Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ...>...>>... 511
Comment poster un commentaire ?


RUSH
A FAREWELL TO KINGS


Le 19 Mai 2017 par LEO


Avec A Farewell To Kings, RUSH évolue d'une manière bien plus convaincante que par le passé en ce qui me concerne.
Moi qui n'avais pas particulièrement apprécié leur première quadrilogie (et leur 1er live qui faisait suite), ici je me sens bien plus en phase avec le propos musical (tant au niveau des compos et de leurs arrangements que de leur exécution).
Certes, la voix de Geddy Lee est toujours aussi suraigüe mais il semble qu'elle soit bien plus en harmonie avec la musique et cette impression ne fera que s'accentuer avec les albums à venir...
Le morceau-titre est un bon condensé de rock-progressif et de hard classique tel que le groupe le pratiquait à l'époque, et ceci en moins de 6mn.
"Xanadu" est le premier des mini-epics de cet album. les changements de thèmes sont bien amenés et pour la 1ère fois le trio arrive pleinement à synthétiser ses idées en 11mn. un vrai classic!
Je suis bien d'accord avec ARP2600 pour dire que les 3 morceaux suivants ne cassent pas des briques, "Closer To The Heart" en tout premier lieu. difficile à imaginer qu'il fut un single à succès et surtout qu'il jouisse d'une telle popularité parmi les fans du groupe!
"Cinderella Man" n'est pas désagréable en soi mais elle passe un peu inaperçue face aux 2 titres du début et au dernier morceau.
"Madrigal" fait presque figure d'interlude avant l'étrange suite finale "Cygnus X-1 Book One - The Voyage". Ce morceau de 10mn est bizarrement agencé avec ces nombreuses ruptures mais il reste tout à fait réussi de par ses ambiances et sa tension sans cesse entretenue.
L'introduction des synthés et pédaliers de basse Moog Taurus dans la musique de RUSH est pour beaucoup dans son évolution stylistique même si elle est bien moindre ici par rapport aux futurs albums (l'artiste Hugh Syme qui s'occupait des pochettes du groupe dès l'album 2112 posa quelques notes de synthés sur l'intro de la longue suite ainsi que du mellotron sur "Tears" mais ceci n'influera pas vraiment sur la musique du trio à ce moment là).
On voit que tout n'est pas encore parfait sur ce disque mais ça avance à grands pas!





RUSH
ALL THE WORLD'S A STAGE


Le 19 Mai 2017 par LEO


Comme pas mal de monde, j'ai découvert RUSH à la fin des années 70 avec All The World's A Stage qui est un bon résumé des 4 premiers albums dans le contexte de l'album en public.
Les morceaux sont assez bien choisi dans l'ensemble même si rétrospectivement, j'aurais préféré entendre "Beneath, Between And Behind" et "A Passage To Bangkok" plutôt que "Fly By Night" et "In The Mood" mais quoiqu'il en soit ces 2 premières compos ne faisaient pas partie de la set-list à l'époque et on pourra les retrouver plus tard sur le second live du groupe, le formidable Exit... Stage Left.
J'ai assez écrit auparavant qu'il m'était assez difficile de supporter la voix particulièrement aigüe de Geddy Lee et ceci ne fait pas exception à la règle tant en live qu'en studio (du moins, dans sa quadrilogie initiale), cependant cet album en concert est un très bon moyen pour un néophyte de découvrir la 1ère partie de carrière de RUSH sans avoir forcément l'envie d'investir dans les 4 premiers albums en studio.
La suite sera pour moi bien plus passionante...!





RUSH
2112


Le 19 Mai 2017 par LEO


Malgré le relatif insuccès de leur 3ème opus, RUSH va récidiver dans le concept (enfin, essentiellement pour ce qui concerne le morceau principal).
La longue suite qui donne son nom à l'album est déjà mieux construite et bien plus concluante que ne l'étaient "The Necromancer" et "The Fountain Of Lamneth" sur Caress Of Steel, mais néanmoins je trouve que les musiciens ont toujours du mal à faire les transitions entre les différentes parties qui ne s'imbriquent pas toujours bien entre elles, mais globalement il y a du progrès!
La voix stridente de Geddy Lee vient un peu entâcher le plaisir par moments, mais celà reste satisfaisant.
Pour ce qui concerne les 5 compos restantes (toutes en dessous des 4mn), je ne les trouve pas très marquantes et j'en retiens avant tout "A Passage To Bangkok".
Même si je reconnais volontiers le chemin parcouru entre le 1er album et celui-ci, je n'ai jamais trop compris pourquoi cet album était porté au pinacle par une majorité de fans du groupe, car pour moi les albums suivants seront bien plus accomplis et diversifiés.





PLACEBO
WITHOUT YOU I'M NOTHING


Le 19 Mai 2017 par VIV


J'ai découvert cet album en meme temps que le suivant "black market music" et immediatement préféré ce dernier plus homogène.
Et bien avec le recul, je pense que ce "wirhout you i'm nothing" est ce qu'ils ont fait de mieux. C'est du brutal, bien ecrit et bien produit sans jamais tomber dans trop de facilités mélodiques, ni "radio friendly".
Ca sonne et mets les poils à la verticale !
Comme souvent chez placebo, l'ouverture de l'album est terrible : pure morning, brick shithouse donnent le ton et ne manquent pas d'énergie.

Assez dark dans l'ensemble mais avec un petit rayon de soleil quand même de temps en temps !
Un must have des 90's !





RUSH
CARESS OF STEEL


Le 19 Mai 2017 par LEO


Sur leur 3ème album Caress Of Steel, RUSH a un peu le cul entre deux chaises, avec d'un côté trois premiers titres rock plutôt bien troussés d'une durée conventionnelle et de l'autre, 2 epics tarabiscotés et mal ficelés tirant sur le rock progressif.
Le hic c'est que la formation n'a pas encore les moyens de ses ambitions, à savoir qu'il manque encore aux 3 musiciens le savoir-faire pour édifier des concepts cohérents et réussis et que l'ajout de synthés dans les prochaines années va apporter un plus aux compos du groupe.
Pour l'heure, RUSH en est réduit à faire une musique batârde mêlant maladroitement les genres et les différentes sections qui composent ses longues suites. bref, le mariage ne prend pas bien.
Inutile de préciser de nouveau que j'ai bien du mal avec la voix suraigüe de Geddy Lee.





RUSH
FLY BY NIGHT


Le 19 Mai 2017 par LEO


Le 2ème album de RUSH voit l'arrivée du batteur (et parolier) Neil Peart.
À ce niveau, le changement s'entend bien (le jeu de John Rutsey était plus basique).
Autre changement, le son du disque est bien meilleur (le groupe a sû s'entourer d'un producteur compétent en la personne de Terry Brown).
Les compos sont un peu plus recherchées même si pas encore abouties (on décèle déjà quelques ruptures de ton et variations de tempo).
En revanche, la voix de Geddy Lee est toujours aussi stridente (il faudra attendre encore quelques années pour qu'elle change un peu de registre).
Bilan global, c'est déjà mieux que le 1er album mais ça ne casse pas des briques à l'arrivée car la seconde moitié de l'album est plombée par des titres vraiment moyens, mis à part le sympa "Making Memories".





RUSH
RUSH


Le 19 Mai 2017 par LEO


Franchement, le RUSH des 4 premiers albums n'est pas vraiment fait pour moi.
Contrairement à Led Zeppelin qui est évoqué ici, les compos de cet album éponyme sont très simplistes et les arrangements hyper basiques. la bande à Page mettait quand même bien plus d'imagination et de finesse en 1973!
Les morceaux balancent pas mal dans l'ensemble et ils n'ont rien de honteux, mais rien non plus de transcendant.
Quand à Geddy Lee, sa voix était à ses débuts encore bien plus aigüe et pour moi, elle est difficilement supportable dans ce contexte.
Bref, je ne suis pas transporté.





PLACEBO
WITHOUT YOU I'M NOTHING


Le 18 Mai 2017 par CHRIS



C est un album que j ai connu à sa sortie, il était tout à fait ancré dans son époque, je l'ai longuement écouté pour avoir perdu ma petite amie à cette époque.
Il renvoie tellement d'émotions que je ne suis pas d 'accord avec la chronique un peu trop technique à mon goût.
Un album rock n roll mais pas façile d 'accés.





JANE'S ADDICTION
RITUAL DE LO HABITUAL


Le 17 Mai 2017 par BAAZBAAZ

Je viens réécouter quelques bouts de chansons... Je ne sais plus trop quoi en penser.

C'était toute une époque : le début des 90s, l'un des derniers âges d'or du Rock... Lollapalooza, le Metal alternatif, l'indus, les influences funk... Dans ce grand fatras jouissif, JANE'S ADDICTION était une sorte de légende : le groupe rare, déjanté, sulfureux, dont le nom circulait chez les initiés. Sans Internet, il fallait parfois des mois pour trouver un tel album. Du coup, en ce temps-là, on connaissait par cœur l'histoire d'un groupe, l'ordre de ses albums, la bio de ses membres, avant même d'entendre sa musique... Cela nourrissait le mythe, l'envie.

Je me l'étais procuré vers 1992. J'avais bien aimé, mais sans trop comprendre. La deuxième partie m'avait semblé la plus intéressante, mais tous mes potes déliraient plutôt sur la chanson "avec les aboiements"...

Je garde beaucoup de sympathie pour cette époque et pour ce groupe, même si ces mecs-là ont été assez cons, comme bien d'autres, pour revenir en 2003 puis en 2011 pour cracher à la figure de leur propre légende.

De la sympathie, donc. Mais tout cela me casse un peu les oreilles et sonne un peu trop hystérique à mon goût. Je vais me contenter de remettre ce disque sur son étagère et de garder mes souvenirs intacts.





AMON DüüL
PSYCHEDELIC UNDERGROUND


Le 17 Mai 2017 par H.


Tuerie. Le psychédélique à son paroxysme, avec une prod digne des meilleurs Bathory. Parfait.





JANE'S ADDICTION
RITUAL DE LO HABITUAL


Le 17 Mai 2017 par LONG JOHN SILVER


Vraiment un album essentiel, que dis-je : in-dis-pen-sable !
Pour ma part je suis surtout client de la 1ere face : que des tubes ! Surtout "Stop!" et encore plus "Been Caught Stealing" qui m'a "blowé la face" aussi sec !
La 2e partie est effectivement dantesque, zeppelinienne, grandiose, majestueuse, rien à dire. L'album qui m'a fait découvrir Dave Navarro, lequel fera (presque) aussi bien (je parle guitare) sur One Hot Minute qui est selon moi le meilleur disque des RHCP avec Blood Sugar Sex & Magic. Ensuite ? Quoi ensuite ? Il a fait quelque chose Dave depuis ? Et Perry aussi ? Ah bon...





AYREON
THE THEATRE EQUATION


Le 16 Mai 2017 par LA GRIOTTE


Merci pour cette extraordinaire découverte qui comble mon amour pour l'opéra, le rock et tout ce que la musique produit de meilleur. Encore de la musique qui fait du bien, qui rend plus intelligent, plus humble.





FLEETWOOD MAC
TUSK


Le 14 Mai 2017 par BENJI


Je ne comprends pas un des commentaires au-dessus qui dit que cet album est surproduit. Moi, ce qui me gêne au contraire c'est que certains morceaux sonnent comme des démos (surtout les morceaux de Buckingham en fait). Il faut se rappeler que Lindsey Buckingham, comme Bruce Springsteen au moment de Darkness on the edge of town, avait été fortement marqué par la vague punk, Buckingham en particulier avait été impressioné par les Talking Heads. Après le succès énorme de Rumours et la maison de disque prête à céder à tous ses ses caprices, il s'est dit que c'était l'occasion ou jamais d'expérimenter en studio (un de ses modèles est, il faut le rappeler Brian Wilson). Le résultat n'est pas, je trouve, totalement convaincant. Le public n'ayant pas vraiment suivi, un des pontes de Warner aurait dit au groupe qu'il voulait bien continuer à les produire mais qu'il fallait qu'ils reviennent à la formule initiale de Rumours d'où l'album Mirage en 1982. Entre-temps, Buckingham aura démarré une carrière solo et les rancoeurs accumulés au sein du groupe à l'époque de Tusk finiront par le décider à quitter Fleetwood Mac après l'enregistrement de Tango in the night, sur lequel toute la pression du groupe et de la maison de disques aura été sur ses épaules, les autres membres étant à l'époque trop largués. Ses compositions pour cet album était à l'origine prévu pour son troisième album solo qui ne paraîtra qu'en 1992 (Out of the cradle) et que je conseille vraiment à tout le monde d'écouter tant il est excellent. Merci de m'avoir lu jusque là.





COTTON BELLY'S
LIVE SESSION VOL.1


Le 14 Mai 2017 par LA GRIOTTE


Ah, les Cotton Belly's ! Fan depuis la première fois donc aucun recul. j'aime tout, c'est de la musique qui fait du bien...





BAD BRAINS
I AGAINST I


Le 11 Mai 2017 par SAPERLIPOPETTE!!!


L'album est excellent,rien à dire là-dessus. Meilleur que FAITH NO MORE mmmh!!! Pas sûr car ces derniers ont sorti quelques années plus tard un "angel dust" explosif et malgré tout très différent de ce qu'ont fait nos rastas keupons/ metalleux. Mais les BAD BRAINS ont sorti un album novateur et un des meilleurs de la scène "fusion", qui quelques années plus tard a vu fleurir un tas de jeunes groupes pas toujours trés inspirés.





BONFIRE
BYTE THE BULLET


Le 09 Mai 2017 par MONTAG


De retour avec un nouveau chanteur Bonfire nous a sorti un excellent album de hard rock lorgnant souvent sur le heavy mélodique (Power Train, Reach For the Sky, Too far from heaven)
Les ballades Lonely Nights et Without You sont plutôt bonnes et restent assez énergique pour ne pas tomber dans le guimauve. Les seuls point négatifs pour moi sont Some Kinda Evil et Sweet Surender légèrement moins bon mais qui restent largement écoutable. Un très bon cru 2017.





DEEP PURPLE
INFINITE


Le 05 Mai 2017 par MARCO


"Now What?!" marquait la résurrection du Pourpre profond après deux albums corrects mais pas inoubliables (ceux qui trouvent "Bananas" raté seraient bien inspirés de réécouter "Abandon", l'album de 1998...).
"Infinite" enfonce le clou. On retrouve la patte du producteur Bob Ezrin, à savoir un son léché qui fait la part belle au duo Steve Morse (guitare)/Don Airey (claviers), véritable clé de voûte de ce nouvel opus. L'album est plus dense que son prédécesseur et, de l'aveu de ses géniteurs, il est également plus heavy et plus prog. Ça commence fort avec une intro désarmante (qui a dit que le groupe était en pilotage automatique?) et un titre particulièrement heavy avec de forts relents 70's, "Time for Bedlam".
Le constat est sans appel: pour ce qui pourrait bien être son dernier opus, DEEP PURPLE affiche encore une forme insolente et, si on ne retrouve que très rarement la fureur passée (à part sur le 1er titre et "The surprising"), les Anglais ont conservé une identité sonore et une ambition digne de leur statut de légende, ce dont peu de groupes (quasi) quinquagénaires peuvent se targuer!

Moments forts: time for bedlam, all i got is you, the surprising et bird of prey.





KYUSS
BLUES FOR THE RED SUN


Le 05 Mai 2017 par RIKKIT


Enorme tuerie putain. Encore un peu punk vénère par moment, pas aussi lethargique que Welcome to the Sky Valley, mais déjà archi culte. Freedom Run les gars...





BLUR
BLUR


Le 04 Mai 2017 par FLOU


C'était le combat des 90's entre les meilleurs représentants (au moins commercialement) de la british pop/rock. Blur et Oasis s'envoyaient des pics entre les albums. Ca ne volait évidemment pas bien haut. Près de 25 ans plus tard, on peut constater que Oasis n'a globablement réussit qu'un seul album : "What's the Story (Morning Glory) ?" sur sa carrière. Pour Blur, la british pop des 90's a pris un coup dans l'aile. Ca a quand même pas mal vieilli dans l'ensemble, même si ça reste sympa à écouter de temps en temps. L'album "Parklife" contenait évidemment de très bon morceaux mais il donnait l'impression de trop de facilités. Les tubes, c'est bien beau mais... .

En 1997, Blur décide (enfin) de révolutionner sa musique. Tout en gardant son style Beatles/Kinks, le groupe de Damon Albarn se lance dans des expérimentations sonores avec quelques touches de psychédélique et progressif. L'influence de Bowie, période Ziggy, se fait aussi sentir. Les arrangements se font très nombreux. Blur ne résiste pas non plus à l'envie de s'essayer aux samples électroniques qui ont le vent en poupe en cette 2ème moitié de décennie. En gros, cet album éponyme est le "White Album" de Blur. Toutes proportions gardées.

La production de cet album est un peu bordélique. Hormis le légendaire single "Song 2", les autres titres très pêchus sonnent comme de banales copies de leurs albums précédents. Il faut plutôt se tourner vers les expérimentations, au tempo plus posé, sur lesquelles le groupe a prouvé qu'il était capable de générer autre chose que des émotions superficielles et convenues. "Beetlebum", "Country Sad Ballad Man", "Theme from Retro", "You're So Great", "Death of a Party" et "Strange News from Another Star" sont de petites merveilles en terme d'ambiances planantes, parfois teintées de mélancolie. Le génial guitariste Graham Coxon s'y trouve métamorphosé, certainement heureux de délaisser un temps la pop anglaise.

Malgré ses quelques défauts, l'album éponyme de Blur s'écoute avec grand plaisir. Il est simplement dommage que ce groupe n'ait pris des risques que jusqu'à son split de 2003. Les ventes en ont pris un coup, certes, mais qu'importe! A côté, Oasis n'a quasiment pas bougé sa formule jusqu'à son split. Le groupe des frères Gallagher a été vainqueur commercial. Pour la créativité, on sait qui a gagné.

3,5/5





JANE'S ADDICTION
NOTHING'S SHOCKING


Le 04 Mai 2017 par LORDI2

Fais la discographie complète cher ami ! Il faut que les gens se souviennent d'eux ! Amicalement Lordi2. J'ai hâte de te lire !


Par Forces Parallèles

@LORDI2

Pas de souci pour la suite de la discographie, c'est prévu, un peu de patience. Merci pour ton enthousiasme.

Jasper Lee Pop







Commentaires :  1 ...<<...<... 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 ...>...>>... 511






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod