Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1985 Killing Is My Busines...
1986 Peace Sells ... But W...
1988 So Far, So Good... So...
1990 Rust In Peace
1992 Countdown To Extincti...
1994 Youthanasia
  Train Of Consequences
  A Tout Le Monde
1995 Hidden Treasures
1997 Cryptic Writings
1999 Risk
2000 Capitol Punishment - The...
2001 The World Needs A Her...
  Behind The Music
2002 Rude Awakening
  Rude Awakening
2004 The System Has Failed
2005 Greatest Hits: Back To T...
2006 Arsenal Of Megadeth
2007 United Abominations
  That One Night Live: Liv...
  Warchest
2009 Endgame
2010 Rust In Peace Live
  Rust In Peace Live
2011 Th1rt3en
2013 Super Collider
2016 Dystopia
2019 Warheads On Foreheads
 

- Style : Slayer, Annihilator, Anthrax
- Style + Membre : Metallica, Testament

MEGADETH - United Abominations (2007)
Par CHIPSTOUILLE le 17 Février 2022          Consultée 477 fois

Dave Mustaine, anarchiste réformé, est désormais un gros réac 'décomplexé' (comme ils disent), option xénophobe et homophobe en prime (combo, sinon c’est pas rigolo). On a pu comprendre son souhait de ne pas vouloir partager une affiche avec DISSECTION. Groupe dont le leader semble avoir été mêlé de près à un meurtre (quoique, la présomption d’innocence, tout ça…). Le fait d’avoir fait de même avec ROTTING CHRIST en 2005, groupe au discours simplement anti-clérical, est déjà beaucoup plus litigieux. La liberté, c’est donc bien pour nous, mais pas pour eux ? Rappelons que Jésus et ses apôtres étaient une bande de mecs inséparables, prônant l’amour, la tolérance et le pardon. Des concepts qui ne sont pas compatibles avec le déni des autres, qu’ils soient homosexuels, étrangers (1) ou anti-religieux. Aucun d’entre eux n’était donc marié. Moi, je dis ça, je ne dis rien. Enfin si, je dis : Hoho, les chrétiens intégristes, réveillez-vous ! Jésus et ses apôtres, ils étaient sans doute homo ! Ce n’était pas réprimandé dans l’antiquité, vous savez ?

Venons-en à la musique ? Un peu… En quantité proportionnelle à ce qu’on a donc trouvé sur United Abominations, c’est-à-dire pas beaucoup. Le début de l’album est plutôt réussi. Les deux premiers titres sonnent comme s’ils étaient issus des sessions de The System Has Failed. "Sleepwalker" ouvre avec élégance, sur un riff qui rebondit dans tous les sens. Premiers effluves : Dave Mustaine s’est remis à causer les dents serrées sur les couplets au lieu de chanter. Mais pour le reste, entre l’arpège du refrain et les accélérations bien senties, on retrouve notre MEGADETH a priori en pleine forme. A priori seulement, car Glenn Drover (EIDOLON, KING DIAMOND), dernier guitariste-victime en date, est un de ces techniciens alignant le shred à l’infini, comme on en a entendu des quantités dans les années 2000. Côté mélodie et feeling en revanche, c’est nul : deuxième indice.

"Washington is Next" de même jouit de parties de guitare bien nerveuses, avec la lumière propre au groupe. Ce que j’appelle la 'lumière' chez MEGADETH, ce sont ces accompagnements à la guitare claire posés sur les riffs les plus inspirés de la formation. Le double effet provoqué est une marque de fabrique du rouquin. Personne, à part parfois ARCH ENEMY et – plus surprenant – Nobuo UEMATSU (2), n’a jamais été en mesure de rivaliser avec eux sur ce terrain. On retrouve donc les qualités et défauts du premier morceau.

Les affaires s’aggravent à partir de "Never Walk Alone... A Call To Arms" qui possède encore un riff correct, mais rabâché. Malgré son pont des plus réussis, Dave Mustaine n’y chante plus et le solo est presque inexistant. Troisième indice, ça commence à sentir mauvais. Tous ceux qui comme moi ont passé quelques heures à maîtriser la recharge rapide du jeu "Gears of War" ont levé un sourcil à l’intonation répétée du titre du jeu éponyme. Mais sur un plan musical, en dehors de ce 'gimmick' (peut-on encore parler de refrain ?), on n'y trouve plus rien d’intéressant.

Le reste n’est que néant. Rien. Du vide. A l’exception de The Final Cut de PINK FLOYD, je n’ai jamais observé une telle chute d’inspiration pour un groupe de ce calibre. La lumière s’est éteinte d’un coup. Les 7 titres restants (et originaux, on y revient plus loin) nous plongent dans les abysses de la nullité. MEGADETH s’est muté en sa propre parodie, un groupe de 3ème zone à peine capable de faire des covers de ce qu’il a été. La plupart des riffs sont constitués de 3 accords répétés jusqu’à l’écœurement. Le tout est recouvert d’un Dave qui épilogue à l’infini. Quelques rares phrasés de "Burnt Ice" relèvent vaguement le niveau, pas de quoi sauver le morceau. Pour varier les plaisirs (façon de parler…), on trouve du shred, du shred, et plus de shred. Le fond du trou est atteint sur "Amerikhastan" dont je n’ai pas osé lire les paroles, vu le titre. Faut-il incriminer Glen Drover ou celui qui l’a recruté ? Les deux, mon capitaine. Le tout est saupoudré de discours radio ou téléphone, parce que c’est le style, mais sans la manière, donc on s’en fout.

Coup de grâce, une nouvelle version de "A tout le monde" trône au milieu du désastre. A part nous rappeler à quoi ressemblait MEGADETH quand il était inspiré, cette reprise n’a aucune utilité. Christina Scabbia vient accompagner Dave sur le refrain de cette power balade en provenance de Youthanasia. Placement de produit honteux et réclamé par Roadrunner Records, semble-t-il. La maison de disque venait pourtant tout juste de signer avec MEGADETH. Si le but était d’attirer la lumière sur LACUNA COIL, c’est raté. De la lumière sur United Abominations de toutes façons, il n’y en a plus.

Sur Internet, le grand rouquin entretient une sorte d’idylle virtuelle avec ses plus fervents fans. Si j’avais eu une carte du fan club à l’époque, entre un discours de plus en plus nauséabond et le niveau musical ici atteint, je l’aurais sans doute brulée. Les derniers membres de la secte MEGADETH sont dénommés 'droogies' tels qu’Alex Delarge qualifiait ses compagnons dans Orange Mécanique. Résultante de cette interaction rapprochée à distance (haha), le sieur Mustaine a lancé un concours afin d’illustrer la pochette de cet album. Le verdict est sans appel : même Vic Rattlehead n’ose plus nous regarder de face. Il a trop honte du résultat.

(1) Quand il a fallu recruter un Brésilien talentueux, histoire de sauver les meubles, à savoir Kiko Loureiro au poste de guitariste en 2015, par contre, il n’y avait bizarrement plus de problème d’immigration ?
(2) Réécoutez-moi "Otherworld" sur la B.O de Final Fantasy X, pour voir.

A lire aussi en METAL par CHIPSTOUILLE :


MEGADETH
Youthanasia (1994)
20th Century Fox ne présente pas du tout...




IRON MAIDEN
Seventh Son Of A Seventh Son (1988)
Le septième jour, il se reposa

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dave Mustaine (guitares, discour puant)
- Glenn Drover (guitares, choeurs)
- James Lomenzo (guitare basse, choeurs)
- Shawn Drover (batterie, percussions, choeurs)


1. Sleepwalker
2. Washington Is Next!
3. Never Walk Alone...a Call To Arms
4. United Abominations
5. Gears Of War
6. Blessed Are The Dead
7. Play For Blood
8. A Tout Le Monde
9. Amerikhastan
10. You're Dead
11. Burnt Ice



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod