Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL / POWER POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1985 Killing Is My Busines...
1986 Peace Sells ... But W...
1988 So Far, So Good... So...
1990 Rust In Peace
1992 Countdown To Extincti...
1994 Youthanasia
  Train Of Consequences
  A Tout Le Monde
1995 Hidden Treasures
1997 Cryptic Writings
1999 Risk
2000 Capitol Punishment - The...
2001 The World Needs A Her...
  Behind The Music
2002 Rude Awakening
  Rude Awakening
2004 The System Has Failed
2005 Greatest Hits: Back To T...
2006 Arsenal Of Megadeth
2007 United Abominations
  That One Night Live: Liv...
  Warchest
2009 Endgame
2010 Rust In Peace Live
  Rust In Peace Live
2011 Th1rt3en
2013 Super Collider
2016 Dystopia
2019 Warheads On Foreheads
 

- Style : Slayer, Annihilator, Anthrax
- Style + Membre : Metallica, Testament

MEGADETH - Super Collider (2013)
Par CHIPSTOUILLE le 10 Mai 2022          Consultée 298 fois

Vous connaissez Mika Häkkinen ? Il a été le dernier champion du monde de formule 1 en 1998 et 1999, juste avant que Michael Schumacher et Ferrari ne rendent la discipline parfaitement barbante à force de tout le temps gagner. James Van Der Beek sinon, ça vous parle ? Lui a été le héros de la série Dawson Creek, celle qui a révélé Katie Holmes, avant que celle-ci ne soit séquestrée par Maggie Gyllenhall durant le tournage de The Dark Knight. Figurez-vous que ces deux larrons sont les meilleurs amis du monde (en tout cas, c’est ce qu’on m’a dit !) et ils se sont associés pour faire un disque de Heavy Metal Thrash. Parce que c’est cool, le Metoool. \m/ T’as vu, j’ai fait le signe du diable en smiley.

Comme les deux sont fans de mécanique quantique à leurs heures perdues (chacun ses hobbies !), ils se sont dit que ça serait super cool (\m/) de faire un album qui en parle. Ils ont pris une photo du grand collisionneur de hadrons (4ème image à apparaître sur Google, avec de jolies couleurs et tout) pour faire la pochette. C’est un pote qui leur a filé un coup de main pour ajouter un effet de Lens Flare sur Photoshop. Bon, c’est fait avec la version démo et il ne maîtrise pas trop, mais avouez qu’on y voit que du feu ! \m/ J’ai remis le signe du diable, parce que c’est trop cool le metoool.

Coup de bol, en cours d’enregistrement, ils ont également croisé la route d’Evan Handler. Mais siii… vous connaissez aussi, le chauve dans Sex in the City qui laisse traîner ses sachets de thé partout (paye ton allégorie du machisme…). Du coup, ils lui ont demandé de chanter sur "Dance in the Rain". C’est la 6, la meilleure de l’album.

Puis, comme ils voulaient tout de même que l’album se vende et qu’on en parle dans les médias, ils ont trouvé un nom super cool, METADEATH. Sauf qu'à l'imprimerie, ils se sont plantés, ils ont confondu. Bon, ce n’est pas gégène, ça manque de personnalité, mais pour un premier album, c’est correct. Comme disaient Eric et Ramzy, pour Super Collider, nous ne voyons pas d’autres explications.

Comment ça, je raconte des conneries ? Mais regardez les photos, je vous jure, à quelques détails capillaires près, ce sont eux ! Super Collider c’est un disque d’acteurs de séries pour filles et de champions de formule 1. Comment ça, c’est un véritable album de MEGADETH ? Mais dans les commentaires, les gens parlent autant de Thrash que du style de Risk, ça dépasse l'entendement ! Jamais Mustaine n’aurait commis cette erreur-là, après s’être pris autant de gadins à la sortie de Risk… Si ?

Si.

Comme Davounet n’assume pas tout à fait d’avoir une fois de plus trahi ses droogies, il a tenu à s’occuper lui-même du mixage et du mastering, histoire de noyer le poisson. Cette opération relègue donc Johnny K (qui a un petit air de Michael Madsen Jeune ?) qui s’était pourtant occupé du précédent ouvrage, au rôle seul de co-producteur. Ce n’est pas beau, pas beau du tout. C’est du gâchis même. A la base, j’aurais pu vous dire qu’il y avait quelques titres à sauver de cet album qui tire dans tous les sens. Quand on l’écoute au casque, on repère de jolis coups d’archets sous la masse saturée de "Dance in the Rain", par exemple.

Mika 'Mustaine' Häkkinen chante, aussi, du moins essaye. Mais, comme il n’a plus le niveau d’antan (le manque d’entraînement, sans doute, à force), il n’a pas assumé. Comme les cordes frottées, on a donc noyé le tout dans les guitares saturées. Ecoutez "Super Collider" pour l’exemple. Ses lignes de chant sont plutôt réussies, mais tout est recouvert d’accords de guitares le plus souvent sans grand intérêt. A ce compte-là, je préférais encore le disco/funk de "Crush ‘em". C’est donc la partie la moins inspirée de l’album qui recouvre tout le reste. Qu’il est compliqué d’apprécier Super Collider pour ce qu’il est.

Mettons tout de même de côté, sans grande conviction, la sympathique "Kingmaker" qui introduit l’album au moins aussi bien que United Abominations (youpiii !). Outre "Dance in the Rain", dans laquelle l’intervention de David 'sachet de thé' Draiman est finalement très anecdotique (Johnny K. produit également DISTURBED, merci la maison de disque ?), quelques titres au milieu de l’album sauvent également les meubles. Mention spéciale pour "Beginning of Sorrow" qui s’équipe d’une chouette ligne de basse (il est doué, quand il veut, Dawson… euh Junior !). Le titre nous délivre un passage tout en ambiances qui n’est pas sans rappeler la fin de "Finally Free" de DREAM THEATER, et termine enfin sa course sur quelques modulations réussies du riff principal.

"Forget to Remember", qui aurait eu toute sa place sur Risk avec une production digne de ce nom (vous entendez les chœurs à la fin ?) a également un riff sympatoche. On aurait également fait l’éloge du côté Country de "The Blackest Crow" si la fin du titre n’avait pas été ruinée par ses soli bruitistes. Enfin, la reprise finale de "Cold Sweat" de THIN LIZZY relève un peu le niveau. Mais comme le reste, elle a tendance à se perdre dans sa production inadaptée.

Personnalité mal assumée, riffs trop souvent peu inspirés, intentions bipolaires qui égarent les quelques bonnes idées dans la production… Super Collider est un album qui aurait pu être bon. Comme il ne l’est pas, le patron a encore fait sa crise et a viré sa deuxième colonne, une fois de plus. La double grosse-caisse printemps-été-automne-hiver de Shawn Drover et les soli sans intérêt de Chris Broderick ne vont pas nous manquer. C’est d’ailleurs fou qu’ils aient tenu aussi longtemps. M’est avis que Dave Mustaine, en fait, n’en a plus rien à secouer (moi pareillement). Il devrait se mettre à la formule 1, ou au cinéma… Plutôt que d’espérer produire des sosies de ses meilleurs albums en faisant n'importe quoi.

A lire aussi en METAL par CHIPSTOUILLE :


OPETH
Sorceress (2016)
Dans la tempête électrique




IRON MAIDEN
Iron Maiden (1980)
Remember yesterday


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Dave Ellefson (basse)
- Chris Broderick (guitare)
- Shawn Drover (batterie)


1. Kingmaker
2. Super Collider
3. Burn!
4. Built For War
5. Off The Edge
6. Dance In The Rain (feat David Draiman)
7. The Beginning Of Sorrow
8. The Blackest Crow
9. Forget To Remember
10. Don’t Turn Your Back
11. Cold Sweat



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod