Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ...>...>>... 518
Comment poster un commentaire ?


The COMSAT ANGELS
WAITING FOR A MIRACLE


Le 16 Juillet 2017 par LEO


Ce 1er album des COMSAT ANGELS est assez brut, austère et un brin minimaliste pour vraiment me séduire.
Contrairement à SEIJITSU, je ne trouve pas ce disque très accessible et je préfère largement les 2 albums qui suivront. toutefois, il y a 3 titres qui retiennent le plus mon attention:
"Missing In Action" est une très bonne entrée en matière et sonne de façon assez similaire à certaines compos de THE SOUND (le chant de Stephen Fellows est cependant bien plus posé et maîtrisé que celui d'Adrian Borland).
Le fédérateur et excellent "Independence Day" est le 1er 'classic' du groupe (qui bizarrement le ré-enregistrera 3 ans plus tard pour l'album Land, sans plus de succès commercial).
"Map Of The World" est sans doute le morceau le plus pop de ce disque à l'empreinte Post-punk très marquée.
L'édition Deluxe (double CD) parue en 2015 de Waiting For A Miracle contient de nombreux bonus d'intérêt divers, dont une 1ère version de "Ju Ju Money" enregistrée durant les sessions de l'album mais non-retenue (le morceau sera ré-enregistré pour le 3ème album Fiction, en 82). également au programme de cette réédition: les 3 titres de Red Planet, 1er EP du groupe sorti en 1979.
Après ce 1er essai sympathique mais pas essentiel pour ma part, les COMSAT ANGELS vont revenir en 1981 avec un album sombre et torturé, le bien-nommé Sleep No More !










CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL
WILLY AND THE POOR BOYS


Le 16 Juillet 2017 par PILGRIMWEN

Willy And The Poorboys, c'est la quintessence de l'année 1969 et, plus largement, du Rock ! Des opus de CCR, c'est celui que j'écoute le plus et de A à Z (pour les autres disques, il m'arrive de zapper certains morceaux).

Ici, c'est un florilège de titres de haute volée ! Fortunate Son, titre hautement fédérateur et pourtant très critique vis-à-vis d'une dérive étasunienne (les exemptés de la guerre du Vietnam). Le chuckberryesque It Came Out Of The Sky. La countryesque reprise de Lead Belly, à savoir Cotton Fields. Don't Look Now, très proche de ce que proposait STEPPENWOLF à l'époque. Ou encore le morceau fleuve Effigy !

S'il y a bien un album à retenir de la carrière éclair de CCR, c'est Willy And The Poorboys !





PULP
DIFFERENT CLASS


Le 16 Juillet 2017 par CLANSMAN57


Etonnant que cet album ne soit pas plus honoré que ça ici.
Peu de vues, zéro commentaire et pourtant, aucune chanson n'est à zapper.

Tout le monde connaît "Common People" et "Disco 2000", c'est presque une certitude.
A moins de ne jamais avoir écouté de radio de sa vie.
Deux tubes en puissance qui laissent difficilement insensible.

Et puis cette voix... moi qui suis adepte de sensualité, voire de sexualité présente dans les cordes vocales, c'est juste un délice pour mes oreilles.

Carton plein!





RODRIGO Y GABRIELA
9 DEAD ALIVE


Le 15 Juillet 2017 par DEPASSAGE


bonne chronique. Toutefois, comme le duo le précise lui-même sur la pochette d'un de ses albums : non, le flamenco ne fait pas partie de leurs influences directes, et ils n'en font pas non plus.





CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL
CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL


Le 15 Juillet 2017 par PILGRIMWEN

CCR propose une musique hors norme pour l'époque. J'ai beau chercher (et je vous invite à en faire de même !), je ne lui trouve pas d'équivalent !

Ce premier effort est qualitativement correct, cependant je le considère comme anecdotique. CCR se cherche (et se trouvera sur le prochain disque !)...

"Ça s'écoute" sera le mot de la fin.





KXM
SCATTERBRAIN


Le 15 Juillet 2017 par HEART OF STEELE


Même si je préfère le premier, plus brut de décoffrage, celui-ci est carrément jouissif par moment et reste d'une qualité globale exemplaire. Généralement accepté et approuvé par toutes cavités auditives affiliées au bon Metal qui sent le fuel, avec un feeling bluesy assumé. Rhhooo que c'est bon à fond!





Katy PERRY
WITNESS


Le 15 Juillet 2017 par EDDY


3 étoiles pour Witness et 1 pour Prism?? Hmmm mouais...

Bref, moi qui m'attendais à une catastrophe pour cet album, j'ai été plutôt surpris, finalement ça aurait pu être pire.

Mais déjà, Katy Perry balance le meilleur morceau de l'album en premier single, ce qui est bien vu de sa part. Chained to the Rythm est à ranger aux côtés de ses meilleurs morceaux, Firework en tête. Le texte est, comme très souvent avec elle, très bien écrit, et la chanson est prenante (ce qui est la mission prioritaire de tout bon morceau pop qui se respecte).

Le gros point fort de Witness, c'est son ambiance, sombre et électrique avec le morceau titre, l'excellentissime Hey Hey Hey qui, j'espère, sortira en single agrémenté d'une vidéo dont elle a le secret.

Bon Appétit et Swish Swish s'occupent de la partie "divertissante" de l'album, même si je n'aime pas vraiment la dernière citée, merci Nicki Minaj pour qui j'éprouve le plus profond désintérêt (pour rester poli).

Le gros point faible de Witness... Que de remplissage!! Des morceaux qui manquent vraiment de panache, là où Prism possédait de bonnes idées concernant les "non-singles". On se tape des morceaux dans "l'air du temps" avec des beats et des samples déjà entendus 1000 fois, sans réelle innovation.

A ce titre, je suis en désaccord avec Erwin concernant Pendulum qui est bien plus novatrice et enjouée que des Mind Maze ou autre Save As Draft sur lesquelles on s'ennuie ferme. Les ballades ne sont pas non plus des plus folichonnes, exercice dans lequelle Katy Perry s'en sort plutôt bien.

Mais bon, ayant peur que ma chère californienne cède aux sirènes de la facilité dans un style musical plus complexe qu'il n'y parait dans l'exercice de promotion et de demande outrancière d'audience qu'il exige, elle s'en sort une nouvelle fois. Grace à son talent de composition qui fait vraiment la différence et lui permet de sortir un album correct, mais qui aurait pu être mieux travaillé à mon sens.





BLACK SABBATH
MOB RULES


Le 14 Juillet 2017 par CLANSMAN57


"Heaven And Hell" est un indispensable du Heavy Metal, c'est un fait incontestable.

Avec le temps, je lui préfère tout de même ce "Mob Rules", je trouve qu'il passe encore mieux l'épreuve du temps grâce à ce son plus lourd.

"Walk Away" peut être considérée comme moyenne sur le précédent.
Ici, rien ne vient ternir le tableau à mon sens.

De plus, Vinny Appice est vraiment excellent.

Un classique pour moi.





ALICE IN CHAINS
FACELIFT


Le 13 Juillet 2017 par DINICED


Pour moi c'est le meilleur d'Alice In Chains. C'est vrai que les titres sont inégaux et que la deuxième moitié d'album est un peu moins bien que les titres du début... mais ils ne feront plus rien d'aussi "metal" je trouve. Au niveau de la mélodie, le groupe fera beaucoup plus beau plus tard. Mais au niveau de la violence et de la putréfaction, c'est dans ce Facelift qu'il faut chercher.
En 1990, bizarrement de mon côté, Alice In Chains était le groupe anti-grunge, puis plus tard anti-Nirvana par exemple : Nirvana, c'était pour les intellos, Alice In Chains était pour les rejetés de la vie hihihi on était con quand même...
Mon âme est marquée au fer rouge par cet album, je l'adore toujours !





Katy PERRY
WITNESS


Le 13 Juillet 2017 par VIEUX CON

La pochette est digne du film The Neon Demon. Mais à part pauser comme une allumeuse en se montrant presque à poil dans ses clips, même en se faisant cuisiner, que sait-elle faire d'autre, la Katy Perry ? Etre aussi en compagnie des feat de beaufs bling bling qui monopolisent les radios et les chaînes musicales, que l'on en vient à souhaiter l'extinction massive de tout ça !





GORILLAZ
HUMANZ


Le 13 Juillet 2017 par STRANGEMAN57


Mais non ! Non ! Cessez de dire que cet album est Pop ! Il n'a rien d'accrocheur, il n'a rien de mélodique ! Même rien de Gorillaz ! Les 3 premiers étaient pops, oui. Même une bonne partie de The Fall. Ici, ce n'est qu'une bouillie électro-rap moderne qui sera sans doute rattrapée par sa face B.





Katy PERRY
WITNESS


Le 12 Juillet 2017 par AZER

Ma seule écoute m'a laissé une horrible impression. Pas de note mais je n'en pense pas moins.





Katy PERRY
WITNESS


Le 12 Juillet 2017 par YANN


Je n'ai franchement pas le même avis. c'est à mon gout l'album le plus ennuyeux. Je le trouve monotone et long. Katy Perry est peut-être partie sur des thèmes plus intimes mais il est plus difficile à l'écoute que ses deux prédécesseurs (Prism est un bon album malgré la mauvaise critique). A voir avec le temps comment il va mûrir...





Johnny HALLYDAY
JE T'AIME, JE T'AIME, JE T'AIME


Le 10 Juillet 2017 par MUNDT


Un an après le superbe "Insolitudes", comment Johnny as-t-il sortir un album pareil ? Grande déception, de la variété à la Jean Renard qui réalise l'album. Johnny apporte 3 compositions et c'est son titre " Moi je construis des murs autour de mes rêves" qui sauve un peu cet album. "Chanson pour Lili" y participe aussi mais c'est bien tout. Nul trace de rock malgré le dernier titre plutôt décevant.





GORILLAZ
HUMANZ


Le 09 Juillet 2017 par MARTIN


Après de nombreuses écoutes, Plastic Beach avait fini par me convaincre, au moins pour la moitié des titres. Un disque rêveur empreint de beaucoup de nostalgie, des invités qui s'intégraient parfaitement à la couleur du disque, jusqu'à la pochette, tout semblait cohérent et maitrisé, pour un album que l'on ressort encore des années après, malgré ses errements et imperfections.

Humanz donne plus l'impression d'être vain. Il y a bien Andromeda qui rapelle étrangement Plastic Beach, peu originale mais réussie, et puis 2-3 interventions hip-hop bien sympathiques (strobelite). Mais la plupart du temps, on est affligé par les invités à côté de la plaque, le bordel ambiant sans cohérence que constitue ce trop long disque, et puis malgré tous les efforts du monde, cette sensation que l'ensemble est de mauvais goût... Peut être le premier Gorillaz que l'on n'osera pas passer en soirée, de peur de devoir partager une gêne pénible (qui n'a pas frissonné de honte en entendant pour la première fois "on a le pouvoir de s'aimer" ?). Des titres d'une banalité pop affligeante au milieu de trop rares trouvailles sonores, et un Damon Albarn à la voix constamment mise en retrait, et au chant excessivement peu inspiré, transparent et répétitif, qui chantera de la même manière, qu'il apparaisse sur un titre hip hop, rock ou disco des 80's.

Et puis, surtout, si l'on excepte la voix de Damon de temps à autre, qui pourrait dire qu'il s'agisse de Gorillaz ? Humanz se perd dans de trop nombreuses interprétations foireuses et impersonnelles de la musique populaire de ces 30 dernières années. C'est peut-être le plus décevant, il était impossible de reprocher un manque d'identité aux précédents albums, qu'on les apprécie ou non, alors qu'ici...

Bref... à oublier.





JAMIROQUAI
TRAVELLING WITHOUT MOVING


Le 09 Juillet 2017 par ERONE


Le meilleur de Jamiroquai. Tout y est, du Jazz ou Funk, de la Pop au Disco. Et même si les morceaux s'allongent vers la fin, ça reste tellement détendu que l'on ne s'en lasse pas.

Après on peut reprocher à Jay Kay d'avoir abandonné son image de chanteur écolo pour dévaler en Lamborghini avec des filles faciles, mais force est de constater que les mecs savent faire groover.





JUSTICE



Le 09 Juillet 2017 par ERONE


Justice réussit dans la lourdeur et la noirceur là où Daft Punk s'était planté avec le rébarbatif Human After All.

L'intro Genesis, digne d'une bande originale de film d'horreur donne tout de suite les poils. Dans la continuité Stress fout bien la pression elle aussi, même si le clip avait suscité la controverse. Les pierres angulaires de l'album restent Phantom pt I & II, reprenant un sample de film de vampire, et Waters of Nazareth, la définition du "gros son": une déferlante de synthés abrasifs aux oreilles comme du papier de verre, mais qui met littéralement en transe (c'est donc pour ça cette croix mystique?).

En dehors de la tempête, Justice tente quelques tubes plus disco/rap comme D.A.N.C.E que je ne supporte plus tant elle est passée à la radio (DVNO fait un meilleur job dans le même genre) et Tthhee Ppaarrttyy est inécoutable tellement le flow de Uffie est insupportable.

Quelle expérience d'écouter cet album sur des bonnes enceintes! Les basses vrombissent et saturent, sans perdre une seule once de groove. Malgré quelques trucs grand publics ratés, le culte voué à Justice est là.





JUSTICE
AUDIO, VIDEO, DISCO


Le 09 Juillet 2017 par ERONE


Justice a décidé de rendre hommage au Rock Progressif, et ça marche plutôt bien.

L'intro Horsepower annonce la couleur direct, avec une ouverture façon Duke de Genesis.

L'album est plus pop évidemment, ce qui peut gêner certains qui aimaient le côté brut de décoffrage de Cross, mais plus accessible au grand public. On sent les références aux grands noms des années 70, parfois un peu trop comme sur New Lands où le riff est décalqué sur For Those About To Rock d'AC/DC, ou Parade avec le sample à peine dissimulé de Queen...

Mais Justice, même s'ils mettent un peu d'eau dans leur vin, arrive quand même à nous sortir du lourd avec des titres comme le Black-Sabbathien Canon, ou Helix, dont le style semble un peu à part sur l'album (trop "moderne" peut-être?) malgré le pont très inspiré de Van Halen ou Alan Parsons.

Un album à mi-chemin entre le Rock rétro et l'électro moderne, dont la sonorité peut être résumée par ce son de guitare, à mi-chemin entre la Kramer de Van Halen et les synthés abrasifs de maintenant.





DIRE STRAITS
COMMUNIQUé


Le 09 Juillet 2017 par BAAZBAAZ


Je ne peux que joindre mon humble voix au chœur des louanges adressées à cet album resplendissant.

Qu'il est bon d'appartenir à une communauté de gens de si bon goût.





The CULT
ELECTRIC


Le 08 Juillet 2017 par JASPER LEE POP


Un petit mot sur les démos initialement produites par Steve Brown qui avait signé la production du sublime Love. Une partie des titres a longtemps été disponible sur le EP The Manor Sessions et d'autres titres en face B des singles issus d'Electric. L'intégralité de cet album qui devait s'intituler Peace est sortie depuis en CD bonus d'une nouvelle édition d'Electric datant de 2013 intitulée Electric Peace (vous suivez?). Son écoute est totalement schizophrène quand on connaît déjà par cœur les versions de Rubin mais pas inintéressante du tout. Si la tracklist n'est pas totalement identique, il en ressort que l'album est déséquilibré et que pas mal de fillers côtoient trois, quatre très bons titres. Même constat que pour Electric donc. Désireux de conquérir le marché américain, Astbury et Duffy ont préféré laisser tomber la veine européenne qu'ils avaient trouvé sur Love. Le pari fut gagnant. Ils surferaient également sur le Hair metal avec Sonic Temple et tenteraient désespérément (et pourtant brillamment) de se raccrocher aux derniers wagons du train grunge avec l'album éponyme de 1994. Un groupe opportuniste pour qui j'ai paradoxalement beaucoup de sympathie.







Commentaires :  1 ...<<...<... 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ...>...>>... 518






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod