Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ECOSSAIS  |  COFFRET

L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Style : Skerryvore, Skipinnish, Cal, Manran, Oysterband, Dougie Maclean , The Saw Doctors , Anduril, Coast
- Membre : A Hundred Thousand Welcomes, Big Country, Georg Kaiser , Donnie Munro , Bruce Guthro
- Style + Membre : The Band From Rockall

RUNRIG - The Last Dance (2019)
Par GEGERS le 11 Septembre 2019          Consultée 318 fois

Le 21 août 1997, RUNRIG se produit devant le château de Stirling. Si le groupe célèbre sa déjà longue histoire à cette occasion, la raison de ce concert-événement n’est pas des plus joyeuses, puisqu’il s’agit de marquer le départ du chanteur emblématique du groupe, Donnie Munro, qui fera carrière en politique et en tant qu’artiste solo. 21 ans plus tard, le 18 août 2018, RUNRIG choisit le même endroit pour tirer sa révérence. Marquer, par un ultime concert donné devant 50 000 fans rassemblés pour saluer son histoire, 45 ans passés au service de la promotion d’un rock empreint d’une forte identité écossaise et riche de la culture gaélique de ses membres. Si ces adieux peuvent sembler prématurés, les frères Rory et Calum MacDonald restant de fringants sexagénaires, ils ont été mûrement réfléchis, et semblent authentiques. Du moins sont-ils présentés comme tels, et on a envie d’y croire, le groupe ayant toujours fait preuve d’une sincérité indéfectible durant sa longue carrière. Allez, disons qu’il est temps : le groupe avait, c’est vrai, consacré ses dernières années d’existence plus à la célébration de son histoire (le concert des 40 ans notamment) qu’à la composition de nouveaux morceaux (un seul album aura vu le jour entre 2008 et 2018).

Naturellement, impossible d’éteindre la lumière sans documenter ce dernier coup d’éclat. The Last Dance, dont le titre provient des paroles du morceau « Book of Golden Stories », présente pour 9000 acheteurs heureux une édition collector, présentant le concert au format triple CD et double DVD. Ce support se voit agrémenté d’un livre présentant le ressenti des musiciens sur cette dernière danse ainsi que de nombreuses photos dont on ne peut que déplorer la faible qualité. Si l’essentiel reste la musique, cet habillage quelque peu décevant nuit néanmoins à la beauté de cet objet-souvenir.

Mais de musique, parlons-en. Puisqu’il faut réduire toute une vie de musique en un concert de quelques heures, RUNRIG joue la carte de la sécurité en proposant un programme très similaire à celui interprété lors de sa tournée d’adieux de 2017 / 2018. Quelques titres issus de son ultime album, The Story, servent de liant entre des classiques intemporels et des vieilleries déterrées afin de boucler la boucle. Le spectacle présenté en DVD, chaleureux, voit le réalisateur proposer de nombreux plans sur les spectateurs, qui se voient par ce biais remerciés pour leur amour et leur fidélité. RUNRIG a, très tôt dans sa carrière, été porté par l’amour inconditionnel de spectateurs convaincus, et la réalisation est à la hauteur de cet amour.

Sur scène, les musiciens font le show, naturellement. Pas de demi-mot, Bruce Guthro prend dès le départ les choses en main en décidant de présenter ces adieux comme une raison de faire la fête. Comme un prédicateur en transe, il produit quelques fulgurances fédératrices qui déclenchent des rires et des larmes tant chez les spectateurs que chez les musiciens. « Dieu a créé la musique. La musique a engendré RUNRIG. RUNRIG a rassemblé les foules, et il vit que ce fut bon ! », déclame-t-il en préambule au titre « Maymorning », morceau-phare d’un concert peu avare en grands moments. Les invités, nombreux, se succèdent comme on défile devant un cercueil. Mais plus que de la peine, on reçoit de la joie dans les violons de Laura McGhee et Duncan Chisholm (impérial sur « The Story », même si on aurait préféré l’entendre sur « Running To The Light », titre scandaleusement mis de côté), on danse avec l’accordéon de Gary Innes sur « Clash Of The Ash » et on se recueille au son de la voix de Julie Fowlis sur « Somewhere ». Des anciens membres du groupe, seul Donnie Munro se verra convié sur scène, le temps pour lui d’interpréter une version poignante de la ballade en gaélique « Ceracal A Chuain », accompagné du Glasgow Isley Gaelic Choir. Celui qui avait été la star du DVD Party On The Moor (2014) offre ici une contribution modeste mais nécessaire à ces poignants adieux.

Musicalement, le groupe propose quelques moments de grâce. Il y a cette version, superbe, du morceau « Canada », cette ballade chantée en gaélique dont l’intensité est, ce soir, décuplée. Serait-ce la prestation exceptionnelle du guitariste Malcolm Jones, très marqué par l’émotion, qui rend cette version si savoureuse ? La vieillerie tribale « Cnoc Na Feille » (album Heartland), renvoie à l’essence-même du groupe, celle d’un groupe de bal, né pour faire danser ses congénères. A l’opposé, l’instrumental « On The Edge », illustré par de splendides images de la vallée de Glen Coe, nous fait entrer en communion avec le groupe, nous sentir hors du temps et de l’espace. Et puis, il y a « Year Of The Flood ». Totalement retravaillé au format ballade acoustique folk par le chanteur Bruce Guthro qui l’interprète en solo, ce titre se présente sous un jour nouveau, à la fois intense et intimiste.

L’incontournable « Loch Lomond » marque le début des véritables adieux. Lui succède de courtes interventions des membres historiques du groupe, puis une version a capella du morceau « Hearts Of Olden Glory », comme une dernière lettre d’amour avant la séparation définitive. A la fin, et alors que le groupe se retire sous un feu d’artifice, tout le monde est en pleurs : les musiciens, le public, et le spectateur. De ces 45 années qui, comme cet ultime concert, donnent l’impression de s’être jouées en un instant, on retiendra la générosité, l’espièglerie et le talent incommensurable d’un groupe qui achève ici un cycle particulièrement riche de l’existence de ses membres. Une existence à célébrer inlassablement, intensément, par ce coffret indispensable mais aussi et surtout par l’incroyable patrimoine discographique laissé par le groupe. Pour que ces adieux n’en soient jamais vraiment.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


NOIR SILENCE
Plus De Mal Que De Peur (2013)
L'accomplissement, made in Québec




CREEDS CROSS
Devil's Deadly Hand (2015)
Des bourgeons sous les kilts


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Bruce Guthro (chant, guitare)
- Malcolm Jones (guitare)
- Calum Macdonald (percussions, chant)
- Rory Macdonald (basse, chant)
- Brian Hurren (claviers, guitare, chant)
- Ian Bayne (batterie, snare drums)


- cd1
1. Intro
2. The Years We Shared
3. Protect And Survive
4. Rocket To The Moon
5. Proterra
6. The Ship
7. Canada
8. The Greatest Flame
9. The Stamping Ground
10. Cnoc Na Feille
11. Onar

- cd 2:
1. Year Of The Flood
2. The Place Where The Rivers Run
3. What Time?
4. In Search Of Angels
5. Going Home
6. Cearcal A' Chuain
7. The Story
8. Maymorning
9. Alba
10. Clash Of The Ash
11. Skye

- cd 3:
1. Every River
2. On The Edge
3. Somewhere
4. Book Of Golden Stories
5. Pride Of The Summer (beat The Drum)
6. An Toll Dubh
7. The Drum Section
8. Loch Lomond
9. Hearts Of Olden Glory

- dvd 1:
1. The Years We Shared
2. Protect And Survive
3. Rocket To The Moon
4. Proterra
5. The Ship
6. Canada
7. The Greatest Flame
8. The Stamping Ground
9. Cnoc Na Feille
10. Onar
11. Year Of The Flood
12. The Place Where The Rivers Run
13. What Time?
14. In Search Of Angels
15. Going Home

- dvd2
1. Cearcal A' Chuain
2. The Story
3. Maymorning
4. Alba
5. Clash Of The Ash
6. Skye
7. Every River
8. On The Edge
9. Somewhere
10. Book Of Golden Stories
11. Pride Of The Summer (beat The Drum)
12. An Toll Dubh
13. The Drum Section
14. Loch Lomond
15. Hearts Of Olden Glory
- bonus:
16. The Road To The Last Dance - Behind-the-scenes-foo
17. The Last Dance Concert Trailer
18. Extended Concert Film Intro



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod