Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 Ted Nugent
1976 Free-for-all
1977 Cat Scratch Fever
1978 Weekend Warriors
1979 State Of Shock
1980 Scream Dream
2002 Craveman
2013 Ultralive Ballisticrock
 

- Style : Aerosmith, Lynyrd Skynyrd, Bad Company, Blue Öyster Cult, Blackfoot, Foghat, Montrose, Ten Years After
- Membre : Styx, Rod Stewart , Jimmy Barnes , Uli Jon Roth , Tony Macalpine , Ufo, Dokken, Ozzy Osbourne , Whitesnake, Black Star Riders, Black Sabbath, Gary Moore , Msg, Whitford/st. Holmes, Damn Yankees

Ted NUGENT - Nugent (1982)
Par JASPER LEE POP le 28 Mars 2018          Consultée 1404 fois

Pas évident de trouver sa place dans cette nouvelle décennie des eighties pour les anciennes gloires des 70s. Demandez donc à KISS qui ne savent plus à quel saint se vouer après avoir pris un virage disco et même tenté le concept album normalement réservé aux vrais musiciens*. Les fans du groupe sont moqués et Stanley et Simmons ne tarderont pas à ranger costumes et maquillages. Les vieilles recettes ne fonctionnent plus et Atlantic qui vient de signer Ted NUGENT en rupture de contrat avec Epic, sa précédente crèmerie lui demande de se rhabiller. Littéralement. Le pagne et le côté Néandertal bas de plafond ont assez duré. Les 80s et ses costards à épaulettes demandent un peu plus de classe, bordel ! Alors le Motor City Madman s'exécute et la pochette de ce nouvel album sobrement intitulé Nugent (en langage commercial, l'album éponyme à mi-carrière, ça veut dire renaissance, nouveau départ) le voit tout de noir vêtu avec le perfecto qui va bien. Et petit détail que vous n'apercevez peut-être pas sur vos écrans de portables, il arbore un coup-de-poing américain. Le truc prometteur qui fait saliver l'amateur de hard-rock toujours partant pour se prendre une dérouillée sonore.

Eh bien, il faudra repasser parce qu'il est sacrément mollasson cet album du retour de la vengeance. Et la promesse d'une quelconque menace, on la cherche encore sur des titres comme « Habitual Offender » ou « Ebony ». Il y a bien un peu de mordant dans « Don't Push Me «  et « Can't Stop Me Now » mais tout cela est bien inoffensif. Elle est où la chanson véritablement mémorable de cet album ? « Bound and Gagged » se détache du lot par ses paroles empreintes d'un jingoïsme bête et méchant dont NUGENT va de plus en plus se faire le héraut alors que les otages américains étaient libérés un an plus tôt à Téhéran. Avec un titre pareil, on aurait finalement préféré un hymne Sado-maso graveleux. Musicalement, c'est d'un ennui ! Et pourtant...

Et pourtant, Derek St. Holmes est une fois encore de retour au bercail pour raison financière et parce qu'il est curieux de voir si l'alchimie des débuts est encore possible. Ça fait du bien de retrouver une voix qui a de la personnalité chez le Nuge après l'intérim du passe-partout Charlie Huhn qui poursuivra sa carrière de chanteur remplaçant chez FOGHAT.

Et pourtant, Deadly Teddy a enrôlé derrière les fûts un cogneur émérite en la personne de Carmine Appice dont le talent n'a d'égal que l'ego (vous en connaissez d'autres des batteurs qui affichent nom et prénom sur leurs grosses caisses ? Ça ne plaira pas à Sharon Osbourne deux ans plus tard). Si sur le papier l'idée était bonne, le résultat n'est pas probant avec une frappe lourde qui plombe des morceaux pâtissant déjà d'une production molle du genou signée NUGENT himself. Et quand on rajoute trois tonnes d'écho sur la caisse claire comme sur « Tailgunner » (ça fait combien de fois que notre chasseur décalque « Stranglehold »?), c'est mort.

Et pourtant, en tendant l'oreille (mais surtout en lisant les crédits), on s'aperçoit que les D.C Hawks étaient de la partie pour assurer certains chœurs (« No, No, No » et « Good and Ready »). Qui ? Les D.C Hawks, c'est ce groupe de minots originaires de Detroit constitué autour des trois frangins Wagoner qui ont accompagné (à peu de frais?) le Nuge sur sa tournée de '81. Une guitar army de quatre six-cordistes sur scène ! Des images d'archives de l'INA filmées à la patinoire de Boulogne nous laissent entrevoir une sacrée pêche, ma foi. Pourquoi NUGENT n'a pas cherché à graver l'énergie de ces petits jeunes dans la cire en composant avec eux ?

L'emballage est bien là, nouvelle image, nouveau logo, nouvelle guitare (une indémodable Les Paul a remplacé sa mythique mais ringarde Byrdland avant de passer bientôt à la PRS) mais il y a tromperie sur la marchandise, la renaissance du Nuge est un flop.


* Ça, c'est pour prolonger notre correspondance épistolaire avec Long John Silver. Salut, pirate !

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


Penelope SPHEERIS
The Decline Of Western Civilization Part Ii The Metal Years (1988)
Extinction.




Ted NUGENT
Ted Nugent (1975)
Armé et dangereux.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Ted Nugent (guitare, chant)
- Dereck St. Holmes (chant)
- Dave Kiswiney (basse, chœurs)
- Carmine Appice (batterie)
- +
- Donnie Backus (piano)
- Randy Bishop (chœurs)
- Bart Bishop (chœurs)
- Shawn Murphy (chœurs)
- Jude Cole (chœurs)
- Mark Gerhart (chœurs)
- Kurt Wagoner (chœurs)
- Rick Wagoner (chœurs)
- Verne Wagoner (chœurs)


1. No, No, No
2. Bound And Gagged
3. Habitual Offender
4. Fightin' Words
5. Good And Ready
6. Ebony
7. Don't Push Me
8. Can't Stop Me Now
9. We're Gonna Rock Tonight
10. Tailgunner



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod