Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 701
Comment poster un commentaire ?


SEPULTURA
METAL VEINS : ALIVE AT ROCK IN RIO (AVEC TAMBOURS DU BRONX)


Le 15 Février 2020 par JIPE CHERBOURG

Petit oubli, RED ONE, mais si je ne m’abuse, ANGRA était aussi un geoupe de métal sud américain qui a réussi hors de ses frontières et a une une belle carrière internationale dans les années nonantes 😁





Céline DION
D'EUX


Le 15 Février 2020 par FRANçOIS

Je me souviens d'un mec, grand, à lunettes, qui portait un tee-shirt à effigie de cet album dans ma classe du centre de formation en comptabilité-gestion que je fréquentais à l'époque. C'est tout ce que j'avais à dire à propos de ce disque :-)





ELOY
SILENT CRIES AND MIGHTY ECHOES


Le 15 Février 2020 par LULU LA NANTAISE


C'est un bon album mais j'irais pas jusqu'à le mettre sur un piédestal par rapport à tous les autres, pour moi leur sommet est entre 74 et 76.





ELOY
PERFORMANCE


Le 15 Février 2020 par ALEX F

Je me rends compte qu'une erreur s'est glissée dans mon commentaire précédent: ON THE VERGE OF DARKENING LIGHT figure, non pas sur l'album précédent (TIME TO TURN), mais sur PLANETS, bien entendu.





John Lee HOOKER
KING OF THE BOOGIE


Le 15 Février 2020 par CIRDEK


Désolé, je poste sur ce coffret que je ne posséde pas, n'ayant qu'un simple best of et un coffret 3 cds...
Mais bon sang, tout mon véritable amour de la musique vient de là ... Pas de blague !
J'avais quelque chose comme seize ans, je découvrais tout un pan de la (les) musique(s) depuis quelques temps, une vraie boulimie tout azimuts... ayant vécu à l'étranger pendant mes 5-14 ans, je peux vous dire que niveau zik, c'était plus que chaud si ce n'est les grosses locomotives de la variété (mais y a de bons trucs je vous assure)... J'avais pu découvrir à mon retour au bercail, par chance (destin?) quelques sons "undercover", lol cela me paraissait tellement illégal à l'époque (je vous la fait courte, cela serait tellement long et subjectif mais que de souvenirs...) , et un jour... un magazine sort un vous savez la pub "le numéro un et son fasicule + cd..." et c'était John Lee Hooker (le best of cité précedemment) et je ne saurais vous dire pourquoi, j'ai été happé, il me le fallait, encore une fois, je ne sais pas pourquoi, j'insiste, mais je me devais d'en faire l'acquisition et promis les amis, j'ai été ensorcelé !
Tout le groove était là ! L'essence, la substantifique moelle, tout ce que j'ai apprécié par la suite, hard rock, death, punk, black, doom et j'en passe tellement... Reggae, electro ? Oui aussi ! Et tout le reste ! Tout mon amour de la musique se trouvait lové dans ces accords... la Matrice, John is Neo !
Juste pour dire que JL m'a véritablement, au sens premier du terme (une vraie claque dans la tronche du genre "Tiens, avale..."), fait découvrir LA musique, LE groove, MA façon d'apprecier la musique, MA façon d'apprecier le groove, en un cd, j'ai fait mes gammes, tout était dit, scellé, gravé...
Ce mec me fascine (la capsule ! The capsule !) ... Cette façon de chanter la condition humaine (parfois grivois, parfois désabusé, souvent "m'en balek" parce que ta gueule c'est magique) sur de simples accords... si primordiaux à mon sens (j'en tremble)... Bon sang je me vois dans ce vieux bar 40's perdu on ne sait oú parce que c'est vaste le blues... Terriblement vaste, lui payer un verre en lui demandant de jouer encore un morceau qui parle de nous...
J'aurais voulu naitre dans le delta... Un delta parsemé de parenthèses et de points de suspension, comme ma chronique, comme ma vie... Allez John, c'est ma tournée, fais-moi groover





BABET
PIANO MONSTRE


Le 15 Février 2020 par MR TINKERTRAIN


Enchanteur et poétique, avec un brin de fantaisie, j'adhère!





ELOY
PERFORMANCE


Le 14 Février 2020 par ALEX F


Étonnant de voir que cet album est si détesté par certains fans et par le leader du groupe lui-même. En ce qui me concerne, je le placerais dans le top des meilleurs albums d'ELOY.

Tentative de top 5 :

1. COLOURS
2. PLANETS
3. TIME TO TURN
4. SILENT CRIES AND MIGHTY ECHOES
5. PERFORMANCE

METROMANIA serait juste derrière. L'ordre de mon top 5 peut changer selon l'humeur du moment.

Pour en revenir à PERFORMANCE, je profite de ce commentaire pour ajouter une étoile à ma première note, ce qui nous fait une moyenne de 3,5, la note réelle. Mon morceau préféré est SHADOW AND LIGHT, véritable tuerie, si j'ose dire. C'est le genre de morceau qui, à l'instar de ON THE VERGE OF DARKENING LIGHT du précédent opus, me fait me demander si IRON MAIDEN n'aurait pas été un peu influencé par le ELOY du début des années 80 lorsqu'ils ont composé l'album SOMEWHERE IN TIME. D'ailleurs, il me semble avoir lu quelque part qu'Adrian Smith avait cité SAGA (groupe qui présente quelques similitudes avec ELOY) comme un de ces groupes favoris au milieu des années 80, donc c'est possible !
MIRADOR me plaît bien, même s'il est répétitif. J'aime beaucoup son atmosphère de film de science-fiction. HEARTBEAT est un excellent morceau, et comme le dit LEO, le vocoder sert le titre, et est pour moi la cerise sur le gâteau, la petite pincée de sel et de piment qui rend l'ensemble encore plus excitant. FOOLS, malgré son côté très daté, me plaît beaucoup, c'est irrésistible et très entraînant. IN DISGUISE et SURRENDER sont juste pas mal selon moi. A BROKEN FRAME termine plutôt bien l'album, avec notamment de très bons solos de guitare. En bref, il s'agit clairement d'un bon album.





Steve HACKETT
DEFECTOR


Le 14 Février 2020 par DAVID


"Defector" avait tout pour plaire : très bien produit, un haut niveau technique, un line-up soudé, des harmonies vocales de qualité, et un Steve Hackett à son zénith du point de vue technique. Sans être la copie conforme de "Spectral Mornings", "Defector" n'est malheureusement pas aussi fort que ce dernier.
Si "Defector" commence très bien avec l'instrumental "The Steppes", sombre comme du KING CRIMSON, et avec un "Time To Get Out" plus pop, aux mélodies entêtantes, la suite de l'album n'est pas aussi forte.
Il est difficile de vraiment retenir quelque chose des instrumentaux qui suivent… Personnellement, les titres défilent sans que j'en retienne vraiment de moments forts, même si tout cela s'écoute sans problème bien sûr. Cela manque peut-être de chaleur, la faute à une évolution technologique qui place les synthés plus en avant ? A ce propos, la tentative "new-wave" sur "The Show" me laisse complètement de marbre.
Ce "Defector", très professionnel et loin d'être mauvais, ne parvient tout simplement pas à me faire vibrer autant que ses prédécesseurs : "Please don"t touch" (je ne me lasserai jamais de son ambiance automnale) et "Spectral Mornings" (probablement l'album solo le plus abouti de Steve Hackett). Dommage.





Etienne DAHO
POP SATORI


Le 14 Février 2020 par LEO


DAHO c'est pas vraiment mon truc mais je reconnais que dans son genre, cet album synth-pop est dans l'ensemble plutôt sympathique. hélas il est aussi fortement ancré dans son époque avec sa production bien marquée par les mid-80's mais bon, au final il se laisse écouter à l'occasion.
Le morceau que je préfère est sans conteste "Paris Le Flore", une cover (avec un texte totalement différent) du titre "Love At First Sight", d'un obscur combo British The Gist (paru sur l'album Embrace The Herd en 1982). Cette adaptation en Français est franchement réussie car DAHO s'est approprié le morceau, comme s'il s'agissait d'un original de son cru. la trame musicale est relativement la même mais la version de DAHO est synthétique dans ses arrangements (avec toutefois une partie de guitare dans le style d'Andy Summers et de la trompette), alors que celle de The Gist était plus dépouillée (guitare, basse, boîte à rythmes et un clavier discret en fond). ce qu'il y a de paradoxal, c'est qu'au final ces deux versions ne sont pas si dissemblables (peut-être parce que l'intonation d'Etienne DAHO est assez proche de la voix du multi-instrumentiste Stuart Moxham).





Etienne DAHO
POP SATORI


Le 14 Février 2020 par JEAN LOUIS BEN.


Pas fan mais j' avoue qu' Étienne Daho a très bien réussi sa carrière de chanteur .





Etienne DAHO
POP SATORI


Le 14 Février 2020 par RICHARD


@NONO
Aigle Blanc t'en parlerait très certainement mieux que moi (cf son excellente bio que j'ai dévorée), mais il ne faut surtout pas hésiter à creuser, explorer la sphère Daho. C'est un grand de la Pop dans son sens le plus large. Il faut souvent aller au-delà des singles même si sur cette galette ils sont excellents. On croit souvent à tort que le monde du Rennais est lisse, voire fade. Sa discographie fourmille de hauts et de bas, c'est certain, mais elle est toujours alimentée par une insatiable curiosité. Bonne découverte :)





Etienne DAHO
POP SATORI


Le 14 Février 2020 par NONO


5 étoiles pour Epaule Tattoo, que j'adore.
"Tombé pour la France" : mouaif... pas mal : je dirais 3 étoiles.
Je ne connais pas le reste de l'album...
Donc 3.5 étoiles





BJÖRK
POST


Le 13 Février 2020 par FRANçOIS


Mouais, pas vraiment ignoré, la p'tite dame pourtant... A choisir, c'est aussi mon préféré de la "diva" nordique, mais... Sans doute trop écouté, le charme s'est dissipé. Contre l'avis général, je me demande si "Headphones" n'est finalement pas mon favori de l'album (pour une fois qu'elle ne gueule pas...). Ah non, y'a aussi "I miss you", encore meilleur en remixes (les "Dobie part. 1 & 2"), avec un sample ultra-utilisé de Bob James ("Nautilus").





ELOY
METROMANIA


Le 13 Février 2020 par LEO


Tout à fait d'accord avec ALEX F en ce qui concerne la prod' très datée de Metromania, ce qui est fort dommage puisque toutes ces compos sont tout à fait valables, et je dirai même fort réussies, mais le parti-pris de ce son synthétique, froid et rigide impacte énormément et négativement sur l'ensemble du disque.
C'est presqu'un repoussoir en y entrant, et pourtant il serait vraiment regrettable de faire une fixation sur la plupart de ces sonorités horriblement estampillées années 80' alors que les morceaux sont plutôt bien inspirés dans leur majorité. Il faut juste faire l'effort d'aller au-delà de ses premières réticences (pourtant bien compréhensibles, pour un réfractaire comme moi à ces mid-80's fort repoussantes dans leur globalité).
Ainsi, l'enlevé "Escape To The Heights" est une excellente entrée en matière tandis que les plus radiophoniques "Seeds Of Creation" et "The Stranger" montrent qu'ELOY peut être tout à fait convaincant dans ce style à l'occasion.
"All Life Is One" à la durée plus conséquente est bien plus pesant et monolithique, cependant il se défend bien et ne démérite pas face aux autres morceaux.
L'epic de plus de 9 minutes "Follow The Light" parvient à rester captivant sur toute sa longueur (ce qui n'est pas si fréquent dans ce genre de cas chez ELOY !).
Le pachydermique "Nightriders" aux riffs plombants est également un grand moment et prouve que le groupe peut passer d'une ambiance à l'autre avec succès au sein d'un même album.
Enfin le 33-tours se referme sur le très alerte "Metromania" qui donne son nom au disque.
Je suis bien du même avis que WALTERSMOKE : ce 12ème album d'ELOY est très solide et toutes ces compos valent bien un 4/5 quant à leurs constructions. Hélas cette production fort laide et très marquée par sa décennie m'oblige à baisser la note à 3/5.





BLUE ÖYSTER CULT
EXTRATERRESTRIAL LIVE


Le 13 Février 2020 par PILGRIMWEN

Ce live a été ma porte d’entrée dans l’univers du BÖC. J’en garde un excellent souvenir ! Je ne connaissais le groupe que de nom. En trouvant ce live sur un étal, j’ai craqué ! Jamais je n’ai regretté mon choix !

Ici, les titres parfois un brin faiblards en studio gagnent en dynamisme sur scène.

Le choix des chansons est judicieux et varié.

Pourtant, j'aurais bien apprécié les morceaux suivants pour ce "Extraterrestrial Live" : Redeemed, Flaming Telepaths, Golden Age Of Leather, The Great Sun Jester, The Marshall Plan, Sole Survivor. Je chipote hein!

Ma note : pertinente introduction à l'univers BÖC/5





MOGWAI
HARDCORE WILL NEVER DIE, BUT YOU WILL


Le 13 Février 2020 par MR TINKERTRAIN


J'ai lu quelque part que tous les membres de ce groupe ont enregistré cet album à des centaines de kilomètres chacun... dans leur coin, en fait. Mon hypothèse étant qu'ils n'ont plus vraiment rien à faire ensemble, et là c'est flagrant.





BLUE ÖYSTER CULT
CLUB NINJA


Le 13 Février 2020 par PILGRIMWEN


L'un de mes disques préférés de BLUE ÖYSTER CULT. Les américains sont au fond du trou, rappelant Sandy Pearlman au bercail pour tenter de sauver les meubles. De l'aveu de Pearlman, la production de ce disque fut l'une de ses pires expériences.

Nous avons ici un album ancré profondément dans la décennie 80, entre gloire et décadence. Il en ressort pourtant d'excellents morceaux dont le superbe "Perfect Water" regorgeant de sublimes soli.

"The RevÖlution By Night" et "Club Ninja" sont des ébauches de ce que sera "Imaginos". "Imaginos" dont l'écriture a débuté... à l'époque où les gars produisaient "Club Ninja" dans la précipitation. En parallèle, Albert Bouchard travaillait minutieusement à "Imaginos", à l'origine projet solo. Un projet solo auquel Sandy Pearlman a grandement contribué.

Et en vérité, combien de groupes à succès durant les années 70 ont véritablement négocié admirablement le virage à l'aube des années 80 ? Beaucoup d'appelés, peu d'élus.

Ma note : 3.5/5
Ma note de coeur : l'adorable "vilain petit canard"/5





BJÖRK
POST


Le 13 Février 2020 par MR TINKERTRAIN


Post est une tuerie avant gardiste. Une sorte de Post Electro. Un chef d'oeuvre ignoré.





Ryuichi SAKAMOTO
THOUSAND KNIVES


Le 12 Février 2020 par SGT JAKKU


D'accord avec toi Baazbaaz ! Disque intéressant mais pas assez catchy à mon goût. Je lui préfère de loin Smoochy, réalisé des années bien plus tard (96). Ce qui me fait penser que ça serait tellement cool d'avoir des kros de City Pop sur FP !
J'en suis très fan également^^Tatsuo Yamashita, Taeko Ohnuki, Anri, Minako Yoshida, Junko Yagami et toute la clique. J'ai fait plusieurs mini-critiques sur RYM (sans vouloir faire de la pub pour eux) sur des albums City Pop. Note : 3,5





Mathilde FERNANDEZ
FINAL VEGAS


Le 12 Février 2020 par RICHARD


On a parfois tellement galvaudé le terme atypique qu'il en apparaît vidé de tout son sens, mais pour Mathilde Fernandez, il veut encore indéniablement dire quelque chose. Sa pop baroque est vraiment surprenante. J'aime l'idée qu'à son écoute rien ne soit vraiment acquis. Elle fourmille de mille idées, de petites trouvailles ingénieuses. Aux références que tu cites Marco ( Diamanda Galas, ça aurait du me parler quand même), j'ajouterai volontiers et sans ironie Arielle Dombasle (et oui). En espérant que ce ne soit pas un énième coup d'épée dans l'eau.







Commentaires :  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 ...>...>>... 701






1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod