Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 651
Comment poster un commentaire ?


ANGELE
BROL


Le 27 Juillet 2019 par CLANSMAN57

Héhé, après tout, on peut très bien le faire savoir qu'on n'apprécie pas une artiste et sa musique, j'encourage même à le faire, à partir du moment où l'on a écouté, je ne vois pas où est le problème.
Je ne partage pas du tout la politique du "si tu n'aimes pas, ne commente pas, sinon je vais être triste que tu dises du mal de mon cd, t'es vraiment méchant."
La fameuse partie "Laisse-moi te chanter/D'aller te faire enhumhumhum" me dérangeait aussi au départ.
Mais elle a eu la bonne idée de s'auto-censurer avant qu'on ne le fasse à sa place (je trouve même la démarche géniale, assez provocatrice envers les censures) et elle s'adresse, il me semble, à certains hommes qui pensent que les femmes ne sont que des objets, donc ça me dérange moins après coup, car elle n'a pas tort, il en reste encore beaucoup des comme ça.

A part ça, elle est tout de même moins "trash" sur le reste au niveau des paroles.
Mais je respecte hein, pas de souci.






ANGELE
BROL


Le 26 Juillet 2019 par FRANçOIS


Et bien, désolé mais je vais faire cette "erreur" :-) Pur produit marketing (comme Clara Luciani, Chris, Jain, etc...). J'en suis mari mais "Laisse moi te chanter... Va te faire en....", ça passe pas. C'est comme le duo Gims / Vitaa et son "pour ne plus t'aimer, il faut que je t'imagine en train de ch...". De toutes façons, quand c'est promu par "Les Zinrocks" et/ou "Téléramasse", méfiance !





Mike OLDFIELD
HERGEST RIDGE


Le 26 Juillet 2019 par SGT JAKKU


Hergest Ridge est assurément l'album le plus discret (hormis le passage des guitares empilées) de la période "longues pièces" de Mike. On pourra lui reprocher d'être sorti un peu tôt, après Tubular Bells, d'en être un peu une redite avec moins d'éclats et moins d'inspiration. Le moins cité de la bande, il y figure pourtant comme essentiel à ce début de discographie. Peut-être pour ses thèmes calmes et envoûtants qui annoncent ceux d'Ommadawn, opus mieux construit et plus abouti. Malgré son air d'album de transition, il est devenu avec le temps un classique, le genre de disque qu'on aimerait tant écouter aujourd'hui. Note réelle : 4,5.





THRESHOLD
LEGENDS OF THE SHIRES


Le 26 Juillet 2019 par MR TINKERTRAIN


Merde, c'est quand même le seul double album que je possède que je peux m'enfiler en entier en prenant mon pied quasiment tout le long !!! Et je possède de nombreux doubles !!! (Alive in Athens d'Iced Earth, je l'ai en triple) Un chef d'oeuvre de Metal Prog et un putain de regain de puissance après le décès de Mac. Comme dirait leurs compatriotes anglais: God bless Threshold!!!





Devin TOWNSEND
TRANSCENDANCE


Le 26 Juillet 2019 par MR TINKERTRAIN


J' avais un peu peur avant d'acheter sur le net alors je l'ai youtubé et je dois dire que c'est du très très bon Devin. Seule offer your light est dispensable, et le tout est très homogène je trouve. Je l'ai acheté depuis et à chaque écoute, je me dis que c'est un très grand cru!!!





David GILMOUR
ON AN ISLAND


Le 26 Juillet 2019 par MR TINKERTRAIN


Inutile et même obscène compte tenu du Pedigree de son auteur... Une honte.





Ozzy OSBOURNE
BLIZZARD OF OZZ


Le 26 Juillet 2019 par LE MOUNGEPEDOUN


Mon disque préféré de l'histoire du heavy metal avec le 'screaming' de JP. Il n'y a qu'à jeter un œil sur la liste des titres : que des classiques du genre. Et puis niveau riffs, on a jamais fait mieux. Disque majeur pour l'éternité.





ANGELE
BROL


Le 26 Juillet 2019 par CLANSMAN57


C'est courageux de mettre en couverture une photo de soi, enfant, avec une dent en moins.
Elle semble vouloir dire que rien n'est parfait et s'amuse de l'attitude irréprochable que beaucoup de monde veut renvoyer.
Les photos contenues dans le livret sont excellentes, sensées, elles aboutissent sur des réflexions sur le monde moderne.

Comme l'a souligné Waltersmoke, les sujets qu'elle aborde sont bien traités.
C'est drôle de constater, après lecture des paroles (absentes dans le livret, petit bémol), qu'elle pointe du doigt pas mal d'aspects négatifs de cette virtualisation, alors qu'elle-même est une addict de ces gadgets.
C'est bien qu'elle soit consciente du pendant morose, voire dangereux de l'univers virtuel et qu'elle le partage.

Encore okay avec Walter lorsqu'il écrit que presque toutes les chansons sont des tubes, la petite est vraiment douée, c'est pas donné à tout le monde, contrairement à ce qu'on peut penser.
Elle écrit les paroles, compose et joue du clavier, ainsi que certaines programmations, en plus de posséder une jolie voix, agréable à l'oreille, jamais criarde.
Il me semble qu'il n'y a pas de cache misère par-dessus ou alors si peu.

A mille lieues de la musique de Aya Nakamourir (elle ne sait même pas conjuguer son nom tsss), ne faites pas l'erreur de les mettre dans le même panier...

Bravo mademoiselle !





JUDAS PRIEST
PAINKILLER


Le 26 Juillet 2019 par FRED

LEO, je pense que DEE était l'homme de la situation pour Lemmy, soit un excellent professionnel, irréprchable, solide et fiable, qui n'enchaînait pas les cures de désintox' en foutant les tournée en l'air, avec les conséquences financières que cela entraîne (à une époque, Lemmy et consorts étaient vraiment à la déche).
Après, pour moi, il n'avait pas le style pour du MÖTORHEAD et était bien plus à sa place chez KING DIAMOND, par exemple. Mais il assurait. Malgré cela, le vrai son MÖTORHEAD, pour moi, c'était avec Philty. Même avec Pete Gill ça ne le faisait pas pour moi. Je pense que Lemmy pensait pareil, lui qui avait donné une seconde chance à Philty. Mais voilà, ce dernier avait trop de problème "de santé", et cela ne l'a pas fait…





JUDAS PRIEST
JUGULATOR


Le 26 Juillet 2019 par LE MOUNGEPEDOUN


Judas sans Rob Halford , c'est un peu comme Motorhead sans Lemmy : inconcevable. Bref, une arnaque pour moi que cette période ! Ici, en plus, on est aux antipodes de l'esprit originel de JP, tout semble mécanique, stéréotype et sans aucune inspiration. Je hais ce disque. Pour moi ce fut la fin de JP et tout ce qui suivra restera anecdotique. Encore un groupe estampillé 80's qui perdra toute magie et intérêt les décennies suivantes à l'image de la quasi totalité des groupes majeurs des années 80, la plus grosse escroquerie étant Metallica qui aura été ridicule discographiquement parlant après 'and justice'.





Mylene FARMER
ON EST TOUS DES IMBéCILES


Le 26 Juillet 2019 par FRANçOIS


@Nono : j'aurais dit "synthpop artisanale" ;-)
C'est d'autant plus curieux que c'est le seul disque de Farmer classé en "new wave" (cela doit dépendre du chroniqueur), les autres le sont en "variété française" ou "électro-pop".





Ricky NELSON
RICKY


Le 25 Juillet 2019 par MORMEGIL

Tu es donc bel et bien la Reine d'Angleterre car Daniel David a parfaitement raison. Je ne comprends d'ailleurs pas comment on peut faire la confusion entre Teenage Doll et Teen Age Idol (single sorti quelques années plus tard) tant la mélodie de la 1ère n'a strictement rien à voir avec le titre repris par Johnny. Es tu sur d'avoir réécouté l'album avant de le chroniquer ?


Par Forces Parallèles

Reine d'Angleterre me voila !

Non, je n'ai pas vraiment réécouté le moindre disque de Ricky en faisant sa disco, puisque je ne dispose d'aucun 33 tours si ce n'est des best of, je possède en revanche la totale en super 45 tours de l'époque, je suppose que j'ai merdé en lisant le titre, persuadé qu'il s'agissait de l'idole des jeunes... la similarité entre les deux titres m'a trompé. D'autant que je ne suis donc pas encore arrivé à "Teenage Idol" dans la disco de Ricky, voila qui mérite des corrections ! Merci de votre sagacité à tous les deux !

J'ai hâte de m'installer à Balmoral !
Bien à vous
Erwin







Mylene FARMER
ON EST TOUS DES IMBéCILES


Le 25 Juillet 2019 par NONO

@François : oui en effet ce n'est pas vraiment de la new-wave mais si ce titre est classé comme tel c'est probablement davantage pour l'époque de sa parution que pour son style intrinsèque.
C'est clairement une chanson à dominante pop, mais quand même assez inclassable.
J'aurais dit de la "variété française électro-pop artisanale". Belle définition n'est-ce-pas !





CAN
TAGO MAGO


Le 24 Juillet 2019 par FRANçOIS


Je peux admettre que les étiquettes "groupe pour initiés" ou "vaches sacrées intouchables" soient un peu pénibles... On pourra trouver Can surestimé si on n'aime pas (ce qui est logique), j'aurais pour ma part tendance à le trouver sous-estimé par rapport à ses confrères anglo-saxons (les sempiternels Rolling Stones, Pink Floyd, etc...). Je trouve ce groupe formidable, limite "ultime". Du moins la période de ses débuts jusqu'au départ de Suzuki (soit 1969-1973), la seule que j'ai écouté (trop peur d'être déçu par la suite et j'ai tendance à considérer que la période la plus créatrice d'un artiste se trouve généralement au début de sa carrière). Contrairement à d'autres trucs "krautrock" de la même époque, leur musique n'a pas vieilli. Ici, les 4 premières pistes, c'est encore du tout bon, avec toujours cette section rythmique d'enfer. J'ai plus de mal avec la fin d'album et ces deux longs morceaux "bruitistes" dignes de la musique contemporaine, d'où une étoile en moins. Mais beaucoup de choses perdent de leur intérêt après avoir écouté Can.





Mylene FARMER
ON EST TOUS DES IMBéCILES


Le 24 Juillet 2019 par FRANçOIS


Suffit de demander ! :-)
J'aime beaucoup ce titre, comme tout Farmer jusqu'au Live à Bercy de 1996 inclus (après ça se gâte et va de mal en pis). Par contre, je n'aurais pas classé ça en "new wave"... Ou alors au sens très très large alors...





JUDAS PRIEST
PAINKILLER


Le 24 Juillet 2019 par FRED

Hé bien LEO, j'aurais pu écrire, mot pour mot, ton commentaire, avec lequel je suis à 100% d'accord. Je n'aurais pas dit mieux !





JUDAS PRIEST
PAINKILLER


Le 24 Juillet 2019 par CLANSMAN57


Entièrement d'accord concernant le groove du regretté Dave Holland, du moins sur certains albums comme effectivement "Point Of Entry", même si je n'en suis pas fan. N'oublions pas le grand "British Steel".
Cependant, il n'aurait pas été à sa place sur ces compositions beaucoup plus puissantes, alors que Scott Travis leur sied à merveille.
Je ne suis pas certain que le feeling et le groove soient indispensables ici.
Par ailleurs, tout comme Léo, Les Binks est mon batteur préféré chez Judas Priest, bien que Alan Moore et Simon Phillips ne soient pas à négliger.
Avis encore partagé pour Philty "sosie du frangin" Taylor.

"Painkiller" me botte bien, le Priest assume complètement son pendant Metal et il fait partie des rares disques de Heavy Metal qui vieillissent bien.
C'est puissant, froid, effrayant et la pochette est top.
Serait- ce du Heavy Metal extrême?
Un des disques les plus puissants du style en tout cas.

Bref, "Painkiller", c'est 200% Metal.








JUDAS PRIEST
PAINKILLER


Le 24 Juillet 2019 par LEO


@ FRED

Bien d'accord avec toi sur le groove de Dave Holland à l'époque de Point Of Entry (mon préféré du PRIEST ex-aequo avec Stained Class) ou il démontre (comme lorsqu'il était chez Trapeze) qu'il avait un jeu bien plus subtil que sur les autres albums de JUDAS PRIEST sur lequel il a officié (il est plus carré sur British Steel, et sur les albums à partir de Screaming For Vengeance son jeu est rigide et mécanique, avec un son artificiel dû à la prod typique de cette période). quand à Scott Travis il n'est pas du tout ma tasse de thé, mais c'est aussi parce que le PRIEST bien heavy et aux penchants speed metal comme sur Painkiller ne me branche pas du tout. mon batteur favori chez JUDAS PRIEST reste de toute façon Les Binks (son jeu sait être technique mais il est avant tout gorgé de feeling).
Du même avis que toi concernant Philthy Animal Taylor qui était le batteur que je préférais chez Motörhead, fougueux et instinctif (au même titre que Keith Moon avec les Who) avec un jeu qui pulsait bien, même si peut-être pas hyper précis mais qui s'intégrait parfaitement dans le groupe et qui pour moi aussi, était bien plus intéressant à écouter que ses successeurs !
J'en ai profité pour réécouter l'album Painkiller, que je n'ai pas dû entendre depuis au moins 20 ans !
Musicalement ça n'est pas du tout ma came et ça reflète bien ce que j'écrivais précédemment, je n'aime ni les compos (toutes à l'identique) qui déboulent à fond la caisse (avec le double pédalier tout du long), ni cette prod au son hyper compressé, surgonflé que je trouve épuisant sur toute la longueur d'un album.
Il n'y a plus aucune subtilité comme au temps de Sin After Sin, Stained Class ou Point Of Entry dans lesquels il y avait de la nuance au sein même des morceaux, alors qu'ici, toute finesse à disparu. c'est bourrin. même le chant de Rob Halford est devenu caricatural et stéréotypé comme l'a décrit VALR.
J'en reste définitivement au JUDAS PRIEST de 1974 à 81, lorsque la formation n'était pas juste qu'un groupe de heavy metal mais qui faisait aussi un hard rock sophistiqué et varié.





Elton JOHN
THE FOX


Le 24 Juillet 2019 par RUDY


J'ai réellement découvert Elton John en 1994 avec le Roi Lion puis la claque mélodique Made in England. J'étais fan et je n'avais que 14 ans ! J'ai plongé dans la discographie du Piano Man, d'abord The One, puis en déscendant. Je me suis fais la discographie à l'envers. Dans les 90's internet n'existait pas, et les infos sur ce chanteur étaient extremement rares. D'un coté je n'ai pas été influencé par les avis d'autres auditeurs et chaque nouvel album achetés était une découverte...

J'achete THE FOX en même temps que A SINGLE MAN. Je rentre dans ma chambre d'ados et me voila plongé en 1981 ( j'avais 1 an ). Et là, hors influence je tombe sur un bijou pop eclectique ou se mèlent une pleiade de styles musicaux avec un piano omniprésent et une voix encore pure ( Elton à 34 ans ). Chaque titre est une surprise me faisant tomber un peu plus amoureux de la musique de Regie !!!!

Breaking Down Barriers : Pop et enjouée
Heart In The Right Place : Plus blues, avec un piano et une ambiance déconcertante.
Just Like Belgium : Du Elton 100%
Nobody Wins : Une reprise ancrée dans le son typique des années 80.
Fascist Faces : Exercice difficile sur un texte lourd, excellent solo instrumental.
Carla/etude : Piéce instrumentale en deux variation arrangée par James Newton Howard, une merveille de subtilité
Fanfare : Un ovni électro dont je ne me lasserais jamais
Chloe : Fin de la pièce en 3 actes. Magnifique.
Heels Of The Wind : Titre joyeux sans autre prétention de nous faire passer un bon moment.
Elton's Song : titre grave et autobiographique sur l'homosexualité. EJ la reprendra lors de certains concerts solo à la fin des 90's. Un titre ignoré bien meilleur que certains de ces tubes...
The Fox : Le tube qui n'en sera jamais un, jamais joué en live, et pourtant la chanson avait tout pour devenir un classique.

En conclusion, si l'album a vieilli et sonne un peu oldies suite à une production bien ancrée dans son époque, il conserve de telles qualités de compositions qu'il figurera toujours dans mon top 5.





JUDAS PRIEST
PAINKILLER


Le 24 Juillet 2019 par FRED


… je regrette le groove de Dave Holland sur Point of Entry. La double grosse caisse à outrance, ça ne me plaît guère (sauf Philty Taylor, qui avait son propre feeling, bien supérieur à M. Dee, même si techniquement en-deçà... mais la technique ne fait pas tout, cqfd… )







Commentaires :  1 ...<<...<... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ...>...>>... 651






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod