Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ...>...>>... 518
Comment poster un commentaire ?


PINK FLOYD
PULSE


Le 24 Août 2017 par VIEUX CON


Pas mal dans l'ensemble, même si je n'ai retenu que "Learning To Fly" et "High Hopes".

Le nom de Pink Floyd est souvent synonyme d'ennui à quelques exceptions près.





PHOENIX
TI AMO


Le 23 Août 2017 par A.T.N.

C'est faiblard, oui, mais je me retrouve dans le commentaire de Vieux Con, ces deux titres, à fond dans la bagnole avec les fenêtres ouvertes, ça le fait carrément. Ou alors dans le contexte très sympathique évoqué ci-dessous. ;-)

Rien que pour ça, je leur en sais gré!





PHOENIX
TI AMO


Le 21 Août 2017 par VIEUX CON

Bah rien que pour "J-Boy" et "Ti Amo", je me sens preneur. Comment ne pas imaginer voir Ô sa tendre muse en nuisette danser dessus ? Deux bonnes chansons qui ne manquent pas de sensualité, deux bonnes bandes sons pour de magnifiques préliminaires. Ne soyons pas chiens !






PHOENIX
TI AMO


Le 20 Août 2017 par YOKO


album insipide, et c'est bien dommage, mais je partage l'avis du chroniqueur ...





GLENMOR
HOMMAGE à MORVAN LEBESQUE


Le 19 Août 2017 par FRED


Il est beau, ce disque.
Et puis, MERDE !!! Ce type a une VRAIE personnalité : et ça, c'est devenu tellement RARE !!! C'est vrai quoi, il n'y a plus que de la bouse commerciale à tous les étages, et ce type, c'est de la DYNAMITE en boite.
Le reste, je m'en tape : c'est juste que GLENMOR, c'est COOL !!!





IMAGINE DRAGONS
EVOLVE


Le 19 Août 2017 par AZER


Bon, d'abord "Humanz" et ensuite ceci ? Je n'y crois plus ; qu'avez vous fait du vrai BAAZBAAZ ?!





IMAGINE DRAGONS
EVOLVE


Le 19 Août 2017 par BAAZBAAZ


J'ai longtemps détesté IMAGINE DRAGONS. Depuis le succès phénoménal de Night Visions et surtout du single "Radioactive" j'ai eu l'impression que la recette avait largement contaminé la Pop contemporaine à grands coups de refrains surdimensionnés dignes de l'Eurovision (montée à la tierce en prime). Le tout sonnant finalement très bourrin.

Avec Evolve je me suis réconcilié avec le groupe. Le chanteur (impossible de me souvenir de son nom) est toujours aussi insupportable quand il hurle - on dirait parfois qu'il veut faire du DISTURBED - mais des chansons comme "Believer", "Mouth of the River" ou "Thunder" sont bien ficelées, bien arrangées et assez sympathiques. "Start Over" est inécoutable mais le reste plaira donc à toute la famille et permettra aux parents, enfants et grands-parents de chanter en chœur dans la bagnole en rentrant de la plage.





Steve ROACH
THE MAGNIFICENT VOID


Le 19 Août 2017 par MARTOS


Très bonne chronique même si, comme le dit très bien le précédent internaute, Steve Roach fera encore plus fort avec le magnifique Mystic Chords and Sacred Spaces.
Quoi qu'il en soit, The Magnificent Void est un excellent album de l'artiste américain, à ranger parmi ses meilleures productions, qu'elles soient dans le style space-ambient ou non. Un indispensable donc, au même titre que les superbes (bien que différents) Dreamtime Return, The Serpent's Lair, Sigh of Ages, Arc of Passion ou encore la compilation de raretés Truth and Beauty.





LED ZEPPELIN
THE SONG REMAINS THE SAME


Le 19 Août 2017 par SID LE VICIEUX


LED ZEP, un dinosaure, en 76 ? Dixit les Punks !
Et bien force est de le constater, et cette vidéo en est la preuve.
On parvient même, au visionnage, à caractériser l'espèce précise : le "Mégalo-don"... "don don don digue don daine"...
Finalement, Bonham a bien fait de mourir, tiens... Avec sa frappe de mulet, c'est le meilleur service qu'il ai rendu au groupe, "don don don digue don daine"...





GENESIS
AND THEN THERE WERE THREE...


Le 17 Août 2017 par SPI


Le début de la fin. Finies les longues pièces où le groupe faisait fi des succès radiophoniques. Une grosse empreinte Collins qui s'avérera encore plus pesante et pachydermique ensuite transformant Genesis en un simple groupe de pop (certes de qualité mais cela restera tout de même de la pop). Cet album reste néanmoins à considérer comme le dernier album du "vrai" Genesis et, à ce titre, mérite un peu d'égard.





GENESIS
FOXTROT


Le 17 Août 2017 par SPI


Juste pour "Supper's Ready"





JOY DIVISION
UNKNOWN PLEASURES


Le 16 Août 2017 par FRED


Une musique post-Punk.
Froide, tellement froide, menaçante.
Dépouillée mais pas simpliste.





DAFT PUNK
HUMAN AFTER ALL


Le 15 Août 2017 par ERONE


En sortant du cosmique et coloré Discovery, Human After All jette un énorme froid, c'est sûr. Si chez certains artistes on attend à être surpris à chaque nouvel album, Daft Punk avait eu une progression assez linéaire jusqu'à présent, et ce virage à 180 degrés n'a pas fait l'unanimité.

On revient à une composition simpliste, des synthés ultra-crades sonnant comme des guitares torturées (la vraie réussite sonore de l'album), des vocoders scandant des paroles dystopiques et consuméristes... On se retrouve dans un album lorgnant du côté de la cold wave, de l'électro-rock (électro-métal je dirais presque), avec des influences évidentes de Kraftwerk.

Cependant, même si le concept de musique "inhumaine" aurait pu être intéressant, DP tombe dans certains écueils qui pouvaient être excusables sur Homework, mais pas sur un 3ème album. Pas mal de titres tournent en rond très vite, comme Robot Rock, The Brainwasher, Television Rules The Nation, et leur lourdeur rend la répétition des boucles encore plus insupportable. Le seul titre pouvant s'en sortir avec une boucle est Prime Time of Your Life, avec l'accélération vraiment stressante.

Paradoxalement, les titres les plus réussis pour moi sont les plus calmes, comme Make Love ou Emotion. Des îlots de sérénité robotique dans un album noir comme le goudron.

Un coup d'essai dans le gros son pour Daft Punk, mais trop rébarbatif pour être réécouté. Heureusement, d'autres artistes s'en inspireront et perfectionneront ce son, comme Justice ou SebastiAn.





LED ZEPPELIN
THE SONG REMAINS THE SAME


Le 15 Août 2017 par LEO


Pour ce que je pense du film, pas la peine d'en tartiner des tonnes, c'est un navet. juste que le groupe et les réalisateurs auraient dû s'attarder uniquement sur le concert et pas sur les séquences hors-scène qui sont complètement ridicules et inutiles.
Pour ce qui est de la bande-son, LED ZEP n'est pas non plus à son avantage, le groupe ayant été capturé en toute fin de tournée (donc passablement épuisé après 9 mois de concerts non-stop au Japon, en Europe et aux Etats Unis entre Octobre 1972 et Juillet 1973).
Pour ne rien arranger, les musiciens étirent péniblement leurs morceaux jusqu'à l'overdose. "Dazed And Confused" frisant ainsi les 30mn !, "Moby Dick" qui sert juste de prétexte pour l'obligatoire et éprouvant solo de batterie de 11mn et "Whole Lotta Love" qui se traîne lamentablement durant 13mn.
"No Quarter" et "Stairway To Heaven" ne sont pas en reste également avec plus de 10mn au compteur pour chacun. heureusement, ces 2 là passent un peu mieux que les 3 titres cité précédemment, mais on sent le groupe complètement léssivé, y compris sur "Rock And Roll" le morceau en ouverture !
Le double 33t paru à l'Autômne 1976 (soit un peu plus de 3 ans après les faits), ne comprenait alors que 9 titres et ne rendait pas compte de la set-list réelle. le Remaster de 2007 vient rectifier quelque peu le tir avec 6 morceaux supplémentaires: "Black Dog", "Over The Hills And Far Away", "Misty Mountain Hop", "Since I've Been Loving You", "The Ocean" et "Heartbreaker" (manque toujours "Thank You" qui servait de 2ème rappel sur la dernière date).
C'est grâce à l'apport de ces 6 titres manquants à l'origine, que la bande-son de The Song Remains The Same retrouve un peu d'intérêt, cependant LED ZEPPELIN n'était pas au mieux de sa forme sur ces enregistrements au Madison Square Garden fin Juillet '73.
Le triple album How The West Was Won (publié en 2003 et enregistré fin Juin 1972 sur 2 dates en Californie) démontre que la formation était bien plus au point 13 mois auparavant, néanmoins les longueurs et digressions étaient déjà de la partie, et pour moi aucun live de LED ZEP ne vaudra un de leur album en studio, où l'inspiration était canalisée et condensée un minimum à l'inverse des concerts où le groupe versait dans la pomposité et l'autosatisfaction dans des impros à n'en plus finir.





DAFT PUNK
HOMEWORK


Le 15 Août 2017 par ERONE


Un monument de la House Music dont on célèbre les 20 ans (!!!) à l'année où j'écris ce commentaire.

Les beats sont minimalistes au possible, les samples sont assez répétitifs, mais force est de constater que l'album tient encore la route alors que la technologie a énormément évolué depuis. La house analogique avec les vieilles platines et les synthés crados restera inimitable, on y assiste à un revival d'ailleurs avec BOYS NOIZE ou les dernières sorties du label DEEWEE.

Da Funk reste toujours aussi menaçant, les titres disco Around The World, Phoenix ou Burnin' gardent leur clinquant, seuls les titres plus "hard" comme Rollin' and Scratchin' ou Rock'n'Roll sonnent vieillots maintenant, avec ce que l'électro-house a pu nous sortir de plus abrasif.

Un premier album, précurseur dans son genre, d'un petit duo versaillais qui conquerra bientôt le monde.





Terence TRENT D'ARBY
VIBRATOR


Le 15 Août 2017 par LE KINGBEE


Avis entièrement partagé, le meilleur album de cet étrange musicien. Un rang au dessus du premier disque (une vraie surprise) qui avait pourtant cartonné dans les charts et sur les ondes.
Curieusement ce "Vibrator" ne fera pas palpiter les programmateurs radio, sans doute trop occupés à nous recaser leurs sempiternelles soupes.





LED ZEPPELIN
III


Le 13 Août 2017 par CHRIS06


J'avoue avoir eu franchement du mal au début avec cet album. Cela vient probablement du fait que j'attendais à l'époque de la part du Led ZEPP des riffs lourds, des hurlements et là...Paf...de la folk. C'était pour moi inaudible.
Avec le recul (Certains appelleront ça de la 'maturité') on a affaire ici à une œuvre plus fine qui constitue un très bon album du groupe. Je ne m'attarderai pas sur les classiques que tout le monde connaît, mais sur les pépites qui constituent une autre facette du dirigeable. Tout d'abord "Friends" et ces merveilleux arrangements de cordes: une incitation directe au voyage.
On les attendait tout sauf là, c'est sûr. Et que dire de "Gallows Pole" qui préfigure le rock celtique, "Tangerine" et ses accords mélancoliques, "Bron y aur stomp" et son rythme entêtant.
Apres, certains titres ont très mal vieilli ou étaient carrément mauvais à la base comme "Celebration days","That's the way" & "Hatt OFF to Harper".
Une œuvre différente qui mérite bien son 4/5.





Johnny HALLYDAY
SANG POUR SANG


Le 13 Août 2017 par YNGWIE-COOPER


Cette fois ça y est , Johnny sombre définitivement dans la variété. De la bonne variété certes mais de la variété quand même et quand on n'aime pas ça...





GENESIS
FROM GENESIS TO REVELATION


Le 10 Août 2017 par LEO


From Genesis To Revelation est certes bancal dans ses compos approximatives et presque enfantines et également entâché par ses arrangements orchestraux auxquels Jonathan King a tenu à tout prix, mais c'est de par sa touchante et maladroite naiveté que ce 1er album de GENESIS reste attendrissant et attachant après toutes ces années (j'apprécie tout particulièrement le fragile "Am I Very Wrong?").
Pas un grand disque ni même un bon disque, ce 33t m'est presque plus sympathique que le très austère et surévalué Foxtrot, qui est certes mieux produit et bénéficie de l'expérience des musiciens, mais qui paradoxalement (et pour de nombreuses raisons) n'a pas forcément mieux vieilli que ce 1er effort de jeunesse paru en 1969 (l'album fut enregistré fin 68).
Les arrangements de cordes donnent un p'tit côté Bee Gees (et même Cat Stevens) à l'affaire mais musicalement on en est quand même très loin!
Evidemment, en cette période dorée les Beatles, les Kinks, les Moody Blues, Procol Harum et tant d'autres, sortaient des albums aboutis dans tous les sens du terme, et on peut se rendre compte que From Genesis To Revelation était vraiment à la traîne à tous les niveaux face à la rude concurrence de l'époque, mais ce qu'il ne faut pas perdre de vue, c'est que GENESIS n'en était alors qu'à ses balbutiements alors que les formations que j'ai cité plus avant, avaient plusieurs années de pratique derrière eux et pas mal d'albums au compteur (même pour un plus jeune groupe comme PROCOL HARUM qui au même moment, sortait déjà son 3ème album!). Celà compte.
Au final, ce 1er GENESIS est certes maladroit et peu passionnant, mais il ne faudrait pas pour autant le mettre au pilori car il est intéressant ne serait-ce que pour témoigner des premiers pas d'une formation en devenir....





GENESIS
FOXTROT


Le 10 Août 2017 par CéDRIC


Un excellent album. Foxtrot, c`est Genesis à son meilleur. La pièce "Supper`s ready" est un grand moment du rock progressif.







Commentaires :  1 ...<<...<... 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ...>...>>... 518






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod