Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 ...>...>>... 701
Comment poster un commentaire ?


GENESIS
SELLING ENGLAND BY THE POUND


Le 12 Janvier 2020 par NONO


@APSA : Commentaire très juste ! Pour moi, c'est clair, il y a un avant et un après "Selling", concernant Genesis.
"Selling" est le premier album de Genesis vraiment équilibré, leur premier chef d'oeuvre réel selon moi.
J'ai du mal avec les albums précédents. "Nursery cryme" et "Foxtrot" ont beau être souvent plébiscités, je trouve qu'ils sonnent encore très "amateur" et manquent sérieusement de structure.





GENESIS
SELLING ENGLAND BY THE POUND


Le 11 Janvier 2020 par APSA


J'ai bien aimé Nursery crime, mais Selling England reste pour moi THE album de référence de Genesis.
Il n'y a que "More fool me" et "Cinema show" que je n'écoute pas, sur ce disque.

J'ai découvert le groupe avec "I know what I like", et je continue d'apprécier ce titre, mais le chef d'oeuvre absolu est bien entendu "Firth of fifth".
Comme beaucoup, j'ai également plus qu'apprécié le petit bijou instrumental qu'est "After the ordeal", d'ailleurs je l'écoute aussi régulièrement que Firth of fifth, de façon individuelle.

Sur le plan musical, Tony Banks m'a vraiment impressionné. Difficile de tarir d'éloges à son égard.
Quant à Steve Hackett, déjà intéressant au sein de Genesis, c'est avec son 1er album solo qu'il m'a émerveillé.
Mais ceci est une autre histoire ...

L'album vaut 5 étoiles. La perfection n'existe pas, sous les Cieux ! (perfection = 7 étoiles, alors ne soyons pas radins avec les étoiles)
Un must-have pour tout mélomane sincère et reconnu comme tel.





RUSH
CLOCKWORK ANGELS


Le 11 Janvier 2020 par MAGNU


C'était un grand Tom ;)





CYMANDE
CYMANDE


Le 11 Janvier 2020 par BUKO


Le genre d'album qu'on peut écouter une centaine de fois sans se lasser. Très bon du début à la fin. Impossible de ne pas bouger au minimum la tête sur cette musique! Pour ma part je ne le trouve pas du tout long (mais c'est subjectif) et les compositions sont assez variées. Un must de l'afro/funk.





The SHAGGS
PHILOSOPHY OF THE WORLD


Le 11 Janvier 2020 par CLANSMAN57

C'est assez insupportable à la première écoute, mais à la seconde, il y a... quelque chose.
Je pense qu'elles débutaient tout juste et avaient encore plein de choses à apprendre.
En résulte un disque très atypique.
Le principal dans un groupe, c'est de s'amuser et on dirait que c'est le cas ici.

C'est pas possible de noter.






The WHO
TOMMY


Le 11 Janvier 2020 par APSA

En réécoutant l'album, je viens de m'apercevoir que j'ai oublié de mentionner l'excellent "Christmas" qui sonne un peu plus comme ils avaient l'habitude de sonner avant cet album.
C'est d'ailleurs le 1er morceau auquel j'ai adhéré en découvrant l'album.

J'aurais pu évoquer également "Amazing journey" qui ne paye pas de mine sur les 1ères mesures, il faut attendre les 1ers roulements de batterie pour que le morceau commence vraiment. Mais surtout, le refrain est d'une grande beauté, trop court hélas.
La version du film est un grand moment, tant au niveau musical que visuel.

Quant à "Sparks", je l'ai tout simplement confondu avec "Underture". En fait, "Sparks" s'écoute très bien, sans indigestion. C'est de la bonne musique, tout simplement, sans autre ambition que de faire voyager l'auditeur à travers les méandres de ses pensées les plus diverses.

Bref, un excellent disque pour ma part, et un film qui m'a marqué encore plus que je ne le pensais.
Ici, plus que jamais, Pete Townshend est GRAND. Autant au micro qu'à la guitare. Le talent de Keith Moon, ainsi que de John Entwhistle, est ici évidence.
Quant à Roger Daltrey, c'est surtout dans le film qu'il est mis à l'honneur. Tommy, c'est lui. Et réciproquement.





RUSH
CLOCKWORK ANGELS


Le 11 Janvier 2020 par BAKER

Hommages à Neil Peart qui vient de nous quitter.

The Garden sera donc par défaut la dernière chanson de Rush, et c'est une des plus belles fins d'un groupe de rock.





David BOWIE
BLACKSTAR


Le 10 Janvier 2020 par RICHARD


Quatre ans ce jour que David Jones est parti. Bowie à l'image de ce chef d'œuvre demeure quant à lui un compagnon de route et de vie à jamais présent.





Les RITA MITSOUKO
LA FEMME TROMBONE


Le 10 Janvier 2020 par NONO

@ Le Baron... et dans ce même titre de Boby Lapointe : ne surtout pas oublier la strophe : "Encore faut-il que la tronc pète" !





Les RITA MITSOUKO
COOL FRéNéSIE


Le 10 Janvier 2020 par FRANçOIS

A la revoyure (ou plutôt aux réécoutes), des titres comme "Cool Frénésie", "Alors c'est quoi" ou, sur d'autres albums, "Y'a d'la haine", "Les amants" ou même "Ding Ding Dong" sont pas mal, leur charme finit par agir. Mais je préfère quand même leurs années 80. Un best-of est sorti en 2019, assez semblable, à quelques titres près, au précédent ("Bestov" en 2001). Absence encore une fois de "Tongue Dance", un titre de l'album "Marc et Robert" pourtant sorti en single. Dommage, j'essaierai de le choper en single.





The SHAGGS
PHILOSOPHY OF THE WORLD


Le 10 Janvier 2020 par LARGEUR

On dirait des gens qui n'ont jamais fait de musique, qui se mettent à faire un groupe, et enregistrent en improvisant pendant 3/4h. C'est pas un "ovni musical" c'est une piège à con. J'ai pitié pour ceux qui osent mettre la note maximale à cette connerie. C'est comme la peinture, on scotche grossièrement une banane sur une toile, et des abrutis achètent ça des millions parce que "ça veut dire quelque chose" ça veut dire "je t'ai entubé" rien d'autre.
Trout Masl Replica c'était du n'importe quoi aussi mais c'était quand même de la musique, faite par des musiciens compétents, c'était du bordel "contrôlé" donc on peut aprécier, ici on a fait venir des doublures pour jouer avec le groupe original derrire la scène, sauf que le groupe original n'est pas là.





The WHO
TOMMY


Le 10 Janvier 2020 par APSA


"Tommy", des Who ? Une oeuvre-culte, tout simplement.
Pourquoi j'ai parlé d' "oeuvre"-culte au lieu d' "album"-culte ?
Parce qu'au départ, j'ai vu le film "Tommy", puis j'ai écouté l'album, et enfin j'ai vu les Who (à la télé) jouer des morceaux de l'album à Woodstock.
Aussi, il arrive que je préfère telle ou telle version (film/album/concert), mais ça reste "Tommy" quand-même.

De nombreux grands moments musicaux :

- "1921" : Pete Townshend tel que je l'adore à la guitare. De l'harmonie, de la fluidité (arpèges, accords arpégés qui résonnent), pour moi c'est CA la grande force de Townshend en tant que musicien. En plus il chante très bien, c'est sensuel.
Tout à coup, le vent se lève : "What about the boy ?" (he saw it all).
Alors la grêle s'abat, les éclairs frappent : "You didn't see it, you didn't hear it !".
Puis finalement l'orage se dissipe, ne reste qu'une fine pluie (magnifiques accords arpégés, basse ronronnante) : what about the boy ? (hein, maintenant qu'on lui a martelé qu'il n'a rien vu, rien entendu, et qu'il ne dira rien, eh ben il est devenu aveugle, sourd, et muet)

- "Eyesight to the blind" : jolis accords syncopés et roulements de tambour (ainsi que roulements de basse).
Dans le film, c'est Eric Clapton qui reprend le titre à sa façon, et ça vaut vraiment le détour.

- "Cousin Kevin" : morceau magique. Quelle profondeur, ce mélange d'arpèges et de tambour, de voix graves et aigües, ce jeu de cymbales pendant le refrain chanté en choeurs à se décrocher les mâchoires ... I'm high on emotion !
C'est tout simplement mon titre préféré de l'album : merci John (Entwhistle) !

- "The acid queen" : superbe prestation vocale de Townshend. La partie instrumentale centrale, avec le riff de basse repris par la guitare, puis par la batterie, est magistrale.

- "Pinball wizard" : là, ça bouge quelque peu, le médiator de Townshend est en totale vibration cosmique avec les 6 cordes de l'instrument divin. La fuzz-bass d'Entwhistle résonne dans les airs, d'ailleurs son jeu de basse (sans fuzz) est remarquable pendant le thème également.
Superbe prestation à Woodstock.

- "Go to the mirror" : très agréable également, avec un riff qui colle bien. Mais pour une fois, ce que j'aime le plus ici ce sont les paroles qui riment bien. Dans le film, on a droit à la bonne bouille de Jack Nicholson pour interpréter le morceau.

- "Smash the mirror" : un bon morceau d'inspiration blues-soul/rock-soul pour signifier au pauvre garçon qu'on en a marre de sa cécité-surdité-mutisme. La faute à qui ?
La scène du film est magistralement interprétée par l'actrice principale (qui fait des moulinets avec ses cheveux pour souligner le côté agressif de la chose), et à la fin c'est ni plus ni moins par la baie vitrée de l'appart qu'elle jette le pauvre Tommy (Roger Daltrey) dans le vide - clé de sa guérison.

- "I'm free" : soyons franc, la version album n'est pas terrible (et du coup la version live à Woodstock non plus). En revanche, la version du film est terrible ! Les accords principaux sont joués à la guitare électrique, ils raisonnent longuement, de façon mythique, puis ça part en distorsion façon heavy-rock et Roger-Tommy qui s'époumone "IIIIIIII'mmmm free !!!", fou de joie. Ivre de bonheur, ayant retrouvé la parole, la vue et l'ouïe suite à son vol plané par la baie vitrée de l'appart à maman.
Meilleur moment du film, et meilleure version du titre jamais entendue par moi à ce jour.

- "We're not gonna take it" : apothéose de l'album, du film, et de la prestation à Woodstock. La meilleure version est à mon avis celle de Woodstock, tant sur le plan strictement musical qu'eu égard à la qualité de la prestation scénique typique des Who (déhanchements convulsifs de Daltrey, moulinets de Townshend, gesticulations de maniaque et litres de sueur de Keith Moon).

Pour moi, "Tommy", pris dans son ensemble (album, film, concerts), est un chef d'oeuvre, ni plus ni moins. S'il y a bien quelques moments un peu lourds à l'écoute, ils sont généralement assez courts (sauf "Sparks" bien sûr), mais avec la technologie CD, plus de problème, il suffit de créer une playlist.
Une fois ceci fait, c'est un disque que j'écoute avec autant de plaisir que "Blows against the Empire" de Kantner&Co, et en prenant les mêmes dispositions relatives au confort physique et spirituel.

5 étoiles et plus si affinités !





The WHO
THE WHO SELL OUT


Le 10 Janvier 2020 par APSA

Moi aussi, j'aime bien cet album, surtout en comparaison du précédent (dont le seul titre valable à mes yeux est "A quick one").

La présentation, l'agencement, c'est une première bonne surprise. Un peu d'humour n'a jamais fait de mal. Daltrey baignant dans des fayots, ça me rappelle la scène, presque 10 ans plus tard, dans le film "Tommy", où la mère de Tommy voit son appartement subir un raz-de-marée de fayots, pendant qu'elle chante "A son is born tonight".
"The Who sell out" veut plutôt dire "Les Who liquident le stock". Ils se posent en animateurs commerciaux ultra-efficaces.
Sans doute leur façon à eux de critiquer la société de consommation, un peu comme Jefferson Airplane avec la pochette d'After bathing at Baxter's.

La meilleure surprise est musicale. Parmi mes morceaux préférés :

- "Tatoo" : magnifique chant de Daltrey et non moins magnifique jeu de guitare de Townshend. Une façon gentille de se moquer de la mode du tatouage.

- "Our love was" : jolie suite d'accords, qui caractérise d'ailleurs le style de Townshend. Avec des parties de basse typiques là-encore du groupe (basse-solo).

- "I can see for miles" : morceau-phare de l'album, difficile de dire pourquoi il est bon, parfois les choses sont tellement évidentes qu'on renonce tout simplement à les justifier.
La fille dont il est question dans les paroles est prévenue : la prochaine fois qu'elle commet une infidélité, elle se fera démonter en bonne et due forme (comme Pete par Roger, à l'époque, ou les chambres d'hôtel par Keith). Non mais !

- "Silas stingy" : très intéressante compo de John Entwhistle, avec une structure basée sur la partie de basse. Comme d'habitude Entwhistle se complait dans des thèmes lyriques plutôt sombres (la grande faucheuse), mais sur une musique entraînante.

- "Sunrise" : mon titre préféré, j'adore la couleur musicale, du psychédélisme nostalgique. Difficile de comprendre le sens des paroles, mais peu importe. Dans la famille "psyché", c'est généralement la musique et ce qu'elle véhicule chez chacun sur le plan émotionnel qui est important. Le chant faisant partie intégrante de la musique.





SIMPLE MINDS
GOOD NEWS FROM THE NEXT WORLD


Le 09 Janvier 2020 par METALPROG84


Le début de leur période creuse qui durera 10 bonnes années (le très bon "Black & white" en 2005 marquera leur retour). "Good news..." n'est pas foncièrement mauvais mais tous les morceaux se ressemblent quelque peu. "She's a river" et "Hypnotised" sont les 2 meilleurs titres de l'album. Le reste est correct, mais on reste quand même sur sa faim. Un petit 3/5.





The SHAGGS
PHILOSOPHY OF THE WORLD


Le 09 Janvier 2020 par LEO


D'accord avec MOONDREAMER, ce truc est nullissime. ça n'est pas parce que ce machin a été découvert par Zappa que c'est intéressant et culte ! le pire est que tout ça n'est même pas à prendre au second, troisième, voire au dernier degré, car il n'y a vraiment aucun humour à aucun moment, donc au final c'est chiant et à choisir je préfère encore écouter mon lave-linge tourner durant 3 quart d'heure !
Tout comme le lourdingue Metal Machine Music du père Lou, ce sera 0.





SIMPLE MINDS
ONCE UPON A TIME


Le 09 Janvier 2020 par METALPROG84


Un album certes assez commercial mais très réussi quand même. Simple Minds s'éloigne de plus en plus de la new-wave au milieu des années 80: je classerai l'album plutôt dans la pop-rock. Pas de morceaux moyens, ils sont tous bons. Titres préférés: "All the things she said" et les dynamiques "Ghost dancing" (proche de U2 effectivement) et "Oh jungleland".





The SHAGGS
PHILOSOPHY OF THE WORLD


Le 09 Janvier 2020 par YANN 77

J'ai découvert le groupe sur Youtube yà deux jours.... Et depuis j'arrête pas de me demander si c'est le pire groupe du monde ou si elles sont des génies!!!! En tout cas plus je découvre plus j'en redemande!!!! Pleins pleins de questions en tête!!!
Donc soit ça vaut 0... ou alors 10 sur 5.... j'arrive pas à me décider....





SUPERTRAMP
BREAKFAST IN AMERICA


Le 09 Janvier 2020 par CLANSMAN57


Excellent album!
3 chansons me plaisent un peu moins, à savoir "Oh Darling", "Just Another Nervous Wreck" et "Casual Conversations".
Il est vrai que les claviers apportent beaucoup au son du groupe, ainsi que la dualité vocale.
Le songwriting est de qualité, ils n'en font jamais de trop et ils privilégient la mélodie à la virtuosité.
Ils arrivent également à se renouveler sans changer radicalement.

Et la pochette est géniale.








John ZORN
KRISTALLNACHT


Le 09 Janvier 2020 par RICHARD


La démarche pourrait être quelque peu casse-gueule, délicate lorsqu'on voit le thème abordé. Le résultat est hallucinant. Dérangeant, difficile, stimulant. Une pièce maîtresse.





TANGERINE DREAM
PARADISO


Le 08 Janvier 2020 par BAKER

Un ratage pas absolu mais terrifiant de profondeur. Le mélange "rock" / orchestre ne marche à AUCUN moment. Pas UNE seconde. Pourtant j'adore ça et je suis très bon client. Mais là, c'est juste totalement anarchique, n'a aucun intérêt. On écoute Ammonia Avenue et ça ensuite, on se demande vraiment lequel est antérieur à l'autre.

Dommage car le disque est truffé de petits moments franchement chouettes, mais voilà, il est moins truffé que "petits". Quant à mélanger le TD habituel et le chant, vaut mieux se rabattre sur Purgatorio qui lui au moins assume son côté pop.







Commentaires :  1 ...<<...<... 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 ...>...>>... 701






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod