Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 Ted Nugent
1976 Free-for-all
1977 Cat Scratch Fever
1978 Weekend Warriors
1979 State Of Shock
1980 Scream Dream
2002 Craveman
2013 Ultralive Ballisticrock
 

- Style : Aerosmith, Lynyrd Skynyrd, Bad Company, Blue Öyster Cult, Blackfoot, Foghat, Montrose, Ten Years After
- Membre : Tony Macalpine , Uli Jon Roth , Jimmy Barnes , Rod Stewart , Styx, Dokken, Ozzy Osbourne , Whitesnake, Black Star Riders, Black Sabbath, Gary Moore , Msg, Whitford/st. Holmes, Ufo

Ted NUGENT - If You Can't Lick 'em... Lick 'em (1988)
Par JASPER LEE POP le 26 Mai 2018          Consultée 296 fois

Après deux fourvoiements stylistiques complets et foireux (comme quoi il y a une justice), Ted NUGENT relève la tête et décide de revenir aux fondamentaux. On oublie donc le hard FM et le rock AOR impersonnel et on retrouve ici le style de hard rock dépouillé qui a fait la gloire du Motor City Madman. Et histoire de mettre tous les atouts dans sa poche, Tonton Ted file un coup de grelot à son vieux complice Tom Werman pour assurer la moitié de la production (l'autre moitié est confiée au duo John Purdell/Duane Baron qui a le vent en poupe à cette époque-là). Les oreilles fines distingueront les compos produites par Werman au son de la guitare du chasseur qui ressemble à s'y méprendre à celle de Mick Mars sur Girls, Girls, Girls produit par... Werman. En dehors de ça, on ne fait pas trop la différence et on dirait d'ailleurs que les producteurs se sont passés le mot pour forcer sur la réverb de la caisse claire afin d'homogénéiser l'ensemble. Certes, c'est un travers typique des années 80 mais là, c'est franchement pénible et ça plombe littéralement le jeu du défunt Pat Torpey.

Le meilleur moyen de retrouver son identité totalement perdue depuis deux albums, c'est aussi de mettre un terme à la valse des chanteurs. Dave Amato est toujours de la partie mais il est cantonné à la guitare rythmique (forcément symbolique avec le Nuge comme patron) et aux chœurs. C'est Nugent qui se colle au chant sur l'intégralité des compos et c'est là où le traditionnel bât blesse parce que jamais la voix du Tedinator n'a autant manqué d'amplitude (est-ce qu'Amato ne lui aurait pas servi de guide comme ses chanteurs successifs l'ont souvent fait par le passé?). À moins que cette impression de monotonie qui s'installe au fil de l'écoute des morceaux soit due à la similitude des riffs interchangeables et moyennement inspirés. Probablement les deux.

On écoute donc cet album quelque peu gêné. On sait gré à NUGENT d'avoir redressé la barre en nous épargnant la suite du naufrage de Little Miss Dangerous mais on ne peut s'empêcher de déplorer le manque de chansons réellement excitantes. « Can't Live With 'Em » qui ouvre la galette s'écoute gentiment mais « She Drives Me Crazy » qui lui succède est typique des compos typées hair metal que vous servait treize à la douzaine n'importe quel groupe de seconde zone du Sunset Strip de l'époque et on commençait déjà à saturer. Que cette chanson ait fait l'objet d'un clip vidéo n'est pas raisonnable. Deux petites infos concernant ledit clip : on peut y voir Derek St. Holmes, une énième fois de retour pour payer ses impôts, faute d'avoir su rebondir par lui-même et beaucoup plus intéressant, Ted a succombé à la permanente obligatoire en cette période et arbore une tignasse très caniche. Le foutage de gueule n'est pas loin avec « Funlover », véritable photocopie de « Painkiller » de l'album précédent jusque dans la sonorité du titre. La surprise vient de « Spread Your Wings », une ballade pas désagréable qui s'inspire fortement du « Little Wing » d'HENDRIX (et encore plus de sa reprise par Stevie Ray VAUGHAN avec qui il a fait le bœuf quelques mois plus tôt, ce qui explique peut-être cela) bizarrement placée en ouverture de la face B. L'album se termine par « That's The Story Of Love », une chanson composée avec Jon BON JOVI et Ritchie Sambora et qui sonne comme un pastiche de Desmond Child interprété par le KISS de Crazy Nights. Ça fait envie, hein ? Tom Werman a bien essayé de dissuader NUGENT de l'inclure dans l'album, sans succès.

Ted NUGENT ne pouvait pas tomber plus bas et, en ce sens, If You Can't Lick 'Em... Lick 'Em rassure sans parvenir réellement à convaincre faute de morceaux mémorables. L'album vient terminer le contrat qui liait Terrible Ted à Atlantic (où est-ce l'inverse?), une production musicale sur laquelle le guitariste ne tient pas trop à revenir. Nous non plus.

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


KXM
Scatterbrain (2017)
Essai transformé.




Ted NUGENT
Cat Scratch Fever (1977)
En plein dans la cible.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Ted Nugent (guitare, chant)
- Dave Amato (guitare rythmique, chœurs)
- Jay Winding (hammond b3)
- John Purdell (claviers)
- Chuck Wright (basse)
- Pat Torpey (batterie, chœurs)
- Tom Werman (percussions)


1. Can't Live With 'em
2. She Drives Me Crazy
3. If You Can't Lick 'em... Lick 'em
4. Skintight
5. Funlover
6. Spread Your Wings
7. The Harder They Come (the Harder I Get)
8. Separate The Men From The Boys, Please
9. Bite The Hand
10. That's The Story Of Love



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod