Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ...>...>>... 598
Comment poster un commentaire ?


YES
LIVE AT THE APOLLO


Le 09 Novembre 2018 par CHRIS


Renseignements pris, l'Apollo Manchester ne contient que 3500 places... et voir quasiment chaque intervention solo de Trevor RABIN ou de Rick WAKEMAN ponctuée à son terme (ou à des moments plus inappropriés) par des applaudissements dignes de ceux d'un stade de football de 50000 places, décidément, ça ne passe pas ! Et cela passe d'autant moins en DVD quand on s'aperçoit, lors des maigres plans sur le public, que celui-ci demeure étonnamment statique, sans effusion exagérée, eu égard à l'âge avancé et respectable des fans de YES présents. Un conseil, donc : privilégier la version CD de ce "Live at the Apollo", qui demeure une expérience considérablement moins frustrante qu'en vidéo.
Ceci dit, la performance vocale unique de Jon ANDERSON, ainsi que l'éblouissante maîtrise de ses claviers par Rick WAKEMAN (je me garderai de qualifier la prestation de Trevor RABIN, ayant toujours préféré celle, moins "rentre dedans", de Steve HOWE) font passer un excellent moment, abstraction faite de toutes les imperfections citées plus haut.
Merci d'avoir mentionné ces overdubs, cher WALTERSMOKE... et, pour finir, honte à l'équipe de production qui, pensant peut-être bien faire en améliorant l'atmosphère générale de ce "Live at the Apollo", n'a rien fait d'autre que de gâcher notre plaisir d'écoute (et surtout de visionnage !).





KILLING JOKE
WHAT'S THIS FOR...!


Le 08 Novembre 2018 par MAGNU


Aussi indispensable que le 1er album





The SMITHS
THE SMITHS


Le 08 Novembre 2018 par RICHARD


On a souvent coutume de bouder cet album, même chez les fans des Mancuniens.
Ben moi, je l'aime bien ce premier album. Evidemment, il est loin d'être parfait, mais en connait-on vraiment des premiers essais parfaits ?
Tout est pourtant en place. Les textes sont déjà bourrés d'humour ("Pretty Girls Make Grave") , d'émotions brutes ("Hand In Glove"). La guitare de Marr délivre ses arpèges magiques et la section rythmique bien que discrète est essentielle à la construction du son THE SMITHS .
On pourra juste s'étonner de la rapidité avec laquelle le quatuor va gagner en maturité artistique, proposant quelques mois plus tard tous leurs nouveaux morceaux fantastiques sur la compilation "Hatful of Hollow".

3,5/5





ZZ TOP
DEGüELLO


Le 08 Novembre 2018 par NONO

@TOI : Oui effectivement il fallait rendre "pop" la musique, mais pour ZZ Top ça a donné comme album suivant "El Loco", et là, franchement.... patatras !





Chaz JANKEL
CHAS JANKEL


Le 08 Novembre 2018 par TIGH HIGH I YA !


La version de Quincy Jones de Aint no Corrida est plus puissante et plus rapide ce qui du coup a supplanté celle de Chaz Jankel même si elle reste interessante à écouter.





ZZ TOP
DEGüELLO


Le 08 Novembre 2018 par TOI


L'album sympa mais sans plus. Il est bien en dessous des précédents, c'est un fait. Maintenant on peu comprendre le virage "pop" du groupe, on était en 1979, à l'époque, il fallait suivre le vent ou mourir, et sortir un album comme Tejas ou Tres hombres aurait été un echec total, il fallait s'adapter.





DIRE STRAITS
ALCHEMY


Le 08 Novembre 2018 par GOLGOTH 68


Je n'avais jamais réussi à accrocher à ce live de Dire Straits alors qu'il correspond à la période des meilleurs albums du groupe (à mon avis). Je l'ai réécouté récemment, et vraiment, je n'y arrive pas... J'ai même pensé à Benny Hill pendant la partie saxo de "Two Young Lovers"... (Désolé pour ceux qui apprécient l'album)
Je ne suis pas capable vraiment de dire pourquoi je n'accroche pas vraiment à cet album. Il y a une volonté de faire évoluer les morceaux par rapport au studio mais ça sonne vraiment artificiel, pas spontané et hors de propos à mes oreilles. Ca ne passe pas...





LYCIA
QUIET MOMENTS


Le 07 Novembre 2018 par RICHARD


Le problème avec Lycia, c'est qu'il est le plus souvent trop gourmand. Les petites longueurs habituelles n'enlèvent rien cependant à la très forte puissance évocatrice de ces paysages sonores.





ZZ TOP
DEGüELLO


Le 07 Novembre 2018 par CLAVIER ECRAN


Album plus calme que les autres, allant carrément dans l'opposé de Tejas sonnant fort "traditionnel", mais pour moi Cheap Sunglasse reste la meilleure de l'album.





INDOCHINE
3


Le 07 Novembre 2018 par THIERRY RAOULT


Très bon album. J'ai nié Indochine avec l'Aventurier, préférant Trust, Téléphone, Renaud, etc...
Puis, en 1985, ma sœur achète ce 3. Et je découvre qq chose de très intéressant, nouveau, frais, vivant.
Même aujourd'hui, "3ème sexe" et "3 nuits par semaine" sont toujours aussi bons.
Quelques titres sont moyens, mais ça passe à côté de plusieurs très bons titres.





Steve HACKETT
SPECTRAL MORNINGS


Le 07 Novembre 2018 par MAGNU


Beaucoup considère cet album comme le meilleur de toute la discographie de Steve Hackett. Moi aussi, avec 'Defector'.

Cet album régale toujours, et depuis sa sortie, mes soirées d'automne et d'hiver tant l'atmosphère y est brumeuse, voir angoissante.





MOTÖRHEAD
BOMBER


Le 06 Novembre 2018 par MAGNU


Le seul défaut de cet album est d'être coincé entre 'Overkill' et 'Ace of Spade' comme le dit fort justement le chroniqueur.

J'avoue avoir un faible pour la production de Jimmy Miller qui donna-comme Alice- ce son typique que l'on ne retrouvera plus à partir de 'Ace of Spade'





OINGO BOINGO
DARK AT THE END OF THE TUNNEL


Le 06 Novembre 2018 par LEO


Plus OINGO BOINGO avance dans sa carrière moins la musique du groupe m'emballe et Dark At The End Of The Tunnel n'échappe pas à la règle.
Si le très synthétique et décevant So-Lo en 84 m'avait bien refroidi, au moins celui-ci conservait-il un minimum sur quelques titres le trademark propre à la formation. à savoir une pop-rock enjouée et tonifiante, chose que l'on ne retrouve plus vraiment ici et carrément plus du tout sur l'album suivant !
Que Danny Elfman ait souhaité se renouveler musicalement ne me pose aucun problème, mais pas au détriment de la qualité et surtout de l'identité du groupe car c'est bien là où il y a un vrai problème avec cet album car on ne reconnaît plus du tout la patte OINGO BOINGO !
"When the Lights Go Out" qui ouvre les hostilités avec son air martial est plutôt réussi bien qu'il ne se passe pas grand chose durant quatre minutes mais dès les pâlots "Skin" et "Out Of Control" la formation patauge dans la mélasse avec sa pop AOR qui pourrait être jouée par n'importe quelle autre formation du genre de l'époque.
Bien qu'un peu plus appuyé rythmiquement, "Glory Be" continue sur la même lancée d'un soft rock mollasson que des gars comme Mike And The Mechanics ne renieraient certainement pas. déprimant !!!
"Long Breakdown" est téléphoné avec son riff éculé et ses sonorités FM horribles ainsi qu'un chant hyper posé et assagi qui ne conviennent pas du tout à un groupe tel qu'OINGO BOINGO. qu'il est loin le temps béni ou Danny éructait ses textes comme un beau diable sur du ska-rock urgent et animé !!!
"Flesh 'N Blood" qui est sorti en single me laisse de marbre.
"Run Away (The Escape Song)" renoue un instant avec un ska-pop gentillet. ça se laisse vaguement écouter à défaut d'être palpitant.
Les poppy "Dream Somehow" et "Is This" sont transparents et insipides.
"Right To Know" me plaît déjà plus bien qu'il n'y ait pas lieu de crier au génie !
Autant sur le plan musical que de la prod, le plus relax "Try To Believe" est déjà bien plus proche de ce que faisait le groupe par le passé. si seulement tout l'album avait été du même acabit..... !
Verdict: Dark At The End Of The Tunnel m'ennuie prodigieusement et sent déjà la fin des haricots avant l'heure. Danny Elfman aurait dû faire paraître cet album et le suivant sous son propre nom car on n'y retrouve plus l'identité du groupe. un tout petit 2 et encore, je suis généreux !





David BOWIE
WHERE ARE WE NOW ?


Le 06 Novembre 2018 par RICHARD


Le choc lorsque fut sorti en éclaireur ce morceau.
Bowie allait nous proposer de nouvelles choses...Ce single dès sa première écoute m'a littéralement bouleversé.
Cette voix comme à bout de souffle qui semble se remémorer ses souvenirs.
Superbe. Il m'est difficile d'écouter ce titre et l'album sans avoir en tête ce funeste jour de janvier 2016...et que dire de Blackstar...





CAPTAIN BEYOND
CAPTAIN BEYOND


Le 06 Novembre 2018 par PSEUDO N°50456545064


hé oui, disque exceptionnel pour un groupe que personne ne connait à part les initiés. Cet album fait partie des fameux "trésors cachés" dans les albums 60s70s80s ou au delas des hits, on découvre un autre bien plus intéressant que la musique de monsieur tout le monde ou chaque fois on se dit "et on a fait ça à l'époque et c'est meme pas connu ? pourqoui ?".
il faut dire aussi que captain beyond a pas eu beaucoup de chance c'est le moins qu'on puise dire sinon ils auraient fait une carrière comme Hawkwind.
On ne peut rien mettre d'autre que 5 etoiles à ce type d'albums.





Pierre BACHELET
MES PREMIèRES CHANSONS. L'ATLANTIQUE


Le 06 Novembre 2018 par VIV

Je viens de decouvrir le titre "Avec Satan" grâce au nova club de David Blot sur Radio nova, et j'avoue avoir été dérouté. Connaissant un peu le Bachelet des années 80, on est clairement pas (du tout !) dans le même univers autant musical que dans les textes. A voir ce que donne le reste de l'album et si c'est du même tonneau.
Cela m'a rappelé vaguement le Gainsbourg de l'époque, et donne bien envie de creuser un peu plus le sujet.





TRAFFIC
MR. FANTASY


Le 06 Novembre 2018 par LONG JOHN SILVER


Pour poursuivre le débat sur Traffic, je ne m'arrête pas à 1970. La musique du groupe reste appréciable bien au-delà.
Celui-là possède un charme 60's qui me plaît particulièrement, comme pas mal de productions de cette décennie fastueuse. On ressent une émotion spontanée.





OINGO BOINGO
BOINGO ALIVE


Le 05 Novembre 2018 par LEO


Contrairement à BAKER, cette compilation de titres réenregistrés dans les conditions du live mais en studio est pour moi anecdotique.
Je ne trouve pas l'interprétation de la majorité des morceaux supérieure aux originaux (c'est même le contraire pour ce qui concerne "Grey Matter" qui a ici une sonorité réverbérée très gênante). à croire que sans public devant qui jouer, le groupe ne parvient pas à transcender ses compos, de toute façon déjà convaincantes à l'origine. Tout ça est bien sûr très loin d'être mauvais, mais je trouve l'exercice un peu vain et inutile pour tout dire. Comme si MCA Records avait absolument besoin d'un produit dans les bacs pour les fêtes de fin d'année 88.
D'autant que ce double album ne peut servir de best of exhaustif puisqu'il manque certains titres importants comme "Little Girls", "Insects", "Whole Day Off", "Good For Your Soul", "Wake Up (it's 1984)" et "Weird Science".
Reste les quelques morceaux 'inédits' en album, mais là aussi on a à boire et à manger !
Le poppy "Cinderella Undercover" qui fut enregistré par deux fois pour l'album Only A Lad puis pour l'album Boi-Ngo mais qui ne trouva sa place sur aucun de ces 33t, n'est vraiment pas terrible.
Je préfère nettement le plus alerte "Winning Side" qui est une compo bien sympathique.
"Mama" (qui se trouvait en bonus sur la box en version limitée de l'album Boi-Ngo) est ici ré-enregistré et je trouve cette relecture bien moins intéressante que la version originale.
"Violent Love" qui était sur le EP Oingo Boingo paru en 1980 est ici aussi dans une nouvelle version, légèrement accélérée et avec un son de guitare saturé, ce qui lui donne un aspect un peu plus rock que l'original qui était bien plus ska. Cette version 88 plus dynamique est dans son genre aussi valable que celle de 1980.
On a aussi droit à une nouvelle version du rockabilly "Goodbye Goodbye" qui servit en 1982 comme morceau de clôture de la bande originale du film Fast Times At Ridgemont High. Sympathique !
En revanche, on n'avait vraiment pas besoin de "Country Sweat", la version country du morceau "Sweat" qui fait déjà partie de la tracklist de cette face B ! Cette relecture peu palpitante n'apporte rien.
Les deux courts instrumentaux "Return Of The Dead Man" et "Return Of The Dead Man 2" sont redondants, d'autant que "Dead Man's Party" était également au programme !
Pour toutes les raisons invoquées ici, Boingo Alive m'apparaît superficiel et de peu d'utilité.
Autant s'en tenir aux albums originaux (avec leurs qualités et aussi leurs défauts).





TRAFFIC
MR. FANTASY


Le 05 Novembre 2018 par LE KINGBEE

Très cher Baazbaaz, ce premier disque de TRAFFIC va véhiculer tout un tas d'influences Psy, influences et plans que certains groupes vont aussitôt mettre à leur répertoire.

Il fut un temps où j'aurais probablement mis un 4,5 voir un 5 à ce disque, mais le mono a tout de même pris quelques rides, quoi de plus normal 50 ans après sa sortie.

D'autre part, mes penchants pour le Blues font qu’aujourd’hui je n'entend plus Traffic avec la même oreille.
Bien à toi.





TRAFFIC
MR. FANTASY


Le 05 Novembre 2018 par BAAZBAAZ


Eh bien pour ma part je dirais les choses un peu différemment : Voici le meilleur album de TRAFFIC, et sans aucun doute l'un des chefs d'œuvre de 1967.

Comme sur le splendide Disraeli Gears de CREAM, la grande fête psychédélique est ici parfaitement maîtrisée : les expérimentations et les trouvailles sont tempérées par le format plutôt classique des chansons et par des mélodies merveilleuses – ces mêmes mélodies qui manqueront un peu un an plus tard sur un second album pourtant très bon et superbement produit.

En prime, l'un de ces petits dieux du chant comme les 60s avaient su en produire en quantité tout à fait déraisonnable : Steve Winwood n'est certes plus dans le registre blue-eyed soul cataclysmique du SPENCER DAVIS GROUPE (où il a donné le meilleur de lui-même l'espace de quelques tubes) mais sa voix reste l'une des plus belles de son époque.

Il faut goûter les plaisirs de ce disque (et du suivant) : à partir de 1970, TRAFFIC se mettra à faire une musique de plus en plus laide, empesée, étirée et invertébrée. A fuir absolument.







Commentaires :  1 ...<<...<... 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ...>...>>... 598






1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod