Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ange, Blackmore's Night, Pentangle, Steeleye Span, The Gentle Storm , Barleyjuice
- Membre : Black Sabbath, Alan Simon , Martin Barre
- Style + Membre : Ian Anderson , Fairport Convention

JETHRO TULL - Stormwatch (1979)
Par DAVID le 31 Août 2004          Consultée 8347 fois

Après l'été (Songs From The Wood) et l'automne (Heavy Horses), voici l'hiver. Complètement démoli par les critiques à sa sortie, Stormwatch avait de quoi dérouter puisque les arrangements parfois pompeux de David Palmer ne sont pas sans rappeler la démarche qu'avait eu Phil Spector sur le Let It Be des Beatles. Une comparaison qui en dit long sur le contenu de Stormwatch, les premières écoutes sont vraiment douloureuses pour l'auditeur. Une fois cette première étape passée, Stormwatch s'avère nettement plus intéressant que Heavy Horses, plus risqué et plus contrasté aussi. En effet, là où Heavy Horses était assez répétitif dans son ensemble, Stormwatch n'hésite pas à passer sans crier gare de moments calmes à des passages proches du hard rock.

Ceci dit, certaines critiques émises à son sujet sont tout à fait justifiées, notamment sur les titres plus faibles, sonnant un peu trop "fleur bleue" pour être honnête (Flying Dutchman, Elegy). Ian Anderson apparaît peu crédible à vouloir jouer les romantiques sur la ballade Home, une sorte de remake du Live And Let Die de Paul McCartney à la sauce Jethro Tull. Les refrains ne sont pas toujours top non plus (Orion). Something's On The Move sonne limite hard rock, on jurerait presque entendre du Deep Purple sur cette chanson (c'est Ziggy qui va être content ^_^) tellement le riff de Martin Barre se rapproche des délires de Ritchie Blackmore. Les 2 instrumentaux, Warm Sporran et Elegy (le seul titre composé par David Palmer, tout le reste provient de la plume de Ian Anderson) sont tout à fait convenables mais pas du niveau de l'instrumental de l'album suivant, The Pine Marten's Jig.

A la limite, on est même heureux quand Jethro Tull sort du cadre habituel de l'album, comme sur l'acoustique Dun Ringill, véritable bouffée d'oxygène face à un album peu spontané et fignolé dans ses moindres détails. Les meilleurs titres rendent Stormwatch plus que recommandable (sauf pour ceux qui débutent dans l'univers de Jethro Tull, il ne vaut mieux pas commencer par ce disque) : North Sea Oil s'inscrit dans la lignée de ce que le groupe à toujours fait de mieux, Flying Dutchman fonctionne bien dans son trip romantique. Mais c'est surtout Dark Ages, longue pièce de 9 minutes, autrement plus réussi que le No Lullaby de Heavy Horses, qui retiendra l'attention. Dark Ages alterne passages "dark" (sans blagues !) au piano avec riffs heavy et choeurs classieux, un régal ! Stormwatch est le dernier album du groupe sous ce line up, c'est ensuite sur l'album A que Ian Anderson et le fidèle Martin Barre poursuivront la recherche de nouvelles sonorités.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DAVID :


JETHRO TULL
Aqualung (1971)
Rock progressif

(+ 2 kros-express)



GENESIS
Duke (1980)
Rock progressif

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   DAVID

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Ian Anderson (chant, guitare acoustique, flû)
- Martin Barre (guitare électrique, mandoline)
- Barriemore Barlow (batterie)
- John Evans (claviers)
- David Palmer (synthés, arrangements orchestr)


1. North Sea Oil
2. Orion
3. Home
4. Dark Ages
5. Warm Sporran
6. Something's On The Move
7. Old Ghosts
8. Dun Ringill
9. Flying Dutchman
10. Elegy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod