Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 Ted Nugent
1976 Free-for-all
1977 Cat Scratch Fever
1978 Weekend Warriors
1979 State Of Shock
1980 Scream Dream
2002 Craveman
2013 Ultralive Ballisticrock
 

- Style : Aerosmith, Lynyrd Skynyrd, Bad Company, Blue Öyster Cult, Blackfoot, Foghat, Montrose, Ten Years After
- Membre : Styx, Rod Stewart , Jimmy Barnes , Uli Jon Roth , Tony Macalpine , Ufo, Dokken, Ozzy Osbourne , Whitesnake, Black Star Riders, Black Sabbath, Gary Moore , Msg, Whitford/st. Holmes, Damn Yankees

Ted NUGENT - Shutup & Jam ! (2014)
Par JASPER LEE POP le 5 Février 2021          Consultée 955 fois

Bon, ça y est, je crois que c’est officiel, Joe Biden est le 46ème président américain. Évidemment, en tant qu’indécrottable supporter de Trump, Ted NUGENT propage haut et fort le message de son idole orange selon lequel le processus électoral aurait été truqué. On a tendance à l’oublier, mais le Donald avait déjà usé de cette stratégie en 2016, ça ne peut pas marcher à tous les coups, même aux USA. L’imagination des complotistes est sans limite et Tonton Ted se joint également à ceux qui prétendent que l’invasion du Capitole aurait été fomentée par le triumvirat Démocrates/BLM/Antifa. Bien sûr, parce que Jon Schaffer d’ICED EARTH, photographié sur place (pour rester dans les guitaristes crétins) est un pote de Tom Morello peut-être ? Le Nuge vient de publier sa liste des prédictions des impacts de la présidence Biden et tous les maux de la Terre y figurent. Du coup, il prévoit une augmentation des adhésions à la NRA. C’est qu’il ne perd pas le nord, le Tedinator ! Et en pauvre petit blanc* menacé par les minorités forcément criminelles, il prédit également que le fait de crier à un racisme fabriqué de toutes pièces** deviendra la plaie numéro un du pays. Et de terminer sa diatribe par « Bienvenue au Zimbabwe ! ». Ironie, quand tu nous tiens !

Quand est-ce qu’on parle musique, me direz-vous ? Je serais tenté de répondre qu’on se fout de la musique de Sweaty Teddy ! Lui aussi d’ailleurs qui ne sort épisodiquement des albums que pour entretenir son fond de commerce et continuer à jouer dans les foires agricoles (le circuit pas très prestigieux mais encore rentable des State fairs). Comme sur toutes ses dernières livraisons, il donne le change sur les trois premiers morceaux. L’inaugural "Shutup & Jam !" est sympathiquement bravache, même si encore une fois NUGENT est vocalement trop limite et "Fear Itself" est même convaincante. Derrière, "Everything Matters", un blues-rock bien que convenu rappelant "Hey Baby" parvient lui aussi à emporter l’adhésion grâce à la présence au micro de Derek St. Holmes pour un énième retour au bercail et à un jeu tout en délicatesse de son boss. Ensuite, c’est du vite expédié, pas très inspiré avec une majorité de morceaux n’excédant jamais deux minutes cinquante qui tiennent plus de la jam qu’autre chose. "She’s Gone" par exemple est une déclinaison paresseuse du "Goin’ Down" de Freddie King et la prestation de Sammy Hagar n’arrange rien à l’affaire (jugement éminemment personnel, ce formidable chanteur ne m’ayant jamais procuré la moindre excitation, pas même chez MONTROSE). Les paroles de "I Love my BBQ", doigt d’honneur aux végétariens/végans ont beau être drôles (Tofu will kill you), ça vole musicalement très bas. On a bien droit à quelques morceaux plus structurés mais ceux-ci ne sont guère passionnants ("Never Stop Believing" chasse sur les terres de "Fred Bear") et la teneur patriotique ("I Still Believe"… in America) et belliciste ("Trample the Weak, Hurdle the Dead") des textes est assommante.

On le voit donc, Ted NUGENT fait le minimum syndical pour entretenir une carrière musicale à laquelle il ne croit plus vraiment, prétexte pour continuer à tourner et faire exister son personnage de grande gueule. On aimerait qu’il suive l’injonction du titre de son album et qu’il la ferme pour se concentrer sur la musique mais le mandat de Trump a malheureusement donné une légitimité à ce genre d’énergumène. Alors quoi, Nugent 2024 ? Ne riez pas, tout est possible aux USA.

* « Pauvre petit blanc » est le titre du très bon ouvrage de Sylvie Laurent dans lequel elle retrace la genèse du mythe du blanc opprimé orchestré par le parti républicain dès la fin des années 60 avec le concept de « majorité silencieuse » de Nixon.
** Manufactured fake racism

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


Stevie SALAS
Stevie Salas Presents: The Soulblasters Of The Universe (2004)
Excellent cru




SMITH/KOTZEN
Smith/kotzen (2021)
Duo gagnant


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Ted Nugent (chant, guitare)
- Derek St. Holmes (chant, chœurs, guitare)
- Greg Smith (basse)
- Mick Brown (batterie)
- Johnny Bee Badanjek (batterie)
- Jonathan Kutz (batterie)
- Sammy Hagar (chant)


1. Shutup & Jam!
2. Fear Itself
3. Everything Matters
4. She's Gone
5. Never Stop Believing
6. I Still Believe
7. I Love My Bbq
8. Thottledown
9. Do-rags And A .45
10. Screaming Eagles
11. Semper Fi
12. Trample The Weak, Hurdle The Dead
13. Never Stop Believing (blues)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod