Recherche avancée       Liste groupes




Commentaires :  1 ...<<...<... 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ...>...>>... 659
Comment poster un commentaire ?


Lana DEL REY
NORMAN FUCKING ROCKWELL


Le 17 Septembre 2019 par BAAZBAAZ


Torpeur éprouvante... Je suis d'accord... J'avais beaucoup aimé "Lust For Life" où les influences Hip-hop accompagnaient parfaitement la nonchalance vocale. LANA DEL REY est capable d'être vraiment envoutante et elle a écrit de très belles chansons par le passé.

Mais cette fois je n'y arrive pas. J'ai l'impression d'entendre une musique monotone, sans pouvoir m'accrocher à un refrain ou une mélodie (même si le single "Doin' Time" comporte de jolis passages).

Je reste persuadé que LANA DEL REY est une artiste crédible, avec un style très original. Mais il lui faut une production Hip-Hop ou R&B pour réhausser son chant et les influences 50s qui parsèment sa musique.





MADONNA
MADAME X


Le 17 Septembre 2019 par SNAKEPIT

Je n'ai pas écouté cet album et n'ai nullement l'intention de le faire, vu que je n'ai jamais aimé MADONNA. Un truc, cependant, m'interpelle: elle en est à son 4ème échec commercial consécutif avec cet album, et celui-là est le plus flagrant, vu qu'après être entré à la 1ère place aux USA, il a dégringolé à la 77ème place, puis a disparu des charts. En gros, c'est le genre de performance que font habituellement des groupes de Metal semi-underground sans le moindre soutien médiatique.

On peut alors s'intéresser: est-ce que cette contre-performance va convaincre MADONNA qu'elle a plus que fait son temps, que ses beaux jours (dans les charts) et sa jeunesse sont désormais loin derrière elle ? Il lui faudra encore combien de flops commerciaux pour qu'elle se décide à arrêter les frais ?





Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 17 Septembre 2019 par MARTOS


Merci beaucoup NONO pour ton message et ton analyse sur l'album à laquelle j'adhère à 100% ;-)





Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 16 Septembre 2019 par SGT JAKKU


On parle de "film d'auteur" pour le cinéma, c'est exactement ce qu'a été Kate Bush dans l'industrie musicale et plus particulièrement la musique Pop.
De plus, K.B. est l'artiste "Art Pop" par excellence et ce Hounds Of Love en est l'exemple le plus frappant. C'est effectivement de la Pop mais de la Pop d'auteur, sophistiquée et ambitieuse avec des chansons illustrées par des mini-films réalisés par Kate herself : le superbe "Cloudbusting" par exemple. Note : un 4,5 qui frôle le 5 à cause de "Big Sky" dont je n'ai jamais été grand fan.





CATHERINE WHEEL
FERMENT


Le 16 Septembre 2019 par CLANSMAN57


Mince, j'étais persuadé que Rob Dickinson était le beau gosse avec le bouc sur la photo du livret...
En fait non, c'est celui le plus à droite avec une superbe coupe de cheveux.
Il a une meilleure tête sur les photos plus récentes.
Comme quoi, une bonne coupe, ça te change un homme:)

Sinon, j'enlève une étoile quand même, car un peu trop linéaire et basé sur les mêmes schémas tubesques.
Seule la chanson-titre possède une structure plus atypique, mais je la trouve pas très aboutie.
Les riffs ne sont pas encore aussi puissants, ni aussi efficaces que sur "Chrome".
Bon, c'est un premier jet et il reste très recommandable toutefois.

Et je crois bien que je commence à préférer le chant de Rob au cousin...






Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 16 Septembre 2019 par NONO


@MARTOS : D'accord avec toi sur le fait que cet album est très bon (bien plus original et créatif que beaucoup d'artistes de cette époque-là), mais quand même un peu surestimé si on ne considère que la discographie de la Miss.
En fait, je pense que Hounds of Love possède comme qualité principale d'être très accessible même dans sa partie "moins accessible", qui ne fait que dépasser un peu le cadre formaté. C'est de "l'inaccessible grand public" si on veut, à part "Waking the witch" (qui n'est certes pas le meilleur morceau mais que j'aime beaucoup néanmoins) et "Jig of life", morceau totalement traditionnel irlandais, qui s'éloigne sérieusement de la "base FM".
En revanche, des albums comme "The dreaming", "Aerial" ou à moindre titre "Never for ever" sont ,chacun à leur manière, bien plus aventureux.





THIN LIZZY
BLACK ROSE : A ROCK LEGEND


Le 15 Septembre 2019 par CHRIS06


Un peu déçu par l'écoute de cet album. Non que celui-ci soit mauvais, loin de là, mais pas tout de même à la hauteur de sa réputation. On trouve pas mal de titres géniaux où le talent d'écriture de Lynott allié à la technique de Moore font mouche, mais beaucoup d'autres aussi complétement indigents. C'est un peu le problème de ce groupe: bien au-dessus de la moyenne mais incapable selon moi de pondre l'album parfait qui aurait pu le propulser dans la légende.

Sympa tout de même.





KISS
ROCK AND ROLL OVER


Le 15 Septembre 2019 par CHRIS06


C'est bien vrai que ce disque est excellent et communique tout de suite une pèche d'enfer: Qui en écoutant ce disque n'a pas envie de chanter les refrains en chœur.
Paul et Gene sont bien en forme sur les compos et Ace déclenche de sacrés solos.
Un sommet du hard que pour ma part que j'écoute sans modération.

Hou,hou,hou,hou ! Go Baby driver!Go Baby driver !





Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 15 Septembre 2019 par MARTOS


Sinon, pour rebondir sur le reportage de vendredi, c'était un bon documentaire mais bien trop court à mon goût et pas assez approfondi (les albums parus à partir de Hounds of Love justement sont abordés de façon succincte). Enfin, les interviews de Youth et Jaz Coleman étaient plutôt sympa et assez inattendues (jamais j'aurais pensé que Kate Bush ait pu être influencée par Killing Joke ;-))





NEW ORDER
LOW-LIFE


Le 15 Septembre 2019 par RICHARD

Question intéressante, trouvant moi même les Mancuniens particulièrement surestimés à partir de Technique...même si New Order compte beaucoup pour moi.
Être les 75% restants d'un groupe culte comme Joy Division est sûrement loin d'être anodin effectivement dans cette ferveur. Objectivement, les quatre premiers albums des Lads combinent avec une rare intensité spleen et rythme. Temptation ou Everything is Gone Green que l'on retrouve sur Substance parlent d'eux mêmes. Le pied frappe le sol et le coeur se serre. Puis je crois que la présence du charismatique Hook y est aussi pour beaucoup. Son son de basse énorme est unique. Il suffit de voir sa présence dans les concerts des années 80 . Puis pour ce culte hexagonal, j'y vois encore et toujours ce petit complexe d'infériorité franco- français où tout ce qui venait d'Angleterre par principe était forcément très bon...ce qui est le cas pour New Order au moins jusqu'en 1989.





Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 15 Septembre 2019 par MARTOS


J'ai toujours eu un peu de mal avec Kate Bush... au même titre qu'avec Peter Gabriel (leurs deux univers étant très liés à mon sens). Je pense que l'un des principaux défauts est que tous les deux sont (pardonnez moi l'expression) "le cul entre deux chaises" (ou plutôt entre deux styles), à savoir l'expérimental et la variété internationale. Or il me parait très difficile d'être très aventureux musicalement en étant limité par le cadre de la variété.

A l'écoute de cet album, les deux styles sont apparemment dissociés. La première partie du disque est très accessible, tandis que l'autre est plus avant-gardiste ("excessive" pour reprendre les termes d'un célèbre guitariste à propos d'un de ses propres albums ;-)). Toutefois, celles-ci ne sont pas exemptes de faiblesses. En effet :

- La face A contient des tubes extrêmement efficaces il est vrai (comme Hounds of Love, The Big Sky et Cloundbusting), mais certains sont à la limites du fm, et sonnent datés à mon sens.

- La face B est plus portée sur l'expérimentation, mais est beaucoup moins novatrice que certaines personnes le laissent entendre. Il y a aussi un gros raté à mon sens (Waking the Witch, très agaçante sur la longueur). Les autres morceaux sont un cran au dessus (notamment Jig of Life et Hello Earth), mais ne me paraissent pas réellement aventureux.

Malgré cela, il serait idiot de nier la très grande qualité mélodique des compositions de l'artiste anglaise, ni, de façon plus générale, l'énorme influence qu'elle a eu sur une palanquée de musiciens et musiciennes renommés (telles Tori Amos et Bjork pour ne citer qu'elles).

De ce fait, Hounds of Love me paraît être un très bon album, mais pas le chef d'oeuvre annoncé par plusieurs critiques de mon point de vue. 3.75/5





NEW ORDER
LOW-LIFE


Le 15 Septembre 2019 par FRANçOIS

Il y a certaines choses que je ne m'explique pas comme Soprano remplissant des stades ou l'aura dont jouissent les gars de New Order ("un disque - "Get Ready" - qui laisse à penser que New Order est en fait le meilleur groupe de l'histoire de la pop" ; "dans notre adolescence, New Order furent à la fois nos Stones et nos Beatles" et autres formules grandiloquentes à l'emporte-pièce dont est friande la presse bobo-branchée type Magic, Inrocks, Télérama...). Au-delà du fait que, 80's oblige, ces sonorités ont pris quelques rides (c'est le moins qu'on puisse dire), si c'est parce que ce sont les survivants de Joy Division (un groupe que je n'apprécie pas plus que ça non plus), il me semble que JD c'était avant tout le trio Curtis - Wilson - Hannett. L'influence sur la "descendance" et la fusion des genres alors ? Dans ce cas, le "Screamadelica" de Primal Scream, bien que très daté lui aussi, surpasse allègrement, à mon sens, toute l'oeuvre des Mancuniens. Bref, mis à part "Blue Monday", également très marqué par son époque mais qui fait sur moi toujours son petit effet ou quelques pop-rock-songs ma foi bien troussées et qui résistent mieux à l'usure du temps ("Regret", "Crystal" ou la moins connue "Everyone Everywhere"), j'ai du mal à trouver chez eux ce qui leur confère cette réputation flatteuse et en quoi ils s'élèveraient au-dessus de la mêlée new wave/électro-pop des 80's...





Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 15 Septembre 2019 par RICHARD

@ CLANSMAN57, un peu trop classique dans sa construction et hagiographique par ces intervenants ce documentaire. Et pourquoi avoir fait ce choix de ne quasiment pas parler des dernières années de l'Anglaise. Je pinaille un peu quand même car pouvoir voir sur nos chaînes hexagonales un reportage sur cette artiste et tant d'autres, ce n'est pas si courant.







PINK FLOYD
ATOM HEART MOTHER


Le 15 Septembre 2019 par GAGNONJ_24@HOTMAIL.C

Vraiment, un album que je viens de redécouvrir, moi le fan de PF (d\'ou mon pseudo PinkyFloydyFan). Allez voir ces versions sur Youtube et vous allez comprendre l\'ampleur de la pièce principale:

Version ORCHESTRALE:
youtube.com/watch?v=gFzQmz3SK6I

Autre version ORCHESTRALE dans un arène romaine de Pink Tones:
youtube.com/watch?v=VtldnhbjmEs

Version LIVE de Pink Tones:
hwww.youtube.com/watch?v=NxIPbonpQdo

Version ROCK japonaise:
hwww.youtube.com/watch?v=RqcNqRA07yQ

Vraiment, je viens de redécouvrir. Laquelle est votre préférée? La mienne est difficile à dire, mais j\'opterais pour la version orchestrale de Pink Tones. Seule la version italienne est plus faible (la 1e...), mais encore là, c\'est de très bon calibre...

Longue vie aux pièces si originales comme celle-ci!





FLEETWOOD MAC
BEHIND THE MASK


Le 15 Septembre 2019 par SGT JAKKU


Mettre un 4 sur celui-ci et seulement un 3 pour Mirage me surprend beaucoup. Car la différence entre les deux disques est que l'un a de la personnalité.
"Behind The Mask" n'est pas un mauvais album mais il est hélas un peu fade. Il y a quelques morceaux : "Save Me", "Skies The Limit", "Hard Feelings" qui nous rappellent que c'est du Fleetwood Mac mais quant au reste, c'est si impersonnel qu'on croirait entendre un autre groupe de Country Rock de ces années-là. En plus, Stevie Nicks est vraiment relou à constamment forcer le trait. Gavée de substances, elle a perdu tout sens de la subtilité et de la nuance (ex : "the second time"). Note : 2,5.





NEW ORDER
BROTHERHOOD


Le 15 Septembre 2019 par RICHARD


Le dernier album des Mancuniens qui tient sur la longueur. J'aime particulièrement la phrase de conclusion de cette chronique. Cette galette est un bras d'honneur à tout ce qui se faisait à l'époque. Puis comment ne pas succomber au spleenesque et dansant " Bizarre Love Triangle" ?





ELOY
THE VISION, THE SWORD AND THE PYRE, PART I


Le 15 Septembre 2019 par YANN 77


Album que j'écoute très régulièrement depuis sa sortie, je le trouve vraiment très bon, et j'attend sa suite avec impatience qui doit sortir d'ici 13 jours!!!!





FLEETWOOD MAC
TANGO IN THE NIGHT


Le 15 Septembre 2019 par NONO


@SGT JAKKU : on diffère sur un point : pour moi Stevie Nicks assure ici, mais je suis d'accord avec toi pour sa voix, qui chevrote un peu trop. LOL.
Par contre pour moi, ce sont les compos de Buckingham sur cet album précis, qui sont assez moyennes, et ne reflètent pas sont génie, clairement ! Je trouve Big Love écoutable mais vraiment pas exceptiopnnelle (un tube classique "80" sans relief), la chanson-titre n'est pas extra, et "Caroline" non plus.
Pour moi les réels points hauts sont "Little lies", "Mystified", "You and I" , "SEven wonders" et "Welcome to the room Sara".





Kate BUSH
HOUNDS OF LOVE


Le 15 Septembre 2019 par CLANSMAN57

Le documentaire "Kate Bush, portrait de l'envoutante icône Pop - Sorcière du son" diffusé sur Arte, est disponible jusqu'au 12 Novembre sur Youtube, pour ceux que ça intéresse.
52 minutes captivantes au coeur de l'univers de ce génie musical!





MARILLION
REAL TO REEL


Le 14 Septembre 2019 par LEO


Real To Reel compile des morceaux extraits de trois shows donnés lors du Fugazi tour: celui du 5 Mars 1984 au De Montfort Hall de Leicester et ceux des 19 et 20 Juin 1984 au Spectrum de Montreal.
L'ennui, c'est qu'il manque la moitié des titres qui figuraient dans la setlist du groupe à cette époque et il est par conséquent fort regrettable que ce live ne soit pas double car MARILLION avait interprété "Punch And Judy", "Jigsaw", "Script For A Jester's Tear", "Chelsea Monday", "He Knows You Know", "Fugazi" ainsi que "Charting The Single" (qui fut joué exceptionnellement à Montréal).
Heureusement, on peut retrouver ces titres (sauf "Charting The Single") sur le CD1 de la compilation en concert intitulée The Thieving Magpie (La Gazza Ladra) publiée en 1988 (et qui regroupe des morceaux enregistrés en public en 1984, 1986 et 1987).
N'empêche, même dans sa version simple ce Real To Reel est un sacré disque en concert et il démontre que le groupe avait vraiment la patate en ce temps là et de mon point de vue, son répertoire s'est assagi dès l'album suivant, Misplaced Childhood.
Celà est d'autant plus frustrant qu'EMI n'ait pas souhaité faire paraître un double album live de MARILLION à ce moment là. je suis à peu près certain qu'il aurait été bien plus apprécié et sa réputation n'en aurait été que meilleure (une édition deluxe ne serait pas de trop, on peut toujours rêver.... !).







Commentaires :  1 ...<<...<... 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ...>...>>... 659






1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod