Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 ...>...>>... 550
Comment poster un commentaire ?


DEAD CAN DANCE
WITHIN THE REALM OF A DYING SUN


Le 15 Mars 2018 par MARTOS


Within The Realm of a Dying Sun est, sans conteste, l'un des meilleurs albums de Dead Can Dance, si ce n'est le meilleur.

Certes, Lisa Gerrard et Brendan Perry n'ont pas encore développé la totalité de leur potentiel vocal (La chanteuse passera encore un cap sur l'album suivant). Certes, la durée de l'album est relativement courte. Toutefois, ces défauts (si on peut parler véritablement de défauts) sont mineurs au regard des qualités exceptionnelles de cet opus.

Ainsi, "Anywhere Out of this World", la première plage du disque, plonge l'auditeur dans une atmosphère extrêmement sombre et prenante. Le second titre, un excellent instrumental, reste dans la même veine que la piste précédente. "In the Wake of Adversity" jouit d'une superbe mélodie, qui a vraisemblablement inspiré Alain Bashung pour "Madame Rêve". "Xavier" est peut être le meilleur morceau du disque : introduit par le chant lyrique et aérien de Lisa Gerrard, il monte progressivement en puissance pour atteindre son paroxysme sur le magnifique refrain chanté par Brendan Perry. "Dawn of the Iconoclast", malgré sa durée limitée, est l'occasion pour l'artiste australienne de délivrer une performance de toute beauté, et démontre (si cela restait encore à prouver) que cette dernière domine d'une tête l'ensemble des chanteuses affiliées au genre heavenly voices. "Cantara", quant à elle, est une chanson plus rythmée, limite orientale, au climat des plus énigmatiques. Arrive ensuite le deuxième chef d'oeuvre de l'album, "Summoning of the Muse", à l'ambiance mortifère particulièrement réussie. L'album se conclut par un très bon morceau intitulé "Persephone", dont l'entame évoque la musique d'introduction du film Shining.

Within the Realm of a Dying Sun est donc l'un des disques les plus marquants du duo et du style gothique (avec The Divine Punishment & Saint Of The Pit de Diamanda Galas), souvent imité, mais jamais égalé.





Ted NUGENT
DOUBLE LIVE GONZO!


Le 15 Mars 2018 par LONG JOHN SILVER

@ Popol (heureusement) pas vu

Merci pour tes commentaires gracieux, comme nous nous prenons TRÈS au sérieux, on n'hésite pas à publier certaines élucubrations, les nôtres et celles de nos lecteurs. Concernant Céline il est effectivement INTERDIT de le trouver trop bavard. La bien pensance n'est pas là où tu la découvres, question de poutre dans l'oeil à mon humble avis. Et si tu lis correctement, il est écrit : IL N'EST PAS INTERDIT DE LIRE CÉLINE. On n'a même pas le droit de pas l'aimer non plus si on te suit. C'est vrai que nous sommes des petits privilégiés, d'ailleurs tout le monde se bat pour prendre notre place, c'est bien connu, notamment la mienne (tellement enviable). Des bobos que nous sommes, heureusement que je connais plein de mes collègues ici présents : il va falloir leur apprendre cet état de fait !
Nous sommes aussi homophobes, sexistes et prétentieux. Drogués jusqu'à l'os. Liste non exhaustive, cherche et tu trouveras. Mon conseil : évite de te regarder dans la glace quand tu parles de ceux que tu ne connais pas, le monde te semblera probablement plus harmonieux.
Bien à toi et adieu !





Ted NUGENT
DOUBLE LIVE GONZO!


Le 15 Mars 2018 par POPOL PAS VUH

Quant au Céline trop bavard, ça me fait penser au roi qui n'aimait pas Mozart car "il y a trop de notes". Vous vous prenez très au sérieux, les mecs. Mais avec un peu de recul, vous êtes juste de petits privilégiés qui se la jouent. Tellement facile, la criticature...





Ted NUGENT
DOUBLE LIVE GONZO!


Le 15 Mars 2018 par POPOL PAS VUH

Après le bouseux, voilà le connard. Je suppose que ceux qui ont voté pour le Trump sont aussi tous des connards à vos yeux. Vous vivez dans votre petite bulle de bobos bien pensants. Et faux culs en plus car, comme je vous le disais dans un de mes posts, surnoter tout est vraiment juste du business : direct sur Amazon pour qui veut acheter l'album... Quant à votre subjectivité de non bouseux et de non connards, on s'en fout finalement. Dommage, le concept est intéressant mais pas le rédactionnel.

Popol pas vuh et qu'on ne verra plus par ici non plus... LOL


Par Forces Parallèles

Hey Popol,
On ne peut pas satisfaire tout le monde, mais c'est tout de même tragique de voir à que point tu te trompes. Dommage ! Ce n'est pas bien grave, tu fais partie des rares râleurs, c'est comme ça. Porte toi bien et tache de voir les choses le plus positivement possible pour la suite.
Bien à toi
Erwin





SANTANA
INNER SECRETS


Le 15 Mars 2018 par ALEX F


Album sympathique sans plus. Le meilleur morceau me semble être "Dealer/Spanish Rose". J'aime bien "Move on", "One Chain" (bien que ce soit très opportuniste, le disco étant à la mode à l'époque) et "Life is a Lady/Holiday". "Open Invitation" est une excellente compo hard fm, mais un peu molle dans sa version studio, les versions live sont clairement meilleures. Le reste de l'album ne m'a pas spécialement marqué. Cela dit, j'aime bien la touche bluesy sur l'intro de "The Facts of Love".





IRFAN
ETERNAL RETURN


Le 14 Mars 2018 par MARTOS


Un très bel album, quasiment du même niveau que les meilleurs Dead Can Dance.
Il n'y a en effet aucun morceau faible dans Eternal Return. De plus, l'aspect orientalisant du disque se marie très bien avec le style heavenly voices. En cela je trouve que cet opus se rapproche du premier album du groupe Rajna, excellent lui aussi.
Une superbe découverte donc !





SONS OF APOLLO
PSYCHOTIC SYMPHONY


Le 14 Mars 2018 par HEART OF STEELE

Pour rebondir sur cette bonne chronique de mon confrère, j'ai vu un clip de ce groupe il y a quelques jours, et j'ai failli prendre un fou rire: Ron avec sa double guitare, Sheehan avec une double basse (oui oui), Mike Portnoy qui en fait des tonnes...on s'attend à du riff de cinglé typé Power Metal ou à du bon coup de gratte pachydermique des familles....Et bien non, tristesse absolue...Les mecs headbanguent comme des tarés sur des riffs bien pourraves, mollassons et provoquant un ridicule involontaire. Bref pour moi ce groupe c'est Sons of Apologie du Sommeil. Je ne note pas car je n'écouterais jamais ce groupe.





Ted NUGENT
SCREAM DREAM


Le 14 Mars 2018 par LEO


Si State Of Shock est un album honteusement sous-estimé, Scream Dream est lui bien trop surestimé généralement.
JASPER LEE POP note que ce dernier est plus hard que les précédents. il l'est sans doute mais il est aussi et surtout très pénible à s'enfiler d'une traite tant le chant criard de TED est difficile à supporter, sans parler du son désagréable de sa guitare plutôt porté sur les médiums. on est loin de la prod de qualité de State Of Shock !
Ce que j'appréciais sur l'album précédent c'était sa diversité de climats sans pour autant frôler l'éparpillement. sur Scream Dream tout est du même acabit, sans aucune finesse. cet album est caricatural et auto-parodique au possible, des morceaux aux riffs éculés, en passant par la production jusqu'à l'interprétation et bien sur, cette horrible pochette (censée être drôle) qui annonce la couleur d'entrée de jeu.
Non, franchement je ne l'aime pas ce Scream Dream. même les soit-disant mythiques "Wango Tango" et "Scream Dream" me portent sur les nerfs avec un TED plus gueulard que jamais. "Hard As Nails", "Violent Love" et "Flesh And Blood" sont aussi usants à écouter.
À noter que le chant de Charlie Huhn n'est pas vraiment mieux sur "I Gotta Move" et "Don't Cry (I'll Be Back Before You Know It Baby)". à croire que celui-ci a reçu des ordres du patron pour faire sonner son chant presque aussi crado que le sien (cependant TED gagne haut la main à ce petit jeu là !).
Je sauverai à la rigueur le Stonien "Spit It Out" et "Come And Get It" (ce dernier chanté par le batteur Cliff Davies) que le chroniqueur a oublié de citer dans sa track list.
Le funky "Terminus El Dorado" me fait penser au ZZ Top de El Loco. musicalement ce n'est pas désagréable, malheureusement le côté caricatural et cartoonesque refait surface avec des parties vocales débiles passées au ralenti.
Voilà, pour moi Scream Dream ne vaut pas plus que 1,5/5 que l'on va arrondir généreusement à 2/5.
L'album en public qui va suivre n'est hélas pas plus inspiré !








NATHAN ABSHIRE
PINE GROVE BLUES


Le 14 Mars 2018 par FRED

Certaines tribus de "Natives" mélangent également le vieux français (d'origine régionale ?) et leur langue d'origine, je crois ?





DISNEY
ALADDIN


Le 14 Mars 2018 par DINICED


En 1992 j'avais enterré Disney depuis longtemps suite à la naissance d'un mouvement qui a séduit l'adolescent que je fus : les manga ("Chaos AD" en intro de toute la collection "Manga Video" !!! Juste quand on essaye de convaincre les parents que les manga ne sont pas que sexe et violence !!! Snif, que de souvenirs...)
Mais Aladdin m'a réconcilié avec la chanson Disney et surtout sa place dans le dessin animé. Jusque là jugées inutiles par mon cerveau en pleine crise de puberté, voilà qu'en plus de participer au scénario, les chansons font rire et pleurer au point de les connaître sur le bout des doigts 25 ans après.
Pour les oreilles, Aladdin est un chef-d'oeuvre, uniquement surpassé par Le Roi Lion (de mon point de vue), que ce soit les dialogues ou la musique et ses paroles.





Hubert Felix THIEFAINE
BERCY 1998 (DVD)


Le 14 Mars 2018 par GOLGOTH 68


Ce DVD est pour moi le souvenir d’une belle soirée mais le problème est que ces 20 ans de carrière ont eu lieu après le -très- mauvais dyptique de la tentation et du bonheur et donc la track list leur fait une trop grande part... Dommage car il y a des perles comme « Narcisse 81 » avec Claude Mairet et une version magistrale aux guitares acoustiques de « la fille du coupeur de joints » ...

Vivement le concert des 40 ans de carrière en novembre!





NINE INCH NAILS
THE FRAGILE


Le 13 Mars 2018 par BAAZBAAZ


Non décidément, je ne pense pas que The Fragile soit un si bon disque.

NIN, c'est une trilogie en trois dates : 1989, 1992, 1994. Avec à chaque fois un choc, une rupture. Ensuite c'est terminé.

The Fragile n'est pas déshonorant, mais ce n'est pas une rupture, c'est le développement un peu long et désordonné, parfois brillant, de choses que Reznor a déjà dites. Je n'y entends rien de nouveau.





WEEZER
PACIFIC DAYDREAM


Le 13 Mars 2018 par NORADJOWNZ


Eh ben pour ma part j'ai adoré !

Je suis ce qu'on pourrait appeler un fan de la "dernière heure" de Weezer. Je découvre le groupe depuis quelques semaines, j'enchaîne albums sur albums et claques sur claques. Ce qui me permet d'établir le constat suivant :

D'une, Weezer a toujours été un groupe de Pop Rock,

De deux, Weezer a toujours été une machine à tube dans l'ère du temps : Rock 90's dans les 90's, Rock 00's dans les années 00's, enchainement de bouse dans les années 10's (mais bon, on va pas leur reprocher d'avoir fait de la musique dans la première moitié des années 2010...)

Donc j'entends dans ce dernier album un format respectueux du format Pop actuel, exactement dans la même logique que le Colors de Beck dont j'ai aussi adoré le côté assumé et le sérieux mis dans de la Pop catchy et pas prise de tête !

Ce qui nous amène au constat suivant, oui Pacific Daydream est une merde, mais une très jolie merde jusqu'au boutiste et intègre dont je me sens obligé d'apprécier la démarche et la remise en question. Le White Album a été fait exactement sur ce même principe mais Pacific Daydream a le mérite d'être uniforme, cohérent et surtout très agréable à l'écoute ! N'ayez pas peur de mettre votre cerveau de côté le temps de 35 minutes, ça fait du bien et on s'en occupe bien pendant ce temps là !!





NATHAN ABSHIRE
PINE GROVE BLUES


Le 12 Mars 2018 par FRED

A noter qu'en cajun, "négresse" signifie "sweetheart", "chérie" en français... aucune connotation raciste, donc.





GRAND FUNK RAILROAD
ON TIME


Le 12 Mars 2018 par LE KINGBEE

Excellente chronique!
J'ai réécouté plusieurs pressages vinyles (français, l'anglais et l'américain) et aussi une version CD, soit disant remasterisée. C'est pareil. On a l'impression que le travail derrière la console est l'oeuvre d'un sagouin. Malgré cette qualité sonore médiocre, le disque se situe à mon humble avis entre 2 et 3 étoiles.





NATHAN ABSHIRE
PINE GROVE BLUES


Le 12 Mars 2018 par LE KINGBEE

Fred,

Pour résumer le cajun se rapproche du old french. Il y a des expressions qu'on reconnait en tendant un peu l'oreille.
Alors l'emploi de cette langue a été fortement réprimée aux Etats Unis durant les fifties et la décennie suivante, le gouvernement privilégiant l'anglophone.
Si tu regardes bien, Floyd Soileau le patron du label sur lequel est enregistré le disque, nomme son label Swallow, afin d'éviter une mise à l'index probable. Et ce gars était pourtant un ardent partisan des traditions.
Il existe aussi un autre dérivé le cajun creole, chanté après guerre par quelques musiciens cajuns noirs. On n'a peu d'enregistrements de ces gens , ils n'avaient pas le droit d'enregistrer.
Mais une chose est sûre, les communautés blanche et noires se comprenaient parfaitement. Il y a même eu quelques rares formations mixtes., malgré la Ségrégation.
Bien à toi





Ted NUGENT
STATE OF SHOCK


Le 12 Mars 2018 par LEO


Je l'aime beaucoup ce State Of Shock ! c'est pour moi le dernier bon album de TED NUGENT, qui sans égaler l'excellent Cat Scratch Fever, vaut bien le premier album éponyme avec lequel il partage sa diversité de climats et sa qualité constante. il est en tous les cas bien plus probant que ne l'était le mitigé Free-For-All dans sa globalité et le peu palpitant Weekend Warriors qui montrait le guitariste en panne d'inspiration.
Ce qui me plaît sur cette cuvée '79, c'est cette alternance réussie entre des morceaux bien hard et des titres plus soft tout en gardant une unité de ton sur tout l'album.
Ainsi, les échevelés "Paralyzed" et "Take It Or Leave It" côtoient avec bonheur la plaisante ballade "Alone" et la cover agréable des Beatles.
J'ai aussi le sentiment que la basse et la batterie sont ici misent un peu plus en avant par rapport à l'album précédent dans lequel la guitare de TED occupait un peu trop l'espace sonore. sans doute est-ce dû aussi à une assise rythmique plus appuyée dans le cas présent et des riffs de guitares moins rigides et plus inspirés. toujours est-il que le rendu général est bien plus agréable.
Tous les morceaux de State Of Shock sont à ma convenance, même ceux que JASPER LEE POP considèrent comme inférieurs. ils ont ce truc qui me fait taper du pied comme sur le sympathique mid-tempo "Bite Down Hard", le très hard mais mélodique "Snake Charmer" ainsi que le plus passe-partout "Saddle Sore" qui me fait penser au Aerosmith de Draw The Line.
Effectivement comme le fait justement remarquer le chroniqueur, State Of Shock mérite amplement d'être réhabilité ! il est non seulement bien meilleur que son prédécesseur Weekend Warriors mais aussi que son médiocre successeur Scream Dream (qui jouit pourtant d'une forte cote de popularité parmi les hardos dans notre pays).





GIZMODROME
GIZMODROME


Le 12 Mars 2018 par LEO


Un album décevant de la part de ces Messieurs.
On était en droit d'attendre bien mieux du projet GIZMODROME vu le pédigré des quatre musiciens impliqués. hélas, ce 'super-groupe' est un peu de la poudre aux yeux même si je reconnais que techniquement, c'est impeccable mais celà ne fait pas tout !
Musicalement, ça part un peu dans tous les sens et pour tout dire ça fait un peu salmigondis indigeste malgré quelques bonne idées ici où là mais pas de quoi sauter au plafond pour autant.
Le truc qui choque le plus dans l'affaire, c'est Stewart Copeland qui squatte le chant principal sur tout le disque, et franchement quand on possède en son sein deux chanteurs du calibre de Adrian Belew et Mark King, laisser le lead-vocal à l'ex-batteur de The Police est une erreur monumentale, voire fatale !
Non seulement la voix parlée de Copeland est inintéressante et intrusive mais en plus elle dessert des compos déjà peu palpitantes à l'origine. à côté de ça, Belew, King et Vittorio Cosma sont relégués au second plan comme choristes !
Sincèrement, je ne suis pas certain qu'il y ait un second chapitre aux aventures de GIZMODROME si Copeland persiste à s'accaparer le rôle de chanteur.....





NATHAN ABSHIRE
PINE GROVE BLUES


Le 12 Mars 2018 par FRED


Merci.
Musicalement, c'est vraiment bien...
et ça me fait bizarre, en approfondissant quelque peu la question, de retrouver la langue française, aux Etats-Unis de l'époque, dans quasiment, d'un point de vue socio-linguistique, la même situation que la langue bretonne en France...
Ce que tu écris sur le gars, faisant son service, ça me rappelle un copain de boulot de mon père... un mec super, un cœur en or, prodigieusement doué de ses mains, avec qui il était pourtant très difficile de communiquer... en français... On aurait pu le prendre pour un pauvre type, un retardé, mais pourtant... Il m'avait construit, je me souviens, un petit ranch en jouet... un sacré truc...
Bref, la musique, c'est plus que des notes : des émotions, des souvenirs...
Merci...







Howard SHORE
THE LORD OF THE RINGS: THE RETURN OF THE KING


Le 10 Mars 2018 par CLANSMAN57


C'est meilleur que sur le second chapitre, mais le volet initial fait énormément d'ombre à la suite.
Ici, les plages sont pour la plupart trop courtes, pas assez développées, j'ai du mal à rentrer dedans de ce fait.
Une autre fait 10 minutes, elle aurait pu être aisément raccourcie, malgré la petite participation de Viggo Mortensen au chant.
A noter qu'il a lui-même écrit la ligne mélodique de ce qu'il chante.

Les interventions de Renée Fleming font partie des plus, ainsi que celles du flûtiste-soliste Sir James Galway.
Les choeurs reprennent de leur superbe, sans bien sûr atteindre la puissance homérique de ceux présents sur "La communauté de l'anneau".

La musique se montre à nouveau plus inspirée, mais bon...
Sur le premier volet, la désagréable impression d'un collage de petites pistes juxtaposées se fait moins ressentir.

Les thèmes qui font partie intégrante de la trilogie sont un peu revisités et la partition se retrouve enrichie de nouvelles notes qui fonctionnent plutôt bien.
Les dernières pistes n'apportent cependant pas grand chose à l'ensemble.

La chanson finale, avec Annie Lenox au chant me fait ni chaud ni froid.
Je crois que je n'aime pas cette chanteuse, sa présence sur la chanson finale de la BO de "Dracula" me laisse également insensible.
Bref, je n'accroche pas des masses, bien que certaines qualités soient de la partie.







Commentaires :  1 ...<<...<... 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 ...>...>>... 550






1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod