Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 ...>...>>... 683
Comment poster un commentaire ?


KILLING JOKE
EXTREMITIES, DIRT AND VARIOUS REPRESSED EMOTIONS


Le 11 Novembre 2019 par LEO


Extremities, Dirt And Various Repressed Emotions porte très bien son nom et est un vrai retour en force après la parenthèse new wave de 84 à 88.
Il aura fallu 1 an et demie, 2 ans pour que Jaz Coleman et Geordie Walker rechargent leurs batteries mais ça en valait la peine car ce huitème album studio de KILLING JOKE est vraiment réussi à tout point de vue et fait partie de mon point de vue, des disques essentiels de la formation.
Contrairement à NONO et MAGNU je ne trouve pas du tout ce 33t bourrin (ce qualificatif conviendra bien mieux à l'album éponyme de 2003 aux compos sans aucune nuance et à l'énergie mal canalisée). certes, Extremities est dévastateur mais il est plus fin qu'il n'en a l'air et n'est pas avare en subtilités bien qu'elles soient sans doute un peu masquées par tant de fureur et de puissance concentrée.
N'empêche, à l'époque cela faisait réellement plaisir de retrouver le groupe en super forme après trois albums à la musique de plus en plus édulcorée et sans âme. KILLING JOKE n'a jamais été aussi bon que lorsqu'il est fougueux et enragé mais sans toutefois omettre d'enrober le tout avec un certain savoir faire et un minimum de bon goût. l'art de faire avaler la pillule en quelque sorte !
Les synthés reviennent à des sonorités plus sales et industrielles et le chant se fait de nouveau agressif bien qu'il subsiste par endroits quelques rares parties plus posées de chant et de synthé mais la manière a radicalement changé.
Extremities, Dirt And Various Repressed Emotions est un album qui s'écoute comme un tout indivisible mais si je devais en détacher quelques morceaux de choix, je citerais avant tout "Money Is Not Our God", "The Beautiful Dead", "Intravenous", "Solitude", "Slipstream" et le final "Struggle" où le groupe joue en mode rouleau compresseur (accompagné de quelques rires de déments et de cris en outro, comme pour signifier que quoiqu'il fasse désormais, KILLING JOKE a gagné la partie).
Ce huitième album en studio est pour moi LE Sommet dans la carrière du groupe.
La suite sera fort honorable (ou carrément plus discutable de mon point de vue, comme sur l'album de 2003) mais jamais plus un 33t de KILLING JOKE n'atteindra un tel degré d'intensité sur toute sa longueur. Avec les quatre premiers albums, celui-ci est un Must have en ce qui me concerne !





NINE INCH NAILS
THE DOWNWARD SPIRAL


Le 11 Novembre 2019 par CARLO


Les premiers morceaux arrivent à faire illusion. Ils sont variés et présentent des idées accrocheuses. L'ambiance sinistre qui s'en dégage est assez fascinante. Mais plus le disque avance, plus les limites de l'inspiration apparaissent. Il y a beaucoup de morceaux anecdotiques ou mauvais que le bidouillage inutile n'améliore pas. J'ai rarement entendu quelque chose de pire que le morceau titre avec ses bourdonnements et ses cris. De plus, Reznor est un chanteur limité. C'est flagrant sur "Hurt" qui a un gros potentiel et sur lequel il n'arrive pas à faire passer l'émotion.





GRATEFUL DEAD
LIVE/DEAD


Le 11 Novembre 2019 par JIPE CHERBOURG


Si vous avez un peu de monnaie, laissez-vous tenter par le triple live « Filmore West 1969 ». Outre les morceaux du Live/Dead, on y ajoute : "Morning dew", "Good Morning Little Schoolgirl", "Doin’ That Rag", "I’m a King Bee", "Cosmic Charlie", "Dupree’s Diamond Blues", "Mountains of the Moon", "That’s It For The Other One", "Alligator", une Jam et "Caution". N’en jetez plus, même ambiance pour ces autres morceaux, même feeling, mêmes impros barrées... un must have comme on dit chez les British. Indispensable qu’on dit chez nous. Avec un son du tonnerre si vous possedez une bonne chaîne Hi-fi.
Un triple que je préfère au susnommé, beaucoup trop court.
10/5... et encore, je ne suis pas généreux (pas celui de DAS). Je l’ai acheté et je ne m’en lasse absolument pas. Faites de même.
Sinon, excellente critique.





BANDE ORIGINALE DE FILM
LES AVENTURES DE TINTIN (SéRIE TV)


Le 11 Novembre 2019 par MR LARSEN


Je vois que nous sommes peu ou prou de la même génération cher Marco et que nous avons tous deux grandi avec Les Aventures de Tintin. En effet, les épisodes étaient diffusés trop tard pour que je puisse les regarder moi aussi (j'étais très jeune à l'époque) et mes parents les enregistraient sur des cassettes (ah le bon vieux temps du magnétoscope !). J'adorais déjà l'univers du reporter du Petit Vingtième en BD et l'animation ici proposée a su rendre grâce, je trouve, à ce héros littéraire (ces voix sont parfaites !). Et forcément, la musique avait son rôle à jouer dans la trame narrative : à ce titre, j'étais particulièrement fan du thème de "Tintin au Tibet" avec la recherche de Tchang (sans doute l'extrait le plus émouvant de toute la série). D'une façon générale, les ambiances musicales asiatiques ("Lotus Bleu") et orientales ("Les Cigares du Pharaon") étaient toujours de qualité. D'autres se faisaient particulièrement effrayantes, à l'image de celles accompagnant les apparitions de Rascar Capac dans "Les 7 Boules de Cristal" (brrr, j'en ai encore la chair de poule!) Bref, la BO de ce dessin animé est un indispensable, donc merci Marco de l'avoir réhabilitée !





TêTES RAIDES
LE BOUT DU TOIT


Le 10 Novembre 2019 par CLANSMAN57


Ces gens sont géniaux, je trouve qu'ils ont renouvelé la chanson française avec ce disque et "Fleur de yeux".
On imagine des musiciens qui jouent dans les rues d'une France d'un autre temps.
C'est ça qui est fort, le décorum et leurs références semblent ancien(nes) et la musique ne prend pas une ride.
Peut-être parce qu'il n'y a que de véritables instruments.

Chanson française, théâtre de rue et musique de cirque donnent naissance à une belle musique atypique.
Les illustrations signées Les Chats Pelés sont superbes (pochette recto verso + livret et son intérieur).

J'ai encore trouvé "Gratte poil", j'espère qu'il est bien.





Phil COLLINS
NO JACKET REQUIRED


Le 10 Novembre 2019 par CLANSMAN57


Rien à jeter, on peut effectivement tiquer quant aux sonorités so 80's.
Personnellement, ça m'a juste un peu gêné à la première écoute.
Le Filou se fait plaisir avec les percussions à la mode et pourquoi pas?

L'anecdote concernant la signification du titre de l'album est bienvenue, je me disais aussi "c'est quoi ce titre de merde?"
On comprend mieux pourquoi Phil est rouge sur la pochette, il était vénère! lolilol.






MEAT LOAF
BLIND BEFORE I STOP


Le 10 Novembre 2019 par YNGWIE-COOPER


J'adore cet album, un de mes Meat Loaf préféré, bien meilleur que Dead Ringer.





GRAND FUNK RAILROAD
LIVE ALBUM


Le 09 Novembre 2019 par JENLAIN


J'aimerais avoir assez de talent pour écrire une kro-express pour réhabiliter ce disque en particulier et la première phase de ce groupe en général.Je me souvient de ce môme, un jour d'été des 70's, trouvant cet album live (version original, import US et dans un état lamentable de rayures et gondolage) dans un bac de soldeur sur un marché de Bretagne. Je connaissais le groupe de par mes lectures de Rock'n'Folk et connaissais sa réputation peu flatteuse mais il en était de même pour le MC5 et les Stooges que j'appréciais fortement. Alors, vu le prix dérisoire demandé, je l'ai acheté. Et c'est devenu un de mes disques de chevet!
Mais il FAUT se remettre dans le contexte et je comprend parfaitement qu'un chroniqueur qui n'a pas vécu cette époque passe à côté de son essence. Il qui n'a pas connu la transition entre le Blues énervé qu'on appelait Hard Rock et les prémices d'une NWOBHM qui allait obsoliser (j'ai pas le mot donc je l'invente!) les Mountain, Cactus, Wishbone Ash... et multiples autres Grand Funk Railroad qui étaient ses références, les apports d'un Punk-Rock encore adolescent qui lui demandait de foutre au feu les quelques groupes de Prog-Rock qu'il arrivait à apprécier, la New-Wave arrivante qui nous obligera à radicaliser le discours et restreindre la curiosité d'écoute d'autres styles, et l'explosion des possibilités techniques qui allaient imposer de tout autres standards.
J'ai ainsi remarqué, depuis la fin des années 80, comme un entonnoir d’influences (c'est en tout cas l’interprétation que j'en ai) les musiciens se référant à des styles de plus en plus fermés. Tant de formations actuelles évoluent dans un style ultra-codifié qui est l'héritage d'un groupe qui avait déjà, à son époque, tiré son style dans l'héritage d'un autre qui, quelques années auparavant, était sous influence d'un mini-courant venant de l'héritage d'une vague de bands se réclamant de tel ou tel groupe de la NWOBHM, du Punk, du Prog... qui n'étaient eux-mêmes que l'évolution plus ou moins radicales de différents aspect du Rock.
Une forêt est un ensemble d'arbres. Dans cette forêt, il y a une myriade d'espèces toutes différentes par leurs caractéristiques de base (taille, forme, couleur du tronc, de l'écorce, des feuilles, du bois), chaque arbre d'une espèce, considéré individuellement, est différent d'un autre de part son âge, ses conditions de vie et de milieu. Parcourir cette forêt en essayant de trouver celui qu'on trouvera le plus beau est infiniment respectable mais je vois souvent ces petits forestiers, sur ce site, ne plus parcourir les différents sentiers qu'avec des vues d'esprit très fermés, avec des focales très courtes et ne plus arriver à considérer les autres végétaux comme faisant partie entière d'un même ensemble. C'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur mais on le voit trop, ne voit plus que lui, on devient aveugle à tout ce qui passe autour...
Alors oui, j'aime encore beaucoup ce disque, je l'écoute encore régulièrement. Cette musique ne s'adresse pas à l'esprit mais au bas du corps. Plus précisément au bassin. C'est même au sexe, un sexe viril, prétentieux, en pleine forme, primaire, animal, sans la moindre option de réflexion, ça pulse, ça a envie, ça bastonne, ça possède, c'est égoïste, ça réfléchit pas, ça jouit!





LYNCELIA
THE BEAUTY OF DOUBT


Le 09 Novembre 2019 par RICHARD

Merci cher confrère des catacombes pour ces quelques lignes :)
Effectivement, même si je retiens toujours les petites faiblesses redondantes pour moi (linéarité des ambiances parfois), cette galette tient vraiment et encore la route. On ne peut être que sensible à la passion qui anime ce projet. Il en faut de la volonté c'est certain pour se lancer dans cette démarche artistique, les univers sombres n'ayant jamais eu aussi peu d'échos dans l'hexagone. Lyncelia, c'est une identité tout de suite reconnaissable, un juste et subtil mélange d'ambiances froides et abrasives. C'est le souffle discret qui réactive à sa manière le faible feu des univers émotionnels. Merci à eux !





The BEATLES
LET IT BE


Le 08 Novembre 2019 par PARESSEUSE

François, je ne comprends pas trop bien en quoi la date de sortie d'un album ou le nom du groupe qui figure sur la pochette peut représenter un frein à la curiosité. Qu'on écoute les Beatles (ou Zappa, ou les Stooges, ou les Kinks ou n'importe quoi d'ailleurs) et qu'on pense que c'est naze c'est entendable. Chacun ses goûts. Mais qu'on vienne se vanter de ne pas écouter parce que c'est soit-disant culte ou trop vieux, alors c'est comme si je disais "J'aime pas les mecs qui s'appellent François", parce que porter un prénom de saint ou de roi de France c'est trop consensuel. Pourtant, j'en suis convaincue, il y a des tas de chic types qui se sont appelés François, jadis. Sinon, d'un strict point de vue musical, je ne sais pas si les Beatles sont meilleurs que machin truc, mais je suis certaine que, tout comme il est impossible d'apprécier le cinéma à sa juste valeur si on n'a pas vu un film de Chaplin, on ne peut rien capter à la musique des 50 dernières années si on ne s'est pas penché un peu sur l'oeuvre des pionniers. Après, si vraiment c'est juste un problème d'étiquette, tu peux essayer l'Album Blanc, y'a pas Beatles écrit sur la pochette. Et il est pas mal du tout comme porte d'entrée. Qui mène à tout un tas de couloirs à explorer.





Bobby HUTCHERSON
THE KICKER


Le 08 Novembre 2019 par FRANçOIS

J'ai un (excellent) album du Monsieur : "San Francisco", sorti en 1971, toujours sur Blue Note et qui fait preuve d'une plus grande originalité et variété que celui-ci car à deux morceaux de jazz "classique", s'ajoutent deux pièces funky et deux autres d'un jazz plus abstrait et aventureux.





Neil YOUNG
SILVER & GOLD


Le 08 Novembre 2019 par KIT


c'est quand même le dernier album de neil qui possède une vraie grace mélodique,"distant camera" est pour moi sa dernière grande chanson,une masterclass en terme de songwriting,depuis on a entendu beaucoup de riffs,mais zéro mélodie mémorable,dans cet album faussement léger,il y en a au moins cinq ou six.





Yves DUTEIL
L'éCRITOIRE


Le 07 Novembre 2019 par CLéMENCE K.


Virages est une superbe chanson de Duteil, bien que ce ne soit pas ma tasse de thé.





PENDRAGON
PASSION


Le 07 Novembre 2019 par METALPROG84


Assez d'accord avec la chronique dans l'ensemble, même si je la trouve un poil sévère. C'est vrai que "Feeding Frenzy" et "It's Just A Matter Of Not Getting Caught" ne procurent pas beaucoup d'émotions. Par contre, "Passion" et "Skara brae" sont quand même de bons titres, mais effectivement pas au niveau de "Empathy" et "This green and pleasant land", clairement les 2 meilleurs morceaux de l'album (et çà tombe bien, puisque c'est les 2 seuls à dépasser les 10 minutes). Enfin, la ballade "Your black heart" est sympa sans plus.
Note réelle: 3.5/5.





Yves DUTEIL
J'AI LA GUITARE QUI ME DéMANGE


Le 06 Novembre 2019 par CLANSMAN57

Lors de ma dernière virée, j'avais en main quelques albums de ce chanteur que je connaissais très vaguement.
Et j'ai bien fait d'écouter quelques chansons sur le web une fois rentré, aucun regret de les avoir remis à leur place.
Il chante et joue bien, mais ça ne passe pas...
J'ai le même problème avec Sardou ou Goldman (scénario similaire pour "En passant").

Evidemment, je m'abstiens de noter.





The BEATLES
LET IT BE


Le 05 Novembre 2019 par NONO

C'est ça qui est complètement ahurissant : la carrière des Beatles tient en moins de dix ans !! Alors que d'autres groupes ont galéré 20 ans pour pouvoir seulement commencer à être connus, et retomber dans l'anonymat après 2 albums ! LOL





QUICKSILVER MESSENGER SERVICE
HAPPY TRAILS


Le 05 Novembre 2019 par FOU

Si si, moi je l'écoute tous les jours, tout le temps, mais il faut se droguer sinon ça marche pas. Et comme j'ai pas de drogue, je l'écoute pas.





The BEATLES
LET IT BE


Le 05 Novembre 2019 par FRANçOIS

@Nono : je suis d'accord, jusqu'à la dernière phrase. Les fans de rock (et jazz, blues, soul, folk/country) de ces années-là considèrent au contraire qu'ils s'agissaient de vrais artistes au contraire de la plupart de ceux apparus dans les décennies suivantes (70's et plus encore les honnies années 80) avec la montée en puissance du marketing et l'apparition des modes musicales et je ne saurais leur donner complètement tord. Il est vrai que ces groupes et artistes furent des pionniers et ont exercé une forte influence sur les décennies suivantes. Pour aller dans leur sens, je trouve également que les musiciens (dans la musique populaire j'entend car dans les marges, je ne sais pas), depuis l'arrivée massive de l'électronique et celle du punk (fin des années 70 donc), sont beaucoup plus limités techniquement que leurs aînés (le punk vient d'ailleurs en réaction à ces "musiques pour musiciens" que sont le rock progressif ou le jazz-rock). Personnellement, j'ai plutôt du mal avec les musiques "roots" citées plus haut (qualifiées de plus "authentiques" par leurs laudateurs), je les trouve trop "simples" (je n'ai pas dit "simplistes") et, oui, "routinières". J'aime quand c'est un peu plus "luxuriant". En somme, entre un groupe guitare-basse-batterie et un autre qui leur adjoindra un clavier et/ou un cuivre, c'est vers le second que je vais d'instinct me diriger. Pour en revenir aux Beatles, peut-être parviendrai-je un jour à dépasser mes préjugés...





The ROLLING STONES
GET YER YA-YA'S OUT


Le 05 Novembre 2019 par GERALDINE


Etant surement plus âgée que beaucoup d'entre vous, l'âge des Stones +70, j'ai sans doute des avis "différents". Entre les souvenirs, le vécu, l'évolution des techniques, les comparaisons sont souvent très difficiles. Alors concernant ce "mythique " get yer yaya ", je le considère comme l'un des meilleurs justement à cause de ce vécu ! Bien sûr, il n'est pas parfait ! Mais les Stones ne sont pas Pink Floyd et encore moins les Beatles ! Mais, et c'est CA aussi la magie des lives ! Je viens justement de le réécouter ce matin en voiture ( un merco classe B) et bizarrement, j'ai redécouvert des sonorités oubliées comme ce "Can't get no" très différent. Combien de lives des annees 60 avons-nous? Très peu. Alors pour moi, c'est le best de cette époque. Chaque concert est unique ! Sa perception aussi, et ses souvenirs ? Je laisse à Freud le soin d'analyser. Et merci pour vos commentaires souvent très pro. ( J'avais demandé à mon père, musicologue à ses heures, son avis sur notre musique rock yéyé : et même s'il n'était pas contre, il trouvait cela simpliste. MOZART ou Stones, faut-il choisir ? Moi, j aime les deux.





QUICKSILVER MESSENGER SERVICE
HAPPY TRAILS


Le 05 Novembre 2019 par BAAZBAAZ


Quel disque horrible ! C'est si laid que je me demande qui écoute vraiment cela en entier (ou même à moitié, ou même les premières minutes). Bien sûr, on trouvera toujours quelqu'un pour dire "Si si, moi je l'écoute tous les jours, j'adore, etc.". Mais ce sera un mensonge.







Commentaires :  1 ...<<...<... 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 ...>...>>... 683






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod