du long. pas convaincu (j'en reste à la cover de la Jimi Hendrix Experience !).
Ce Shades Of Deep Purple n'est pas un grand disque mais il est néanmoins très sympa et toujours fort agréable à l'écoute plus de cinquante ans après sa sortie.
La version remastérisée en l'an 2000 ajoute "Shadows" un mid-tempo enregistré durant les sessions de l'album, une version instrumentale de "Love Help Me", une prise alternative de "Help!", une version de "Hey Joe" pour la BBC et "Hush" en live pour un passage tv aux States.





Pierre BACHELET
ELLE EST D'AILLEURS


Le 08 Septembre 2019 par CLANSMAN57

"Elle est d'ailleurs" est magnifique, sa renommée est amplement méritée.
Je ne connais pas le reste, j'ai préféré investir dans une compilation 15 titres qui s'intitule "Les plus grands succès de Pierre Bachelet" (2006).
L'ensemble de ces chansons sonne synthétique, mais il y a un quelque chose d'éthéré en plus de ça qui fait que ça passe bien, c'est le premier point que j'ai relevé.
Le second point concerne les paroles, la plupart sont écrites par Jean-Pierre Lang.
J'étais étonné, car j'ai parfois pu lire que Pierre Bachelet est un poète...

C'est pas l'artiste français que je préfère, il a cependant certaines chansons qui sont jolies, comme "Les Corons", "Emmanuelle", Marionnettiste", Yé yé les tambours", "En l'An 2001", "Pleure pas Boulou", "Flo".
Il a quelque chose d'attachant.





FLEETWOOD MAC
PENGUIN


Le 08 Septembre 2019 par SGT JAKKU


Je suis très fan de "Bright Fire". Bob Welch a un style bien à lui et un goût prononcé pour les accords jazz faits de 6ème, 7ème et 9ème assez rares pour le soft rock de l'époque mais qui deviendront monnaie courante dans la West Coast, période Yatch Rock (Steely Dan).
A côté de ça, il est vrai que "Penguin" souffre d'un grand classicisme et ne parvient pas à marquer les esprits. Mêmes les chansons de Christine ne sont pas très inspirées et à chacune, il leur manque un petit quelque chose.
Note : 2,5.





FLEETWOOD MAC
FUTURE GAMES


Le 08 Septembre 2019 par SGT JAKKU


C'est vrai que c'est un très bon disque mais je lui préfère "Bare Trees", mieux équilibré entre des passages dynamiques et calmes. La voix de Bob Welch est vraiment sous-mixée sur "Future Games" (peut-être pas très à l'aise sur ce titre), ce qui peut faire perdre un peu le fil de la chanson. Et c'est avant tout l'album qui introduit un des éléments essentiels à FM : Christine Mcvie qui s'imbrique dans le groupe d'une manière totalement naturelle et évidente.
Note : 3,5.





DIRE STRAITS
BROTHERS IN ARMS


Le 07 Septembre 2019 par CLANSMAN57

@Nono:
Adèle, j'aime beaucoup son second disque.
Et Cats On Trees, c'est sympa, ils étaient passés dans mon village il y a quelques mois et je n'y suis même pas allé:)
Je vais voir pour les deux autres, je crois avoir déjà écouté quelques chansons de London Grammar aussi.

Merci!





DIRE STRAITS
BROTHERS IN ARMS


Le 07 Septembre 2019 par NONO

@CLANSMAN57 : Si tu aimes les voix féminines, je ne pourrais que trop te conseiller, dans un registre plus récent :
* BIRDY (avec les titres : Wings, People help the people...)
* LONDON GRAMMAR (Wasting my young years)
* CATS ON TREES (Sirens call)
* Et bien sûr la superbe ADELE dont je suis fan inconditionnel !





Peter FRAMPTON
FRAMPTON COMES ALIVE!


Le 07 Septembre 2019 par JIPE CHERBOURG


Tout à fait d’accord avec le commentaire de Kingbee. C’est un album dont les chansons ne sont pas transcendantes mais qui accrochent malgré tout. Un témoignage de ce qui se faisait dans les années 70, en fait, parce que l’on se permettait des improvisations à n’en plus finir, mais qui faisaient du bien dans les cages à miel parce que c'était organique et que les musiciens jouaient aussi avec le public. Rien que pour les trois titres cités, l’achat de l’album vaut de coup, même si certains pourraient être rebutés par la talkbox, mais c’est ce qui fait le charme de ce disque. À propos, j’avais lu que Frampton était le « meilleur » joueur de Talkbox sur la planète Rock... euh, ouais, si on veut... ce n’est pas un instrument, ce truc, c’est juste un effet 😂...
Les morceaux acoustiques sont dispensables mais l’album reste malgré tout parfaitement équilibré. À noter, une version 18 titres existe. J’ai acheté cette version avec une remasterisation digne de ce nom : les instruments sont super bien produits et font de ce live un disque fortement recommandable (ce son est tellement bon que l’on pourrait croire à de l’overdub en studio)
Note réelle 4,5/5 arrondie à la note supérieure en raison de la clarté du son.





The MIDNIGHT
ENDLESS SUMMER


Le 07 Septembre 2019 par BORAHKRETH


Bon, un an plus tard, je retire ce que j'ai dit, il est vraiment, VRAIMENT excellent, et je suis impatient de bientôt les voir sur Strasbourg... mais je préfère quand même Nocturnal, qui lui vaut un 5/5 sans discuter rien que pour les 2 premières tracks qui sont jouissives comme pas permis, et rarement un album m'a autant enthousiasmé ces dernières années en terme de trucs pops et catchy, qui sont habituellement à l'antithèse de ce que j'aime. Crystaline quoi putain, ça devrait détrôner Africa de TOTO une descente de tom aussi géniale !

Et je suis parfaitement d'accord avec Seijitsu : il est incompréhensible que Jason ne soit pas au top 50 tellement c'est un putain de tube !





PAINKILLER
EXECUTION GROUND


Le 07 Septembre 2019 par LE BARON

J'aime bien "Leng Tch'e", qui mériterait une kro express, au vu de la note que lui a attribué Oncle Viande. Cela viendra peut-être en son temps. Et j'aime beaucoup "Spillane/Godard"...





ECHO AND THE BUNNYMEN
ECHO & THE BUNNYMEN


Le 07 Septembre 2019 par LEO


Il aura fallu trois ans pour que les BUNNYMEN accouchent de leur cinquième album, mais tout ce temps passé à l'élaboration de ce 33t n'aura pas servi à grand chose à vrai dire !
Si pour moi Ocean Rain était mollasson et inintéressant (malgré son statut d'album mythique mais bien trop surestimé pour ma part), cet album éponyme relève un chouia le niveau mais de pas beaucoup.
Le côté grandiloquent et surchargé en cordes d'Ocean Rain a été heureusement abandonné mais cependant les synthés ont pris le dessus sur quelques titres de ce cru '87 et la prod lisse et très générique de Laurie Latham a cet aspect aseptisé de pop édulcorée qu'on trouvait sur l'album précédent.
Le correct "The Game" qui ouvre l'album (et qui paraîtra en single) démontre que la musique d'ECHO & THE BUNNYMEN est devenue bien passe-partout en l'espace de deux albums. "Over You" est construit sur le même modèle, tandis que le peu palpitant "Bedbugs And Ballyhoo" sonne pas mal comme les Doors malgré la prod estampillée années 80. mais rien d'étonnant d'entendre une telle similitude puisque Ray Manzarek est là en invité !
Il faut attendre le quatrième morceau "All In Your Mind", pour retrouver un peu d'originalité et l'énergie d'antant. "Bombers Bay" qui suit, n'est pas renversant mais se laisse écouter.
"Lips Like Sugar" (extrait en single) est fort sympathique bien qu'une grosse impression de déjà-entendu plane fortement. sentiment confirmé par le moyen "Lost And Found" qui sonne comme un titre provenant des sessions de Porcupine.
"New Direction" revient à quelque chose d'un peu plus vivant malgré le manque d'audace évident. à croire que le groupe n'avait plus rien à proposer de nouveau et se contentait d'appliquer la même recette ad vitam aeternam.
"Blue Blue Ocean" fait dans le redite pour la énième fois tandis que "Satellite" renoue avec une new wave un peu plus vigoureuse.
L'album se referme sur la ballade "All My Life" qui est un peu dans le style de l'album précédent. c'est à dire poussif et assoupi.
Après ce cinquième 33t le chanteur Ian McCulloch quittera la formation en 1988 pour tenter l'aventure en solo et courant 89 le batteur Pete de Freitas trouvera la mort dans un accident de moto, ce qui n'empêchera nullement le guitariste Will Sergeant et le bassiste Les Pattinson de continuer le groupe avec un nouveau chanteur (Noël Burke) le temps d'un album en 1990. mais ceci est une autre histoire car pour moi, le groupe a définitivement perdu de son intérêt depuis un moment (même s'il y eut reformation à partir de 1997) et au final je ne retiens essentiellement que leurs trois premiers albums.





DIRE STRAITS
BROTHERS IN ARMS


Le 07 Septembre 2019 par CLANSMAN57

@ Nono: "The Man's Too Strong" me plait aussi de plus en plus, les passages avec gros accords me dérangeaient au départ, mais c'est intéressant en fin de compte, cette cassure du planant.
Sinon, j'ai trouvé le Natalie Imbruglia chez une disquaire, elle m'a fait écouter quelques chansons et... je n'ai pas aimé :)
Je préfère encore le Geri Halliwell (ex Spice Girls, je crois que je viens définitivement de tuer l'image de Metalhead qui me colle à la peau, mdr! Tant mieux!) qu'elle avait, "Scream If You Wanna Go Faster" (2001).
Avec certains effets horripilants en moins, il aurait pu être excellent!






DIRE STRAITS
BROTHERS IN ARMS


Le 06 Septembre 2019 par NONO


@ Clansmans 57 : Au sujet des longueurs dans cet album : d'accord avec toi pour le magnifique final de "Why Worry", que j'adore également. Par contre pour moi, la longueur pose problème pour "Money for nothing" : l'intro est géniale dans sa totalité, mais c'est l'étirement à la fin qui est bien trop long je trouve, idem pour "So far away" : une bien belle ballade mais trop longue aussi dans son final. Sinon, l'enchaînement "Why worry" / "Ride across the river" / "The man's too strong" est génial. Sans oublier, bien évidemment, la magistrale chanson-titre qui sonne, pour le coup, pas mal comme du Pink Floyd. Les deux seuls titres que j'exècre sont : "One world" et "Walk of life". Cette dernière, je l'aimais beaucoup à l'époque mais je trouve que ça a terriblement mal vieilli. Les synthés couinants sont vraiment relous, et je suis sûr que si Guy Fletcher avait opté pour un vrai son de Hammond, le titre aurait bien mieux traversé les âges...





BLACKFIELD
BLACKFIELD


Le 06 Septembre 2019 par MR TINKERTRAIN


Celui-là, je ne l'aime pas… ou plutôt si! Non en fait, je ne l'aime plus… mais je ne zappe rien à l'écoute. Trop sombre à mon goût quand même, je préfère 100 fois le suivant.





DIRE STRAITS
BROTHERS IN ARMS


Le 05 Septembre 2019 par CLANSMAN57


Je le préfère à "Love Over Gold".
Je peux comprendre l'ennui que certains auditeurs peuvent ressentir avec les chansons les plus longues, mais très sincèrement, à titre personnel, je ne vois pas ces minutes passer.
J'ai l'impression qu'elles ne durent que 4 minutes.
C'est une nouvelle fois histoire de sensibilité, c'est toujours la même chanson.

"Money For Nothing" n'est pas très variée, idem pour le final instrumental de "Why Worry", mais je ne sais par quelle magie, ça fonctionne.
L'art du mid tempo efficace pour l'un, l'art de l'hypnose pour l'autre.
Et plus généralement, l'art de la guitare pour Mark, ce mec plane bien au-dessus de la concurrence.
Pas mal pour un gaucher qui joue sur une guitare pour droitier et le plus souvent sans médiator...
Ses interventions sont le plus souvent magistrales, même les plus brèves entre les couplets (cf "Sultans Of Swing").

"The Man's Too Strong" est un peu étrange au départ, au fil des écoutes, elle dévoile un certain charme.
"Ride Across The River" et son ambiance amérindienne transporte loin.
L'explosion de joie contenue dans "Walk Of Life" rendrait Freddy Krueger aimable, c'est pour moi l'une des meilleures chansons joyeuses.
Etc, etc...

C'est tout aussi planant qu'un bon Pink Floyd.









PAINKILLER
EXECUTION GROUND


Le 05 Septembre 2019 par BORIS LE BORGNE


Merci pour la réponse.
Non je n'ignore pas que Zorn, dans sa surproduction musicale, a parfois frôlé le pire (dans le sens exaspérant voire chiant du terme). Un peu comme Merzbow dans un état d'esprit pas très éloigné.
Mais ce double de Painkiller fait partie, selon moi of course, de ses franches réussites, juste à côté de "Leng Tch'e" ou "Spillane/Godard" (entre autres).

Les goûts et les couleurs !





Tal WILKENFELD
LOVE REMAINS


Le 04 Septembre 2019 par BAKER

C'est l'impression que ça donne mais la demoiselle est dans le circuit depuis maintenant très longtemps !
D'ailleurs cet album est clairement un portrait de maturité.





DEEP PURPLE
MADE IN JAPAN


Le 04 Septembre 2019 par ADXBBR


J'apporterai une petite contradiction à la plaisante chronique d'A.T.N sur ce chef d'oeuvre. Achetez la version que vous voulez (pour ma part, j'ai les 3 versions), mais privilégiez la version de 1998. Premièrement car elle est au même prix que celle de 1972 sans triturage technique et que deuxièmement les 3 morceaux tuent. On parle quand de deux tubes de DP avec un "Speed King" ravageur et un "Black Night" entraînant plus une reprise survitaminée de Little Richard. Pour le reste, on atteint l'acmé du groupe avec des versions volcaniques de "Highway star" et "Lazy", le summum de l'album avec "Child in time" et un Ian Gillan au sommet de son art. Si l'auditeur se focalise surtout sur Ritchie et Jon, il ne faut jamais oublier le duo rythmique qui a toujours donné au groupe cette assise musicale permettant toutes les digressions des deux solistes. Entre un Jon inspiré (mais je n'ai jamais entendu une version live de Jon ratée) et un Ritchie en feu (et apparemment de bonne humeur, oubliant de massacrer ses soli d'anthologie comme on le verra plus tard, cf les abominables video disponibles pour la reformation de Rainbow où le guitariste ténébreux massacre "Smoke on the water" et "Highway" star comme s'il reniait sa propre progéniture) plus Roger/Ian en pleine forme, on atteint la meilleur période de Mark II. Alors si le solo de "The mule" rate la cible, le frigo n'est jamais trop loin pour reprendre des forces. Mais il serait dommage de rater le duel Ritchie/Ian sur "Strange Kind of women" ou le guitariste se fait taquin.

Ecouté la première fois en 1977, il trône toujours dans ma setlist dans le top 5 des écoutes. J'ai toujours dit que dans ma discographie, il n'y avait qu'un seul album qui méritait 20/20. C'est celui là.





Tal WILKENFELD
LOVE REMAINS


Le 04 Septembre 2019 par JUST AINSI

Hein ? Elle a plus de 30 ans, la petite fille ? Je pensais que c'était une gamine.







Commentaires :  1 ...<<...<... 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 ...>...>>... 665






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod