Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  COFFRET

Commentaires (12)
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

1978 Prends Pas Ton Flingue
1979 Trust
1980 Repression
1981 Marche Ou Creve
1983 Trust Iv
1984 Rock'n'roll
1988 Paris By Night
1989 En Attendant
1992 Live
1996 Europe Et Haines
1997 A Live - Tour 97
2000 Ni Dieu Ni Maître
2001 Tribute To Trust
2006 Soulagez-vous Dans Les U...
  Soulagez-vous Dans Les U...
2008 13 à Table
2018 Dans Le Même Sang
2019 Fils De Lutte
2020 Re.ci.div - Session 1
  Re.ci.div - Session 2
  Re.ci.div - Session 3
 

- Style : Vulcain
- Membre : Iron Maiden

TRUST - Recidiv (2020)
Par LONG JOHN SILVER le 31 Janvier 2021          Consultée 1126 fois

Les plus jeunes parmi nous peuvent ne pas le savoir, mais il fut un temps où les gens s’entassaient dans des salles pour écouter de la musique en Live. Si, si. Mais voilà que cette pratique est devenue bien trop dangereuse pour notre santé, alors aujourd'hui c’est verboten. Contrairement au fait de s’entasser dans le métro pour aller bosser huit heures, car là c’est perfectly safe. Tout autre avis relève du complotisme, cela va de soi. Avant la fermeture des salles de spectacle, farandole d’artistes chevronnés ont eu l’idée géniale (donc absolument originale) de jouer devant leur public un parmi leurs albums en entier, dans l’ordre de leur track-listing. Nostalgie quand tu nous tiens. Alors notre TRUST national, bien qu’interdit de concert devant des hordes de potentiels futurs zombies, a pris l’initiative courant 2020 d’interpréter Live, face caméras (mais à huis-clos), non pas un, ni deux mais TROIS albums qui ont fait sa renommée. Les trois premiers de sa carrière. Le groupe loue pour ce faire un hangar à Aubervilliers, imagine une scénographie différente pour chaque album (Trust 1979, Répression 1980 et Marche ou Crève 1981) et entame les répétitions tout en adaptant le répertoire à sa formule actuelle, tant musicalement qu’au niveau des textes dont certains ne sont plus les mêmes qu’originellement ! Arrive la tuile, alors que le projet est lancé et que tout est booké, leur batteur (Christian Dupuy) décide de tout plaquer. Car TRUST et leurs batteurs doivent beaucoup à SPINAL TAP. Qu’à cela ne tienne, il est décidé que trois batteurs (dont un ex) se succéderont pour chacun des disques revisités. Chacun ayant répété deux jours avec le groupe avant de lancer les touches record/play. Décembre 2020, l’ensemble est dispo soit à l’unité (trois disques : RE, CI et DIV), soit sous forme de coffret. Lequel contient quelques bonus dont un making of succinct et davantage une session acoustique sur six titres issus des deux derniers opus du groupe (Dans le même sang en 2018 et Fils de Lutte en 2019) contenus sur un 4e CD/DVD (Akovstic à la bougie) uniquement réservé au dit coffret. La direction de FP, ou surtout votre serviteur, ne reculant devant AUCUN sacrifice afin de vous offrir un service le plus complet, c’est bien le coffret qui est commenté ici.

On commence naturellement par l'album de 1979 où officie aux baguettes le jeune et possiblement futur batteur attitré du groupe, Antonin Violot. Ça défouraille, ça dépote, la niaque est bien là même si la rage inhérente au groupe des débuts laisse place à l’énergie maîtrisée par les vieux briscards que sont devenus désormais ses membres fondateurs, les inamovibles Bernie et Nono. Le premier gueule moins et chante davantage, ses intonations ne sont pas sans rappeler un certain Johnny qu’a longtemps accompagné le second. D'ailleurs, on constate que Nono reste dans les clous, privilégiant l’efficacité sur ses solos à de longs développements qu’autoriserait la musique jouée en Live. Izo Diop (guitare rythmique) et David Jacob (basse) sont impeccables et la dimension Heavy metal du TRUST des débuts est bien respectée. Rayon changements, "Palace" voit ses oripeaux discoïdes substitués par des effets électro qui sonnent comme il faut, Jean Pierre Bucolo (guitare, CABREL/HALLYDAY/RENAUD/etc) intervient à la slide en lieu et place du saxo. On retrouve le même Bucolo à la slide sur l’excellent "Toujours Pas Une Tune" pour un rendu très glam, on clôt la session en beauté. Des chœurs féminins accompagnent quelques titres, loin d’être incongrus, ils apportent une dimension Soul qui épouse bien des textes toujours très actuels, avec une mention spéciale pour "H & D". Question paroles, on note le remaniement de celles du refrain de "Dialogue de sourds" que Bernie se met en bouche avant de lancer le morceau*, les changements étant cosmétiques concernant les autres titres du premier album.

Répression commence naturellement avec la reprise d’"Antisocial", dont l'intro a été modifiée puisqu'on entre dans le vif du sujet avec son riff principal. C’est un Pierre Belleville (ex LOFOFORA) aux anges qui prend place sur le tabouret, d’ailleurs il l’exprime ouvertement en interview de fin de DVD. Les observations faites sur la teneur du précédent disque valent pour celui-ci, le groupe tourne à plein régime, les chœurs féminins interviennent ponctuellement et à bon escient, Bernie et Nono assurent carrément et l’ensemble demeure Heavy metal alors que les dernières offrandes du groupe lorgnaient plutôt vers le ((Hard) Blues Rock plus ou moins Heavy. Cette partie 2 finit en trombe avec "Les Sectes", un titre carrément endiablé qui pose un point final ravageur à l’opus. Les changements les plus drastiques interviennent sur le 3e CD, celui de la relecture de Marche Ou Crève où Hervé Koster revient épauler le groupe**. Pas trop sur "La Grande Illusion" qui ouvre la session même si on constate ici son caractère nettement moins Heavy et plus Rock'n'Roll que sur sa version de 1981, on pressent que l’ambiance tranche déjà avec les deux revisites précédentes. Nono dit aussi avoir souhaité alléger la technicité apportée à l’époque et qu’il ne lui pensait ni possible ni souhaitable de retrouver le cadre initial des morceaux. C’est avec "Répression", nettement moins sauvage et davantage atmosphérique, qu’on entre dans le grand chamboulement. Et cela est confirmé avec "La Junte" millésime 2020, au fond électro, dont il ne reste de l’original que le titre ou quasiment. Idem avec "Misère", autrefois Heavy aujourd'hui Bluesy, mais dont on reconnait tout de même le refrain. Difficile également de chanter "Les Brutes" en 2020 avec Bernie, car là aussi (presque) tout a changé, si ce n’est son côté Heavy et son riff en background. Les titres suivants sont moins sujets aux bouleversements, notamment "Certitude… Solitude…" ou "Ton Dernier Acte" qui achève les relectures sur un bel hommage à Bon Scott. Je laisse ici le soin aux exégètes de se pencher sur les textes de Bernie concernant "Marche ou Crève" et "Les Templiers", pas toujours intelligibles à l’époque sans avoir le livret du disque sous le nez. Sachez enfin que pour cette partie on voit le groupe jouer en cercle contrairement aux positions frontales des deux précédentes.

Le dernier acte du coffret contient donc une session acoustique et celle-ci, contrairement aux autres, nous laisse quelque peu sur notre faim. Évidemment les chansons (dont une reprise d’Édith PIAF, "J'm'en Fous Pas Mal") nous sont bien moins familières que nombre des classiques qui émaillent les trois premiers albums du groupe. Cependant il ressort l’impression au vu de la configuration acoustique que les gars jouent avec le frein à main, David Jacob (le seul à jouer sur un instrument électrique) ose à peine appuyer le peu de notes qu’il utilise et les soli de Nono émergent peu dans dans la balance. Pour tout dire ce dernier, ne pouvant se mettre autant en avant qu’en électrique sur les passages instrumentaux, ne semble être pas trop à son aise. Akoustic à la bougie fait office de coup d’épée dans l’eau qui n’incite pas à remettre la galette dans le lecteur. Dommage, mais le reste offre largement de quoi se sustenter. Le making of en bonus n’est pas non plus des plus captivant, autant se référer aux courtes interviews qui concluent chacun des DVD’s. Mais hormis ces quelques réserves on ne peut que conseiller ce coffret dont le coût n’excède pas (au moment où j’écris) la somme des trois opus pris séparément. Enfin, la réalisation vidéo capte très bien la dynamique du groupe au gré de scénographies évolutives bien fichues, accompagnées d’éclairages soignés. In TRUST (I,II et III revisited) oui TRUST.

*Sur le DVD uniquement, les CD’s font l’économie des interludes entre chaque morceau
** Hervé Koster a été le batteur de TRUST de 1997 à 2000

A lire aussi en HARD ROCK par LONG JOHN SILVER :


URIAH HEEP
The Magician's Birthday (1972)
Le magicien ose




MÖTLEY CRÜE
Shout At The Devil (1983)
Diable au teint.


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Bernie Bonvoisin (chant)
- Norbert Krief (guitare)
- Izo Diop (guitare)
- David Jacob (basse)
- +
- Christelle Lakhdar (chœurs)
- Virginie Hombel (chœurs)
- Sargine Beausejour (chœurs)
- Antonin Violot (batterie session i)
- Pierre Bellevile (batterie session ii)
- Hervé Koster (batterie session iii)
- Jean Pierre Bucolo (guitare slide i,2 et i,11)


- session I Re (cd & Dvd)
1. Préfabriqués
2. Palace
3. Le Matteur
4. Bosser Huit Heures
5. Comme Un Damné
6. Dialogue De Sourds
7. L'élite
8. Police Milice
9. H & D
10. Ride On
11. Toujours Pas Une Tune
12. Interviews (dvd Seulement)

- session Ii Di (cd & Dvd)
1. Antisocial
2. Monsieur Comédie
3. Instinct De Mort
4. Au Nom De La Race
5. Passe
6. Fatalité
7. Saumur
8. Le Mitard
9. Sors Tes Griffes
10. Les Sectes
11. Interviews (dvd Seulement)

- session Iii Div (cd
1. La Grande Illusion
2. Le Sauvage
3. Répression
4. La Junte
5. Misère
6. Les Brutes
7. Certitude... Solitude...
8. Marche Ou Crève
9. Les Templiers
10. Ton Dernier Acte
11. Interviews (dvd Seulement)

- Akovstic à La Bougie
1. Dans Le Même Sang
2. Démocrassie
3. J'm'en Fous Pas Mal
4. Miss Univers
5. Tendances
6. Y'a Pas Le Feu Mais Faut Brûler
7. Bonus (dvd Seulement)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod