Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1975 Ted Nugent
1976 Free-for-all
1977 Cat Scratch Fever
1978 Weekend Warriors
1979 State Of Shock
1980 Scream Dream
2002 Craveman
2013 Ultralive Ballisticrock
 

- Style : Aerosmith, Lynyrd Skynyrd, Bad Company, Blue Öyster Cult, Blackfoot, Foghat, Montrose, Ten Years After
- Membre : Styx, Rod Stewart , Jimmy Barnes , Uli Jon Roth , Tony Macalpine , Ufo, Dokken, Ozzy Osbourne , Whitesnake, Black Star Riders, Black Sabbath, Gary Moore , Msg, Whitford/st. Holmes, Damn Yankees

Ted NUGENT - Spirit Of The Wild (1995)
Par JASPER LEE POP le 12 Avril 2020          Consultée 507 fois

Alors que la planète est touchée par la crise sanitaire causée par le Covid-19 et que les USA sont à leur tour frappés de plein fouet, je m’étonnais que Ted NUGENT n’ait pas encore ouvert son orifice buccal démesuré. C’est chose faite avec une déclaration pondérée et toute en nuances dont le chasseur à l’arc a le secret pour prendre la défense de l’homme orange en butte à deux ou trois critiques mesquines outre-Atlantique : « Je crois qu’il est le plus grand président de l’histoire de l’Amérique. Je crois que c’est le plus grand leader de l’histoire de l’humanité ». Et de critiquer tout américain âgé de plus de douze ans qui n’a pas su tirer les leçons des dernières catastrophes naturelles et du Onze Septembre pour se préparer en stockant nourriture, eau, armes, munitions et papier toilette, façon survivaliste. Du pur NUGENT.

En 1994, DAMN YANKEES est au point mort et Tonton Ted, toujours sous contrat avec Atlantic, sent qu’il serait préférable de relancer sa carrière solo. « Relancer » n’est pas le terme qui sied à la situation, NUGENT n’est déjà plus tout jeune et il est conscient qu’il aura du mal à conquérir de nouveaux fans avec une musique passée de mode. Raisonnable et loin d’être bête, le Motor City Madman va dès lors s’employer à pérenniser son statut auprès de ses publics cibles : les rednecks républicains, les militaires et les chasseurs (l’électorat de Trump avant l’heure). Aucun opportunisme là-dessus, le Nuge n’avait jamais caché ses orientations politiques droitières et n’a pas à se forcer. La tournée précédente des DAMN YANKEES en pleine guerre du Golfe voyait déjà le groupe jouer la carte patriotique avec notamment le Nuge décochant sur scène des flèches enflammées sur une effigie de Saddam Hussein. La nuance, toujours.

Musicalement, quand il s’agit de reprendre le chemin des studios, Sweaty Teddy la joue donc conservateur en revenant au hard rock bluesy qui a fait sa gloire et il rouvre une douzième fois la porte à Derek St Holmes avec qui il s’était déjà rabiboché sur plusieurs tournées avant l’intermède DAMN YANKEES. L’album donne la part belle aux hymnes à l’individualisme forcené (« I Shoot Back », « Tooth, Fang & Claw », clin d’œil au titre d’un album des AMBOY DUKES, « Kiss my Ass », choix pas très stratégique pour un single qui ne sera joué sans surprise sur aucune radio), aux valeurs vraies de la nature et de la chasse (« Primitive Man », « Spirit of the Wild » qui servira de générique à l’émission télé que le Nuge animera quelques années plus tard et surtout « Fred Bear », morceau à la gloire d’un pionner de la chasse à l’arc américain décédé en même temps que sa mère et véritable tire-larmes sur scène). On n’oublie pas le registre grivois avec « Tighraceaous », « Hot or Cold » et le sympathique « Lovejacker ». Quant à « Wrong Side of Town » et « Heart and Soul », ils auraient pu être chantés par Blade et Shaw.

Pour le fan de NUGENT qui aurait arrêté le compteur à la fin des 70s, Spirit of the Wild n’est pas un mauvais album si on fait abstraction de sa production un peu cheap. C’est en tout cas un album honnête de la part de son auteur qui s’est recentré sur son créneau, a récupéré son lettrage emblématique et ne cherche plus à rattacher son wagon au train de la mode du moment, comme il a pu le faire sans succès lors de la précédente décennie. Pour les autres...

A lire aussi en HARD ROCK par JASPER LEE POP :


Gary MOORE
One Night In Dublin (2006)
Hommage à Phil Lynott.




Ted NUGENT
Cat Scratch Fever (1977)
En plein dans la cible.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Ted Nugent (guitare, chant)
- Derek St Holmes (chant)
- Michael Lutz (basse, chœurs)
- Denny Carmassi (batterie)
- Larry Fratangelo (percussions)
- Benny Rapa (batterie)
- Gunnar Ross (batterie)
- Doug Banker (piano, chœurs)


1. Thighraceous
2. Wrond Side Of Town
3. I Shoot Back
4. Tooth, Fang & Claw
5. Lovejacker
6. Fred Bear
7. Primitive Man
8. Hot Or Cold
9. Kiss My Ass
10. Heart & Soul
11. Spirit Of The Wild
12. Just Do It Like This



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod